Partagez | .
 

 Dura Lex... [Malicia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anthony E. Stark
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Dura Lex... [Malicia]   Dim 4 Mai - 22:03



Son armure intégrale recouvrant de la tête au pied son corps d'un assemblage rouge et or au visage sévère et dur, Tony Stark stabilisa son vol pour se tenir à hauteur de la façade d'immeuble à l'étage où habitait Anna Marie Raven. Bras tendus paumes ouvertes vers le sol, le vengeur d'Acier actionna d'une pensée le haut-parleur intégré à son heaume, se passa rapidement la langue sur les lèvres pour se rappeler tout ce que le protocole exigeait de lui, puis déclara d'un timbre rendu mécanique par les systèmes d'amplification vocaux :

« Mlle Raven ? Je suis Iron Man, super-héros recensé dont l'identité civile est Anthony Edward Stark. Au nom du SHIELD et de l'Initiative, je vais vous demander de bien vouloir vous présenter devant moi sans tentative de résistance. Je précise que vous n'êtes actuellement pas en état d'arrestation, mais que tout manœuvre hostile à mon égard vous vaudra d'être accusée d'outrage à un représentant affilié aux forces de l'ordre, et entraînera votre neutralisation par tous les moyens nécessaires. »

En contrebas, la foule commençait déjà à être dispersée par les agents du SHIELD, les trois hélicoptères patrouillant dans le périmètre se trouvant à une distance rendant le vacarme de leurs rotors difficilement perceptible.

¤ Rappelles-toi pour qui tu le fais. Tu le fais pour Carol. Tu le fais pour tous ceux qui comptent sur toi pour empêcher une nouvelle catastrophe. ¤


Le directeur du SHIELD vaquait à mille et une choses dans son bureau, lorsqu'un appel prioritaire avait mit un terme abrupt à son fil de réflexions. En chemise noire défaite, les cheveux en pagaille, Tony jonglait avec les fenêtres numériques, l'esprit divisé, scindé en cinq, chaque fraction de son cerveau calculant, analysant et digérant des problématiques aux enjeux différents, mais tous lourds et importants à leur manière. L'appel venait de son successeur au secrétariat de la Défense, qui, ici, se contenta de répéter de vive voix au quadragénaire la demande express du président.

« La sous-directrice vous fait parvenir ses meilleurs encouragements, monsieur. »  Signala au passage l'intelligence artificielle, avec tact et doigté, relayant la provocation gratuite de Crawford. Avec un tantinet d'avance.

« Arrêter la mutante Malicia ? N'en crut pas ses oreilles le Vengeur, qui avait vérifié que son bureau était toujours isolé acoustiquement avant de commencer à s’époumoner dans son oreillette. On en est là ? Je pensais que le SHIELD n'avait pas à répondre au président ? »

« Depuis l'attentat au centre Rockefeller, M. le président s'est sérieusement inquiété de la candidature de Doug Connely à la mairie de New-York. M. Connely est réputé pour avoir des visées politiques... Ambitieuses. Tout événement soulignant l'insécurité liée aux mutants lui profite. Pour le bien de son mandat... »

- Sauf votre respect Intervint le meneur des Vengeurs en opérant un volte-face dans son bureau. Il n'a pas encore été établi avec certitude qu'il s'agissait d'un mutant. Et de plus... L'arrestation d'une mutante reconnue pour ses nombreuses interventions, notamment pour l'aide précieuse qu'elle apporta au SHIELD lors de l'affrontement contre Ka-Zar et Zaladane... Justifiée par de la politique...

- Tout est politique, Stark. Ouvrez un peu les yeux. Et souvenez-vous que vous êtes assis sur un siège éjectable... Montrez donc assez de signes de faiblesses, et vous serez catapulté simple Vengeur. La commission nommera un nouveau chef pour votre équipe, et une certaine sous-directrice beaucoup moins timorée que vous se verra offrir la place de son supérieur.

L'inventeur du réacteur ARK miniature laissa son interlocuteur énoncer des évidences grosses comme la Gargouille tandis qu'il mettait à jour ses connaissances sur Malicia. X-woman d'identité civile connue, ses pouvoirs interdisaient tout contact physique, et elle avait fait montre de nombreuses compétences techniques. Le SHIELD la suivait de très près depuis son exil dans l'hémisphère sud, si bien qu'une opération visant à la court-circuiter était dans les tuyaux de l'Initiative depuis la première heure du retour de Malicia sur le sol américain. Son adresse avait été enregistrée, des agents de terrain étaient prêts à faire évacuer le bloc où la mutante louait son appartement à tout moment, et les protocoles de sécurité concernant sa cellule avaient d'ores et déjà été rédigés. Furieux, Tony constata que la sous-directrice s'était insidieusement emparée de toute l'opération, si bien que seul son propre veto s'opposait à ce jour à la liberté de mouvement d'Anna Marie. Si Crawford n'avait pas été tenue de soumettre à son directeur tout projet visant à arrêter en pleine agglomération une surhumaine de catégorie quatre, aucun doute que la garce aurait depuis longtemps mis son plan en branle.

Sidéré, Tony focalisa son attention sur une pièce-jointe du dossier numérique qui se déroulait sous ses yeux, parcourant à la vitesse de la pensée un contre-avis déposé par certains sénateurs du parti Démocrate. Interdit, il lut et relut les caractères imaginés par son esprit :


¤ « Atout indéniable pour la gestion urbaine des situations de crise... », « Grande connaissance du monde mutant et de ses principaux acteurs... », « Éventail de pouvoirs plus qu'impressionnants... », « semble maîtriser ses facultés, ou du moins en connaître les limites... ». Crawford, espèce de folle... Vous aviez envisagé de proposer à Malicia de rejoindre l'Initiative ? ¤

Pour qui avait accès sans limites au monde cybernétique, l'idée était tout bonnement inconcevable. Malicia aurait manifestement préféré être fusillé que de participer au Recensement de manière active. Et pourtant... Pourtant, certaines voix (sous les insistances de Selena Crawford, visiblement) avaient au Sénat soulevé et appuyé la proposition (rejetée depuis).

« Le président veut du significatif, du concret. Quelque-chose qui restaure la confiance de l'électorat en l'inflexibilité de nos lois, en surfant au passage sur votre popularité inoxydable. Imaginez donc, Stark : le new-yorkais moyen, se rendant au boulot, et apercevant dans le ciel le célèbre Iron man illuminant les hauteurs de la ville d'éclats rubis et topaze, interpellant avec fermeté une surhumaine de l’acabit de Johnny Storm ! »

-  Pardon ?

Temps-mort. Anthony ferma son esprit au monde extérieur, ferma les yeux, expira à fond, puis concentra sa cyberpathie sur tout ce que le SHIELD ou ses propres bases de données contenaient à propos d'Anna Marie Raven, le tout en moins d'une dizaine de secondes. À ses yeux, son bureau était désormais submergés de fichiers holographiques intangibles, mais bien présents, et lisibles. Des notes de service, des vidéos, des analyses, des comptes-rendus, des témoignages... Plusieurs fichiers audios avaient également un rapport avec Malicia. Mais ce qui intéressait pour l'instant Tony, c'était ce qui se concentrait autour des stratégies envisagées pour l'arrestation de la dangereuse mutante absorbeuse de pouvoirs. Chassant par de petits gestes les éléments non-pertinents, Stark dédia toute sa puissance intellectuelle à l'étude d'un sous-ensembles de fichiers cryptés portant le sceau numérique du SHIELD (niveau d'accréditation requise : dix) afin de savoir quoi rétorquer à son interlocuteur, toujours en ligne. Trente secondes de silence de son côté.

« Ne faites pas comme si vous l'ignoriez, Stark. Vous êtes l'homme-machine ! Le type qui ne dort jamais, qui enchaîne deux journées de boulot là où l'humain lambda n'en fait qu'une ! Vous êtes branché partout, connecté à tous les réseaux ! Rien ne vous échappe, et certainement pas un coup de filet planifié depuis deux semaines par l'agence dont vous avez la responsabilité ! »

Tous les scénarii avaient été envisagés. L'envoi des T-bolts au grand complet, secondés par des escouades tactique du SHIELD ; une opération nocturne avec l'appui de Vengeurs ; l'envoi d'une phalange de Sentinelles dans le quartier après une évacuation préalable ; et même une mission en solitaire conduite par le major Danvers. Les conclusions se ressemblaient toutes : opération trop risquée, chances de succès limitées, dégâts matériels envisagés trop importants... Parce qu'elle pouvait absorber les pouvoirs, Malicia deviendrait plus dangereuse avec le nombre de surhumains qu'on affecterait à son arrestation ; et l'envoi de troupes exclusivement humaines ou mécaniques semblait voué soit à l'échec, soit à une destruction du quartier dans les grandes lignes. Les spécialistes du dossier s'accordaient sur l'opinion et les recommandations de Ms Marvel, en la matière : la meilleure manière de capturer la X-woman consistait en l'envoi d'une unique personne, capable d'analyser et d'anticiper ses attaques/manœuvres, avec une aptitude à neutraliser efficacement à distance l'ennemi, et doté d'une protection contre les contacts directs de l'absorbeuse. Avec son armure intégrale, son esprit analytique habitué aux combats contre des super-vilains de tous poils, son charisme naturel et l'arsenal intégré dans son enveloppe de métal, Iron Man faisait office de candidat idéal, même sans compter l'apport d'Extremis. En seconde venait le major Danvers elle-même, déjà confrontée à Malicia par le passé, pouvant projeter de puissantes rafales photoniques, et experte des combats aériens parmi les Vengeurs. Le scénario de repli du SHIELD prévoyait l'envoi de la Delta-Strike, et tablait sur une synergie entre la téléporteuse Avalon Anderson et le très persuasif agent Webster pour conduire une arrestation-éclair.

¤ L'explosion du centre Rockefeller n'a fait qu'accélérer un plan déjà préparé...  ¤ Constata, glacé, Tony, qui se serait bien passé de ce énième problème à gérer. Et si je refuse, c'est Carol qu'ils enverront..  ¤

Pour en avoir fait l'expérience, l'ingénieur de génie savait à quoi on s'exposait en allant au combat contre un adversaire haï. Carol n'avait jamais digéré sa première confrontation avec Malicia, et il ne le comprenait que trop bien. Lors de leurs réunions communes, aux alcooliques anonymes, il avait vu dans les yeux de la belle blonde la noirceur empoisonnée de la rancune tenace luire, chaque fois qu'elle traversait une mauvaise passe, ou parlait des « poids du passé ». Le fils d'Howard Stark retrouvait comme au premier jour le torrent d'adrénaline bouillonnante qui lui avait échauffé les veines, tandis qu'il rendait coup sur coup à Kyana Mayers en plein désert aride. Il revoyait le voile rouge sang qui s'était levé devant ses yeux, tandis que la passion et la colère l'emportaient sur lui. Et tuer Tiger ne l'avait pas soulagé de la perte d'un de ses protégés, au sein de l'Initiative; pire, cet acte de violence gratuite n'avait fait que renforcer son dégoût de lui-même.

Hors de question que je laisse Carol faire la même erreur ! Rah ! Et Rhodey qui est injoignable... Ça ne me laisse pas le choix... Mais je savais déjà que ce ne serait pas facile, l'année dernière... ¤

« Allô ? Stark, vous êtes encore là ? Je vous préviens, si vous avez osé me raccrocher au nez... »

-  Je ne veux que des agents sans pouvoirs dans le secteur. Vous me faites évacuer doucement et gentiment les lieux, avec une couverture aérienne pour repérer d'éventuels civils restés dans le block. CapeSearch déployé en maillage fin sur le quartier de Malicia, pour la localiser dès qu'elle entre dans le secteur. On me laisse gérer sans intervention tant que je n'en aurai pas donné l'ordre, compris ? Même si ça vient de Crawford, vous n’exécutez aucune autre consigne que les miennes !

- Je ne vous garantis rien, Stark. Frost a mis un sacrée coup de pied dans la fourmilière, avec sa déclaration publique. C'est tout le Gouvernement qui espère transformer l'essai, en arrêtant Malicia. On veut faire passer un message clair : mutants, respectez la Loi. Parce que si cette mutante-là passe chez l'ennemi... Déjà, d'autres vont l'imiter, et surtout... Un paquet d'agents de terrain vont en chier, pardonnez-moi l'expression !

-  Elle est plus qu’appropriée, je vous rassure... Marmonna sombrement Tony en convoquant son armure mentalement, le marron de ses yeux disparaissant à mesure que les composants d'Extremis se rassemblaient autour de son corps.

Iron man avait bien l'intention d'en finir avec cette histoire sans violence, même s'il sentait que la partie s'annonçait serrée.


« Ouverture de la rampe de sortie. » Articula, limpide, le majordome synthétique de sa voix typiquement Britannique

¤ En route pour la bataille des idées... ¤ Se motiva le quadragénaire en décollant à vive allure, emporté par le vrombissement de ses répulseurs.



Revenir en haut Aller en bas
Anna Marie Raven
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Lun 5 Mai - 22:03

Cette journée n’avait pas été à la hauteur de mes espérances. J’avais réussi à rencontrer un membre actif de la rébellion. La femme qui était eu rendez-vous, une certaine Kyana m’avis laissée perplexe à cause de son ressentiment sur sa rencontre avec mon double d’un autre mode.
Lors de notre discutions j’avais été obligée de voyager à travers son esprit et me voir agir méchamment avec elle. Bref, je ne savais pas si j’avais réussi à lui faire comprendre que les apparences étaient trompeuses et que mon but était simple : aider les miens et retrouver Gambit.

Pour cela je devrais accomplir une mission pour eux. J’étais quasiment certaine qu’il s’agissait d’un test. Et à vraie dire cela ne me dérangeait pas. J’aurais fait comme eux. Les pièges, les traîtres courraient les rues de nos jours.


J’étais donc rentrée chez moi. Dans mon appartement et non à l’Institut. Les X-Men, c’était fini pour moi. Ils avaient tous trop changé depuis la mort de Xavier. Et la folle blonde à leur tête ne me revenait pas. 
En passant dans le salon j’allumais machinalement la télévision ou je voyais en boucle les informations qui parlaient de l’attentat qui avait fait de nombreux morts. Pour le moment, selon la journaliste les enquêteurs n’avaient pas vraiment réussi à déterminer ce qui s’était passé et déjà des spéculations sur des méchants mutants.


Agacée par ce flot de débilité je changeais de chaîne pour MTV et ses programmes musicaux. Là au moins les mutants n’en prenaient pas plein la gueule pour le seul fait d’être nés.
Tendue, et inquiète quant à l’absence de Gambit, j’avais besoin de me délasser.
*Une bonne douche chaude et quelques chose à grignoter et demain sera un autre jour*.
L’eau chaude coulait sur moi, immobile, légèrement appuyée sur la paroi de la douche. J’entendais légèrement le bruit de la télévision en fond. J’étais bien, comme si j’étais seule au monde, loin de toutes ses horreurs.

La salle de bain était pleine de vapeur que la ventilation peinait à aspirer. Avec la serviette, j’essayais la buée du miroir où je pouvais enfin me regarder et me démêler les cheveux encore humides. Avoir fait disparaître cette mèche blanche était finalement une bonne idée. C’était à la fois laid, et trop voyant. Là je pouvais me fondre tranquillement dans la masse et c’était agréable.
Alors que je sortais de la salle de bain vêtue d’un pyjama Hello Kitty et les cheveux enroulés dans une serviette rose. Quelque chose d’agressif provenant de de la fenêtre me fit revenir à la réalité.


*C’est quoi ce bordel !* Me dis-je même si j’avais vite compris ce qui se passait.
Stark était donc là, et il, enfin lui, et ses enfoirés semblaient donc en avoir après moi. Il voulait que je me présente devant lui, même si je n’étais pas en état d’arrestation
. *A d’autres celle-là…*

Il était sérieux ? Il croyait vraiment que j’étais idiote au point de croire que cette visite à l’improviste en armure était de la pure courtoisie… *Qu’est-ce qu’ils préparent ? Je dois gagner du temps pour comprendre….*
Je fis donc ce qui m’était demandé. Ou plutôt ordonnée car j’avais parfaitement compris que je n’avais pas d’autres choix. J’ouvrais donc la porte-fenêtre qui donnait sur un balcon.
Stark, en armure volait en stationnaire devant mon immeuble. Le bruit des réacteurs qui lui permettait de voler n’était pas assez puissant pour couvrir celui des hélicoptères qui surveillaient le bloc. A vue de nez, vu le bruit type que produisait les 2 turbines et les 4 pales il s’agissait d’Apache. Des hélicoptères d’attaque.
En me penchant légèrement sur le garde-corps je pouvais voir que la rue en contre bas était bouclée par des agents. Cela avait dû être préparé à l’avance et je n’avais rien remarqué soit je me faisais vieille soit j’avais trop baissé ma garde mais dans tous les cas j’étais dans un sale pétrin. Et qui plus est… Dans un pyjama rose Hello Kitty… Bonjour la honte…

Bonjour Stark.
Pour contacter une personne qui n’est pas en état d’arrestation il y a d’autres moyens beaucoup moins coûteux comme un coup de téléphone ou une lettre de convocation à…
Oui au SHIELD.
Qu’est-ce que le SHIELD me veut ? Je n’ai enfreint aucune loi.
A moins que mon retour aux Etats Unis dérange.


Pas de détour, allé droit au but, ne pas perdre de temps. J’avais l’impression d’être de nouveau aux beaux milieux d’une mission dangereuse.
Ma situation actuelle ne me permettais pas de plan B du type foncer dans le tas et fuir aussi vite que possible.


En regardant machinalement en bas je voyais les gens qui avaient été évacués. Il était maintenant clair pour moi que je ne pourrais pas revivre ici. Dans le cas où je sortirais libre de cette histoire mes voisins me regarderaient de travers et je devrais déménager. C’était dommage car j’aimais bien cet appartement et ce quartier.

Pourquoi avez-vous évacuer les gens, sortit des armes ? 
Pourquoi le SHIELD vous envoie vous ? 
Vous pensez que je vais mettre la vie des gens en danger ? Je ne suis pas une bombe à retardement.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony E. Stark
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Jeu 8 Mai - 14:33



« Le SHIELD recommande par sécurité une analyse aux rayons X pour l'approche de Mlle Raven, monsieur. Dois-je activer le filtre approprié ? »

¤ Certainement pas, Jarvis ! ¤ Répliqua aussitôt le justicier en armure rouge et or, qui refusa net l'idée même de violer ainsi l'intimité du domicile de Malicia. La jeune femme avait des droits, quoi qu'en dise les anti-mutants.

Un peu comme une démangeaison à l'intérieur du crâne, sa cyberpathie se rappelait à lui régulièrement, pulsatile et trépidante d'envie de servir. Tony sentit qu'il lui suffirait d'à peine y penser pour que sa conscience des appareils électroniques se mette à détecter et envahir chaque micro-processeur, chaque circuit électrique situé dans l'appartement de la mutante. Un battement de paupière, et le Vengeur connaîtrait l'historique des recherches informatiques de Malicia, le contenu intégral de sa dernière play-list, les programmes pré-enregistrés de son micro-onde et, bien sûr, l'entièreté des données stockées sur son téléphone portable. Encore une fois, le directeur du SHIELD s'imposa de ne pas fouiner dans l'intimité de la demoiselle, distrayant sa cyberpathie en lui faisant vérifier que les environs étaient bien sécurisés. Au sol, l'évacuation des civils avait été " facilitée " par la présence d'armes entre les mains des agents, élément très dissuasif pour signifier aux passants qu'ils ne devaient pas rester dans les parages. À sa manière courtoise et délicate, la sous-directrice lui dépêcha un message-texte qui s'afficha sur l'écran interne du casque. Les trois Apaches réquisitionnés par Stark auraient vraisemblablement pu servir à prendre en chasse Spider-man
si seulement le grand chef ne se les était pas approprié.


¤ C'est aimable à  vous, Selena, de me rappeler que j'ai intérêt à ne pas revenir les mains vides. Pas de pression, hein... ¤ Soupira intérieurement le génie de la robotique, en veillant à rester bien concentré sur le présent.

Dans ce genre de situation où la moindre distraction, la plus petite perte d'attention, pouvait ruiner des semaines, voire des mois de préparation méticuleuse, le fils d'Howard Stark savait que son cerveau fonctionnait à plein régime... Et il
adorait ça. Quoi de plus merveilleux, lorsque l'on était intelligent, que de sentir tous ses neurones turbiner au rendement optimal pour résoudre un problème à la complexité indescriptible ? Les influx électriques dans son cortex, le relargage d'hormones de l'urgence secrétées par ses glandes surrénales pour l'aider à réfléchir vite et bien, la tension dans ses muscles ; Iron Man existait pour ressentir pareilles minutes où cent pour cent de ce qu'il était se trouvait rentabilisé, utilisé, employé à des fins bénéfiques.

Lorsque la porte donnant sur son balcon s'ouvrit, Tony dut mobiliser toute sa discipline intérieure pour ne pas effectuer un balayage-réflexe de haut en bas de la belle mutante (inapproprié, dans le contexte). Extérieurement stoïque (l'avantage de porter une armure), il haussa les sourcils derrière son heaume en constatant dans quelle tenue très... Décontractée... Son interlocutrice se présentait à lui. Jarvis, incapable de comprendre ce qui perturbait son créateur, se contenta d'afficher diverses indications aux yeux du pilote de l'armure (provenance du textile, reconnu pour ses propriétés physiques et sa teinte ; taux d'humidité de la serviette enroulée autour des cheveux d'Anna ; marque de la télévision partiellement visible en arrière-plan...). Accueilli un peu froidement, le sympathique quadragénaire opta pour un démarrage de la discussion en douceur, placé sous le signe de l'humour bon enfant.


« Vous n'allez sans doute pas me croire, mais figurez-vous que nos appels sont énormément ignorés, par les temps qui courent. Et je ne vous parlerai pas de tous les courriers " égarés " qui ne parviennent jamais à leurs destinataires... Non ; en définitive, rien ne remplacera jamais à mes yeux la bonne vieille prise de contact directe, avec sa chaleur humaine inégalée, ses possibilités d'interagir en temps réel... Et puis, si je n'étais pas venu vous voir aujourd'hui, jamais je n'aurais découvert à quel point le rose vous va bien au teint. Du reste, ma visite n'est que protocolaire, je vous rassure. Nous sommes ravis que vous ayez décidé de revenir au pays.. »

Deux vilains gros mensonges proférés d'affilé ! Cela tenait presque de la mythomanie pathologique, d'autant qu'un enfant en bas âge aurait eu du mal à avaler la dernière couleuvre. Et d'ailleurs, la jeune femme ne s'y laissa pas prendre une seconde. Comme le redoutait Tony, Malicia devina que le Vengeur d'Acier n'était pas venu seul dans son quartier, et, examinant d'un œil circonspect les rues étonnamment vides pour un milieu de journée dans la Grosse Pomme (surtout pour une rue où apparaissait en public l'Invincible Iron Man !), l'ancienne élève du regretté professeur Xavier embraya d'un ton toujours aussi coupant, mentionnant même à mots couverts l'actualité brûlante.

« Appel entrant du secrétaire d'état à la défense. »

¤ Pas maintenant ! Répondit mentalement le chef des Vengeurs en ignorant l'appel, constatant que Jarvis avait de son côté déjà refusé plusieurs appels insistant du nouveau secrétaire de Tony. Tant que ce n'est pas Crawford elle-même qui m'appelle, je considère que ça peut attendre. ¤

Plus étonnant encore que le fait qu'elle soit vêtue d'un pyjama rose orné de têtes de chatons et enturbannée d'une serviette de la même couleur, c'était surtout l'aura de sérieux que dégageait l'X-woman qui frappa le PDG de Stark Entreprises. Une seconde, il se demanda quelle allure elle pouvait avoir, en tenue de combat, les cheveux au vent et le regard embrasé, le poing serré. Finalement, l'idée de Crawford lui parut moins bête qu'à première vue, bien que pareille projet soit irréalisable en pratique. Il suffisait de voir quelle expression affichait depuis son apparition à la porte-fenêtre la mutante pour pressentir qu'une proposition d'intégrer les rangs de l'Initiative lui arracherait un rire moqueur – dans le meilleur des cas ; la possibilité que telle offre passe pour une grave insulte n'était pas à exclure.
Incapable de s'en sortir autrement, l'amant de la Veuve Noire (qui allait bientôt devoir songer à lui donner des cours, en matière de bluff) répondit aux questions de sa vis-à-vis dans le désordre.


« Vous n'êtes pas une bombe, Mlle Raven. Et vous remarquerez que je ne me précipite même pas sur cette superbe occasion de jouer sur les mots pour vanter votre physique. Suite à cette introduction légère, Tony usa d'un de ses plus vieux " trucs " en terme de persuasion/manipulation (mis au point après avoir étudié Thor) : mentalement, il modifia subtilement le paramétrage de ses hauts-parleurs. Sa voix ressortit alors, un peu plus puissante, et dans un registre d'octave un cran plus grave, telle la voix autoritaire d'une divinité. Cette tonalité métallique, sans être réellement agressive, appuyait sur chaque mot, comme pour s'imposer dans le crâne, et donnait inconsciemment envie d'être obéie. Comme vous le sous-entendez, les préjugés concernant les mutants sont plus que jamais d'actualité. Pour éviter tout incident malencontreux, et afin d'assurer votre sécurité, j'ai jugé préférable de faire évacuer la zone, avant de vous convoquer en pleine rue. Certains anti-mutants bien renseignés auraient pu vouloir profiter de l'occasion pour... Venger un proche mort au Rockefeller. Un geste stupide, comme beaucoup de gens débordés par le chagrin ont déjà eu l'envie de faire. Je suis sûr que vous comprenez. »

Enchaînant de sa voix imposante  avant qu'elle ne puisse l'interrompre, Iron Man augmenta juste assez la poussée de ses répulseurs pour s'élever d'une dizaine de centimètres au-dessus de Malicia, la dominant de sa stature impressionnante en justicier intransigeant qu'il devait être.

« Parce que je voulais dissuader un acte désespéré, je me suis attribué la responsabilité de venir vous annoncer en personne ce que les résidents de l'institut Xavier savent déjà : en raison de la récente dissension entre l'Initiative et l'Institut par décision de sa directrice Emma Grace Frost, l'établissement fondé par le professeur Xavier n'est plus autorisé à se substituer au camp Hammond, et à former les jeunes mutants. L'Institut est redevenu un établissement scolaire comme les autres, et pourra bien sûr continuer d'héberger des élèves, mais toute sa branche liée aux activités super-héroïques - tout ce qui, pour faire simple, a trait aux X-men - est par la présente interdit. Par voie de fait directe, les X-men ne sont plus autorisés à intervenir sur le territoire américain sans l'aval préalable de l'Initiative. Il me semblait plus... Courtois de venir vous l'annoncer directement : Anna Marie Raven, en tant que mutante recensée non-affiliée au Gouvernement, vous n'êtes désormais plus habilitée à employer vos dons, que ce soit pour aider autrui, ou pour des motifs moins " louables ". Si toutefois vous ressentez le besoin d'être utile à la société américaine, le SHIELD et moi-même nous tenons à votre disposition pour vous informer des procédures de recrutement dans l'une des cinquante équipes de Vengeurs en cours de constitution au sein du pays. »

Associé à l'icône du secrétaire d'état, une courte ligne de texte s'étala à la droite du champs de vision du super-héros. « À quoi jouez-vous ? ».

¤ Les Apaches. Ils ont une caméra embarquée... Depuis tout à l'heure, on me voit discuter poliment avec Malicia... J'imagine que ce n'est pas ce que les huiles du gouvernement espéraient. Et en même temps, qu'est-ce qu'ils attendaient d'autre ? Que je défonce la porte, hurle « vous êtes en état d'arrestation » et que je l'assomme ? On ne peut pas mettre en cellule les gens comme ça ! Pas en Amérique ! ¤ S'insurgea Anthony, qui, une minute plus tôt, croyait encore avoir de bonnes chances de mener à terme la rencontre sans un gramme de violence

C'était sans compter sur les priorités des politiques, et les leviers qu'ils n'hésitaient pas à employer pour obtenir ce qu'ils désiraient. Le message suivant (qui chassa son prédécesseur de l'écran) avait associé à lui l'icône de Carol. Sur sa photo de profil, la jeune super-héroïne souriait à belles dents, ses mèches blondes lui encadrant le visage. Mais les caractères qui la flanquaient, eux, formaient des mots tout sauf joyeux. Certain que rien de bon ne ressortirait de la lecture du message, le vengeur ferma les yeux, effaça le fichier-texte émis par Ms Marvel, et mit cette dernière sur la liste de bannissement temporaire.


« Carol Danvers ajoutée à la Black-list pour les trente prochaines minutes. » Confirma Jarvis dans le casque.

¤ Allez en enfer, Crawford ! Je ne vais pas me salir les mains. Je vais vous prouver qu'on peut faire mieux que votre approche à trois cents. ¤





Dernière édition par Anthony E. Stark le Mar 20 Mai - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anna Marie Raven
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Jeu 8 Mai - 18:59

Je ne m’attendais pas du tout à cela. D’ailleurs je ne m’attendais à rien ce soir mis à part un bon grignotage en règle devant une rediffusion de vieilles séries télévisées. Rien de mieux pour une soirée détente en solo.
Toutefois mon étonnement venait surtout de mon interlocuteur dont les paroles et la manière d’être étaient en totale contradiction avec ce qui se passait dans mon quartier. Soit il me prenait carrément pour une conne, soit le pouvoir lui était monté à la tête ou il était en train de gagner du temps.
N’étant pas devin je n’avais aucun moyen de savoir ce qui se passait dans sa tête.
*Et c’est là que j’aurais bien aimé avoir un télépathe sous la main…*

Quoiqu’il en soit, la note d’humour, forcée ou pas me fit légèrement sourire.
Je devais avouer que, si on oubliait l’implication de Tony Stark au sein du SHIELD et de l’initiative, il aurait pu faire partie des personnes que j’aurais pu apprécier. Hélas, le monde est tel qu’il est et impossible à changer. Il est ami, voir extrêmement proche de Carol Danvers et de Natacha Romanoff deux bonnes femmes dangereuses qui préfèreraient me voir morte ou en cage pour une erreur que j’avais commise enfant alors que j’étais sous l’emprise de ma mère. Le pardon, la compréhension ou les explications sont des choses qu’elles ne savent pas faire…
Bref…
Avec ce qui s’est passé, ce que je suis, qui il est… J’ai de nombreuses raisons de penser que sa présence ici n’a rien de vraiment amicale… Ce que je dois découvrir c’est à quel point il est hostile. Cela allait de l’emprisonnement simple à la mort…


C’est vrai que la technologie actuelle n’est pas très fiable et nous ne pouvons pas vraiment faire confiance aux facteurs… Surtout à l’époque de noël les colis ont la fâcheuse tendance à disparaitre sans laisser de traces.
Et je dois avouer que, comme vous, j’ai tendance à préférer une rencontre en tête à tête. J’aime regarder les yeux des gens avec qui je parle. Car les yeux ne mentent pas.


Je regardais l’armure en métal et mon sourire s’intensifia. Il préférait les rencontre en personne, la chaleur humaine et il se pointe avec son armure, une arme de destruction massive.

En fait Tony, je crois que vous vous mentez à vous-même… Vous parlez de rencontre, de chaleur humaine mais là… Tel que vous êtes… La manière dont nous nous parlons, ce n’est rien de mieux qu’un coup de téléphone.
Moderne…
Chère…
Voyant…
Mais il n’y a rien d’humain dans cette prise de contact.


*Et pan ! Dans tes dents !*

Il me flattait, m’affirmait que ce visite était protocolaire et qu’ils étaient content que je sois de nouveau aux Etats-Unis. Mais de qui parlait-il en disant « nous » ?
Bref, ça puait mais je ne savais toujours pas pourquoi. Il allait falloir que je me trouve ne porte de sortie.
L’affrontement n’était pas envisageable, il fallait que je prenne des précautions et cela aurait donné aux journalistes et aux anti-mutants des faits croustillants à se mettre sous la dent. Tout ce que je pouvais faire c’était fuir. Mais où, et comment.
Les pouvoirs que j’avais à disposition étaient limités. Le vol, oui ça pouvait le faire mais ce n’était pas très discret…

*Un téléporteur ça aurait été pratique…*

A cette période de l’année il commençait à faire froid et ma tenue n’était pas vraiment adaptée à la situation. Un frisson me parcouru me forçant à me frotter les bras pour me réchauffer. Le nord n’était vraiment pas fait pour moi.
Machinalement je regardais dans le salon pour voir si un pull trainait par là mais il n’y avait qu’une couverture sur le canapé. Sans rien dire je retournais dans mon salon et m’enroulais dedans avant de  revenir près de mon interlocuteur.


Quand il aborda le sujet de sécurité, et surtout de ma sécurité je compris qu’il se fichait de moi. Il voulait me protéger d’une éventuelle vengeance. Il fallait plutôt dire qu’ils voulaient protéger les gens d’éventuels dommages collatéraux. Mais ils devaient connaitre ma réputation, en tant qu’X-Woman, j’avais appris à toujours faire en sorte d’éviter qu’il y ait des blessés.

Emma Frost est une idiote. Elle n’aurait jamais dû être à la tête de l’institut Xavier. Elle a détruit tout ce que Charles a mis des années à faire que ce soit en termes de confiance entre le gouvernement et les mutants et en matière de programme éducatifs.
Je ne suis pas surprise de l’annonce que vous me faite.
Et moi aussi j’ai un scope pour vous : je ne fais plus partie des X-Men. Je croyais qu’ils étaient encore ma famille mais je me suis absenté trop longtemps et la mort de Charles a changé trop de choses. J’ai décidé de vivre ma vie. Je pense que j’ai assez fait pour racheter les erreurs de mon enfance.
Et quand à votre proposition d’intégrer le SHIELD je regrette mais je ne peux pas l’accepter pour deux raisons.
La première c’est que le recensement me fait penser à ce que les Nazis ont fait avec les juifs.
Et la seconde, et la plus importante, est que dès que je mettrais un pied au SHIELD, je risque de me retrouver avec une balle en pleine tête ou en cage à servir de cobaye, enfin, ça dépend des idées qu’auront trouvées Danvers et Romanoff qui visiblement ne savent pas laisser tomber.


Il avait beau faire le supérieur, ou se montrer protecteur ça ne marchait pas avec moi. Rien que le fait qu’il soit en armure me montrait qu’il était prêt à se battre.
Maintenant je ne savais pas ce qu’il voulait et je craignais de lui donner des raisons de me mettre en état d’arrestation. Il fallait que je trouve un moyen de lui montrer que je n’étais pas hostile et que tout ce que je voulais c’était vivre ma vie en paix.


Je ne sais pas ce que vous me voulez en réalité. Mais sachez que je n’ai pas l’intention de faire quoi que ce soit à qui que ce soit. Je veux vivre en paix rien de plus simple.

Il était à quelques mètres de mois et je pouvais voir les lueurs sur son masque qui symbolisaient la position de ses yeux.

J’aurais bien aimé avoir cette discussion dans d’autres circonstances et surtout pouvoir vous regarder droit dans les yeux. Car j’aurais la confirmation de ce que je ressens en écoutant vos paroles : vous vous mentez à vous-même.
Qu’est-ce que vous me voulez vraiment ?


Je levais les mains en l’air, signe de réédition et de non-agression. Cela fit tomber ma couverture au sol et je me remis à grelotter de froids presque instantanément.

Ce n’est pas une visite de courtoisie… Vous êtes en armure. Vous êtes prêt à combattre ou plutôt à m’abattre ? Pourquoi êtes-vous ici ? Pourquoi moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Anthony E. Stark
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Dim 11 Mai - 20:13



Dos au mur. Tony se retrouvait dos au mur, à cet instant précis, comme il le redoutait depuis qu'il s'était plié à la demande du président. Tel un nageur emporté par le courant s'épuisant dans une lutte désespérée pour compenser les flots l'éloignant du rivage, le quadragénaire PDG et Vengeur s'était lancé à corps perdu dans une tentative de conciliation auprès d'Anna, se figurant qu'on lui laisserait au moins assez de marge pour qu'il puisse installer un vrai dialogue, et faire valoir ses arguments. La jeune femme paraissait toute disposée à l'écouter défendre son point de vue, puisqu'elle ne lui avait pas encore claqué la porte au nez. Et puis Malicia avait déclaré ne plus appartenir aux X-men. Par habitude, le cyberpathe avait alors mis à jour son fichier concernant la mutante... Un fichier que l'Initiative pouvait consulter à loisir. Lorsqu'il se rendit compte de sa monumentale erreur, il était trop tard. Tony tenta bien de retenir son injonction mentale, mais cela revint à essayer d'emprisonner de l'air avec ses doigts : l'update était déjà partie et prise en compte. Pour preuve, Jarvis signala poliment :

« Statut d'Anna Marie Raven mis à jour. »

¤ Merde ! ¤

Parmi les mutants connus du Gouvernement, Malicia avait toujours été considérée comme l'une des plus dangereuses. Son don d'absorption la rendait capable de tenir tête et de surpasser n'importe quel surhumain avec une peau à portée de contact, et sa faculté de voler les souvenirs en faisait une menace pour la sécurité intérieure. Une caresse du bout des doigt, et elle pouvait s'emparer des codes de sécurités de lancement de missiles, ou connaître l'emplacement secret d'une base militaire... Un peu comme une télépathe, en nettement moins vulnérable. En haut lieu, nombreux étaient ceux qui avaient toujours préconisé de mettre en cellule Malicia avec un inhibiteur de pouvoir " par mesure de sécurité " le temps de trouver une parade à son don, ou de dénicher un moyen de pression efficace pour s'assurer qu'elle n'attaquerait jamais le Gouvernement. L'explosion au centre Rockefeller avait attisé la paranoïa des gradés de l'armée, et on s'était mis d'accord pour précipiter l'arrestation de la jeune femme. Sauf qu'un détails important avait jusque-là freiné l'agressivité des autorités : en tant que X-woman, Malicia pouvait compter sur le soutien de son équipe pour la soutenir, la protéger, voire l'aider à s'évader en cas de capture, ce qui aurait par ailleurs signé la déclaration de guerre entre l'Institut et l'initiative. Or, que venait d'annoncer sur les canaux officiels Iron Man ? Qu'Anna s'était d'elle-même isolée en coupant les ponts avec l'Institut. N'étant plus membre des X-men, sa capture risquait soudain nettement moins d'entraîner de fâcheuses conséquences, puisque ses ex-collègues s'étonneraient nettement moins de ne plus recevoir de nouvelles de sa part. Malicia pouvait à compter d'aujourd'hui disparaître de la surface du globe sans que cela ne pose trop de soucis. Pour le SHIELD, la mise à jour équivalait à un feu vert pour le passage à l'acte.

Le Vengeur d'Acier n'avait que trois options disponibles : continuer de discuter tandis que fondraient sur Malicia les agents du SHIELD (ce que l'on attendait de lui, et qui se terminerait très mal, Malicia capturée ou non) ; prévenir la jeune femme, pour qu'elle ait le temps de s'enfuir (ce qui lui vaudrait une mise aux arrêts immédiate pour haute-trahison) ; ou tenter de l'arrêter à lui tout seul, pour qu'Anna se mette en alerte bien avant l'arrivée des agents, et soit prête au combat quand on tentera de l'interpeller. Tony savait qu'il en serait arrivé à ce stade à un moment ou à un autre... Mais avait espéré que le dilemme se présente un peu plus tard. Et que Carol ne soit pas sur le pied de guerre, à lui demander ce qu'il foutait à parler de la pluie et du beau temps avec une terroriste. Et que Malicia n'enterre pas aussi vite l'idée de rejoindre l'Initiative.


« Le major Danvers vient de recevoir l'aval du président pour se suppléer à vous, monsieur. L'équipe Delta-Strike a été également avertie d'un possible envoi sur l'arrestation de Mlle Raven. Le rapport de la situation envoyé au Colonel Rhodes a été consulté il y a trente-quatre secondes. La sous-directrice est apte à prendre la décision de vous envoyer les équipes de soutien dès qu'elle le jugera nécessaire. »

¤ Cinq minutes, Crawford. Laissez-moi cinq minutes. ¤ Exigea mentalement le directeur du SHIELD, en envoyant un message-texte express à l'attention de Selena tout en serrant des dents, pris en traître par l'enchaînement frénétique des décisions. Qui aurait cru que la bureaucratie pouvait aller aussi vite ?

Le fils d'Howard Stark commençait à le soupçonner, toutes ces histoires de paperasse interminables semblaient pouvoir être court-circuitées... Si l'on en connaissait les arcanes, ou qu'un motif en imposait l'abrogation. Ce qui n'était absolument pas son cas. Pour traiter le législatif (mot rimant avec " rébarbatif "), l'Amérique disposait de ces gens appelés secrétaires.
L'amant de la Veuve Noire se sentit se crisper. Les préoccupations d'ordre éthiques sapaient sa cyberpathie. D'ordinaire, au calme, Tony aurait pu continuer à jongler entre les différents flux d'informations qui s'offraient à lui, mais là... Son cerveau était comme englué dans ses réflexion, ses hésitation. Les piques de Malicia rebondirent sur son armure, en majorité parce qu'après plus d' une année à défendre la LRS, le businessman au sourire enjôleur avait déjà entendu mille fois les habituelles accusations de fascisme déguisé et les attaques sur sa froideur apparente. En revanche, les questions d'Anna marquèrent des points, amoindrissant sa détermination. Que voulait-il vraiment, lui ? Pourquoi le Gouvernement s'en prenait-il à elle ? Pertinentes, les interrogations appelaient des réponses qui ne plairaient pas à l'élève de Charles Xavier, et Tony n'avait, de toute manière, pas le temps d'y répondre. Il ignorait combien de temps Crawford attendrait avant de lâcher les chiens (certainement pas cinq minutes !), mais il allait falloir les faire compter. Par hasard, son interlocutrice effectua un mouvement trompeur pour l'œil des caméras qui les épiaient, de loin : afin de manifester son désir de non-violence, Malicia mit les mains bien en évidence, abandonnant sa maigre protection contre le froid (le scanner thermique de l'armure indiqua à son pilote que la jeune femme perdait des calories à grande vitesse). Vu sur le moniteur géant du SHIELD par la sous-directrice, la scène donnerait l'impression que Stark se pliait gentiment à ses ordres, et pouvait retarder l'envoi des troupes.


¤ C'est déjà ça de pris. ¤

Incapable de tenir en place, le Vengeur d'Acier abaissa son assiette de vol afin de faire coïncider les rectangles d'azur simulant ses yeux avec les iris de la mutante.nLa bouche sèche, il s'élança pour un sophisme de bas étage.

« Résumons : vous voulez vivre en paix avec le reste du monde, en tant que mutante, mais sans intégrer l'Initiative... Ce qui revient à dire que vous renoncez à l'idée d'user de vos pouvoirs à compter de ce jour, puisqu'en vertu de la LRS, utiliser ses dons surhumains sans licence du SHIELD vous met dans l'illégalité. Haussant les épaules (ce qui rendit mal, à cause de l'armure sur lesdites épaules), le PDG milliardaire mordit sa langue, et lâcha d'un ton faussement conciliant : Si tel est votre souhait, vous pourriez en profiter pour sauter le pas, et vous simplifier la vie... Plutôt que de vivre parmi les autres en devant toujours veiller à ne pas utiliser par mégarde votre pouvoir, ce qui serait source de malentendus, voire de qui pro quo gênants avec les autorités... Pourquoi ne pas accepter d'être cleanée ? »

Clean. Le mot fatidique. Celui qui faisait se hérisser les poils sur les nuques des mutants, propulsait leur taux d'adrénaline vers des seuils jamais atteints, et incitait les plus tempérés des mutants à dégainer leurs pouvoirs... Un mot qui, Tony s'en doutait, mettre Malicia en état d'alerte maximal. Lui ne faisait que "proposer" cette solution, pour rester dans le rôle de l'agent du Gouvernement respectueux du sacro-saint protocole élaboré par la Commission, sauf qu'évidemment, son interlocutrice ne l'entendrait pas de cette oreille, y verrait une menace voilée ou une insulte. Ce qui était le but recherché, au final, même si Tony avait beaucoup de mal à admettre qu'il aidait (même de façon détournée) sa vis-à-vis parée de rose.

Nouveau message de Crawford.

« Zéro, Stark ». Elle allait appuyer sur le gros bouton rouge.


¤ Reed... J'espère que tu me couvriras, quand la commission étudiera les circonstances de cette arrestation. ¤ Pria intérieurement le justicier de métal, avant d'ordonner à Jarvis de basculer son affichage et son son sur le moniteur de la salle principale de la tour Stark.

Quitte à commettre volontairement une grosse erreur, autant maximiser le nombre de témoins. Tel le chasseur qui, prit en pitié par sa proie, tirait en l'air pour effrayer cette dernière plutôt que de l'abattre, Stark déclara, de son timbre le plus robotique et déshumanisé :


« Ais-je dis que vous aviez le choix ? Oh ! Toutes mes excuses, Mlle Raven ... Se comportant exactement comme ses détracteurs le décrivaient sur les réseaux sociaux (un nazi des temps modernes en armure), Iron Man poursuivit : En fait, il s'agissait d'un ordre : vous allez être cleanée. » Augmentant la propulsion de ses jet-boots, le justicier rouge et or pointa l'un de ses bras sur la mutante, poing fermé, comme s'il la visait. « Détendez-vous, Anna. Vous allez sentir une légère piqûre, et perdre connaissance. À votre réveil, je serai parti, et plus personne ne viendra vous embêter. Vous mènerez cette vie simple, dont vous rêvez tant. »



Revenir en haut Aller en bas
Anna Marie Raven
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Jeu 15 Mai - 11:07

Toute cette histoire puait et l’apparition d’Iron Man devant un immeuble d’habitation n’était pas passé inaperçu car le programme télévisé avait été stoppé par un flash info qui tentait de filmer la scène de loin à cause du blocus de sécurité.
La journaliste sur un ton faussement inquiet tentait de meubler entre deux fausses infos jusqu’à ce que mon identité tombait entre ses mains via l’ipad qu’elle tenait.
Et voilà qu’on me traitait de terroriste alors que je n’avais rien fait. Ils ne savaient rien de moi et de la situation que j’étais déjà cataloguée. A ce moment précis, entre Stark et les Journalistes j’avais envie de prendre la fuite, quitter le pays et changer définitivement d’identité. Ce monde puait, il fallait que ça cesse.


Stark se remit à parler et ce qu’il m’apprit me déplu au plus haut point. Il fallait que je me contienne et que je continue de garder ma posture de non-agression tout en réfléchissant aux options qui étaient à ma disposition.
J’avais refusé de travailler pour l’Initiative, cela allait de soi car c’était contre mes convictions les plus profondes. Il était hors de question que je joue aux chasseuses de mutants.
Donc en lui, ou plutôt en leur faisant comprendre que je ne voulais vivre simplement ma vie, ils en avaient conclu que je devais me faire cleaner. Comme si ce que je suis était une maladie.


*Fils de ####, enc####, je vais te faire bouffer ton armure…*

Je regardais successivement Stark, la télévision, et mon balcon. Il fallait que je trouve une solution qui serait la moins problématique pour moi, les autres mutants et la situation dans laquelle je me trouvais. Je devais faire attention sinon je risquais de perdre ce que je protégeais et ce n’était pas envisageable.

*Là si Kyana doutais de moi elle a la confirmation de ce que je lui avais dit…*

Stark m’avait demandé si j’allais accepter d’être cleaner mais je n’eu même pas le temps d’y réfléchir quelque instants qu’il changeait d’attitude.
Le son de sa voix était devenu plus agressif, et sa position était menaçante. Quand à ces paroles… Il n’y avait plus de doutes. J’allais être cleaner quoiqu'il arrive.


*Non pas ça ! Les risques…*

Devais-je lui dire dans quel était j’étais ? Bonne question ! Le produit n’avait sans doute pas été testé pour ces cas-là et de toute façon ils devaient s’en moquer.
Mais pourquoi ce changement d’attitude ?
L’annonce de la journaliste à la télévision attira mon attention : la scène était diffusée en directe à la télévision. Je pouvais me voir, en position de soumission, menacée par Stark.


*Mais à quoi joue-t-il ?*

C’était étrange, je n’arrivais pas à comprendre ses actions. Etais-ce un piège ? Voulait-il que je fasse quelque chose mais quoi ?

Je me mis alors à le fixer, inquiète, cherchant les options qui étaient à ma disposition. J’avais la capacité de vol de Danvers, la capacité de morphing de ma mère, la force surhumaine et la projection de plasma. Donc je fais sauter deux trois choses chez moi histoire de détourner l’attention, je vole le plus loin possible et je me cache sous une autre identité.
Mais il fallait que j’aie le temps d’agir car Iron Man était tout de même très rapide.


*Ca va être serré…*

Attendez ! Dis-je suis un ton suppliant.

Je baissais doucement les bras, tremblante de froid, pour ramasser ma couverture afin de m’enrouler dedans ce qui me permettrais de cacher légèrement l’orientation de mes mains.

Il n’y a vraiment pas d’autres solutions ?
Vous allez simplement me cleaner, arbitrairement, comme ça ? Comme si j’avais un cancer ?
Les états unis, pays des droits de l’homme est donc devenu un état totalitaire ou les gens vont être chassés et piqués pour le simple fait d’être nés différents ? Je croyais que la fin de l’esclavage et de l’apartheid dans notre pays nous avait appris quelque chose et fait évolué.
Où sont le tribunal, le juge, les avocats et les jurés ?


Je baissais la tête… J’avais trouvé ma fenêtre. Je m’avançais doucement, toujours de manière non agressive.

Stark…
Je suis née ainsi, c’est comme ça que la nature a voulu que je sois. Il est hors de question que je change cela. Donc même si je n’ai pas le choix, je refuse le clean.


En un instant j’avais fait sauté les appareils électronique de mon salon, enveloppé stark avec ma couverture pour écarter le lanceur de Clean et je m’étais mis en vol le plus rapidement possible vers une zone chargée de poteaux, fils et constructions de toutes sortes afin que Stark et ses amis aient le plus de mal à gagner en vitesse.
J’en avais profité pour brûler mes vêtements et changé cela pour une tenue plus pratique et moins visible.
*Merci Mystique…*

Il fallait que je trouve un endroit par lequel je pourrais m’échapper facilement et dans lequel ils hésiteraient à entrer. *Les égouts !*
Pressée par le temps je n’avais pas regardé derrière moi car Stark avait un énorme avantage : la vitesse, la technologie et il n’était pas seule.



[Je n’ai pas compris ce qu’était la salle principale de la Tour Stark c’est un grand écran que tout le monde peut voir ? Je suis partie sur cette idée car je ne savais pas trop où tu voulais en venir. Si ce n’est pas le cas dis-le et je changerais.]
Revenir en haut Aller en bas
Anthony E. Stark
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Mar 20 Mai - 20:14

[HRP]Joli avatar  Wink[/HRP]

Au pire moment envisageable, Selena Crawford se fendit d'un nouveau commentaire acerbe.
«
Souriez, Stark. Vous êtes filmé. »


¤ Je ne pense pas, non. Songea le créateur de Jarvis en se préparant à hacker et parasiter les caméras qui le surveillaient... Avant de se retenir, et de serrer les dents. Il soupira intérieurement. Non. Il faut qu'on me voit comme le salaud du Gouvernement. ¤

Crawford avait peut-être espéré déranger son supérieur direct en lui rajoutant la pression de l'œil médiatique sur les épaules (et y était arrivée dans un premier temps), mais Tony avait grandi dans un monde où la presse people épiait ses moindres faits et gestes, guettant le plus anecdotique faux-pas pour l'amplifier et le transformer en annonce-choc. Gérer le stress d'être observé par des millions de gens figurait quasiment dans son génome, désormais.

« Monsieur, votre intervention actuelle est en passe d'être l'événement le plus suivi à la télévision depuis l'annonce de l'identité civile de Spider-Man. J'ai par sécurité pris soin d'avertir les hébergeurs de moteurs de recherche afin qu'ils doublent leur supports de stockage, afin de prévenir un second crash majeur. » Monologua l'assistant, puisque Stark ne prêta aucune attention à son initiative, gardant sous surveillance les différents rapports de statut des unités du SHIELD pour s'assurer que personne ne bougeait.

Réagissant comme il l'espérait, Malicia tenta de gagner du temps pour réfléchir à la manière dont elle allait filer entre les doigts de son interlocuteur rouge et or. Derrière son heaume, Tony voyait quasiment les neurones de la jeune femme discuter entre eux par neuromédiateurs interposés, tandis qu'elle lui expédiait un laïus sur les valeurs de la Liberté que Cap' aurait approuvé.


¤ Trop lente, miss Raven. Pensa froidement le quadragénaire, les traits tirés, en feignant d'avoir été arrêté par les supplications de la mutante. Si j'avais réellement eu l'intention de vous cleaner, vous seriez déjà privée de vos pouvoirs... ¤

Chaque seconde perdue par l'ancienne X-woman jouait en sa défaveur, puisque la sous-directrice du SHIELD pouvait désormais craquer à tout instant, et lâcher les troupes sur la demoiselle légèrement vêtue. Tony avait espéré que Malicia réagisse plus vivement à son geste menaçant, en bondissant dès son mouvement de visée pour lui échapper. Mais cette dernière (ce qui était à mettre à son crédit) préféra opter pour une diversion vocale pour consolider sa fuite, tout en ouvrant la porte à une éventuelle négociation de dernière minute. Une attitude honorable, en somme. De surcroit, depuis l'injection d'Extremis, le PDG de Stark Entreprises trouvait de plus en plus de gens lents à réagir. Une conséquence évidente de l'augmentation de ses propres capacités corporelles, qu'il oubliait de prendre en compte lorsqu'il se comparait aux autres.

« Ce choix ne vous appartient... » Entama le Vengeur d'Acier à la seconde où Anna armait son bras pour surcharger les appareils de son appartement.

¤ Diversion visuelle et sonore, en plus de compliquer la tâche des agents du SHIELD lorsqu'ils viendront ici à la pêche aux informations. Pas mal. ¤ Approuva-t-il, déchargeant son tir dans la gangue de tissus que Malicia lui avait fourré dans les bras en poussant une exclamation surprise, avant de déchirer l'étoffe comme si de rien n'était.

D'une pensée, Iron Man installa un réticule de visée sur la fuyarde, tentant d'ajuster son tir pour la cleaner à distance, mais cette dernière, naturellement, ne lui facilita pas la tâche. La volée de vaccin anti-mutation siffla dans l'air, se fichant soit dans un mur, soit dans la gaine caoutchouteuse de câbles électriques. Des icônes d'alarme défilèrent en pagaille sur son écran interne, annonçant l'envoi des troupes au sol, des hélicoptères et même de Ms Marvel aux trousses de l'élève de Charles Xavier.


« Monsieur, la sous-directrice vous donne l'ordre d'abandonner immédiatement vos poursuites et de retourner à la tour. Elle ajoute avoir l'aval du président sur cette décision. »

Sans desserrer les dents, le justicier en armure démarra à allure modérée sa propulsion pour filer le train de la renégate volante, s'inclinant et enchainant les tonneaux pour minimiser les décélérations entre les virages au sein de la grosse Pomme.

¤ Crawford, vous bluffez. Mal. ¤ Décocha le pilote de l'armure Extremis en lisant du coin de l'œil un message-texte du secrétaire à la Défense. ¤ Je vous interdis de me donner des ordres. Malicia est à moi. Je la cleanerai. Je la ramènerai dans les geôles de la Tour, inconsciente. Moi, et personne d'autre. À partir de maintenant, j'en fais une affaire personnelle. ¤

C'était une réaction cohérente, compte-tenu du passif d'Iron Man, et Tony avait justement misé là-dessus pour pouvoir empêcher l'envoi de troupes, en dépit du fait qu'Anna lui échappait. Si l'Initiative gobait l'histoire, le pensait froissé dans son égo et avide de s'occuper lui-même du cas Malicia, aucune autorité ne s'opposerait à sa petite vendetta. On lui ferait confiance pour se dédier à cent pour cent dans sa mission. Tout ce qu'il lui restait à faire était de poursuivre avec crédibilité sa proie, et échouer de juste assez peu pour n'éveiller aucuns soupçons.
Avant que Jarvis ne l'en informe, il repéra une énième tentative de communication, et, parant au plus pressé, leva l'interdiction concernant son interlocuteur. Pour maintenir l'illusion, il allait devoir prendre cet appel.


« Vous avez merdé, Stark. Complètement. »

Diffusant sur tous les canaux l'image la plus récente qu'il avait de la fugitive, Tony suivit le sillage supposé de la jeune femme, tracé par son ordinateur de bord en se fiant à la signature photonique émise par l'utilisation des pouvoirs de Carol. Une course-poursuite serrée, puisque les particules se neutralisaient très vite, et que leur faible concentration dans l'atmosphère rendait leur détection impossible à plus de trois mètres.

« J'ai reçu le mémo à ce sujet, M. le secrétaire. Rappelez-vous : Extrémis, cyberpathie, capacité à faire plusieurs choses en même temps... » Répondit sèchement le directeur du SHIELD, en perdant doucement mais sûrement la trace de sa proie envolée.

« Bouclez-la un peu, Stark ! Vous n'êtes pas Dieu le Père, et vous ne pouvez foutrement pas vous permettre de me parler sur ce ton, pas après un coup comme celui que vous venez de faire. Mais vous jouiez à quoi, en allant faire le cow-boy devant une mutante de classe 4 ? Le réacteur dans votre poitrine émettrait-il des radiations vous grillant le cerveau ? »

« Carol Danvers ne s'est jamais complètement remise de sa première rencontre avec cette mutante. Lugubre, Tony puisa dans la vérité, usant à son avantage de sa proximité avec une camarade des Alcooliques Anonymes. Chaque rechute, chaque moment de désespoir, la renvoie encore et toujours à ces secondes de souffrance, où une salope de mutante lui a arrachée violemment, et sans considérations, ses pouvoirs, ses souvenirs, et son identité. Pire qu'un viol. Tout ça, sans jamais avoir été inquiétée, sans jamais avoir payée pour ses actes. Vous n'imaginez pas à quel point Carol a peur de cette femme. Et combien je l'ai détestée, pour les larmes que cela suscitait en mon amie, de repenser à ce traumatisme. Alors vous allez me ravaler vos critiques, vous allez me laisser gérer cette histoire, et quand j'aurais ramené Anna-Marie Raven en cellule en la traînant par les cheveux, vous me laisserez seul avec elle, pour deux longues, intenses, et très douloureuses heures loin des caméras. » Articula d'une traite le chef des Vengeurs en ne mâchant pas ses mots pour que son agressivité latente fasse écho à son comportement aux yeux du secrétaire à la Défense.

Ce dernier souffla de façon parfaitement audible dans son combiné, une méthode comme une autre pour manifester de son embarras devant la complexité de la situation (situation dont il n'avait connaissance que de la moitié des paramètres).


« Crawford est en ébullition dans la salle, Stark. Vous êtes clairement le plus haut placé dans la hiérarchie de la Tour, mais c'est elle qui crie les ordres le plus fort, actuellement. Certaines personnes vont sans doute l'écouter. »

« Tant que ce ne sont pas des surhumains, je ne m'y oppose pas. La priorité, c'est d'empêcher Malicia de mettre la main sur plus de pouvoirs qu'elle n'en a déjà. Je sais qu'elle n'a pas la téléportation, donc vous me tenez Anderson loin de la zone ; idem pour la Persuasion, Webster reste au QG. Qu'on déploie un périmètre aérien de surveillance, juste au cas où. Mais je vois mal Anna opter pour la voie des airs, pour sa fuite. Se déplacer à pied sera largement plus discret... Si elle réussi à passer les contrôles d'identité sans éveiller l'attention. Je me tiendrai prêt à rappliquer au moindre appel radio ; mais d'ici là, je serai sous terre. »

« Les égouts ? » Crut deviner le représentant du Gouvernement avec un doute manifeste dans la voix.

« Lorsque Spider-man a retourné sa veste, c'est là-bas qu'il était parti se réfugier... Peut-être que tous les supers contraints à la fuite ont le réflexe de retourner sous terre, je ne sais pas. Mais quelqu'un doit bien s'y coller, et avec ma méthode de déplacement, plus mon accès rapide aux cartes des réseaux, je suis tout désigné. »

« Mouais... Enfin, la dernière fois que j'ai lu un rapport impliquant le SHIELD et des égouts... »

¤ … Deux Thunderbolts sont morts, oui, je le devine. ¤ Répondit en pensées le Vengeur en terminant la communication d'un plissement de paupières.

Jack'O'Lantern et le Pitre. Pas les deux plus efficaces recrues pour le projet Tunderbolt, mais c'était ceux que Maria Hill avait décidé d'envoyer les premiers sur le terrain. Les opérateurs quatre et six du projet, lâchés sur Spider-Man. Et ces deux anciens criminels avaient réussi à neutraliser le Tisseur. Hélas pour eux, Franck Castle était venu à la rescousse du Rebelle arachnide juste à ce moment-là... Explosant au passage la cervelle de deux super-vilains à grands coups de chevrotine. Pour le Punisher, un criminel restait un criminel, même amnistié par le Gouvernement.


¤ Espérons que ça ne se passe pas aussi mal, cette fois... ¤

Prudemment, Iron Man s'engouffra dans le réseau souterrain de la Grosse Pomme, les filtres de son armure lui épargnant de respirer l'air vicié des égouts tout en lui offrant une parfaite visibilité. Senseurs en éveil, il démarra une fouille des environs à bas régime, n'espérant même pas dénicher Malicia. Selon toutes probabilités, cette dernière aurait opté pour se fondre dans la masse, et Tony croyait fortement en la capacité de la X-woman à passer entre les mailles des filets du SHIELD. D'ici quelques minutes, l'arrestation aurait échoué, sans que l'on puisse véritablement lui imputer la moindre responsabilité.


Revenir en haut Aller en bas
Anna Marie Raven
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   Sam 24 Mai - 15:25

HJ : merci ;-)



Les égouts, la seule sortie discrète et sûre que je voyais pour le moment. Sous terre, dans les galeries il serait compliqué pour un homme en armure de se déplacer aussi vite qu'entre les buldings de New York. L'étroitesse de l'endroit, la fragilité des parois et les divers obstacles risquaient de le ralentir. Quant à l'humidité et la chaleur j’espérais que cela déréglerais ces instruments.
Et c'était sans compter sur mon espoir d'y trouver quelques Morloks.

Pendant des années j'avais vécu «protégée» du gouvernement et des anit-mutants au sein de l'Institut Xavier. Je savais ce que mes frères vivaient, je l'avais vécu autre fois quand j'étais enfant lorsque j'agissais sous la coupe de ma mère. Mais c'était comme si j'étais dans un autre monde avec les combats que nous menions pour protéger la Terre de menace que la plus part des humains ne connaissent pas.
S'ils savaient ce que nous faisions pour eux, s'ils connaissaient le nombre de batailles que j'avais mené pour les protéger ils ne s'attaqueraient pas à moi de la sorte. Ils auraient peut-être un minimum de respect et ils me ficheraient la paix. Mais au lieu de ça ils s'attaquent à moi et me visent comme un vulgaire chien alors que je coopérais...
Les rebelles avaient raison depuis le départ. Si j'avais été là plus tôt, peut-être que j'aurais intégré leurs rangs avant toutes ces histoires.

Au lieu de ça, je me faufile dans les galeries discrètement en espérant échapper à un de ces malades.
Après de nombreuses minutes seule dans l'ombre, je m'arrêtais près d'un échangeur d'eau. Il y faisait plus frais et l'odeur était moins désagréable. J'étais essoufflée, et je commençais à fatiguer. C'était le signe que je commençais à manquer d’entraînement. Toutefois il fallait que je fasse attention à ce que je faisais. Prendre des risques dans mon état aurais des conséquences que je n’étais pas prête à accepter.
A contrecœur, je me remis en route mais cette fois-ci en marchant car il fallait que je me repose.


*Mais où sont les Morlocks ?*

Au cours de mon trajet dans les égouts je n'avais remarqué aucune trace des mutants qui s'étaient réfugiés dans les égouts à cause de leurs aspects qui leur rendait la vie impossible à l’extérieur. Je me doutais bien que le gouvernement avait dû faire des expéditions humanitaires pour les aider mais de là à les faire disparaître c'était énorme ! Surtout que certains d'entre-eux étaient de puissants mutants et contre le clean.

*S'il n'y a personne et que je tombe de nouveau sur cet enfoiré, il va falloir que je bluff... Ou que je vise bien...*

Mon expérience du combat m'avait appris à ne jamais me relâcher, à toujours prévoir un coup d'avance. Comme je n'avais aucun moyen de connaître l'avancée de ma situation je prévoyais le pire : Stark était toujours à mes trousses bien décidé à m'enlever mes pouvoirs.

*Et les autres mutants comme Spiderman... Ils doivent bien être quelques part ? *

La zone dans laquelle je me trouvais était de plus en plus délabrée. Je ne savais absolument pas où je me trouvais et je n'avais aucune idée d'où je me rendais. L'improvisation, être mobile et imprévisible... Contre un adversaire qui calcule tout c'était la seule solution pour avoir une chance d'avance.
Quelque chose n'allait pas. Où plutôt, je commençais à me sentir mal.
Tout d'abord il y avait eut la fatigue prématurée que j'avais mis sur le coup du manque d’entraînement, mais là j'avais chaud et comme des crampes à l'estomac.


* Non ! Pas maintenant... Pas ça !*

Inquiète, je profitais de la possibilité de descendre d'un niveau via une vieille échelle métallique. Il fallait que je me cache et que je me repose.
Une fois en bas, les pieds dans l'eau souillée, je regardais la galerie dans laquelle je me trouvais désormais. A en voir les détritus, elle avait été habitée mais elle était déserte depuis pas mal de temps. C'était une bonne chose pour moi car cet endroit devait me proposer un grand nombre de cachettes possibles.
Sans attendre je me cherchais une cavité protégée. Au bout d’un moment, près d’un déversoir j’aperçu une zone sombre. Mon instinct me disait qu’il y avait quelque chose d’étrange et en allant voir je compris quoi. Ce qui ressemblait à une paroi derrière l’eau qui tombait n’était rien de plus qu’une entrée dissimulée vers un autre groupe de tunnels improvisés par les habitants. Sans attendre je me réfugiais dans l’un des recoins les moins inconfortables de ce tunnel en attendant que l’orage passe.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dura Lex... [Malicia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dura Lex... [Malicia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: New York :: Les Résidences :: Appartements :: Appartement de Malicia-