Partagez | .
 

 Une rencontre entre l'animal et la nature [ Kendra ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Une rencontre entre l'animal et la nature [ Kendra ]   Mer 18 Aoû - 17:00

Kendra Morteisier a écrit:
Légende :
Noir : les plantes
Marron : les arbres
Olive : mes pensées
Vert : Mes paroles

=================

De branche en branche je naviguais au coeur de cette foret verdoyante que la Stark Industries n'a pas encore broyé, je sais que je ne peux pas la contrôler entièrement, peut être y arriverais-je un jour.... Du moins je l'espérais pour montrer au monde que la nature peut se défendre. A vrai dire j'y arrive, du moins quelques arbres, un voir deux avant de m'épuisé totalement, sinon pour les plantes elles-mêmes je n'ai pas autant de problèmes, ma force vitale diminue moins rapidement si je les manipules.
Enfin je connais cette forêt comme ma besace, mon nouveau don me permet de bien me caché, le fait que je puisse leurs parler me permet de savoir si quelqu'un approche d'ailleurs on m'a prévenue qu'a lauré du bois il y'a une famille d'humain et j'aime bien les regardé promené et rire.

J'arrive un haut d'un arbre, je remercie silencieusement les arbres de m'avoir prêté leurs branches pour que m'on déplacement soit plus rapide et plus discret, je me pose tranquillement et je regarde vers le bas, je les entend rire, un sourire dessine mon visage. Je voie un petit garçon dont les cheveux coupé court sont semblables a une petite touffe d'herbe sèche, oui sèche pour la couleur blond-brun, son père a la même couleur mais la longueur n'est pas la même, la mère est une femme a forte corpulence qui doit avoir autant d'amour que de rondeur. Je passe discrètement d'un arbre a l'autre, a vrai dire ils sont pas mal collé les un aux autres ce qui me permet de me déplacé encore plus facilement, soudainement je grimace et porte ma main sur mon coeur....


* Ils peuvent ramassé les branches sèches qui gisent au sols et elles sont nombreuses, alors pourquoi rompre celle qui sont encore verdoyante pleine de liberté prête à devenir un membre entier de l'arbre qui les portent ? Puis elles sont vertes, si ils prennent les branches pour allumé un feu elles ne brûlerais pas...Cette homme est-il conscient des risques ? Je ne puis les laissé les faire... Ne vous en faites pas mes amis je vais lui donné une petite leçon discrète laissez vous faire*

Je ferme les yeux quelques secondes, laissant mon don m'envahir, calmant les battement de mon coeur, pour que mon pouvoir parcourent l'ensemble de mon corps, je tend doucement la main et appuie sur le tronc de l'arbre, a son pied la racine remonte doucement, de mon autre mains je touche une branche qui prend une couleur verte luisante durant quelques secondes, en bas près de l'arbre quelques branches accroché a l'arbre si haut et si verdoyant se mettent a vivre, bougeant les feuilles sèches et laissant apparaitre des branches sèches, les bruits on du les alertés, mais j'entend le père qui murmurent de ne pas s'inquiété que ça doit être un petit animal, un oiseau ou un renard, avec un sourire je reprend ma leçon, le père passe a proximité de la racine qui se lève un peu plus et qui le fait tombé lourdement au sol.
Il est obligé de voir le tas de branche. J'ouvre les yeux et je le vois posé les branches verte pour prendre les branches sèche puis la famille s'en va et sort du sentier de terre pour retourné en ville.


* Et voilà *

Je descendit a terre et pris dans mes bras les branches encore verte, cherchant des endroits ou je pourrais les soigné, je grimaçais, ça aller prendre du temps mais bon je n'avais que ça a faire après tout. Utilisant mon don pour faire tenir une sorte de colle a base de plante je remettais a leurs place d'origine certaines branche

* Quelqu'un approche*

"Qu'est ce ?"

* Un canidé *

"Un Canidé ? Si c'est un canidé vous devez dire qu'un animal viens et non pas quelqu'un, quelqu'un désigne une personne, un humain."

* Un canidé...Quelqu'un *

Je soupirai, a vrai dire les plantes on du mal a faire des phrases complètent, elles sont trop jeunes, les arbres on plus de sagesse eux.

* Comme toi enfant de la forêt mais c'est un canidé nous le sentons *

Fronçant les sourcils, je grimpa a l'arbre, me cachant quelque peut attendant l'arrivée de ce Canidé...Un chien ou un loup surement.

Louve a écrit:
    La forêt. Voilà des mois qu'elle n'y avait plus mis les pieds. Peut-être même plus d'une année. Elle n'avait pas compté le temps, elle n'en n'était absolument plus capable. Elle en avait totalement perdu la notion, se contentant de savoir quand il faisait jour ou nuit. C'était une journée agréable aujourd'hui et elle avait envie de se retrouver avec la nature. C'était une de ces périodes où elle ne dormait pas, ou très peu et elle était épuisée, plus anxieuse, stressée qu'en temps normal. Elle s'était mise pieds-nus lorsqu'elle était sortie de sa chambre. Elle avait encore du mal à réaliser qu'elle logeait chez les x-men, dans une chambre que Kitty lui avait fait désigner, c'était tellement étrange. Elle était acceptée quelque part alors qu'elle ne faisait même pas partie de cette famille. La famille, c'est comme ça que Kitty appelait ces mutants qui semblaient persuadés de pouvoir s'intégrer aux êtres humains et se bornaient à les aider même quand ces derniers les détestaient. Louve avait du mal à se faire à cette idée. Elle n'aimait pas beaucoup les humains, elle ne leur faisait pas confiance, quoiqu'elle ne faisait pas franchement confiance à quiconque. Oh bien sûr, elle appréciait Kitty, Lizzie, adorait Eclipse d'une manière plus tendre et plus forte qu'elle ne l'aurait voulu, mais de là à leur donner sa confiance... C'était une autre histoire. Tandis qu'elle marchait, elle croisa un homme qui revenait, les bras chargés de bois morts, avec ce qui devait être sa femme et son enfant. Les enfants, Louve les adorait. Ils était si innocents, ils agissaient sur le moment sans se préoccuper des conséquences. Un peu comme les jeunes animaux. Le petit garçon lui fit un grand sourire et lui dit bonjour, elle lui répondit de la même façon, saluant les parents au passage. Quelques temps auparavant, elle aurait probablement grogné, mais elle avait fait d'énormes progrès. Elle continuait néanmoins à se sentir étrangère à tout ça. A présent, tout était silencieux. Louve s'arrêta un instant. Elle s'approcha d'un arbre contre lequel elle posa la paume de sa main. Elle ferma les yeux. Le contact la fit frissonner. Elle fit glisser ses doigts sur l'écorce avec un sourire, puis s'écarta et reprit son chemin.


    Elle marcha encore quelques mètres avant de s'immobiliser à nouveau. Fronçant les sourcils, elle sentit ses yeux morpher dans leur couleur jaune, comme toujours lorsqu'elle sentait quelque chose d'anormal. Il y avait quelqu'un ici. Une présence. Mais une présence différente de celle des humains. Elle ferma les yeux, prit une respiration lente pour se concentrer. Son ouïe perçut une respiration non loin d'ici. Dilatant ses narines, elle prit une grande bouffée d'air, puis elle rouvrit les paupières et leva les yeux en direction d'un arbre. Ses sens lupins lui indiquaient qu'il y avait une présence là-haut. Mais elle ne voyait rien, malgré ses yeux de louve, l'animal, ou l'humain, devait être bien caché. Elle recula pour tenter d'apercevoir quelque chose, mais rien. Elle se sentait aucune menace, juste une présence, aussi ses yeux redevinrent vert émeraude tandis qu'elle scrutait toujours les branches.


    « Il y a quelqu'un ? »


    Sa curiosité était piquée au vif. S'il le fallait, elle grimperait aux arbres pour savoir qui (ou quoi) se cachait là-dedans.

Kendra Morteisier a écrit:
Elle m'avait repéré, j'en étais certaine, j'eu un petit sourire au coin des lèvres, une mutante...Mais j'ai confiance en cette foret et si ils ont dit que c'était un canidée...je fronça les sourcil tout en réfléchissant...
Suis-je bête, c'est tout simplement une mutante qui a les caractéristique du chien ou du loup...Hum du loup, les chiens n'on pas les yeux jaunes comparé aux loups. Tiens donc elle a l'air plus curieuse que dangereuse.
Mon pied amorça un mouvement pour descendre quand la branche craqua et dans ma tête une voix grave résonna


"C'est dangereux"
"Je verrais une fois en bas"
"Tu as une confiance aveugle envers eux"
"Non...J'ai confiance en leurs coeur"

Je fléchissais les jambes et sauta au sol dans un bruit sourd, je retomba sur mes pied mais mes jambes se fléchirent pour l'atterrissage, bien évidemment je sais descendre d'un arbre sans trop me faire mal mais je ne suis pas un chat, je ne retombe pas sur mes pattes comme ça, je me suis entrainé mais en cas de chute on me retiens. A ma pensé je leva la tête vers l'arbre et posa ma main sur son tronc, puis je tourna mes yeux sombre vers la jeune femme que je détailla doucement.
Un corps aux premiers abord frêle, une chevelure blond tel les blé les plus frais, des yeux émeraude semblable a certaine plantes de cette forêt, elle est mignonne, un air curieux est dessiné sur son visage on dirait une enfant.
J'eu un petit sourire, soit je suis très mature, soit je suis destinée a rencontré que des enfants, ou des personnes qui on besoin d'être materné...Bon j'ai l'instinct maternel, un peu trop même.


"Bonjour"Dis je d'une voix très douce
"Je ne te ferais aucun mal, je suis pacifique et apparemment je suis un peu comme toi"

Je lui dit un sourire très doux tout en la regardant à mon tour avec un brin de curiosité mais mon côté maternelle lui était un peu trop présent a mon goût

Louve a écrit:
    A sa question, elle eut une réponse rapidement. Une jeune femme descendit avec adresse de l'arbre où elle se trouvait. Louve poussa un petit gémissement de contentement lorsqu'elle se rendit compte que l'arbre semblait aider cette femme. Une mutante ? Très probablement oui, l'arbre semblait la comprendre. Louve les comprenait à sa manière, elle sentait leur vie, mais n'avait jamais pu communiquer avec la nature comme elle l'aurait voulu. Malgré tout elle la respectait profondément et ne se servait jamais d'elle à des fins autres que positives. Elle l'aimait beaucoup trop pour lui faire du mal et au final la nature le lui rendait bien. Elle trouvait tout ce dont elle avait besoin : amour, réconfort, nourriture, protection... Bien plus que parmi les êtres humains. Elle ne se sentait à sa place que dans la nature. L'instinct animal la poussait à la chercher sans arrêts, même si elle l'évitait généralement à cause des remontées de souvenirs trop douloureuses à supporter pour ses frêles épaules à peine aptes à supporter les deuils qu'elle avait subi, trop rapprochés l'un de l'autre pour lui laisser le temps d'encaisser. La jeune femme qui venait de descendre lui dit bonjour. Louve recula d'un pas par pure prudence, bien que l'inconnue ne dégagea aucun phéromone ou autre odeur affirmant une menace. Elle semblait à vrai dire tout aussi curieuse qu'elle-même. Elle lui fit un léger sourire, observant un instant son visage.

    « Bonjour. »

    Elle tourna la tête sur le côté, comme un petit chiot intrigué par la présence en face d'elle. Oui, elle était comme elle, elle l'avait senti dès les premières secondes. Elle plissa un instant les paupières puis releva la tête, reprenant sa place initiale en avançant légèrement. Elle tourna son regard vers l'arbre dont la jeune femme était descendue.

    « Oui, je crois avoir remarqué ça. »

    Nul besoin d'expliquer autrement, toutes les deux semblaient s'être comprises. La brune en face de Louve dégageait une odeur agréable de fleur fraîche, la même odeur qu'a la nature lorsqu'elle s'éveille à peine. Une odeur pleine de vie, de gentillesse... de pureté. Se rendant compte qu'elle avait de nouveau tourné les yeux vers la femme et la fixait depuis sa seconde phrase, tout en réfléchissant, elle détourna les yeux. C'était sa manière à elle de dire qu'elle ne cherchait pas d'ennuis. Elle ne regardait que peu les gens, évitant de plonger son regard dans celui des autres, c'était pour elle un signe de menace, de défi. Elle avait été élevée chez les loups et ça restait profondément gravé en elle. Elle fit un petit geste de la tête vers l'arbre.

    « Ils ont l'air de bien t'aimer. En général, la nature est méfiante vis à vis des humains. Je me demande comment d'ailleurs il peut y avoir une forêt dans un tel endroit. Ca fait tellement longtemps que je n'ai plus... Enfin. » Elle poussa un soupir. « Histoire de faire les choses le plus humainement possible, je suis Louve. »

    Ah, les présentations. Chez les animaux, c'était moins compliqué : tu es chez moi ou non, je te tolère ou non. Avec les humains, il fallait décliner son identité, dire d'où l'ont venait, ce qu'on cherchait, quel âge on avait, etc... Que d'histoires pour pas grand chose.


Kendra Morteisier a écrit:
Timide au premier abords... Plus je la regardai plus elle me faisait pensé a un louveteau, j'en avais rencontré a la tribu, c'était une louve apprivoisée par la fille d'un des plus grand guerrier et cette louve en question s'était un beau jour sauvée, mais la fille n'avait jamais était inquiète. Pour qu'elle raison ? Mais parce qu'au yeux des amérindiens les animaux et toute autres formes de la nature n'appartiens a personnes, et certains animaux sont considéré comme des esprits puissants et fort. Un beau jour la louve est revenue avec un autre loup qui lui resta au abord de la forêt, il était magnifique, d'un noir charbon, des yeux doré, alors que la louve était d'un gris clair presque blanc, orné d'une ligne noire sur la croupe et ses yeux était en or, mais un or doux, quelques jours plus tard la louve avait mis bas... 3 louveteau, l'un d'eux adorait s'amusé avec moi et mes fleurs. Ces petites pattes qui se levé vivement, ses jappements joueur. J'eu un sourire au lèvres.
Louve... Elle se nomme Louve. Avec un nouveau sourire je pus sentir au plus profond de moi qu'elle aurait du avoir un nom comme celui-là.


"Dans ma tribu on m'a nommé Angarika, les mutants m'on appelé Flower Girl mais mon prénom c'est Kendra"

Je penchai la tête sur le côté, j'avais répondu par la fin, oui je sais ce n'est pas bien mais la politesse avant tout non ? Je posai mon regard sur l'arbre et tourna la tête vers la mutante

"Ils m'aiment un peu trop je dirais... Surtout les arbres ils sont très protecteur envers ceux qui le méritent et parfois ce qui ne le mérite pas, mais peut se préoccupe de la nature.
Et bien a vrai dire tu as tord... Ils ont confiance aux humains d'une certaines façon, on ne peut lutter contre ce que l'on est... Un arbre offre sa protection, et malgré la colère qui lui tord le coeur il donnera un abri a un humain dans le besoin que se soit par son ombre, ses produits on sa chaleur. Ils ont peur de ce que l'avenir doit leurs apporter... Ils sont méfiant mais ils aiment le monde... Sans eux on est rien"


" Tu exagère...."

"Certains on même un mauvais caractère" dis je avec un sourire taquin et une sorte de fruits de la taille d'un petit caillou me tomba sur le crâne, je frotta ma tête et regarda la mutante.

"La preuve" murmurais-je doucement, en espérant la faire rire, même si je n'y était pour rien, cet arbre est un ami plein de ressources et j'aime parler avec lui des heures entières jusqu'à épuisement de mes ressources.

Je me baissai pour prendre le "fruit" et le regardai en fronçant les sourcils puis dans un soupir je le glissai dans ma sacoche et reporta mon attention sur Louve

"Tu es ici chez toi personne ne t'embêtera ou te cherchera des ennuies, tu viens quand tu veux tu sera toujours la bienvenue, ce n'est pas non plus chez moi mais je parle au nom de cette forêt encore en vie"

Je lui adressa un immense sourire remplie de douceur et de joie, je me baissai légèrement comme pour la salué, je fis cela a la manière de ma tribu avec un air solennel et accueillante
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre entre l'animal et la nature [ Kendra ]   Mer 18 Aoû - 17:01

Louve a écrit:
    Louve pencha la tête sur le côté tout en écoutant la jeune femme. Ce qu'elle racontait était passionnant pour elle. Quelqu'un qui comprenait au sens propre la nature... C'était quelque chose de fabuleux ! Elle aurait tant voulu pouvoir en dire autant d'elle-même, mais elle comprenait bien mieux les animaux. Parfois elle mélangeait les deux. Kendra le lui fit gentiment comprendre en parlant de la protection qu'apportait la forêt aux hommes. Elle sursauta lorsque la jeune femme reçut un fruit sur la tête. Elle resta un instant surprise devant les paroles qui suivirent puis eut un petit rire cristallin, presque enfantin. Elle riait tellement rarement... Elle se surprit elle-même. Elle se sentait étonnamment bien en la présence de cette inconnue.

    Une fois que cette dernière lui dit qu'elle était la bienvenue, Louve passa lentement derrière elle pour aller poser une main sur l'écorce de l'arbre. Elle leva le regard, lequel morpha immédiatement. D'un bond, elle attrapa une branche sur laquelle elle se hissa pour s'y asseoir. Elle n'était qu'à un mètre du sol mais cela représentait un véritable effort pour elle. Depuis la mort de Tiger, elle n'avait plus grimpé dans un seul arbre. Elle regarda Kendra restée en bas. Elle resta un instant silencieuse, pensive. Pouvait-elle réellement faire confiance à un mutant ici-bas ? C'était tellement étrange, tellement... humain, comme sensation. Elle se sentait de plus en plus humaine et ça l'effrayait. En tant qu'animale, elle se contentait de ressentir sans réfléchir : peur, peine, douleur, joie, elle était le sentiment en lui-même. Elle ne commandait rien de ce qu'elle ressentait, elle se contentait d'être ainsi. Mais plus le temps passait, plus elle vivait parmi les êtres humains et plus elle se posait des questions : pourquoi ressentir de la tendresse pour telle personne, pourquoi avoir mal de cette manière, pourquoi avoir ri pour telle chose ? Elle sentit ses tempes tambouriner. Plus les mois passaient et plus elle s'éloignait de celle qu'elle était auparavant. Elle devenait civilisée... et elle ne savait pas si c'était bon ou mauvais. Elle descendit finalement de l'arbre, n'ayant réfléchir que l'espace d'une minute. Retombant lestement sur ses pieds, presque sans un bruit, elle se redressa pour sourire à Kendra.

    « C'est difficile. Je veux dire... » Elle s'arrêta un instant, hésitant à continuer. Pourquoi cette mutante s'intéressait à elle ? « Ca fait si longtemps. Je ne viens pas d'ici... Je suis Italienne. Ma forêt, mes loups me manquent. J'ai peur qu'ils m'aient oubliés, ou qu'ils m'en veuillent... je ne pourrais jamais les oublier moi... Leur odeur, leurs hurlements, les bruits de la forêt, l'écorce de ces arbres, le refuge qu'ils m'ont offert lorsque je me suis enfuie... J'ai peur de me lier à nouveau à eux, tu vois ? J'ai peur de les décevoir encore une fois. » Sa voix se brisa et elle détourna le regard. « Je suis désolée. Il y a plus joyeuse comme compagnie que moi. En plus je suis pas sûre d'être compréhensible. » Elle lui fit un nouveau sourire, mais plus triste, avant de reculer pour aller s'appuyer contre l'arbre derrière elle. Baissant la tête, elle croisa les bras, regardant ses pieds comme un enfant gêné qui aurait avoué un secret.

Kendra Morteisier a écrit:
Pauvre enfant, si forte en apparence qui cache en vain sa faiblesse, qui cache a la face du monde la crainte qui habite son âme, qui aimerait tant saisir une main pour se levé encore et encore, qui aime tant la vie et qui pourtant a peur....
Je la regardai lorsqu'elle grimpa doucement a l'arbre tant bien que mal, comme ci cet acte était douloureux, comme si ses pieds avaient été enchaîné des mois durant, comme si ses bras ne pouvais se déployé, comme si son corps lutté pour ne pas faire un tel geste.
Je fronçai les sourcils, en quoi une louve aurait elle autant de mal pour se rapproché de la nature ?
Je la vie descendre et écouta ses paroles, des paroles aussi fragile que son corps, que son état d'esprit... Elle avait besoin qu'on l'écoute, qu'on soit près d'elle. Et apparemment sa famille lui manquait.


*Elle a besoin de chaleur, qu'elle soit naturelle, mutante ou humaine, elle doit se sentir bien, en accord avec elle même... Tu va m'aidé n'est ce pas ?*

"A quoi bon me le demandé ?Tu sais que je t'aiderai toujours, moi et mes frères"

*Je demande car tu as une conscience qui t'es propre mon ami et je te remercie*

Pendant mon échange avec l'arbre, je la vis reculé doucement, se mettre contre le tronc de celui-ci, regardant ses pieds... On aurait dit une enfant, encore une douce et fragile enfant.

"Ecoute moi, je peux comprendre que tu es un mal être de ce monde, ou de ce pays, que ta famille te manque c'est légitime, mais sache une chose mon enfant... Les loups sont souvent en meute tu le sais mieux que personnes et une meute et comme une famille, lorsqu'un enfant s'en va ses parents sont triste dans la vie humaine, mais pour un loup qu'un enfant quitte la meute n'est pas un si mauvais moment... C'est une preuve de la force de son enfant, si l'enfant revient il devra réglé les comptes et rendre des explications, mais jamais au grand jamais un loup n'oubliera un membre de sa famille."

Je m'approchai doucement de la jeune femme et passa doucement ma main sur son visage pour le lui relevé

"On ne dompte pas un loup, mais on peut être adopté par l'un d'eux et ça a jamais"

Je posai mes deux mains sur le tronc de l'arbre de part et d'autre de la louve, donnant ainsi a son tronc mon pouvoir, visant les branches de cet arbre proéminent dont les branches sont pleine de feuilles et d'odeur d'une douceur incroyable, d'une fraicheur boisé. Un craquement relativement doux se fait entendre et les branches les plus basses, viennent doucement autour de la jeune femme, je me recule doucement et les branches sont tel des bras qui attendent un corps pour lui donné chaud, l'une des branches effleurent doucement la peau de la jeune mutante puis les feuilles viennent lui chatouillé le menton

"Tu va trouvé ça bête mais il s'inquiète pour toi"

Je me sentait titubante, donné autant de pouvoir a un arbre m'épuisé souvent, leurs parlé non pas du tout, mais les manipulé c'était encore dur... Je me mis en position assises avec un peu de mal et soupira doucement, avant de prendre ma sacoche et de sortir quelques feuilles. Je ferma les yeux un instant et glissa une feuille dans ma bouche pour la mâché doucement. Je ferai une tisane plus tard

Louve a écrit:
    Kendra avait raison. Lorsqu'il louveteau quitte la meute, c'est une preuve de force mentale, c'est qu'il est suffisamment indépendant pour quitter le groupe. Certains sont même mis dehors pour les pousser à prendre leur envol. Oui, mais pour elle, la fuite avait été simplement synonyme... de fuite. Elle était partie d'Italie parce qu'elle ne pouvait se résoudre à continuer de vivre là où son loup n'était plus. Ca n'était même pas pour changer d'air, ça avait été un pur coup de tête, elle avait prit le premier bateau et s'était retrouvée à New York. New York ! Elle n'aurait pas pu trouver pire. La civilisation, la ville, la pollution, elle n'appréciait rien ou presque de cet endroit. La seule chose qu'elle aimait était Central Park, parce que c'était le seul endroit où elle pouvait retrouver un peu goût à la vie, parmi les quelques animaux s'y trouvant. Elle aimait le zoo également. Elle sentait que les animaux là-bas n'étaient pas tristes, mais protégés, même si elle avait eu du mal à le comprendre au début. Ils n'avaient connu que ça, comment auraient-ils pu en être autrement ?

    Kendra se rapprocha de la louve et fit un geste qui sembla influencer les mouvements de l'arbre. Agréable pouvoir, elle avait de la chance, de pouvoir parler à la nature de cette manière là. Elle sourit lorsque les feuilles virent lui chatouiller le menton et elle caressa tendrement l'une des branches, observant le moindre de ses détails. Tiger lui avait apprit à les aimer, même si elle les aimait avant puisqu'elle aimait la nature, la féline lui avait montré à quel point les arbres pouvaient être vivants et aimaient se rendre utile.

    « Pourquoi je trouverai ça bête ? Bien au contraire. Je suis touchée. Mais il n'a pas à s'inquiéter, je m'en sors, comme je peux, mais je m'en sors. Et puis je l'ai promis à Tiger. »

    Elle se laissa glisser contre le tronc, s'asseyant à son tour. Elle regarda Kendra un instant, tournant la tête sur le côté comme elle avait l'habitude de le faire quand elle s'intéressait à quelque chose ou à quelqu'un.

    « Tu me rappelles des souvenirs. J'utilisais sans arrêts les plantes quand je vivais avec la meute. C'était bien plus agréable que toute cette nourriture chimique. Je déteste la nourriture humaine. »

Kendra Morteisier a écrit:
J'eu un sourire épuisée et je leva les yeux vers l'arbre, mon regard était remplie d'une tendresse infini

"Moi je tolère leurs nourriture, du moins certaines choses, étant indienne je mange pas mal de viande et de légume, de fruit et de céréale, après tout nous vivons de l'agriculture, de l'arboriculture et de la chasse c'est pour que cela que les mutants indiens on souvent les mêmes pouvoirs. Certains sont fort et agile, d'autre sont capable de manipulé l'eau, l'air, le feu, la terre, les plantes, beaucoup possède la faculté de se transformé en animaux, certains de leurs parler comme ma mère et de les comprendre comme moi avec les plantes"

J'eu un nouveau sourire, un vent doux souffla, quelques feuilles s'envolèrent se mêlant a des pétales colorés, les parfums divers et varié ondulé dans l'air frais. Mes yeux se fermèrent a leurs simple odeurs me laissant envahir de leurs douceur acre ou sucré, le vent fouetté gentiment mon visage, les arbres faisaient dansé leurs branches, les plantes ondulé sensuellement

"Tu entend le chant de la nature ? Quand le vent se mêle aux bruissement des animaux, au torrent endiablé de l'eau, a l'odeur douce des fleurs ? Tu entend leurs chants ? Dans ma tribu on passé des journées a même le sol à écouté... Apprendre a écouter le monde permet de survivre, d'entendre l'ennemie, ou la proie ou tout simplement de se mettre en harmonie avec Mère Nature, celle a qui on doit la vie.
Excuse moi je parle beaucoup..."


Dis je avec un sourire, après tout je parlé souvent avec les arbres et très peut avec "le monde extérieur"

Louve a écrit:
    « A force de manger tout et n'importe quoi, je n'ai plus aucun goût... » dit-elle en haussant les épaules.

    Et puis elle avait tellement plus important à se préoccuper que la nourriture, c'était le dernier de ses soucis à tel point qu'elle oubliait souvent de manger, ne ressentant même plus la sensation de faim, trop occupée à penser. Son corps le lui rappelait par des vertiges, au dernier moment... Un jour, ça allait lui retomber dessus, cette façon de ne pas se préoccuper d'elle-même. Mais peu lui importait.

    Le vent se levait à présent, apportant avec lui toutes les odeurs que Louve aimait tant. Elle aurait passé des heures à rester assise au même endroit, à écouter tout ça, à sentir et voir la nature. Elle trouvait ça tellement plus passionnant que de regarder cette stupidité de boîte appelée télévision. Franchement, quel intérêt de regarder des gens coincés à l'intérieur jouer une autre vie que la sienne ? La première fois qu'elle avait vu un film, elle avait demandé à Tiger comment les gens pouvaient rentrer là dedans et se faire si petits. Elle se souvient encore du sourire tendre et surpris de la jeune femme et un sourire nostalgique et triste s'afficha sur son propre visage. C'était comme si avec cette femme, elle avait redécouvert la vie. Elle avait débarqué dans une ville totalement inconnue, d'ailleurs elle ne savait même pas ce que c'était qu'une ville, elle était toujours étonnée de voir des lampadaires allumés. Elle trouvait ça agressif, la lumière de la lune n'était-elle pas amplement suffisante ? Les êtres humains n'étaient même pas capables d'améliorer leurs sens pour s'acclimater aux différentes lumières naturelles. Ca n'était pas bien difficile pourtant, avant que ses pouvoirs se déclarent, elle le faisait bien elle... Elle poussa un soupir et s'interdit de penser plus, elle allait perdre le fil de la conversation avec Kendra si ça continuait. De quoi parlait-elle déjà ? Ah oui, des bruits de la forêt. Il fallait qu'elle arrête de s'éparpiller dans tous les sens comme ça... Elle allait finir par se donner la migraine et elle avait assez comme ça !

    « Ca fait longtemps que je n'ai plus pris la peine d'écouter grand chose... C'était trop douloureux de revenir ici jusqu'à présent, et la ville, c'est... J'essaye de m'en isoler comme je peux. »

    Elle fit un petit signe de la main à Kendra quand celle-ci lui dit qu'elle parlait pas mal.

    « Tu tiens la conversation pour deux, c'est une bonne chose dans un sens. Je ne parle pas beaucoup en règle générale. »


EDIT TIGER: attentiont out les deux a la longueur de vos post je vous rappelle que c'est 15 lignes rp et pas des 3 mot par ligne Wink

Kendra Morteisier a écrit:
Je soupira légèrement, mon regard se posa sur l'arbre derrière la mutante, d'allure si fort, si imposant, son écorce d'un brun chatoyant, sa ramure aussi verte qu'au premier jour, le vent qui s'enroulait dans ses feuilles les faisaient bougé paresseusement avec douceur, tendresse. Je me sentais mélancolique, je revoyais le paysage de la tribu.
Imaginez.... Des plaines d'un vert criard au Nord, bordé d'animaux sauvages et de fleurs aux couleurs vives et aux parfums sucrée. Plus au sud des collines jaunis par un soleil chaud et dorée, des céréales tel le blé, le maïs et des grand tournesol gorgée de lumières. A l'est de la tribu une foret dense, verdoyantes, boisée, aux senteurs enivrantes, pleines d'animaux qui vivent en paix, d'oiseaux chantonnant. A l'ouest on entrevoit une petite chaines de montagnes ou des meutes de loups logent a l'abri de l'homme, plus bas, toujours sur la côte Ouest un lac qui pullulent de poissons gouteux avec une chair tendre, saumonés, fraîches. Vivre des récoltes, de la chasses et de la pêches, être en harmonie avec la terre voilà ce qui manque a ce monde.
Sortant de mon utopie je posa mon regard sombre sur la jeune femme et je murmura avec douceur.


"Le loup que l'on croit avoir apprivoisée ressent toujours l'appel de la meute"

Moi non plus je n'avais pas l'habitude de parlé, du moins plus depuis un moment, étant devenue un peu solitaire et pouvant conversé qu'avec la nature dans un silence de mort parlé a voix haute était encore un véritable exploit pour moi.
Je pris une feuille de menthe dans mon sac et je la glissa entre mes lèvres, toujours aussi délicieuse apportant fraicheur et sucre a mon corps sonné par la douce chaleur qui arrivée.


"Je dois avouer que je reçoive peut de visite alors le fait de conversé m'arrive que rarement... Certes je parle avec eux, mais ce sont des murmures, parfois des pensées, rien avoir avec une conversation que beaucoup qualifieraient de "sociale" "

En revanche il fallait que je sache quelques chose, ne serais qu'une toute petite chose mais je ne voulais pas la vexée ou autres

"Fais tu partie d'un...Camp ? Tu n'est pas obligé de répondre, juste que ton envie d'isolement ou de retour a l'état sauvage signifie que l'endroit ou tu vie ne te conviens pas. Ce qui est normal on apprivoise pas la nature"

Dis je avec douceur, j''espérais ne pas la contrarié, j'avais si peut de visite que faire partir "les gens" risquerais de devenir une habitude.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre entre l'animal et la nature [ Kendra ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-