Partagez | .
 

 Curieuse rencontre [ Wolverine ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
wolverine
Invité


MessageSujet: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Mar 17 Aoû - 16:12

Wolverine a écrit:

    Ca puait. Vraiment. Les ruelles mal famées de New York avaient ce don particulier de mêler les odeurs les plus exécrables en un seul et même endroit, histoire de bien faire comprendre qu'ici ce n'était pas la high society mais bel et bien le coin des rôdeurs et des criminels en tous genre. Le problème, c'est que quand on a l'odorat surdéveloppé, c'est mille fois pire. Heureusement que Logan savait contrôler ce don qui pouvait très vite se transformer en malédiction, et qu'il l'avait fait taire au simple niveau de celui d'un homme normal. Enfin presque. Marchant silencieusement en tenant sa moto dans les rues sombres, jeans et veste en cuir marron sur les épaules comme d'habitude, Logan n'avait focalisé son odorat surpuissant que sur une seule et unique odeur, celle d'un homme d'une quarantaine d'années dont il retraçait la piste encore chaude à l'odeur et uniquement par ce moyen. Le fait de l'avoir déjà rencontré une semaine avant faisait qu'il n'avait pas oublié qu'elle odeur il dégageait. Une sale odeur de trahison s'y étant ajouté en plus.Il évitait soigneusement depuis bientôt deux heures les rues les plus fréquentées de cette jungle urbaine qu'était New York. De un parce qu'il était recherché par le gouvernement et plus précisément l'Initiative, de deux parce que l'homme en question, sa proie du moment, avait elle-même emprunté ce chemin en évitant les grands axes, ce qui était assez pratique pour le mutant il fallait l'avouer. Tabasser des mecs du gouvernement ça commençait légèrement à lui courir sur le haricot. Il préférait devoir taper sur des mecs qui le méritaient vraiment. Parce que les agents du SHIELD n'étaient pas des violeurs, des assassins, des criminels, au contraire, ils étaient supposés les arrêter, ils faisaient leur job et n'étaient pas méchants à proprement parler. Logan avait été agent du SHIELD plusieurs années et savait que le code n'avait pas changé, même s'il y avait quand même beaucoup à redire sur la Loi de Recensement  d'après lui, ou du moins de la façon dont elle était appliquée. Donc Logan s'était fixé une règle dure à tenir pour une machine à tuer comme lui, à savoir ne pas tuer les gus du gouvernement et ne tuer que ceux qui le méritaient d'après lui. Plus facile à dire qu'à faire. Mais il s'y était tenu, pour le moment.Flairant toujours l'odeur de sa cible, cette dernière le conduisit jusqu'à ce qui semblait être dans la pénombre de la nuit bien avancée un bar clandestin. Il laissa sa moto à deux rues de là, ayait suivi le gars en la faisant rouler à côté de lui de très loin, pistant donc seulement à l'odeur sans avoir besoin forcément d'avoir le mec dans son champ de vision et donc lui dans le sien s'il se retournait, puis marcha jusqu'au bar en question. A l'entrée ? Des dealers, des acheteurs, des clochards, tous refoulés par les videurs, et tous le regardant d'un air mauvais qu'il le leur rendait bien au triple et les faisait aussitôt regarder ailleurs. Rien que sa carrure, son côté bestial qui ne trompait personne faisait comprendre qu'il ne fallait pas le chercher sauf si on était stupide et maso. Après avoir prouvé aux crétins de videur qu'il n'était pas un agent camouflé du gouvernement, il put entrer dans le bar regorgeant principalement de mutants hors-la-loi. Cool, il était dans son élément. Sauf qu'il n'était pas un criminel. Enfin pas d'après lui. Après un bref regard sur les lieux, un peu moins miteux que la ruelle qui y conduisait bien que c'était pas reluisant, Logan s'approcha du contoir où trônait minablement sa cible, rigolant d'un rire tonitruant avec le mec d'à côté, cigarette aux lèvres et air bien grossier. Ni une ni deux, Logan lui prit la tête et la lui éclata sur le contoir et plus précisément sur son propre verre qui lui explosa à la figure, qui se macula rapidement de sang, sans que le mec voit rien venir. Il s'empressa de le choper d'une main par le col pour le retourner vers lui tout en l'aplatissant toujours sur le contoir. Au même moment, un bruit de métal siffla et le compère de sa cible se retrouva à loucher sur les trois énormes griffes d'Adamantium qui lui pendaient au nez, le forçant à arrêter son poing qu'il avait commencé à enflammer, visiblement mutant pyrokinésiste. Mais de bas étage, sinon il n'aurait pas hésité à carboniser Logan s'il s'était senti assez puissant pour le faire, ce qu'il n'avait pas fait. Fallait dire aussi que les griffes et l'air pas commode donnait pas envie de faire la course à savoir qui aurait l'autre le premier. "Content de me revoir ?" grogna Logan à l'égard de sa cible qui s'était déjà mise à trembler de peur."Je... Quoi... Comment...""Avant d'essayer d'envoyer quelqu'un sur une fausse piste en tuyautant le SHIELD, renseigne-toi d'abord sur celui que tu trahis !" Les griffes de sa deuxième main qui tenait le col sortirent lentement de son poing pour venir chatouiller dangereusement le double menton de l'homme qui suait déjà à grosses gouttes conscient d'être plus que mal barré. "Okay, mes amies et moi, on vient de se taper l'allée-retour jusqu'à la Nouvelle-Orléans pour rien, alors t'es gentil, cette fois, tu vas faire court et précis, en me donnant des noms et vite... Sinon..."Les griffes montèrent de quelques millimètres, commençant à entailler la peau de l'homme alors que le pyrokinésiste se faisait nerveux, tout comme les autres hommes du bar qui se tournaient pour observer la scène. L'homme bégaya. Fallait dire qu'avoir fait un voyage express jusqu'à la Nouvelle-Orléans en espérant y trouver un informateur et se rendre compte qu'on avait été vendu au SHIELD qui attendait sur place, c'était pas très plaisante et ça avait de quoi énerver, surtout quelqu'un comme Logan chez qui la patience et la clémence étaient des mots qui trouvaient rarement leur application. Après plusieurs baffes, des dents sur le point de tomber et un méchant cocard, Logan obtint enfin un nom de la part de l'homme qui l'avait envoyé dans ce foutu traquenard : Ulrich Peterson. Et un Etat : le Nebraska. Cette fois, il le secoua et le menaça encore un peu pour être sûr qu'il lui dise bien la vérité, ce qui semblait être le cas vu qu'il s'était mis à le supplier en pleurant comme un bébé. "Et ben voilà c'était pas si compl..."Il y eut un bruit sourd, puis un hurlement de douleur. Logan soupira d'agacement. Un crétin venait d'essayer de le frapper par derrière avec son poing et visiblement se l'était éclaté sur son crâne en Adamantium. Ah ah. Le boulet. Une seconde plus tard, la bagarre inévitable éclata dans le bar. Des chaises et des tables volèrent contre les murs à peu près autant que les crétins qui osèrent s'attaquer à lui, l'un d'eux eut même le privilège de se voir envoyer rafler tout le long du contoir les verres dans la tronche, Logan le tenant par le col pour l'envoyer ensuite valser au bout sur une table qui se brisa à l'impact. Un autre transperça littéralement une chaise après que l'ancien X-men la lui ait écrasé sur la tête, et il resta emprisonné stupidement dedans en s'affalant sur le sol, évanoui. En revanche, Logan ne se gêna pas dans un registre moins comique pour éventrer littéralement l'un de ses assaillants en se rappelant avoir vu sa tête dans les journaux comme étant un violeur recherché par le SHIELD. Ce fut le sol mort à déplorer. Encore un miracle, lui qui d'habitude n'était pas du genre à économiser le sang de ses opposants. Ca aurait bu être un vrai bain de sang. Il ne fallut pas longtemps pour que le silence retombe et que le barman accepte de se redresser de derrière son contoir à la troisième demande de Logan pour qu'il lui serve une bière, comme si de rien n'était. Le reste de la salle ou ce qu'il en restait ressemblait à un champ de ruines sauf vers le fond qui avait été épargné et où ceux qui s'y tenaient étaient restés tranquillement spectateurs. Peu de temps après, le bar revint à peu près à la normalité dans le sens où plus personne ne sembla vouloir lui chercher des crosses, ayant compris qui il était, à savoir Wolverine, l'ancien X-men, l'ancien Vengeur. Celui qu'on surnommait "L'inarrêtable", 'L'instoppable". Et même pour ceux qui ne le connaissaient pas, même pas de nom, ils avaient visiblement compris qu'il valait mieux tracer sa route en baissant les yeux. S'étant fait cramé la partie droite du visage, Logan attendit autant sa bière que la cicatrisation qui se faisait progressivement, sa chair ses muscles se renouant petit à petit avant de venir se faire recouvrir par une peau toute neuve, non sans lui arracher quelques grimaces douloureuses. Deux des mecs qu'il venait d'étaler rampèrent pitoyablement jusqu'à la sortie, l'un se tenant le côté de la tête là où quelques minutes avant il avait eu une oreille, celle qui traînait désormais quelque part par terre dans le bar. Assis au contoir sur l'un des rares tabourets non détruits dans la bagarre, il eut enfin sa bière en jetant un oeil noir au serveur qui l'avait regardé de travers, l'accusant évidemment silencieusement d'avoir démoli son gagne-pain. Mais comme il était illégal... et qu'il risquait de rejoindre les autres idiots empilés inconscients ou morts dans le coin du bar... il se tut et alla simplement essayer de remettre un peu d'ordre. De toute façon dans ces bars clandestins, les bagarres allaient bon train alors c'était une question d'habitude. Il y avait juste eu un peu plus de dégâts que d'ordinaire, c'est tout. Logan quant à lui, sirota tranquillement sa bière en allumant également l'un de ses cigares, alternant les deux, en cogitant sur la suite, à savoir se taper des milliers de kilomètres pour aller jusqu'à ce foutu Etat du Nebraska. Il allait devoir refaire le plein de sa Harley en gros. Et même plusieurs. Puis soudain, une odeur particulière le tira de ses rêveries. Une odeur qui n'avait rien à voir avec le ramassis de déchets qui venaient ici, une odeur beaucoup plus délicate, féminine... Il décida de ne pas y faire attention, continuant à fumer son cigare et à boire sa bière au contoir, mais prêtant désormais une oreille attentive à ce qui se passait autour de lui. Une femme dans un tel endroit, c'était très étrange même s'il ne savait pas où elle se trouvait exactement pour le moment, ni ce qu'elle faisait.


Louve a écrit:

    Il était très tard lorsque Louve s'était couchée, ce soir-là. Elle avait eu besoin de se retrouver seule, la nuit, et avait marché pendant plusieurs heures pour s'épuiser physiquement. Elle avait parcouru tout un tas de rues, rencontré des gens plus ou moins bizarres, manqué de se faire renverser par une voiture alors qu'elle était plongée dans ses pensées et qu'elle n'avait pas fait attention au feu rouge lui indiquant que le passage des piétons n'était pas autorisé. Quand elle était rentrée à sa chambre, elle tenait à peine debout. Elle n'avait même pas prit la peine de se changer, pourtant elle avait fait des achats il y avait quelques jours de cela avec Lizzie. Mais elle n'avait pas eu le courage. Elle avait ramené sa longue veste noire contre elle pour se protéger du froid et s'était endormie presque instantanément. Malheureusement, son sommeil n'avait pas  été des plus agréables. Peuplé de cauchemars en tous genres, elle avait revécu en une seule nuit les horreurs que lui avaient fait subir son père, la mort de son loup. Ces cauchemars là, elle finissait par en avoir l'habitude. Ceux à propos de son père ne la quittaient plus depuis des années, celui à propos de son loup, s'il variait de temps à autre, revenait régulièrement depuis qu'elle était ici. Mais elle commença à s'agiter lorsque Kyana apparut dans son rêve. Elle voyait du feu, la féline au milieu. Puis l'image passa à une petite pièce sombre, des cris, ceux de son amie, elles les aurait reconnu entre mille. Elle, elle se trouvait les mains attachées par des menottes, maintenue immobile par deux hommes tandis que Kyana, en face d'elle, recevait des décharges électriques.« Tu vois ton amie ? Regarde-la une derrière fois, parce qu'elle va mourir. »Et c'est dans une derrière décharge, plus puissante que les autres, que la féline rendit l'âme. Louve se réveilla en sursaut.« NOOON ! »Haletante, elle jeta un coup d'oeil autour d'elle. Un mauvais rêve. Tout ça n'était qu'un mauvais rêve. La réalité était pourtant tout aussi douloureuse. Tiger était bel et bien morte. La blondinette passa une main sur son front. Elle était bouillante. En temps normal, elle avait déjà la peau plus chaude, à cause de sa condition de louve, mais cette fois-ci, elle avait probablement de la fièvre et elle était en sueur. Retenant ses larmes, elle se leva pour aller appuyer sa tête contre le carreau frais de la vitre. Sa chambre donnait sur le dehors de l'institut où elle avait trouvé refuge depuis quelques temps. Probablement rejoindrait-elle le groupe des x-men. Il y en avait plusieurs qu'elle appréciait et même si elle avait du mal avec le fait de protéger les humains, tous les humains, elle se faisait petit à petit à l'idée. Elle avait besoin d'un endroit où elle pourrait être en sécurité, la sécurité, elle l'avait trouvée ici. Elle sursauta lorsqu'on frappa à la porte.« Ca va miss ? »C'était sûrement celui qui dormait dans la chambre d'à côté. Elle soupira.« J'ai fait un mauvais rêve, c'est rien. »« Si t'as besoin de quelque chose, hésites pas, appelles. »« Je sais. Merci. »On lui répétait souvent cette phrase. Mais personne, non, personne ne pouvait lui donner ce dont elle avait besoin. Il aurait fallu braver les lois de la vie et de la mort pour ça. Ce que la nature vous donne d'une main, elle vous le reprend de l'autre. On lui avait offert la chance de trouver une place dans ce monde qu'elle détestait tant, une fois sa place trouvée, on lui avait arraché son loup. Puis on lui avait offert une nouvelle chance, qu'elle avait saisie et à nouveau, un être cher lui avait été enlevé. Louve était fatiguée. Tant moralement que physiquement. Incapable de se résoudre à se recoucher, elle ouvrit la fenêtre et sauta. Elle atterrit presque en silence dans le jardin, malgré l'étage qui la séparait du sol. Elle avait apprit, avec l'aide de Kyana, à bondir de telles hauteurs. Ca lui provoquait toujours un choc assez désagréables aux pieds, malgré les fines baskets qu'elle portait (c'étaient les seules chaussures qu'elle supportait pour le moment, trop habituée à se déplacer pieds-nus, la transition était difficile) mais les humains normaux se seraient écrasés au sol. Pas elle. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, tout était calme. Elle sortit de l'institut en s'accrochant aux divers arbres pour bondir vers le mur. Elle failli manquer sa cible et se rattrapa de justesse du bout des doigts. Elle se hissa tant bien que mal et sauta. Puis elle laissa ses pas la guider. De toutes façons, elle ne pouvait pas se perdre, son instinct animal la ramenait systématiquement à ce qu'il considérait comme la maison. Elle suivit plusieurs rues, s'enfonçant au final dans une rue sombre qui sentait horriblement mauvais. Son odorat, qui lui était toujours incontrôlable, comme la plupart de ses sens d'ailleurs, amplifiait sûrement les odeurs. Elle eut un haut le coeur mais elle ne recula pas. En temps normal, elle aurait fui cet endroit, qui puait l'alcool et l'odeur humaine, mais elle n'était pas dans son état normal. Fatiguée, lasse de ses mauvais rêves, elle n'était pas franchement d'humeur joyeuse. Elle avait plutôt envie de sortir de son monde tranquille pour aller chercher un peu d'adrénaline. Par moments, c'était la seule chose qui la tenait envie : se mettre face au danger. Ces rares moments lui donnaient l'impression d'exister, de ressentir autre chose que cette foutue douleur qui lui déchirait le coeur, ce deuil impossible à faire. C'est ainsi qu'elle entra dans un bar clandestin. Ils étaient facilement reconnaissable aux personnes qui les fréquentaient et à l'ambiance peu amicale qu'il y régnait. Elle y entra sans se retourner, commandant au bar un verre de whisky. Elle s'étonna elle-même de commander une chose pareille. Elle ne buvait jamais d'alcool, elle avait ce genre de boissons en horreur à cause de tous les malheurs qu'elles lui avaient causé. Elle but son verre cul-sec, sous les regards étonnés des hommes autour d'elle. En effet, elle était la seule femme. Ca n'était vraiment pas une bonne idée de mettre les pieds là-dedans, mais elle s'en moquait. L'alcool lui arracha une grimace. Elle n'aimait pas ça. Elle glissa sa main dans sa poche pour en sortir de l'argent, et commanda un nouveau verre qu'elle paya d'avance avant de le prendre avec elle pour aller s'asseoir dans le fond, à une table vide. Quelqu'un essaya de s'asseoir à côté d'elle mais fut reçu sur les roses avec un profond grognement. Elle ne se souciait même pas de cacher sa nature mutante. D'ailleurs, l'un d'entre eux ne s'en soucia pas non plus. Soulevant un autre homme par le col, il ne tarda pas à déclencher une bagarre. Louve ne bougea pas. Le mutant l'intriguait. Il avait l'air plutôt bestial. En temps normal, ça l'aurait effrayé mais encore une fois, la jeune femme n'était pas dans son état normal et le verre de whisky qu'elle venait d'avaler ne faisait qu'amplifier son besoin de voir autre chose que l'ambiance doucereuse dans laquelle elle vivait depuis quelques semaines. Ayant l'habitude de parcourir les forêts à la recherche de nourriture, de veiller sur les jeunes loups, de défendre son territoire... la vie en ville l'ennuyait terriblement. Aussi elle se contenta d'observer la scène. Elle fronça le nez lorsqu'il abattit d'un coup de griffe un des hommes avec qui il se battait. Ce dernier s'écroula au sol et l'odeur du sang monta aux narines de la louve. Cette odeur l'avait toujours grisée. Ca réveillait en elle ses instincts animaux. Elle ferma un instant les yeux, tentant de penser à autre chose. C'est ce moment que choisit un gars plus aventureux que les autres pour passer derrière elle. Il appuya ses mains contre la chaise de la jeune femme et lui murmura à l'oreille quelques mots que Louve n'apprécia pas. « Dégages. » fut la seule réponse qu'il obtint.Mais loin de le repousser, la pensée que la blondinette pouvait lui donner du fil à retordre l'excita un peu plus et il passa une de ses mains dans ses longs cheveux emmêlés par la nuit difficile qu'elle venait de passer. Louve se leva brusquement, envoyant sa chaise dans le ventre du dragueur qui poussa un cri de douleur et s'apprêta à la retenir. Alors qu'il posait sa main sur le bras gauche de la jeune femme, celle-ci le repoussa et l'attrapa à la gorge. Ses yeux morphèrent, prenant une couleur jaune glacial et elle le plaqua contre le mur en grognant. Elle était plus forte qu'une humaine normale et elle avait la chance de se trouver en face de quelqu'un de pas très costaud et pas bien plus grand qu'elle. Elle serra son emprise.« Je ne plaisante pas. Dégages. »Elle le relâcha et il s'écarta en toussotant, renonçant à continuer ses avances. Louve récupéra son verre dont elle but une gorgée et le posa plutôt violemment contre la table.« Y'en a d'autres qui veulent jouer à ça ? Parce que c'est vraiment pas le moment de me mettre en colère. »Des murmures s'élevèrent mais personne ne bougea. Ils se contentèrent de la regarder en parlant sur elle. Les yeux de la jeune femme reprirent leur couleur normale et elle se rassit à sa table tout en observant autour d'elle. Elle finit par s'appuyer contre le dossier et récupéra son verre qu'elle vida cette fois. Elle résista à la tentation d'en prendre un autre. Elle savait très bien que cette pulsion d'agressivité venait notamment de ça. Elle était fatiguée, stressée, l'odeur du sang avait ravivé chez elle un sentiment qu'elle préférait éviter et l'alcool n'avait fait que l'amplifier un peu plus. Elle reposa son verre et passa ses mains dans ses cheveux, appuyant ses coudes sur la table, oubliant un instant l'endroit dans lequel elle se trouvait.


Wolverine a écrit:

    Ayant fini sa bière et devant la perspective d'un si long chemin à parcourir, Logan avait payé le barman, cigare toujours en bouche, s'était levé et avait commencé à se diriger vers la sortie en enjambant négligemment les types encore assommés au sol lorsqu'il constata que la jeune femme dont il avait détecté l'odeur était bel et bien dans le bar, et qu'elle s'était assise dans un coin boissons en main. Une mutante. La constatation ne mit pas longtemps à se faire pour Logan lorsqu'il s'aperçut avec quelle facilité la jeune femme en question mit à mal un type qui s'était montré visiblement un peu trop entreprenant. Il s'arrêta pour observer la scène en s'adossant contre un des piliers, bras croisés, fumant son cigare, un sourcil arqué. Le mec en question ne tarda pas à passer devant lui assez précipitamment, terrifié, avec le besoin compréhensible de se ruer vers la sortie, et Logan ne put s'empêcher de laisser innocemment son pied traîner devant lui. Le mec se rétama pitoyablement par terre mais toujours trop apeuré par ce que lui avait fait la jeune femme et pas en état de vouloir affronter une apparente brute comme Logan, il patina sur le sol un instant avant de se jeter vers la porte pour sortir.Restant un instant adossé au pilier à quelques mètres de ce coin où la jeune femme s'était retranchée et avait vidé ses deux verres, fumant lentement son cigare en ne laissant apparaître dans la semi obscurité que quelques volutes de fumée et sa silhouette, Logan n'avait absolument rien raté du spectacle. La force surhumaine, le grognement animal, et surtout les yeux virant au jaune menaçant dans un morphing caractéristique de certaines mutants aux pouvoirs animaliers, il était dur de se tromper sur son compte. Et surtout difficile de ne pas être intrigué. De un par sa présence ici, de deux par sa seule personne et personnalité. Elle était loin d'être du genre à se laisser faire, et semblait loin d'être de bonne humeur. Et rien que ça, ça plaisait à Logan. Oui, il en fallait peu, mais il était comme ça. Ayant admiré le spectacle qu'il y avait à voir, Logan, dans son éternelle nature solitaire, quitta son pilier après avoir rapidement fait taire la petite envie qu'il avait eu d'aller parler à la mutante, et voulut repartir vers la sortie sans chercher plus loin. Etant donné qu'elle semblait savoir se défendre et se protéger sans l'aide de personne, il ne voyait pas pourquoi il resterait. Surtout qu'il avait une vengeance à mener à son terme même s'il en était encore très loin. Cependant à peine eut-il fait quelques pas près de la porte qu'il perçut le léger bruit de touches de claviers de téléphone et n'eut même pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s'agissait. Il sentait à plein nez le haut taux de transpiration et de peur que dégageait le barman dans sa panique, et dont il devinait l'intention. Appeler le SHIELD et l'informer du secteur dans laquelle se trouverait l'un des mutants non recensés les plus recherchés. Certainement sans parler de son bar clandestin évidemment vu que ce n'était aps son intérêt de se faire prendre dans son illégalité totale. Quel crétin. Il aurait du attendre qu'il soit complètement sorti avant de faire ça... Logan revint sur ses pas en grognant contre la stupidité de tous ces mecs qui essayaient de le coincer en espérant une récompense ou tout simplement pour se venger des dégâts qu'il faisait sur son passage, passa une main par-dessus le comptoir et vint d'un revers de griffes trancher net le fil du téléphone fixe plutôt vieux caché dessous avant de violemment les planter verticalement à travers ce dernier, qui rendit aussitôt l'âme dans un grésillement électrique significatif. Le barman devint livide et crut intelligent de raccrocher quand même le téléphone sur son socle d'une main tremblante, quasiment prêt à se pisser dessus face à l'air mauvais de Logan. Ca suffit à lui faire comprendre qu'au prochain truc du genre c'était lui qui se retrouverait à l'état de passoire. Rétractant ses griffes sans le quitter des yeux, histoire d'appuyer ce qui était déjà évident, Logan finit par prendre sans se gêner une des bouteilles qui traînait à sa portée sous le contoir avant de lui tourner le dos et de se diriger finalement vers la table où siégeait la jeune mutante. "Drôle d'idée de préférer un endroit miteux au confort de l'Institut Xavier. Même si franchement j'en ai rien à cirer. Un conseil juste, si tu veux te bourrer la gueule pour une quelconque raison, va le faire ailleurs et reste pas ici trop longtemps, le mec que t'as humilié va vouloir revenir avec des copains, rien que pour toi..." marmonna Logan en remplissant de nouveau le verre de la mutante avant de poser la bouteille devant elle, étant donné qu'elle avait vidé les deux qu'elle avait pris. Comment pouvait-il savoir qu'elle venait de l'Institut Xavier ? Rien de plus simple. Il avait senti sur elle en revenant vers le bar l'odeur très caractéristique de cette fleur que Tornade avait toujours cultivé dans ses serres et dont elle avait fait une sorte de brumisateur qu'elle vaporisait réugulièrement sur les rideaux, les linges de l'Institut. Même si Logan savait qu'elle n'était plus à l'Institut, il savait que si elle avait choisi cette fleur, c'était pour ses propriétés longue durée. Sans parler de cette odeur de lessive, toujours la même utilisée, et celle de la charpente traitée avec un produit spécial qui imprégnait les superbes boiseries de ce manoir. Mais peut-être qu'il se trompait, peut-être qu'elle n'en venait pas, qu'elle y avait juste été une fois et qu'elle n'y vivait pas, mais pour que les odeurs soient restées comme ça, c'était qu'elle s'y était trouvée tout récemment. Et en vieux réflexe, Logan avait jugé préférable de venir la prévenir, de l'inciter à ne pas rester à attendre un danger bien réel, ayant pris l'habitude et le devoir même inconscient de veiller sur les protégés de l'Institut Xavier, surtout depuis que son fondateur avait trouvé la mort. Alors le verre qu'il lui avait servi, c'était le dernier avant qu'elle parte, en espérant qu'elle suive son conseil. Il attendit d'ailleurs, cigare aux lèvres, mains dans les poches de sa veste en cuir marron, de voir ce qu'elle allait lui répondre, si elle allait faire ce qu'il lui avait dit, avant de partir de son côté. Si elle décidait de ne pas partir en l'envoyant sur les roses, vu qu'elle ne semblait pas particulièrement de bonne humeur, il y avait de fortes chances qu'il reste aussi histoire de s'assurer qu'elle n'ait pas de problème avec les types qui arriveraient sûrement dans les vingt minutes suivantes. Okay c'était une mutante, okay elle avait fait fuir un mec, mais ce mec était un humain, pas un mutant. Et Logan ne connaissait pas les capacités de la jeune femme, ne savait pas si face à toute une bande elle s'en sortirait ou pas, aussi était-il prêt à rester qu'elle le veuille ou non pour attendre les types avec elle si jamais elle voulait rester. Hors de question qu'il laisse une élève de l'Institut seule ici. Même si techniquement elle n'était pas une élève, sauf qu'il n'en savait rien, il savait juste qu'elle avait été assez longtemps sous le toit du manoir pour en garder les odeurs.


Louve a écrit:

    Louve entendit quelqu'un s'approcher d'elle mais elle n'y prêta aucune attention. Elle ne tenait pas l'alcool, si elle était humaine, un simple verre aurait suffit à l'achever. Elle n'en avait pas du tout l'habitude aussi rien que ce qu'elle venait de boire la changeait et la dérangeait. Ca passerait dans quelques heures mais en attendant, ça la fatiguait mais surtout, ça la mettait sur les nerfs. Ca décuplait la peine et la colère qu'elle ressentait, toujours face à la même situation, face à ce deuil de son amie féline qu'elle était incapable de faire réellement. Elle lui avait pourtant écrit, pour lui dire au-revoir, était allée sur sa tombe, avait même rencontré ce fameux Warren dont Kyana lui parlait souvent... Elle s'était fait de nouveaux amis, avait trouvé un refuge mais rien n'y faisait, la peine restait là et ce besoin de ressentir autre chose que cette douleur qui lui broyait le coeur restait là lui aussi. Ce besoin d'aller chercher la bagarre, cette attitude d'animal blessé qui cherche par tous les moyens de se protéger, qui à la fois réclame de l'aide et l'évite, qui à la fois fuit les êtres humains et les affronte. Cette attitude d'humaine totalement perdue dans ces pouvoirs qu'elle ne contrôle que peu au final. Alors, lorsqu'un homme lui resservit un verre d'alcool, elle fit une grimace en regardant le liquide couler. Non, décidément, c'était une très mauvaise idée qu'elle avait eu là. Elle avait perdu les pédales, perdu le contrôle et elle allait pour de bon s'attirer des ennuis, une fois de plus. Sauf que cette fois-ci, Kyana ne serait pas là pour veiller sur elle et la réprimander. Kyana ne serait plus jamais là pour quoi que ce soit. Elle sentit une boule se former dans sa gorge et elle regarda le verre d'alcool sans réagir, les yeux vides, sa respiration s'accélérant légèrement. C'est alors qu'elle capta qu'il lui parlait. Elle ne leva pas les yeux, se contentant de l'écouter. Elle resta quelques secondes silencieuse. Puis sa langue finit par se délier.« Le confort de l'institut Xavier... » Elle eut un petit rire ironique. « Ils sont tous tellement gentils et protecteurs que ça en devient fatigant. »C'était ridicule ce qu'elle venait de dire. Qui ne rêverait pas d'avoir un tel toit sur la tête ? Elle était nourrie, logée, protégée, sans même faire partie de l'institut. Et pourtant, ça la dérangeait. Elle ne se sentait pas à sa place. D'ailleurs, elle n'avait sa place nulle part. Le seul endroit où elle était bien, c'était la forêt et elle l'évitait pour ne pas avoir à subir le flot de souvenirs qui l'envahissait chaque fois qu'elle y mettait les pieds.« Je n'en fais pas partie. Je ne suis pas... » Elle s'arrêta en milieu de phrase et leva soudainement les yeux. Elle plissa les paupières et fixa l'homme qui se trouvait en face d'elle, se rendant compte qu'elle parlait à un total inconnu. L'alcool la dégrisait, elle aurait du reculer, s'enfuir, au lieu de ça, elle planta son regard redevenu aussi vert qu'une émeraude dans les yeux de son interlocuteur.« Qu'est-ce que ça peut te foutre en fait ? Parce que si tu comptes rester planté là et taper la bavette avec moi, tu peux ravaler ton cigare et poser tes fesses ailleurs. » Sa voix était froide mais sans agressivité aucune. Elle portait même une petite note ironique dans la voix, comme son rire une minute auparavant. « Tu comptes faire quoi, jouer les princes charmants ? J'ai vu ce que tu as fait à cet homme tout à l'heure mais je m'en moque. J'ai aucune envie qu'on joue les superman. Quoique je préfère superman au prince charmant. Je suis pas sûre qu'un prince m'aurait servit à boire. Fiches-moi la paix, tu veux bien. Mon sort n'intéresse que moi. » Sa voix s'était cassée dans les dernières phrases. Elle était moins convaincante que ce qu'elle aurait voulu. La réalité était qu'elle avait besoin d'aide mais qu'elle refusait qu'on lui tende la main. Tantôt elle était joyeuse et avenante avec ses contacts de l'institut, tantôt elle était si froide qu'elle était méconnaissable. Elle était incapable de faire tomber une bonne fois pour toutes les barrières qu'elle s'était forgée après la mort de Kyana. Le décès de la féline n'avait fait que renforcer son manque de confiance envers les autres et si par moments son besoin lupin de rester avec une meute ressurgissait, son besoin de solitude et d'isolement restait le plus fort. Car c'était d'animaux qu'elle avait besoin, non d'êtres humains. Elle soupira et ramena sur la chaise un de ses genoux sur lequel elle s'appuya tout en l'entourant de ses bras. Elle posa son regard sur le verre d'alcool qu'elle finit par repousser d'un geste de la main. Elle ramena sa longue veste autour d'elle, reposa sa tête sur son genou et se replongea dans le silence, semblant oublier la présence à côté d'elle. Pourtant, il l'intriguait, même si elle voulait se convaincre du contraire, elle n'avait aucune envie qu'il parte. Il semblait différent des autres, pas par son caractère, non, ce dernier aurait même tendance à lui faire peur. Ce qui l'intriguait, c'était la façon dont il s'était battu. Cette façon animale, ces griffes qu'elle avait vu luire lorsqu'il s'en était servi. Et puis pourquoi était-il venu vers elle ? De toutes évidences, elle l'intéressait, même si elle ignorait de quelle façon. C'était peine perdue que de vouloir l'ignorer. Même une fois parti, elle continuerait à se poser des questions sur lui. Pourtant, elle ne le regardait plus, se contentant de fixer le fond de la pièce.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Mar 17 Aoû - 18:56

Wolverine a écrit:
    Visiblement, la jeune femme ne semblait pas vouloir boire plus que ce qu'elle avait déjà ingurgité. Okay. C'était peut-être aussi bien, voir mieux que de vouloir se bourrer la gueule dans un tel lieu. Génial, en voulant lui proposer à boire, idée plus qu'irresponsable d'ailleurs, il avait réussi à l'en dégoûter. Good point, Logan. Mini-victoire involontaire, trop la classe. Et quelle victoire, il comprit très vite que c'était une bonne chose qu'elle ne veuille pas boire un verre de plus, vu la réaction qu'elle eut au sujet de l'Institut avec seulement les deux qu'elle avait pris. L'ironie désuée qui se percevait dans le ton de la mutante eut de quoi faire légèrement rire Logan, qui leva un instant les yeux en souriant, quelques souvenirs de ses moments à l'Institut lui revenant.

    "Mmm... Je vois." Il tira une bouffée de son cigare. "C'est sûr qu'entre les prêches endiablés du schtroumpf croyant et le côté apprenti-maman poule de Summers... Non c'est sûr qu'y a de quoi se faire sacrément chier là-bas. En plus y a même pas d'alcool."

    De l'humour ? Non pas vraiment. Logan déplorait sincèrement le côté non-alcoolisé de l'Institut. Obligé de se rabattre sur des sodas et de faire trois kilomètres pour aller se boire une bonne bière au pub le plus proche, non franchement, ça l'avait toujours agacé.

    "Mais le fait est que quoi qu'il arrive, tu peux toujours compter sur eux, qu'ils te laissent jamais tomber, et ça c'est rare de nos jours, tu devrais pas l'oublier. "

    Il ne s'agissait ni d'un reproche, ni d'un sermon, juste d'un rappel qui pouvait toujours servir à revoir ses exigences à la baisse. Clair que pour Logan, l'Institut, c'était un peu son chez-lui, mais un chez-lui où il ne tenait pas en place et où sans une bonne dose d'action il s'ennuyait ferme. Mais ça c'était son problème, il n'avait ni besoin de protection, ni de gentillesse. Tout ça pour lui c'étaient des conneries. Mais ça ne voulait pas dire qu'il crachait dessus quand il s'y retrouvait confronté. Le fait était que par les temps qui couraient, ce n'était pas vraiment le moment de se plaindre d'un trop-plein de protection ou de quoi que ce soit de ce genre. Et franchement, il lui suffisait de regarder l'état émotionnel de la jeune femme, qui transparaissait à travers chacun de ses gestes, chacune de ses paroles, chacun de ses regards, pour savoir que c'était de ça dont elle avait besoin, même si elle le réfutait et qu'elle n'en semblait peut-être pas encore consciente. Donc oui, en gros le message qu'il voulait lui faire passer, c'était qu'elle ferait mieux de retourner dès que possible à l'Institut, qu'elle s'y ennuie ou non, car elle y serait de toute façon bien mieux qu'ici. La jeune femme finit par avouer qu'elle ne faisait pas partie des élèves avant de lever les yeux vers lui. Ah. Bon. Elle n'était pas une élève, mais alors que faisait-elle à l'Institut ? Encore une écorchée vive ramassée par Wagner et Summers ? Ca serait pas étonnant.

    Sauf que l'écorchée vive avait un foutu sale caractère, sûrement exacerbé par un alcool qu'elle ne devait pas être habituée à boire. Ou alors elle avait vraiment passé une sale journée. En tout cas, elle ne se gêna pas pour soudain l'envoyer balader en bonne et due forme. Il grimaça, à la fois amusé et surpris qu'elle ait seulement osé faire ça après le carnage qu'il avait fait à côté. Clairement, cette fille en était arrivé à un stade où elle n'en avait plus rien à foutre de tout. Qu'avait-elle donc pu vivre de si tragique pour en arriver là ? Bah, pourquoi il se posait la question ? C'était pas ses oignons. S'il devait s'intéresser aux problèmes de tout le monde, il allait finir comme l'armée des anges de l'Institut, à ramasser tous les chats perdus qu'ils pouvaient trouver et franchement il avait autre chose à foutre. Comme trouver le commanditaire de l'assassinat de Rogers et terminer cette petite vendetta comme il se devait, à savoir dans le sang. Ensuite ? Il verrait bien. Peut-être revenir à l'Institut oui, vu que ça commençait à sentir le roussi par ici entre les rebelles et l'Initiative, et ayant promis de protéger l'Institut, il vaudrait mieux une fois ses affaires réglées ne plus trop s'en éloigner.

    "J'ai vraiment une gueule de Prince Charmant ? Désolé, j'ai pas de cheval blanc et encore moins de cape rouge. Mais t'en fais pas, j'te laisse tranquille, c'est pas comme si j'avais que ça à foutre."

    Haussant les épaules négligemment, il prit la bouteille et y but une gorgée sans se gêner, laissant le liquide lui brûler plus ou moins agréablement la gorge alors qu'elle de son côté repoussait son verre sur la table pour se recroqueviller de moitié sur sa chaise, le regard toujours aussi perdu quelque part où elle seule pouvait aller. Mais franchement, le prendre pour un Prince Charmant... Fallait vraiment le vouloir ! Parce que dans le genre opposé, on pouvait pas trouver mieux que lui avec son sale caractère et sa brutalité animale peu délicate quelques soient les circonstances.

    "J'te reprends ça, faudrait pas le gâcher." termina-t-il en gardant la bouteille qu'elle ne voulait visiblement pas boire, avant de la laisser à son "sort qui n'intéressait qu'elle", tournant les talons pour quitter le bar non sans lancer un dernier regard mauvais au barman, cigare aux lèvres et bouteille en main.

    Revenu à l'air frais mais toujours aussi puant de la ruelle mal famée où se trouvait l'entrée du bar clandestin, Logan jeta un regard autour de lui jusqu'à repérer ce qu'il voulait. Il se dirigea vers l'espère de cas social tatoué et perçé de partout qui téléphonait près d'une benne à ordure.

    "Si t'es malin tu vas me prêter ton portable sans faire d'histoires."
    "Ouais vas-y d'où tu sors toi ? T'as fumé mon pote ou quoi ? Va crever ailleurs ouais plutôt. Où il se croit, il est fou lui."
    "Ok donc t'es pas malin. Ca devient lassant."

    Le poing frappa la tête qui frappa la benne juste derrière dans un bruit de tôle assez comique, à peu près autant que la façon dont s'écroula le type. Attrapant le portable avant qu'il ne tombe, l'ancien X-men laissa comprendre d'un regard intimidant aux autres rôdeurs drogués alentours qu'ils feraient mieux de faire comme s'ils avaient rien vu, ce qu'ils comprirent très bien et firent aussitôt en s'occupant de leurs affaires. Les tabassages et autres crimes étaient courants dans ce genre de coins, pas de quoi surprendre ceux qui avaient l'habitude de les fréquenter. Puis de toute façon vu leurs têtes de shootés, ils avaient pas l'air d'avoir capté grand chose.

    Mordillant légèrement son cigare dont la fumée s'élevait doucement dans l'air nauséabond, les yeux plissés fixés sur l'écran minuscule du portable et la bouteille calée sous son bras, Logan tenta de composer le numéro de l'Institut dans le but de prévenir Diablo ou Rachel de la présence d'une de leurs probables, protégées même si n'étant pas élève, dans un coin où elle n'avait rien à y faire. Et surtout où malgré tout il ne pouvait se résigner à la laisser sans un certain problème de conscience. Personne placée sous la protection de l'Institut = personne à protéger. Donc il se devait d'être un minimum responsable. Elle ne voulait pas de son aide, okay, il était pas là pour faire chier le monde et pour la materner. Il ferait juste passer le message et pourrait ensuite tracer sa route.

    Sauf que le portable eut la mauvaise idée de faire comme son propriétaire, et de pas se montrer coopérant. Logan n'étant pas un féru de technologie, ce serait même plutôt le contraire d'ailleurs, et finissant par se prendre la tête tout seul avec l'écran tactile qui faisait tout sauf l'emmener là où il voulait, n'ayant pas la délicatesse d'un habitué du truc, il finit par perdre patience.

    "Tu vas marcher sal*perie oui..." marmonna-t-il en fracassant l'objet plusieurs fois contre le rebord de la benne à ordure, appliquant la même tactique de persuasion qu'il utilisait avec ceux qui ne jouaient pas le jeu.

    Humains. Objets. Du pareil au même pour lui. Ca finissait toujours par parler après quelques coups. Sauf que pour le coup justement, il se trouva que le portable ne réagit pas positivement à cette technique si subtile made in Wolverine. L'écran se mettant à grésiller dangereusement alors qu'il refaisait une tentative, le mutant abandonna finalement l'idée, referma le clapet et remit sagement le téléphone dans la poche de la veste du mec qui comptait les étoiles à ses pieds en lui marmonnant un vague merci. Non sérieux, les portables d'aujourd'hui, c'était pire que les gadgets de l'Institut et les communicateurs du X-jet où il captait que dalle avec toutes les fonctions. C'était flippant à quel point il était difficile de trouver un téléphone qui téléphone.

    Bon, du coup, il allait vraiment devoir rester ici à surveiller cette gamine. Hors de question de la laisser, c'était un fait établi même si ça l'enchantait moyen de devoir perdre son temps pour une femme aussi aimable que lui. Du moins c'était ce qu'il essayait de se convaincre, alors qu'en fait, il aimait assez ce genre de caractère. Et puis pour avoir vu un aperçu de ses pouvoirs, il en était aussi un minimum intrigué. Faisant quelques pas en s'éloignant de la benne à ordures, Logan alla s'adosser contre le mur à une dizaine de mètres de l'entrée du bar clandestin. Repliant un genoux le pied contre les briques, il tira plusieurs bouffées de son cigare, alternant avec quelques gorgées d'alcool dont il ne risquait pas vraiment de sentir les effets avec son pouvoir auto-guérisseurs, se contentant d'en savourer le goût quelque peu acide mais qu'il aimait tant. L'air nonchalent et pensif, le regard fixé dans le vide quelque part devant lui quand il ne le posait pas froidement sur les glandus qui passaient dans le coin, il se résigna donc à patienter ici en attendant de la voir sortir de ce trou à rat et d'être sûr qu'elle irait rejoindre un lieu plus convenable et moins dangereux, si possible l'Institut. Il n'en était pas moins qu'il avait tous ses sens à l'affût, méfiant. On ne savait jamais, si le gugus qui s'était pris la honte à cause de la gamine revenait vraiment avec ses potes pour retrouver un honneur qu'il n'avait jamais eu. Peut-être qu'elle pourrait s'en occuper, peut-être pas, quoi qu'il en soit, il serait là qu'elle le veuille ou non, point barre. Puis comme ça en attendant, il pouvait aussi prendre le temps de bien mettre en place la prochaine étape de son périple en savourant toujours son délicieux cigare.


Louve a écrit:
    Fous-moi la paix j'ai besoin de personne. Je suis une fille libre, qui sait où elle va et qui ne veux pas d'aide et surtout pas d'un inconnu qui se plante d'un coup devant moi pour me tendre une main quelque peu alcoolisée en prétextant vouloir la sauver d'une quelconque attaque lancée par un mec un peu trop saoul l'ayant draguée quelques minutes auparavant. Dis t'y crois vraiment Louve à ce que tu dis ? Non, elle n'y croyait pas, pas du tout même mais elle aurait préféré mourir sur place plutôt que de ravaler son orgueil d'ancienne dominante de meute et d'avouer qu'elle était totalement paumée, que d'ailleurs, elle avait trouvé ce bar par un hasard total et qu'elle s'était lamentablement plantée en pensant qu'elle allait pouvoir trouver du réconfort dans la boisson, juste pour oublier quelques heures qu'elle n'avait pas sa place ici. C'était tout le contraire qui lui tombait sur la tête, non seulement elle n'oubliait rien mais pire encore, elle devait agressive avec quelqu'un qui s'était montré assez sympathique et qui ne lui avait rien demandé d'autre que de faire attention à elle. Du grand n'importe quoi, en somme. Elle s'en voulait terriblement, même s'il lui paraissait évident qu'au vu de la réaction de cet homme que ça n'était guère son problème qu'elle l'ait envoyé sur les roses. Pour preuve, il tourna les talons, emportant avec lui la bouteille qu'il lui avait proposé quelques minutes auparavant.

    Louve poussa un long soupir et s'affaissa sur sa chaise. Voilà, elle avait tout gagné, pour une fois que quelqu'un lui adressait la parole sans d'autres intentions que... bah que lui adresser la parole, elle l'envoyait balader. Certes il n'avait pas une tête de prince charmant, comme il lui avait fait remarquer mais il n'avait pas non plus une tête de gangster. Bon si en fait, il avait une gueule de gangster mais ça ne l'avait pas effrayé. Peut-être parce qu'elle avait eu un aperçu de ses pouvoirs et de son caractère... Quoi que ça aurait du l'effrayer non ? Il avait pu massacrer un téléphone, éliminer de sang froid quelqu'un, fumait le cigare et buvait pour couronner le tout. Mais quelque chose lui disait qu'il n'était pas une bête assoiffée de sang. Il ne portait pas l'odeur de quelqu'un de mauvais, juste un peu (d'accord, un peu beaucoup) rustre et fonceur, du genre ne m'emmerdez pas vous le regretterez. Il lui rappelait un de ses loups, qu'elle aimait surnommer le rebelle, parce qu'il montrait les dents à quiconque le bousculait un peu trop, refusait parfois de se plier à Fedele, mais au final protégeait la meute envers et contre tout. C'est bête à dire mais il portait un peu le même type d'odeur. Ce loup aurait tout à fait pu être un dominant mais il préférait son indépendance, gérer une meute aurait été trop compliqué pour lui. Peut-être que cet homme était pareil ? Elle regarda le serveur qui tentait de réparer les dégâts et croisa son regard. S'il avait pu la fusiller sur place, il l'aurait sans doute fait étant donné la lueur mauvaise qui s'alluma au fond de ses yeux.

    « Toi. La blonde. Dehors. »

    Louve leva un sourcil. C'était à elle qu'il s'adressait ? Une petite voix au fond d'elle lui disait de se méfier et de s'exécuter mais elle ne l'écouta pas. Elle se leva lentement et le dévisagea. L'homme fit un geste de la main et deux autres s'approchèrent de Louve. Ils l'attrapèrent sans ménagement et, l'alcool n'arrangeant pas franchement l'état de fatigue de la jeune fille, elle ne put pas vraiment se débattre, un troisième l'attrapant par les pieds pour la jeter littéralement dehors. Elle s'écrasa au sol tandis que la porte claquait, étouffant les rires qui se dégageaient du bar. Enfin, la petite blonde se rendit compte de l'état dans lequel elle était. Mon dieu, c'était lamentable. Plus jamais d'alcool, plus jamais. Elle se releva avec peine, lourde d'épuisement et de lassitude et fit un tel sursaut lorsqu'elle vit que l'homme de tout à l'heure se tenait non loin dans la ruelle qu'elle manqua de tomber à nouveau. Elle grogna, tant pour elle-même que pour lui. Elle s'en voulait de ne pas avoir vu les choses venir, c'était obligatoire que ça finisse comme ça, elle n'était pas habituée à boire, était à moitié ivre et se trouvait maintenant dehors avec un homme dix fois plus fort qu'elle, qu'elle ne connaissait pas et qu'elle pensait parti depuis un moment. Elle sentit un picotement dans la cheville et se rendit compte qu'elle lui était douloureuse, elle avait du mal tomber en s'écrasant sur le bitume. Génial, elle venait de s'étaler pitoyablement devant un homme à qui elle avait dit qu'elle n'avait besoin de l'aide de personne. Elle boitilla jusqu'à un mur où elle s'appuya, continuant de le regarder.

    « Je te croyais parti ? Désolée pour tout à l'heure. J'étais pas... Enfin, désolée quoi. »

    Elle détestait ce foutu accent Italien bien trop prononcé qui la fusait butter sur certains mots. Elle émit soudain un petit rire, mais un rire fatigué, qui montrait qu'elle en avait plus qu'assez de sa journée.

    « Je toucherai plus à une bouteille d'alcool de ma vie. »

    Baissant le regard, elle se mit dos au mur, regardant celui d'en face, retombant dans le silence. Que dire de plus ? Elle avait été tout simplement pitoyable, elle n'avait pas envie d'en rajouter.

Wolverine a écrit:
    Bon. Il avait garé sa moto à deux rues d'ici environ. Et il allait devoir prendre la route tôt ou tard pour se rendre au Nebraska, mais plus les minutes filait alors qu'il se trouvait à cogiter solo dans cette ruelle, cigare en bouche, plus il lui semblait qu'un passage à l'Institut allait lui être inévitable. Ne serait-ce que par rapport à la jeune fille du bar, qui tardait à sortir d'ailleurs, ce qui ne faisait que l'agacer un peu plus, étant donné sa nature tellement patiente... Bon, il n'en voulait pas à la jeune femme, pas vraiment, c'était juste qu'il était de nature grincheuse en quasi permanence, et encore plus quand quelque chose contrecarrait le peu de prévisions qu'il arrivait à faire dans sa vie d'animal sauvage et vagabond. Animal. Voilà ce qu'il avait ressenti au contact de cette fille. Certes avec les étonnants pouvoirs qu'elle avait montré avec une agressivité toute particulièrement qui lui avait indéniablement plu, mais aussi dans son caractère tout simplement. Pour ça comme pour beaucoup de choses - sauf la technologie - Logan avait un flair naturel. Cerner les personnes face à lui, il savait faire. Si la gueule d'une personne lui plaisait pas au premier coup d'oeil, c'était qu'il devait se méfier, et généralement il s'avérait que dans le futur sa méfiance trouvait justification. Comme un instinct, comme l'instinct d'un animal qui en rencontre un autre. Certains s'entendent, d'autres se grognent de suite dessus. Logan était comme ça. Même si des fois ça avait tendance à le rendre trop méfiant justement, parano voire même, à n'accorder sa confiance qu'à très peu de personnes.

    "Quoi, tu veux ma photo ?" demanda agressivement Logan à l'espèce de drogué qui venait de s'arrêter au milieu de la ruelle en le regardant, les épaules voutées, le regard vide, la peau blafarde et le crâne rasé, vêtu d'un tee-shirt sale qui laissait voir tout un tas de tatouages sur ses bras maigrichons.

    Le mec ne réagit même pas, se contentant de fixer Logan d'un air vide et avachis, comme s'il n'était qu'une coquille vide sans volonté. Okay, lui il devait juste avoir pris sa dose la minute précédente et là il captait plus rien à la vie. Finalement Logan l'ignora et l'homme finit par retourner lentement la tête devant lui, pour reprendre son chemin tout aussi lentement, pire qu'un escargot en déambulateur. Logan le regarda avec un certain mépris partir, ne comprenant pas comment on pouvait tomber si bas jusqu'à devenir un légume ambulant, puis reprit la fumette de son cher cigare tant apprécié, en venant au fil de ses pensées à se demander pourquoi la jeune fille du bar était venue se saouler ici dans un lieu si lugubre et mal famé. Il avait beau essayer de se convaincre que ça ne le regardait pas, au final, ça l'intriguait tout autant que la personne qu'elle était en elle-même. Un mystère sauvage qui faisait écho à sa propre nature... Voilà pourquoi il ressentait cette sorte de curiosité à son égard, tout en ne perdant pas de vue qu'il ne la connaissait pas et qu'il ne la reverrait peut-être sûrement jamais après aujourd'hui.

    Un bruit le fit sortir de ses pensées assez soudainement. Tournant la tête vers la source, il vit alors la jeune fille en question être jetée dehors au sens propre du terme par plusieurs types du bar sans aucune pitié, comme une malpropre. Le genre de chose qui avait le don de le révolter au quart de tour. Il avait assez été chassé comme un indésirable pendant toute sa vie pour savoir ce que ça faisait et en être énervé dès que ce genre de chose se passait devant lui. Bon, certes, elle avait un peu beaucoup foutu le bordel dans le bar, et lui aussi, mais même, aux yeux de Logan, on ne jetait pas quelqu'un dehors comme ça, et surtout pas une jeune fille comme elle, seule et visiblement désorientée, perdue. Logan se décolla du mur et fit quelques pas vers la porte, les poings serrés le long du corps alors que son regard se plantait durement dans celui des types vers lesquels il fit un mouvement menaçant en laissant échapper un grondement sourd de sa gorge tout aussi menaçant, les poussant à rentrer précipitamment dans le bar en manquant de se marcher les uns sur les autres, n'ayant visiblement pas pensé qu'il pouvait être encore ici. La porte claqua et il entendit le verrou. Les trouillards. Bon sang ils avaient de la chance qu'il ait pas que ça à foutre sinon, si ça ne tenait qu'à lui, il rentrerait de nouveau dans le bar et finirait le travail commencé jusqu'au bout, quitte à refaire la déco dans les tons de rouge... sang. Pour toute réaction, il se contenta de donner un violent coup de poing dans la porte en question dont le fer qui la constituait se tordit à la forme de son poing dans un bruit sec et métallique qui, il l'entendit grâce à son ouïe, fit tomber de surprise à la renverse les mecs qui étaient derrière, et qui semblèrent avoir la peur de leur vie sur le coup en pensant que ça y est, il allait débarquer.

    Mais voilà, ce qu'il avait attendu était arrivé. Elle était dehors. Et visiblement blessée à cause de ces crétins à en juger à la façon dont elle boitilla en allant se tenir au mur le plus proche. Sans bouger, tirant une bouffée de son cigare qu'il laissa de nouveau à ses lèvres tout en la regardant les sourcils légèrement froncés, Logan l'écouta prendre la parole la première. Il aurait pu lui sortir que pour une fille qui n'avait pas besoin d'aide, elle était mal barrée. Mais l'entendre s'excuser lui suffit, surtout en voyant qu'elle était là aussi comme lui, pas du genre à le faire souvent.

    "Non. Je t'attendais. Si le schtroumpf ou Tornade apprend que j'ai laissé une gosse de l'Institut solo dans un coin aussi pourri, j'vais êre de corvée de baby-sitting pour le prochain siècle et condamné à vivre avec un nuage pluvieux au-dessus de ma tête partout où j'irai, alors non merci, j'préfère assurer maintenant le service retour à domicile et avoir la paix ensuite," répondit-il d'un air neutre - à savoir à l'apparence éternellement grincheuse - avant justement d'entendre ses excuses : "Pas grave."

    Pas grave en effet. Pour n'être pas un exemple de politesse et de gaieté apparente, Logan savait qu'il n'était pas vraiment en mesure de reprocher à quelqu'un d'être comme lui voire pire que lui en matière de relations sociales. Envoyer balader les gens, il le faisait tous les jours. Etre envoyé baladé, par une jeune en plus, c'était beaucoup plus rare. Mais ça ne le dérangeait absolument pas, il préférait ça plutôt que ça vienne d'un crétin qui se croyait plus fort. Un crétin qui finissait dans un conteneur poubelle dans la seconde suivante en général, au mieux. Mais là il avait bien compris que son attitude agressive n'était autre que la conséquence de problèmes personnels qui pour une raison qu'il ignorait, la rendait extrêmement solitaire et désespérée. Il en eut un peu plus la preuve vu l'état dans lequel elle se trouvait, et ce qu'elle dit à propos de l'alcool qu'elle ne voulait plus jamais boire de sa vie.

    "Et ben... C'est triste d'en arriver à dire ça..." commenta Logan pour qui une vie sans bière ne vaudrait plus la peine d'être vécue, et sans alcool de manière générale. Pas plus que sans cigares. Logan ou l'art de donner de mauvais conseils comme s'attrister de voir quelqu'un arrêter de boire alors qu'à la base ça devait être une bonne chose.

    Il ne rajouta rien de plus, laissant la jeune fille se mettre de dos au mur en regardant celui d'en face alors que le silence se réinstallait. Logan regarda un instant sur le côté puis vers le ciel, un peu gêné lui aussi ou plutôt faussement agacé par la situation, avant de reprendre, finalement décidé.

    "Bon allez, finies les conneries, j'ai pas que ça à faire moi, j'te ramène à l'Institut. Faut que tu soignes ça et que quelqu'un là-bas t'engueule assez pour que tu remettes plus les pieds dans un tel endroit..." reprit-il donc en venant vers elle après avoir désigné rapidement du menton sa cheville foulée, sur un ton qui clairement ne lui laissait pas le choix, "Ne serait-ce que pour épargner les crétins qui y vont..." ajouta-t-il malgré tout sur un ton un peu moins dur, avec l'humour maladroit qu'on lui connaissait, signifiant par là qu'il ne fallait plus qu'elle y aille pour ne plus tabasser les idiots qui s'y rendaient et qui étaient déjà assez des loosers pour ne pas avoir besoin de se faire en plus later la tronche par une fille, sommum de la perte de dignité masculine. Même si en vérité Logan s'en foutait, au contraire, foutre une dérouillée à ces enfoirés le démangeait encore.

    Sans lui demander son avis ni lui laisser le choix, il l'attrapa dans ses bras et la porta sur son épaule comme un colis en prenant garde tout de même de préserver sa cheville blessée de tout contact pour pas lui faire mal. Il se mit aussitôt en marche en restant sourd à toute protestation possible, se sachant plus fort qu'elle de toute façon. Il bifurqua dans deux rues toutes aussi mal famées que la première jusqu'à rejoindre sa Harley garée contre un mur derrière une benne dans une impasse, bien planquée derrière un tas de cartons. Exactement là où il l'avait mise en suivant le type du bar. De coups de pieds nonchalants, il dégagea les cartons puis posa la jeune femme sur le siège de la moto. Il monta aussitôt devant elle puis jeta son cigare qu'il avait terminé sur le trajet jusqu'ici.

    "Désolé chez moi on roule sans casque et sans permis, alors accroche-toi bien si tu veux survivre," lui dit-il alors qu'il avançait la moto juste en s'aidant des jambes au milieu de la ruelle pour la décoller du mur, "Au fait, moi c'est Logan, retiens bien mon nom, parce que si jamais tu dois te plaindre de moi à quelqu'un, vas voir Cyclope. Depuis le temps que j'attends un prétexte pour lui péter la tronche..." termina-t-il avant de faire démarrer le moteur et de quitter la ruelle en trombe. Evidemment, il plaisantait en parlant de péter la tronche à Cyclope. Enfin... Presque. Il y avait toujours eu une sorte de rivalité, de compétition entre eux, et Logan avait en horreur sa tête de premier de la classe. Pourtant ça ne l'empêchait pas d'avoir combattu souvent avec lui par le passé et de respecter l'homme et le stratège hors pair qu'il était. C'est juste que voilà, c'était comme ça, il aimait bien lui taper dessus dès qu'il pouvait ou au moins le faire chier. Alors si Cyclope venait le trouver en lui reprochant d'avoir martyrisé une protégée de l'Institut, son nez allait rencontrer son poing dans la seconde suivante.

    Conduisant toujours aussi sagement qu'il se conduisait dans la vraie vie, Logan grilla la plupart des feux, doublant par la droite comme la gauche en réduisant rarement sa vitesse. Il ne mit pas beaucoup de temps à arriver devant les grilles de l'Institut, le moteur vrombissant jusqu'à passer à un léger ronronnement alors qu'il s'arrêtait devant ces dernières, sans pour autant éteindre le moteur, restant juste sur place, le phare éclairant le début du chemin qui derrière les grilles remontait jusqu'à l'Institut. La nuit était plutôt belle, quelques rares nuages parsemaient le ciel nocturne qui laissait alors voir ses étoiles là où il n'y en avait pas. Au loin, les buildings illuminés de la ville se dessinaient dans l'obscurité, l'Institut se situant à sa périphérie bien à l'abri dans la forêt cerclant la ville, sans pour autant être très loin de celle-ci.

    "Bon écoute, j'sais pas pourquoi t'as fugué, ça me regarde pas, et en temps normal, je t'aurais ramené jusqu'ici sans te forcer à rentrer, juste histoire de t'éloigner de la ville, mais là t'as visiblement déconné et t'as la cheville en compote, alors... à toi de voir. Soit je te laisse ici, et t'es libre de partir où bon te semble avec ta patte folle si tu tiens vraiment pas à retourner là-dedans pour de quelconques raisons dont j'ai rien à secouer, soit je te ramène jusqu'au bout, à savoir à l'infirmerie, et tu passes au moins la nuit dans un lit chaud, comme moi, même si au petit déjeuner y aura pas de bières. Décide-toi."

    Quoi, après tout, il n'était pas là pour la materner. Il avait juste voulu la sortir de cette ruelle glauques, mais après au final, malgré ses paroles précédentes, il ne voulait la forcer à rien. Après tout il ne connaissait pas son histoire, les raisons qui l'avaient poussée à fuguer cette nuit de l'Institut. Il se doutait juste que ces raisons ne devaient pas être joyeuses vu l'état dans lequel elle s'était mise et le lieu où elle était allée. Bon après, le fait qu'il dise qu'il n'en ai rien à secouer était vrai seulement de moitié, car il disait ça pour bien lui montrer qu'il ne voulait au final rien lui imposer, ne pas fouiner dans sa vie, jouer les âmes charitables qu'il n'était pas. Non. Il était un homme qui avait un minimum de conscience pour ne pas l'avoir laissée seule là-bas. Rien de plus. Rien de moins. Il avait beau être une bête avec des griffes, le fait était que même les bêtes s'entraidaient entre elles quand y avait besoin...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Mar 17 Aoû - 19:33

    Il l'attendait ? Oh. Louve en fut plus touchée que ce qu'elle aurait voulu. Elle était touchée parce qu'un inconnu l'attendait ?! Non, vraiment, il fallait qu'elle se trouve des amis là, ça devait du grand n'importe quoi. Elle aurait du fuir, partir en courant, se débrouiller pour sortir de cette foutue rue, s'éloigner de ce foutu bar, mais sa foutue cheville lui faisait trop mal pour qu'elle puisse s'enfuir. Foutue soirée. Ca fait beaucoup de choses foutues en une seule minute de pensée, ça. Elle fut surprise de sa propre réaction, mais aussi du fait que Tornade veillait sur les gens de l'institut. Ainsi, c'était vrai ? Ils prenaient vraiment soin d'eux, là-bas, jusqu'à se faire du souci quand ils traînaient dans des coins peu recommandables ? Elle ne put s'empêcher de sourire légèrement lorsqu'il parla du nuage pluvieux. Elle s'imaginait bien cet inconnu poursuivi par un petit nuage pas content. Elle aurait pu protester quant au fait d'être prise pour une gamine, mais il était évident qu'il était plus âgé et bien plus expérimenté qu'elle, du moins de ce qu'elle avait pu en voir – et c'était largement suffisant pour elle. Elle n'avait aucune envie de le mettre en colère étant donné la facilité avec laquelle il avait éliminé un homme de sang froid. Elle n'en n'était pas choquée, c'était un abruti de moins, ce qui l'intriguait plus que la perturbait, c'était la façon dont il avait fait ça. Ces griffes. Qu'est-ce qu'il était exactement ? Un félin ? Encore un ? Elle était abonnée aux félins alors ? Ou c'était tout autre chose ? En tous cas, il était animal et c'était ce qui la poussait à être présentement toujours là à l'écouter. Elle en avait peur, forcément, qui n'aurait pas eu peur de lui après ce qu'elle venait de voir ? Mais sa curiosité prenait le dessus. Un des gros défauts du loup, la curiosité. L'attrait de la nouveauté. Ils viennent, testent, tâtonnent, s'en vont en courant puis reviennent faire le même manège jusqu'à être sûr qu'il n'y ait pas de danger. Le tout pour finalement se désintéresser totalement de la chose. Pour l'instant, elle en était au premier point : la découverte d'un inconnu intéressant.

    Tout en s'appuyant contre le mur afin de soulager un peu sa cheville blessée, elle écouta attentivement ce qu'il continuait à lui dire. Elle ne releva pas la phrase à propos de l'alcool. Beaucoup de gens ne peuvent pas vivre sans ça. Elle en avait l'habitude, mais c'était pour cela que, justement, elle refusait d'y toucher à nouveau. En plus franchement, si c'était pour se remettre dans un état minable et reprendre une honte monumentale comme elle venait de prendre... Elle avait son orgueil, sa fierté et elle avait honte de s'être étalée ainsi devant lui. Retour à la gamine faible et sans défense. Saloperie de Sara, restes donc planquée là où tu es qu'on ne te remarque plus ! Cesses donc de réclamer de l'aide et crèves une bonne fois pour toutes, qu'on n'entende plus parler de toi ! Oui, Louve détestait sa partie humaine. Trop gentille, trop faible. Trop bonne, trop conne, le proverbe lui collait à merveille à la peau, à la petite blonde qu'elle était il y a quelques années de cela. Elle rit légèrement lorsqu'il lui parla de ne plus jamais remettre les pieds dans un tel endroit. Oh, elle n'aurait pas besoin de se faire engueuler pour ça, elle avait retenu la leçon. Elle aurait pu y passer, ou pire encore... Elle ne préférait même pas y penser. Qui sait s'ils l'auraient laissée tranquille si cet homme n'avait pas été là ? Ils auraient peut-être voulu continuer à jouer, une fois qu'elle n'en n'aurait plus eu la force. Elle secoua la tête pour s'enlever certaines images de son passé qui défilaient à présent devant ses yeux, regardant le plus loin possible devant elle.

    « Ne plus y remettre un pied, j'y remettrai plus un pied. Surtout qu'il ne m'en reste qu'un seul pour le moment et que retourner là dedans à cloche pieds, je suis pas sûre que ce soit une riche idée. »

    Elle haussa les épaules avant de le voir s'approcher un peu trop vite d'elle. Elle voulut faire un mouvement pour s'écarter mais elle n'en n'eut même pas le temps. Se retrouvant portée comme un sac de patates sur le dos d'un parfait inconnu, elle poussa un grognement de protestation, plus pour la forme qu'autre chose. Elle savait instinctivement qu'il allait faire ce dont il lui avait parlé : la ramener à l'Institut. Elle savait qu'elle n'avait rien à craindre. Animal et animal, elle comprenait les signes qu'il lançait et il respirait la sincérité. Ok, une odeur nauséabonde de tabac et d'alcool aussi... Elle ouvrit de grands yeux terrorisés quand il la hissa sur la moto. Mais elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il lançait déjà la machine. Oh nom de dieu, elle allait faire un arrêt cardiaque ! Crispant ses mains sur la veste du conducteur, qui conduisait comme un taré, elle ferma si fort les yeux qu'elle en vit des étoiles. La situation lui rappelait étrangement sa toute première rencontre avec sa féline, qui l'avait kidnappée de la même manière mais en voiture. Elle avait quand même plus confiance en les voitures qu'en ces horreurs à deux roues.

    Lorsque l'engin de malheur s'arrêta enfin, Louve se sentait extrêmement mal à l'aise. Non pas à cause de la peur, bon d'accord elle était morte de trouille et elle avait failli vomir ses entrailles mais c'était autre chose. Une autre sensation. Un déferlement d'odeurs lui arriva lorsqu'elle posa le pied à terre. Lorsque Logan, puisque tel était son nom, lui parla, elle plaqua ses mains sur ses oreilles. Elle avait l'impression soudaine qu'il lui hurlait dessus. Elle recula vivement, oubliant pour le coup sa douleur qui la rappela à l'ordre et l'empêcha d'aller plus loin.

    « Me sens pas bien. Du tout. »

    Qu'est-ce qui lui arrivait ? Pourquoi tout à coup, c'était comme si elle ne contrôlait plus rien du tout ? D'accord, elle ne contrôlait pas grand chose de ses pouvoirs mais quand même ! Elle avait l'impression d'être dans un concert de bruit, son poussé à fond, lui explosant les tympans. Et ces odeurs, bon sang, l'essence, la poussière, l'alcool, la cigarette, un feu de cheminée ? Qui était assez fou pour faire brûler une cheminée en plein été ? Oh ça suffit, par pitié, que ça s'arrête ! Elle poussa un grognement féroce.

    « SILENCE ! »

    Comme par magie, tout s'arrêta. C'est comme si le fait qu'elle ait désiré que ses pouvoirs se désactivent avait suffit pour revenir à l'état normal. Bouche entrouverte, respiration haletante, Louve regarda Logan, complètement perdue, affolée.

    « Je... Il faut que... Oh, mon dieu. »

    Ses jambes lâchèrent sous son poids et elle prit sa tête entre ses mains. Heureusement qu'ils ne se trouvaient plus en ville, elle serait passée pour folle aux yeux des autres sinon. Elle n'avait absolument rien comprit à ce qui venait de se passer. Ca n'était tout de même pas l'alcool qui avait eu cet effet sur elle, pas si vite, pas d'un seul coup ! Enfouissant ses mains dans ses cheveux, oubliant la présence de Logan, elle lutta pour de pas perdre conscience à cause du mal de tête fulgurant qui la tiraillait à présent. La soirée promettait d'être interminablement longue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Mer 1 Sep - 23:59

    Bon, c'était une bonne chose déjà que cette petite fugue l'ait dégoûtée des bars miteux et mal famés et de l'alcool. Enfin non, concernant l'alcool, c'était moins cool, du moins du point de vue de Logan, mais en même temps avec son facteur guérisseur, il savait pertinemment qu'il n'aurait jamais de cancer de l'estomac ou du foie à cause de l'alcool, ni des poumons à cause des cigares. Alors c'était facile pour lui de penser ça. Au fond, si, c'était une bonne chose qu'elle ne persiste pas dans cette voix. Conduisant sa moto comme d'habitude sans vraiment se soucier que sa passagère puisse ou non apprécier le voyage, Logan ne remarqua donc pas la panique qui s'empara d'elle à peine l'engin démarré à toute berzingue. Ce ne fut donc qu'une fois arrivé à destination et son petit discours fait qu'il remarqua les premiers signes de bizarrerie de la part de la jeune femme. Elle avait tout sauf l'air de se sentir bien, et le regard paniqué et effrayé qu'elle lui lança en réponse à ses paroles ne put que le lui confirmer quand il se retourna pour l'observer après quelques secondes sans aucune réponse de sa part. Fronçant les sourcils, Logan éteignit finalement le moteur de sa bécane pour vraiment bien se retourner de moitié sur le siège, et la regarder avec plus d'insistance et surtout d'inquiétude. Enfin d'inquiétude, de curiosité surtout quant à savoir ce qu'elle allait lui sortir encore.

    "Hey, gamine, t'es sûr que ça va ?" lui demanda-t-il de son éternelle voix grognon en arquant un sourcil interrogateur et suspicieux à la fois, juste avant qu'elle ne plaque soudainement ses mains sur ses oreilles, comme s'il lui avait hurlé dessus alors que pas du tout.

    Descendue de la moto, elle recula, comme entendant des choses qu'elle seule pouvait entendre, et au vu de ses grimaces de douleur, c'était des choses extrêmement désagréable. Voyant qu'elle se mettait à trembler et à paniquer, Logan descendit aussi de la moto en s'avançant vers elle, soudain inquiet par ce qui lui arrivait sans savoir ce que c'était.

    "Oh qu'est-ce qui se passe ?" insista-t-il en remarquant un peu plus à chaque seconde tous les signes qui montraient une sorte de crise ou de malaise d'origine soudaine.

    Peut-être qu'elle avait une maladie ? Qu'elle était victime de crises de il ne savait trop quoi régulièrement ? Ou qu'elle faisait une très mauvaise réaction à l'alcool qu'elle avait ingurgitée et qu'elle ne supportait peut-être pas du fait qu'elle n'était pas habituée à boire ? Ca aurait bien fait rire Logan sur le moment qu'il n'avait pas de suite éliminé cette hypothèse du simple fait que l'alcool ne provoquait pas un tel état de stress et de panique, sans parler qu'il n'avait jamais vu quelqu'un agir comme si on lui hurlait dessus à lui en percer les tympans à cause d'une mauvaise cuite. Elle lui cria dessus en lui demandant de se taire avec une brusquerie qui le fit s'arrêter net. La seconde suivante, elle lui lança un regard désespéré, affolé, perdu, qui le désarçonna quelque peu et celle d'encore après, elle bafouilla quelques mots avant de chanceler dangereusement. Il réagit aussitôt pour la rattraper avant qu'elle ne tombe et ne se fasse mal alors qu'elle enfouissait ses mains dans ses cheveux comme luttant intérieurement contre un mal qu'il ne pouvait voir ni comprendre.

    "Hey hey hey, reste avec moi..." lui ordonna-t-il en repoussant les cheveux de son visage pour pouvoir voir ses yeux et ses pupilles et juger un minimum de son état comme il l'avait appris à l'armée il y a longtemps aux côtés de Nick Fury. Pupilles dilatées, souffle court, bon sang elle allait vraiment pas bien. "Et merde, merde, merde... Fait chier faut toujours que ça m'arrive qu'à moi ces conneries..." rumina-t-il alors que sans attendre il tapait rapidement le code du portail pour l'ouvrir.

    Il la porta à moitié consciente pour la remettre sur la moto mais cette fois devant lui afin de pouvoir la tenir et éviter qu'elle ne tombe. Il remonta en trombe le long chemin qui serpentait à travers le Parc de l'Institut jusqu'à se garer en vrac devant le seuil. Il prit à peine le temps d'éteindre le moteur que déjà il la portait de nouveau dans ses bras, cette fois non comme un sac à patate mais bien devant lui, un bras sous ses genoux et l'autre sous sa nuque contre son torse, priant pour qu'elle ne tombe pas dans les pommes. Il ouvrit la porte d'entrée d'un bon coup d'épaule et pénétra dans le Hall du Manoir totalement désert.

    "BESOIN D'AIDE ICI ! Y A QUELQU'UN ?! DIABLO ! SCOTT !" hurla-t-il sans trop vraiment espérer entendre de réponse, "J'vous jure ça fait la morale mais c'est pas foutu de lever son cul quand y a besoin ceux-là..." maugréa-t-il en suivant dans sa barbe alors qu'il se dirigeait vers une partie de la paroi du Hall sur laquelle il tapa un bon coup pour ouvrir un passage qui le mena aux sous-sols secrets directement.

    "Hey gamine, tu m'as pas dit ton nom, parle-moi, pas le moment de tomber dans les pommes hein..." fit Logan à la jeune fille dans ses bras tandis qu'il parcourait les couloirs des sous-sols avec précipitation pour l'empêcher de sombrer.

    Il atteignit l'infirmerie assez rapidement et s'empressa de l'installer sur le lit prévu pour les soins. Okay génial, et tu fais quoi maintenant Logan ? Tu joues les docteurs ? Tu tentes une opération à coeur ouvert ? Le mutant grogna alors qu'il regardait autour de lui sans savoir quoi faire pour la peine, se contentant d'appuyer comme un malade sur l'interrupteur rouge qui permettait d'appeler les pros dans le domaine à la rescousse. Enfin les pros, en admettant qu'ils soient ici et non en mission ou de sortie il ne savait où ! Sauf qu'après avoir appuyé à fond sur ledit interrupteur et, connu pour son incroyable patience légendaire, Logan ne put s'empêcher de donner un coup de pied brutal dans le chariot médical juste à côté de lui simplement par frustration de pas savoir quoi faire. Il était inquiet ça c'était évident, à peu près autant qu'il était énervé. Il ne savait pas pourquoi, mais il ressentait une sorte de similitude entre elle et lui, quelque chose d'animal, d'instinctif sans pouvoir l'expliquer, même s'il avait aussi l'impression aléatoire de se faire des idées, mais en tout cas ça expliquait pourquoi il paniquait quand même pas mal malgré le fait qu'il ne la connaissait que depuis quelques heures à peine.

    "Allez dis-moi que c'est rien et que ça va mieux..." marmonna-t-il à l'attention de la jeune fille allongée sur le lit près duquel il était revenu, n'arrivant même pas à déterminer si elle était consciente ou pas sur le moment. Il espérait vraiment que sa crise n'ait été que passagère et qu'elle n'avait rien de grave. Peut-être qu'il avait réagi avec un peu trop d'empressement en imaginant le pire mais mieux valait prévoir plus que moins, ça il le savait ne serait-ce que par expérience.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Sam 18 Sep - 20:06

    (te fais pas de soucis pour le temps de réponse, suis pas au top depuis le mois de juin donc je suis longue aussi)

    Si ça allait ? Non mais il se foutait de qui ? Non ça n’allait pas ! Sa tête allait exploser, elle avait envie de vomir, oui tout allait très bien ! Oh bon sang, ce genre de pensées, c’était complètement stupide. Il voulait simplement l’aider. Mais la douleur était tellement forte qu’elle ne put s’empêcher de reculer vivement tout en grognant lorsqu‘il la retint. Mal lui en prit car elle s’écroula à terre, incapable de tenir sur ses jambes. Finalement, elle n’eut d’autre choix que de se laisser faire lorsqu’elle se retrouva près de lui. Logan lui passa une main sur le visage pour remettre en place ses cheveux et l’observer de plus près. Louve n’y comprenait rien, elle ne comprenait plus rien à grand-chose tant ça se bousculait dans sa tête. Il lui demanda de rester consciente, c’était facile à dire ! Déjà, s’il se taisait, ça arrangerait les choses, bon sang ! Elle se sentait horriblement mal. Elle avait plus envie de lui taper dessus qu’autre chose. Et c’était pas bon. Lorsqu’elle se sentait comme ça, c’était que sa partie animale prenait le dessus. Les animaux blessés attaquent, se défendent, mordent et se battent lorsqu’ils n’ont pas confiance. Or il pouvait être aussi gentil qu’il le voulait, elle n’avait pas confiance en lui. Elle ne le connaissait pas. Pourquoi diable aurait-il voulu vraiment l’aider ?

    Bon de toutes évidences, il ne lui demandait pas son avis. Il la monta à nouveau sur la moto et elle se sentit défaillir. C’était horrible, cette sensation qu’elle allait perdre complètement tout contrôle sur elle-même. Comme si elle allait s’écrouler dans l’inconscience d’une minute à l’autre. Elle détestait se sentir dans cet état. La dernière fois qu’elle s’était sentie comme ça, c’était à la mort de son loup, lorsque ses pouvoirs lui avaient totalement échappé, qu’elle était entrée dans une telle haine, une telle rage, qu’elle avait tout explosé sur son passage. C’était ensuite qu’elle s’était sentie mal. Comme si toutes ses forces la vidaient d’un seul coup après lui avaient donné un tel mal de tête qu’elle avait cru qu’elle allait en crever. Elle ne se rendit même pas compte qu’il la menait à l’intérieur de l’institut. Elle avait perdu l’espace de ces quelques minutes la notion du temps. Elle tentait de se raccrocher à lui, son contact physique, c’était la seule chose qui ne la torturait pas. Tant qu’il la touchait, c’était qu’elle était encore consciente. Alors elle s’accrochait à ça. Il lui demanda son nom. Elle était incapable de lui répondre. Elle sentit qu’il l’allongeait. Bon dieu, où est-ce qu’elle se trouvait ? C’était quoi, ça ? Elle laissa tomber sa main sur le matelas de l’infirmerie pour tenter de reconnaître l’endroit où elle se trouvait. Mais tout était trop fort. Le bruit, les odeurs, même le toucher. C’était trop douloureux. Tant pis. Il fallait qu’elle lui fasse confiance. Une minute de plus passa, puis une autre. Elle entendit quelque chose se fracasser contre les murs. Sans doute Logan venait-il de passer ses nerfs sur quelque chose. Oh, peu importait.

    Tandis que les minutes s’écoulaient, ses sens semblaient se calmer. Le monde semblait revenir à la normale. Elle tourna lentement sa tête vers Logan, qui l’observait. Elle se demanda s’il l’observait depuis longtemps. Elle leva le regard vers lui et le regarda un instant avant de répondre à sa question. Il murmurait. C’était bon signe. Elle ne l’entendait plus aussi fort que tout à l’heure. Donc, elle allait mieux.

    « Mon prénom… c’est Sara. Mais je suis habituée à Louve. Vis-à-vis des autres… J’ai trop de mal à… »

    Elle ferma les yeux un instant avant de les rouvrir. C’était à la fois pénible de parler après une telle expérience, mais aussi parce que son prénom ne lui rappelait pas que des bons souvenirs et que c’était pour ça qu’elle le cachait en général. Son regard était épuisé, interrogatif, terrifié aussi. Elle était morte de peur à l’idée d’être seule, complètement sans défense, avec un total inconnu. Une partie d’elle pourtant voulait lui faire confiance. C’était la raison pour laquelle elle tendit une main tremblante pour attraper celle de Logan et la serrer dans la sienne un instant. Elle la relâcha presque immédiatement puis elle prit une respiration pour continuer sa phrase.

    « Merci. J’ai du mal à comprendre pourquoi tu m’as menée ici, mais merci. »

    Bon, finalement, elle ne finit pas sa phrase. Comme souvent lorsqu’elle entamait quelque chose à propos d’elle, de son passé, de ses sentiments, elle se rétractait au dernier moment pour en fin compte éviter d’en parler et elle passait à autre chose. Elle tourna le regard un instant vers les murs puis le fit revenir vers Logan.

    « Mais en fait… Où est-ce qu’on est ? J’ai aucun souvenir de… »

    Elle sentit que sa tête commençait à tourner. Elle avait besoin de repos, elle le savait. Mais elle voulait d’abord comprendre ce qu’elle faisait là.

    « Je me souviens plus de ce qui s’est passé après que je me sois écroulée. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Curieuse rencontre [ Wolverine ]   Aujourd'hui à 20:09

Revenir en haut Aller en bas
 

Curieuse rencontre [ Wolverine ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: New York :: Les Loisirs :: Lieux clandestins :: Bar de combat-