Partagez | .
 

 Even in death, our love goes on [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Warren Worthington
~ Mutant lv5 ~
~ Mutant lv5   ~
avatar

MessageSujet: Even in death, our love goes on [solo]   Lun 16 Aoû - 22:52

Une chambre confortable. Des rideaux tirés pour garantir une intimité certaine. Quelques bougies pour éclairer la pièce d'une lueur romantique. Et deux amoureux sur un lit. L'homme avait les yeux bleus et de grandes ailes dans le dos, la femme, les yeux marrons et de longs cheveux blonds. Ils se dévoraient du regard, sans un mot. L'homme caressa les lèvres de la femme du bout des doigts avant de se pencher pour l'embrasser avec tendresse. La femme enveloppa ses jambes autour de sa taille, de peur qu'il s'en aille. L'homme n'en avait aucunement l'intention et redoubla de passion tout en caressant la cuisse droite de la femme. La femme se cambra légèrement dans un gémissement et rompit le baiser pour attraper le visage de l'homme et le regarder dans les yeux. Un sensuel "je t'aime" résonna dans la pièce.

    Warren ouvrit les yeux et s'étira. Humm, des rêves comme ça, il en voudrait bien toutes les nuits. Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en y repensant. Il n'avait pas besoin des rêves, c'est ce qu'il vivait au quotidien avec sa douce féline. Car oui, c'était bien d'elle qu'il rêvait. Cette femme occupait son esprit tout entier. Il déplorait le fait qu'elle doive passer quelques jours chez les rebelles. Mais les retrouvailles en étaient toujours que plus passionnées. Il avait tout de même hâte de la revoir. Il avait parfois l'impression que la féline lui avait jeté un sort. Il avait rarement été aussi obsédé par une femme. Il n'allait pas s'en plaindre, c'était un sentiment merveilleux lorsqu'il était partagé. Il lui aurait décroché la lune s'il avait pu voler aussi haut. Bien sûr, il ne s'était pas transformé en amant transi tout mielleux, quelle horreur ! Il était resté lui même, le puissant mutant Archangel, qui ne craignait rien ni personne, mais un mutant amoureux, tout simplement. D'une certaine façon, il n'en était que plus dangereux encore. Si on touchait à ceux qu'ils aimaient, et en particulier sa dulcinée, il se transformait en véritable machine à tuer.

    Le jeune homme se leva, non sans mal, ce matin là. Il avait toujours un peu de mal à sortir du lit, surtout quand il avait fait un agréable rêve ou était en charmante compagnie. Il allait jusqu'à la cuisine pour se faire du café. Il était dans son appartement aujourd'hui, et non l'Institut. Il avait une réunion importante avec plusieurs actionnaires de Worthington Industries ce matin. Pfff, il y avait des jours où il avait envie d'envoyer balader cette vie de business man. Mais non, c'était qui il était. Homme d'affaires, mutant, X-men. Il avait besoin de ces deux facettes de sa vie pour garder un équilibre. Une fois son café avalé, sa douche prise et son costard enfilé, Warren était prêt pour sa 'vie civile'. Il mit son long manteau, mois de décembre oblige, et partit en direction de sa société. Le beau blond salua quelques employés, discuta quelques minutes avec d'autres. Il était relativement proche des gens qui travaillait pour lui. Worthington Industries était comme une grande famille. Il ne se vanterait pas de connaitre tout le monde, cela serait prétentieux pour un patron, mais il avait créé des liens avec les plus anciens. Il monta enfin dans son bureau afin de s'occuper de quelques papiers. Cynthia, sa secrétaire, lui amena des documents à signer et l'informa des dernières tendances financières. L'heure du meeting avait sonné. Sur le chemin de la salle de réunion, un flash frappa le jeune homme. Il s'agissait de la dernière image de son rêve, Kyana lui disant qu'elle l'aimait.


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    Cette vision, contrairement à son habitude, l'empli d'un sentiment étrange de malaise. Il ne saurait expliquer pourquoi. Ce n'est que la main de Tom, son conseiller, sur son épaule qui le ramena à la réalité. Ce dernier lui demanda ce qu'il n'allait pas. Archangel grogna un bref : "Rien, rien. Ca va." avant de s'installer un bout de la grande table où se trouvaient ses associés. La réunion était chiante au possible. On dû lui demander plusieurs fois s'il écoutait. A vrai dire, non. Il se foutait royalement de ce qu'il se passait dans la pièce. Seule l'image de la féline l'obsédait. Pourquoi se sentait-il si mal ? Il ne comprenait pas. C'est alors que Cynthia entra dans la salle, elle s'excusa auprès des autres hommes et se dirigea vers Warren. Il lui tendit une lettre qui venait d'arriver en recommandé, extrêmement urgente apparemment. Le jeune homme la remercia et la secrétaire repartit. Dans l'enveloppe se trouvait un simple mot : 208 Baker Street, NY. Il s'agissait du quartier industriel de la ville. Mais qu'est-ce-que... ? Le visage du mutant se décomposa alors, avant de prendre un air des plus dur. Il se leva d'un bond et se dirigea vers la porte. Un actionnaire se mit devant lui : "Mr Worthington, vous ne pouvez pas partir comme ça. La réunion n'est pas fini, vous n'avons pas encore évoqué le...". Warren serra la mâchoire et lui lança un regard noir.

    "Écoutes, Marshall, je t'aime bien. Mais la réunion tu peux te la coller où je pense." L'homme allait répondre, le mutant l'en empêcha avec un : "Et tu as intérêt à la fermer tout de suite avant que je décide de couper tes bijoux de famille pour les accrocher au sapin de Noël."

    L'homme recula d'un pas, tout d'un coup très peu sûr de lui, pour laisser passer son patron. Warren piqua alors un sprint pour sortir du bâtiment, devant l'interrogation de tous.

__________________________
 
It's easy to forget just how deadly mutants can be, especially when
we dress in colorful costumes and play hero all the time.
Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Warren Worthington
~ Mutant lv5 ~
~ Mutant lv5   ~
avatar

MessageSujet: Re: Even in death, our love goes on [solo]   Lun 16 Aoû - 22:53

    Mais Archangel s'en foutait. Il avait comprit. Il était persuadé que quelque chose était arrivé à sa féline. Il le sentait dans ses tripes. Il ne saurait l'expliquer, et n'essaya même pas. C'était évident, voilà tout. Il fonça dans la ruelle la plus proche et l'enleva, sans ménagement, ce qu'il portait sur le torse pour s'envoler ensuite. Il faisait jour, on pouvait le voir survoler la ville, mais il s'en moquait. Le vol était plus rapide que la voiture. Il devait la retrouver, c'était la seule chose qui l'importait. L'image de son rêve le torturait, comme un rappel de ce qu'il ne voulait pas perdre, qu'il ne pouvait pas perdre. Il arriva enfin à l'adresse indiquée sur le papier. Il espérait de tout cœur s'être trompé, s'être royalement planté. Mais son nœud à l'estomac le poussait à croire le contraire. Il s'engagea alors dans le vieil immeuble désaffecté, habituant peu à peu ses yeux à l'obscurité.

    "Kyanaaaaaaaaaa ?" appela-t-il

    Rien. Aucune réponse. Était-ce une bonne nouvelle ? Une mauvaise ? Il arpentait les couloirs et les étages un par un. Il recherchait ce qu'il ne voulait pas trouver. Il priait les dieux auxquels il ne croyait pas pour qu'elle ne soit pas ici, pour qu'elle soit à l'abri, en sécurité à la Rébellion. Rahh, cet endroit était immense. Il eut alors l'idée de sortir son portable de la poche de son pantalon et de composer le numéro de la blonde. Pitié, pitié, pourvu qu'elle réponde, qu'elle lui dise que tout allait bien, qu'il était idiot de s'inquiéter ainsi, sur des suppositions stupides. Un faible bruit attira alors son attention, il retira le portable de son oreille pour écouter attentivement. Oh mon dieu ! Il s'agissait de la sonnerie du téléphone de la jeune femme. Elle était ici. Elle était bien ici. Il se précipita alors vers la sonorité, grimpa quatre à quatre les escaliers et courant comme un fou dans les couloirs. La sonnerie était forte maintenant, trop forte. Il laissa soudain son portable tomber au sol et étouffa un cri en voyant une silhouette, par terre, au loin. Il s'élança vers elle et se glissa sur le sol pour arriver près d'elle. Oh mon dieu ! Non, non, non. Il s'agissait bien de Kyana. Il la prit dans ses bras, les larmes aux yeux, et essayait de la réveiller.

    "Kyana. Kyana, je t'en prie. Ouvre les yeux. C'est moi. C'est Warren, je suis là."

    Il la serrait contre lui. Non, ce n'était pas possible. C'était un cauchemar, un affreux cauchemar. Il allait se réveiller. Oui, il devait se réveiller. Cela n'était pas réel, cela ne pouvait pas être réel. La sonnerie du téléphone continuait à retentir, le jeune homme attrapa le portable et le fracassa contre le mur pour qu'il s'arrête. Okay, okay. Il essayait de reprendre ses esprits et d'analyser la situation. Elle était couverte de sang. S'il trouvait ceux qui avaient fait ça ! Calme, on se concentre. Il arracha le top de la blonde pour découvrir plusieurs traces de balles. Une avait touché le cœur apparemment, et les autres, traversés son corps. Il la serrait de plus belle contre lui, en se balançant légèrement. Qui avait pu faire ça ? Qui ?! Bon il fallait agir, tout tenter. Il ne pouvait pas la perdre, non, c'était impossible. Il regarda autour de lui et attrapa de qui semblait être un débris de verre. Il se tailla profondément le poignet en serrant la mâchoire. Il fit ensuite reposer le corps de la blonde sur lui en enveloppant son bras autour d'elle, son poignet ouvert sur une de ses blessures, afin de lui transmettre son sang et espérait la guérir. Le pouvoir de guérison d'Archangel pouvait, en effet, ramener à la vie des personnes mortes tout récemment. Il fallait que ça marche, ça devait marcher.

    "Je t'en supplie. Tu dois te réveiller. Je... je t'aime, tu comprends ? Tu ne peux pas me laisser. Tu n'as pas le droit." répétait-il, les yeux embués de larmes

    Il ne savait pas combien de temps il était resté là, à se vider lentement de son sang pour tenter de sauver son amour. Une heure ? Trois heures ? Cinq heures ? Cela lui paraissait dérisoire. L'état de sa féline n'avait pas changé. Sa peau si douce était aussi froide que de la glace. Il devait se rendre à l'évidence. Elle était morte. Elle était morte seule, péniblement, de la main d'inconnus. Comment cela avait-il pu se passer ? Elle qu'il croyait si forte, malgré ce qui lui faisait croire. Comment ces enfoirés avaient-il pu la blesser, et encore plus, l'abattre ?! Des milliers de pensées fusaient dans l'esprit du mutant. Haine, colère, chagrin, souffrance, douleur. Tout se mélangeait. Il serra fort la féline contre lui et lâcha échapper un grand cri de désespoir et de douleur. Il restait encore là, sans bouger, durant un long moment. Il ne savait pas quoi faire. Il était perdu, il l'avait perdu. Il finit enfin par bouger. Il banda son poignet avec un bout de tissu prit sur le haut de la blonde. Il pensa quelques secondes à rejoindre sa féline de l'autre côté. Mais sa blessure aurait fini par guérir toute seule. Et même, ce n'est pas ce que Kyana voudrait. Et ce n'était pas dans sa nature profonde non plus. Warren rendait coup pour coup dans la douleur, il n'abandonnait pas. Il se leva enfin, la jeune femme dans ses bras. Il commença à avancer vers la sortie, le teint livide et le regard absent. Mais c'est alors qu'il aperçu quelque chose au sol. Il fronça les sourcils en s'approchant. Il s'agissait de... non... ce n'était pas possible ! Une dose de 'clean', vide ! Le cerveau de Warren se remit à carburer. C'est comme ça qu'ils l'avaient atteinte, ils lui avaient injectés une dose de 'clean'. Quelle bande de lâches ! Mais attendez, il n'y a qu'un seul organisme qui utiliser cette pratique. L'initiative...

    Le lendemain, le téléphone sonna dans le bureau du dirigeant de l'Initiative, un certain Iron Man. La voix d'Archangel se fit entendre.

    "Tony. Je sais. Je sais que c'est toi. Et tu es mort." Tony voulut répondre mais le jeune mutant ne lui laissa pas le temps d'en placer une. "Quoi que tu fasses, où que tu ailles, je vais te traquer. Je vais te traquer, puis je vais te trancher la gorge. ET JE VAIS TE COUPER EN DEUX, ET JE VAIS MANGER TON PUTAIN DE COEUR !!!"


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    Oui, Archangel était extrêmement dangereux lorsqu'il était amoureux. La machine à tuer était en marche... et il n'y avait aucun moyen de l'arrêter.

__________________________
 
It's easy to forget just how deadly mutants can be, especially when
we dress in colorful costumes and play hero all the time.
Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Terra Justice
~ Maître du Jeu ~
avatar

MessageSujet: Re: Even in death, our love goes on [solo]   Jeu 3 Avr - 11:59

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Even in death, our love goes on [solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Even in death, our love goes on [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Le monde est vaste :: Autres lieux, Autres temps :: Flash Back-