Partagez | .
 

 Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le celte
Invité
avatar

MessageSujet: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 0:53

Tristan Bregan 616 a écrit:

« LISA!! » Ce nom résonnait dans sa tête, même s'il ne connaissait pas de fille appelez Lisa, en tout cas, dans son sommeil agité, il n'entendait que ce nom, et des flash incompréhensibles. C'était lui, et en même temps il  ne se reconnaissait pas... Il portait un uniforme militaire qu'il n'était pas celui des Etat-Unis, il y avait un autre homme et une femme. Un autre flash, une douleur inexplicable, une tristesse à la profondeur insondable. Encore un flash, il voyait le visage de différentes personnes. Ces personnes là lui semblaient familière, un homme brun aux longs cheveux raides et au bouc, une femme blonde assez plantureuse, et une autre femme brune. Ce passage du rêve était plutôt calme par rapport à ce qui suivit. Combats, tortures, il lui semblait voir la vie d'un autre et pourtant, cet homme à qui il arrivait toute ces choses, c'était bien lui. Il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau.
Du moins au début, plus le temps passait, plus les flash lui montrait un visage de plus en plus vieux.
Il se réveilla en sursaut et en sueur dans sa chambre. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait ce genre de rêve, au contraire, et ça devenait de plus en plus fréquent, comme un compte à rebours. Le pire étant qu'une fois réveillé, le peu de bribe qu'il avait en mémoire se dissipait comme un nuage de fumé face au vent. Il s'assit sur le bord du lit et chercha mécaniquement son paquet de cigarette, il frappa du poing sa table de chevet en se rappelant qu'il avait définitivement décidé d'arrêter de fumer. Décision lié à sa paternité prochaine. Il attrapa alors des chewing gums, substitut qui lui permettait de tenir un peu. En plus avec ceux à la menthe forte, son haleine de chacal du matin allait disparaître. Bien le seul avantage car mâcher ça alors qu'on a rien dans le ventre c'était vraiment pas ce qu'il préférait. Il jeta un oeil vers son lit, vide de toutes présences féminine, et oui, Skye commençait tôt et préférait dormir chez elle. Il se leva alors et se dirigea lentement, le pas endormi, vers la salle de bain. Juste de quoi se rafraîchir le visage avant de se préparé. Un short tombant jusqu'à ses genoux, un sweat shirt avec capuche, des baskets, un mp3 et il était prêt à partir courir. Il avait besoin de se défouler, de libérer sa tête de tous ces cauchemars qui le hantaient, pouvoir respirer et dans l'effort, parvenir à calmer ses démons. Il prit son porte-monnaie qu'il mit dans la poche à fermeture éclaire de son sweat et sorti de son appartement. Une fois arrivé à l'extérieur de son bâtiment, il s'étira un moment et démarra son mp3. Il choisit un album de métal et s'élança doucement à travers la ville encore endormi. Son périple le mena de rues en rues jusqu'au parc de New york ou il pénétra dans la petite forêt qui l'habitait et accéléra un peu le rythme, se laissant envouter par les son de guitare électrique et de violon qui envahissait son esprit. Le fait de ne pas penser à ce qu'il faisait quand il courait l'aidait à tenir plus longtemps. Il quitta le sentier et commença à courire rapidement à travers les fougères et les arbres, sautant par dessus les racines, s'appuyant sur les tronc d'arbres, soulevant des nuages de feuilles mortes. Les obstacles avaient tendance à casser son rythme mais ça pimentait sa course.

Il finit par ressurgir sur le sentier et s'arrêta pour reprendre son souffle. Son rythme cardiaque battaient à ses tempes et il avait l'impression que sa cage thoracique n'était pas assez grande pour absorbé tout l'oxygène qu'il voulait. Il laissa tomber en arrière sa capuche et respira à plein poumons, torse déployé. Il pointait son regard vers le ciel pour regarder les rayons du soleil nouveau coloré par les feuilles des arbres. Il finit par retrouver une respiration assez calme et regarda sa montre, 9h du matin, il avait courut une bonne heure et demi. Satisfait, il marcha plus tranquillement dans le parc pour en sortir et allez s'assoir à la terrasse d'un café non loin du parc.

Connaissant leur formule de petit déjeuner, il éteignit son mp3 et attendit juste qu'on vienne prendre sa commande.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 0:57

New-York changeait de visage. Les noctambules s’en allaient retrouver leur cercueil pour la journée, parfois en s’attardant dans certains cafés encore ouvert où qui venaient d’ouvrir pour la journée. Pendant ce temps les matinaux se levé pour faire leur jogging ou bien aller tout simplement à leur travail. Certains s’éteignaient quand d’autre s’éveillaient. L’équipe de jour prenait le relais.

Le soleil commençait à peine à éclairer la grosse pomme que Alexiel se rendait déjà à son petit boulot de serveuse. Elle laissa Valentin aux bons soins de Michael. Elle n’avait pas de soucis à se faire de ce point là. Il était briefé. Du moins pour l’essentiel, qui concernait surtout la santé du jeune-homme. Il n’avait pas demandé d’explication et ne voulait certainement pas savoir ce qu’elle traficotait exactement. Elle lui avait juste affirmé que Valentin pourrait s’avérer un atout précieux contre Stark. Cela suffisait amplement à Michael qui vouait une haine toute particulière à Stark. De toute façon elle n’aurait rien dit de plus au garagiste.

Elle observa les mêmes routines se réaliser dans le métro. Le même homme, ayant un peu moins de la trentaine, qui entrait dans le même wagon à la même heure chaque jour. Juste avant le second aux cheveux blond, qui s’arrêtait toujours une seconde, un regard en arrière vers une jeune-femme blonde en tailleurs qui quittait la rame de métro voisine. Elle l’ignorait à chaque fois et dès que les portes se refermer, elle jetait un coup d’œil à l’homme qui lui faisait dos pour prendre ce même siège juste en face d’Alexiel.

Il était 6h27 quand elle arriva au café, elle entra par la porte de service, se changea et passa en salle pour aider Nate et le patron, dit Big Jim pour son corps grand et musculeux, à finir de poser les tables. Cinque minutes plus tard c’était fait. Le café accueillait déjà les premiers clients matinaux. Surtout des commandes à emporter pour le moment. Ensuite viendrait les joggeurs puis les flâneurs. Le service commença doucement avant de s’accélérer avec le coup d’envoie de 7h30, l’heure d’affluence matinal. Nate, Ashley et elle-même enchainaient à tour de bras les cafés, muffins et autres commandes. Une fine équipe de 3 mousquetaires à la lame aiguisée. Chacun savait ce qu’il avait à faire et le faisait bien. Leur équipe était arrivée au stade où chaque mouvement de l’un complétait celui de l’autre.

Alexiel avait bien malgré elle, finit par faire cet effort d’intégration qu’elle n’avait plus pris la peine d’essayer depuis son adolescence. Elle s’était habituée aux aires enjôleur de Nate et l’exubérance sociale d’Ashley. Est-que la jeune scientifique avait changé depuis son arrivé sur la présumé 616 ? Oui et non. Elle savait surtout qu’elle devait s’adapter à ce monde, ne pas faire de vague. Elle gardait ses distances ne disant pas grand-chose d’elle qui soit personnel tel que « Oh ! Au faite je viens d’une autre dimension ! Cool, hein ? », mais cela l’empêcher pas d’interagir avec les gens. Même si interagir avec Nate et Ashley était surtout se lancer des vannes où critiquer certains clients. Une véritable bande de langue de vipère. Alexiel s’était trouvée un surprenant talent dans ce domaine. Etonnant pour notre adorable scientifique, n’est-ce pas ? Qui l’aurait cru ?! Big Jim avait beau leur dire d’ « aller bosser au lieu de papoter comme des fillettes ! », il se joignait régulièrement à eux avec plaisir.

Au bout d’une heure et demie, la foule de client désenfla. Comme toujours. Big Jim posa trois milkshakes sur le comptoir. Un fraise, un vanille et un dernier au chocolat pour ses employés. Ashley et Alexiel prirent les commandes dans leur secteur et Nate termina d’encaisser les derniers clients du premier rush. Les trois vipères se retrouvèrent au comptoir, juste à coté de la caisse et prirent leur milkshake respectif. La petite pause journalière d’un quart d’heure avant les seconds rushs. Ils papotèrent un peu, Ashley et Nate faisant grandement la conversation.

Tout deux allaient à la même université et passaient en revu les premiers clients de ce matin. Alexiel écoutait d’une oreille, son attention était principalement dirigé vers le poste de télé. Elle sirotait son milkshake fraise et regardait une série d’image de Captain America. Un Montage pour rappeler que cela faisait presqu’un an qu’il avait été assassiné dans ce monde pourrie. Stark organisait une commémoration en son honneur. Ironic n’est-ce pas ? Ou tout simplement mal placé.Tout bouillonnait dans le cerveau d’Alexiel. Elle voulait qu’on lui rende son monde, sa vie, sa famille. C’était de petites choses. Des détails insignifiant qui lui rappeler tout les jours qu’elle n’était pas d’ici et qu’elle avait tout perdu.

-Alors ça te dit Diane ?... Diane ? Youhou allo ici la terre !

Nate appuya les paroles d’Ashley en claquant des doigts devant Alexiel, un petit sourire moqueur sur les lèvres.

-Alors tu viens ce soir ?

-Où ça ?

-Au campus pardi. Ce soir y a une soirée. Aller viens pour une fois j’suis sur que tu t’amuseras bien.

-Désolée mais j’ai prévue autre chose.

-Ah oui et quoi ? Jouer à packman et regarder Pop Idol (nouvelle star) ? Laisse tomber, madame est trop coincée pour venir s’amuser avec nous. Une vraie petite vielle.

Ashley avait imiter le légère accent anglais qui trainait encore quelques fois dans les paroles d’Alexiel. Elle arborait avec Nate ce petit air taquin qui avait tendance à exaspérer Alexiel.

-Je suis pas une coincée.

-Mais oui, mais oui… Oh ! J’adore cette chanson (http://www.deezer.com/listen-1137237)! C’est ma préférée ! Ca faisait longtemps que je l’avais pas entendu !

Diane soupira avec un léger sourire amusé accroché aux lèvres. Il suffisait qu’un air plaise à sa collègue, et cela devenait automatiquement sa chanson préféré. Ashley se pencha sur le comptoir et augmenta le son en secouant la tête puis en dansant et chantonnant, elle entraina Nate dans son délire musical et tenta de faire de même avec Alexiel qui faisait sa mauvaise tête comme à son habitude. Adossé au comptoir avec ses coudes dessus, elle regardait Ashley et Nate se ridiculiser inutilement. A moins qu’elle était tout simplement « coincée » comme l’avait dit Ashley. Elle aussi avait connu cette chanson plus jeune. L’ombre d’un sourire nostalgique apparut sur son visage. Diane allait enfin céder à l’une des nouvelles propositions de Nate et Ashley de les rejoindre sautiller en riant quand…

-eh, oh les Spice Girl ! Au boulot, j’vous paye pas pour monter une comédie musicale ! Les plats sont prêts. Diane, Ashley, y a des nouveaux clients dans vos secteurs qui attendent pour commander. Et toi Nate au lieu de ricaner va sortir les poubelles fissa et ensuite tu passeras le balai.

-Nananananananananaaaa répondirent en cœur les haut-parleurs, Nate, Ashley et avec surprise Diane.

La pause était finit. Le café reprenait son activité. Le petit groupe se dispersa vacants à leurs devoirs respectifs. Ashley et Diane accumulaient les allers-retours, les commandes, les cafés, les plats. Il était presque 9h. Le service de Diane n’allait pas finir d’ici tôt. Elle rejoignit un nouveau client en tenue de sport, qui s’était installé en terrasse. Aujourd’hui c’était son secteur. Par défaut Ashley y était assignée mais depuis l’embauche d’Alexiel, et à présent qu’elle était rodé sur le métier, ils avaient commencé à tourner un peu avec les secteurs.

L’air de la chanson en tête, un petit sourire en coin, stylo et bloc en main, elle était prête à prendre la commande et à repartir aussitôt pour l’exécuter. La bonne humeur d’Ashley et Nate l’avait gagné. Elle ne voulait plus de pensées sombre et considérait de plus en plus sérieusement à aller à cette soirée. Alexiel Kowalsky n’aurait même pas considéré l’offre une seconde fois. Mais Alexiel Kowalsky était comme morte. A vrai dire elle n’était même pas née dans cette réalité, ses parents ne s’étant probablement jamais rencontré. Elle n’existait pas. Diane Ark oui. Faire la fête comme les jeunes de son âge étaient peut-être aussi une solution. Pour la première fois depuis des années, elle en avait envie.

Alexiel ne regarda même pas cet énième client lorsqu’elle se plaça à coté de lui, à moitié tourné face à lui. Un petit détail. La routine de son travail, son caractère détaché accentué par son « dépaysement » ou bien la peur que ses yeux se teintent inconsciemment d’une couleur violine et l’exposent ainsi à tous. Ce monde avait donné une nouvelle attitude. Celle de baisser la tête, de baisser les yeux. Du moins quand elle travaillait en contacte avec les clients en terrasse, le lieu le plus exposé. Elle qui marchait fièrement, marchait sans le vouloir dans la peur et la hantise du passé qu’elle voulait oublier. Tout ces petites choses firent qu’elle ne regarda pas le visage de son client.

-Vous avez choisis monsieur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 0:59

Tristan Bregan 616 a écrit:

Tristan s'étira en se tendant à l'extrême sur sa chaise et respira profondément, l'exercice qu'il venait de faire avait libéré assez d'adrénaline dans son corps pour le mettre de bonne humeur dès le matin, à la différence de la plupart des autres clients présents, sur une table voisine non loin de la sienne, il y avait un employé en costume lisant le journal ou Tristan reconnut une de ses photo en première page, il vit une femme en tailleur a l'intérieur du café et un couple de l'autre côté de la terrasse, chacun enfermé dans son petit monde, ne faisant pas attention aux autres. Tristan les observais tous de manière discrète, l'expression de leur visage, leur langage corporelle, ainsi il savait que la jeune femme attendait un amant qui ne venait pas, puisqu'elle était seule à l'intérieur du café, touillant inlassablement son café, la quarantaine, il était prêt à parier qu'elle avait une alliance, la chemise de son tailleur était ouvert pour un décolleté qui se voulait attractif et de sa place, Tristan parvenait même a voir qu'elle avait mis trop de maquillage si elle ne comptait qu'aller travailler. Sous l'ombre de sa capuche, Tristan tourna son regard en coin vers le couple.

De jeunes adultes un peu plus jeune que lui qui discutaient calmement, Tristan avait remarqué le changement de position de la jeune femme au fur et à mesure, à tous les coups ils venaient de se rencontrer. Elle avait commencer par l'écouter en gardant sa chaise assez éloigné de la table et en ayant les bras croisé contre elle, regardant aussi plus souvent la table que le regard de son interlocuteur, tous cela montrais un signe évident de désir d'auto-protection, mais finalement à force de discussion, les jambes s'était décroisées, la chaise rapproché de la table, et après en elle ne cessait de sourire et de dévoré son compagnon du regard, ils riaient tous les deux de bon coeur.

Tristan en sourit dans son coin pensant que finalement le charme des mots n'avait peut être pas perdu toutes valeurs même s'il ne savait pas de quoi parlaient les deux jeunes gens. La tendance des rencontres de cette époque était trop dans les boites de nuits ou les abus d'alcool selon Tristan qui regrettait souvent que la valeurs des mots perdent de leur charme. Il les laissa alors à leur entrevue et se tourna après en vers le dernier client.

Mais celui ci s'en était aller, il ne s'en était même pas aperçu, ne laissant derrière lui que son journal, gentil monsieur qui prend la peine d'acheter le journal et de le laisser ensuite après l'avoir lut au lieu de le jeter à la poubelle, permettant ainsi à d'autre de le lire sans l'acheter. Tristan s'en saisit et en lut les premières pages avant d'entendre:


-Puis-je m'assoir ici jeune homme? Dit une jeune femme aux lunettes noir épaisse et tenant un labrador en laisse. Tristan n'ayant aucune raison de refuser, accepta et ils commencèrent à discuter, apparemment elle l'avait « senti » dans la forêt pendant qu'il courait et l'avait retrouver en passant par hasard à côté du café, ils discutèrent un moment puis Tristan lui demanda si elle avait un crayon, elle en chercha un dans son sac tandis que son chien ne cessait de tourner autour en remuant la queue pour voir ce qui l'entourait. Il prit celui qu'elle lui tendis et commença à griffonner sur le journal. Il lui dit alors:

-Vous êtes jolie mais vous êtes menteuse mademoiselle.
-Pardon?
-Votre chien n'est pas un chien d'aveugle, ça se voit à son comportement et au votre alors qu'il n'est pas prêt de vous, et votre sourire s'est effacé quand vous avez vu que ce n'était pas mon numéro que je vous notais...

La jeune femme soupira et retira ses lunettes, laissant enfin voir à Tristan les émeraudes qui peuplait son regard.

-Dommage d'avoir caché pareil trésor.
-Au moins ça nous as permis de faire connaissance.
-Merci mais je ne suis ni intéressé ni libre... Avoua t-il dans un sourire, elle se leva alors et lui rétorqua:
-Il n'y a pire aveugle que celui qui ne voit pas les beautés qui s'offre à lui. Et par beauté, elle entendait sans doute son superbe corps qui en aurait affamé plus d'un. Tristan eut un petit sursaut de rire et répondit:
-Et prétentieuse avec ça!
-Je préfère le terme de réaliste.
-Haha, avec de la répartie en plus, j'adore ça, dommage que vous soyez une menteuse.
-Nous verrons cela... Au revoir.

Il la regarda s'en allez avec un léger signe de la main, avant de se rendre compte qu'elle n'avait pas reprit son crayon, il continua alors de gratter le morceau de journal en entendant les employés du bar reprendre le refrain d'une chanson, cela le fit un peu rire et il reprit son dessin, peu à peu il dessina une des seule image qui lui était resté de son rêve passé, il dessina grossièrement un homme lui ressemblant mais avec une tenue étrange, il portait un t-shirt sans manche noir avec un symbole fait de trois branche a la racine commune mais dont les extrémités s'enroulaient sur elle même, il avait déjà vu ce symbole dans la culture celtique mais n'avait plus son nom en tête, il portait un pantalon de toile large avec une sorte de draps devant brodé d'autres symboles celtiques. C'était la tenue de combat de son double, Le Celte qu'il venait de dessiner sans le savoir. Il continua de fixer l'image lorsqu'il entendit la voie d'une des serveuse:

-Vous avez choisis monsieur ?

-Heu oui. Répondit-il sans lâcher le dessin des yeux. Une grande tasse de chocolat, un pain au chocolat et un jus d'orange s'il vous plait.

Elle prit le tout en note et fit demi tour, c'est que pour des raisons et des envies aux origines inconnues il la rappela et ajouta à sa note en la regardant cette fois:


-Et un lait fraise s'il vous plait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 0:59

-Et un lait fraise s’il vous plait !

-C’est noté.


Alexiel c’était à peine tourné vers le client pour noter sa dernière requête, lui offrant son profil, elle n’avait toujours pas posé son regard sur ce nouveau client. Elle fila aussitôt au comptoir et annonça la commande. En attendant elle ramena les autres commandes pour les clients pas encore servit. Nate lui passa enfin celle du type au lait fraise.

Elle était à 5 mètres de la terrasse, quand Diane sentit une main s’attardait sur son postérieur. A vrai dire c’était un euphémisme, agrippé était bien plus proche de la réalité. L’homme responsable le regretta aussitôt. Alexiel fit volte face et renversa tout le contenu de son plateau sur le coupable. Soit deux café, un chocolat chaud, deux viennoiserie, dont un pain au chocolat, des œuf au plat avec du bacon, un jus d’orange et un lait fraise. L’homme en costume cravate se leva d’un coup en s’exclamant de douleur. C’est que les cafés et le chocolat étaient particulièrement chaud. Il attrapa la carafe d’eau à sa table et se la jeta sur lui-même pour atténuer la douleur. Une chose était sur, il aurait des brulures.

-Non mais ça va pas ! Vous l’avez fait exprès! Je veux voir votre patron immédiatement !

Nate était déjà passé par-dessus le comptoir et avait parcouru les quelques mètres qui le séparait de Diane. Il se plaça entre l’ébouillanté et sa collègue, empêchant ainsi la personne d’attraper Diane comme il souhaitait le faire. Nate le repoussa. Le client retomba sur sa chaise. Ancien quater back dans son équipe du lycée, malgré son jeune âge Nate avait une carrure imposante, pas autant que celle de Big Jim, mais tout de même imposante, surtout face au client maigrichon dans son costume qui venait d’être customisé par Diane.

Il avait vu toute la scène y compris le passage où cette raclure se permettait de lui mettre la main au panier et d’allégrement « tâter la marchandise ». L’enfoiré ! Même lui n’avait pas encore eut l’occasion de la toucher nul part. Et de ce coté là il n’avait pas ménagé ses efforts pour séduire la nouvelle. A chacune de ses tentatives pour se rapprocher de Diane, Ashley se moquait allégrement de Nate et ses échecs. Elle était vraiment pas facile… Soit elle était un génie de la séduction et le faisait exprès en sachant que cela ne faisait qu’intéresser le jeune-homme têtue, soit elle était tout simplement aveugle et dans ce cas il aurait beau se baladait avec un panneau lumineux, elle verrait toujours rien. Mais il pouvait toujours essayer, rien n’était perdu. Ou bien dernière possibilité, elle n’était pas du tout intéresser par les hommes, dans le sens où elle était intéressée par le même « gibier » que lui-même… Trois possibilités qui ne faisaient qu’attiser l’intérêt du serveur pour sa collègue, qui manifestement ne faisait pas que partager le nom de la déesse antique.

Dans tout les cas il n’avait pas une seule fois effleuré l’esprit du jeune séducteur qu’il pouvait tout simplement ne pas être le style de la jeune-fille… Non pas une seule fois. Comment un jeune-homme aussi beau, intelligent et drôle pouvait laisser indifférent une fille ? Lui-même se trouvait incroyablement craquant à chaque fois qu’il apercevait son reflet.

-On se calme. Patron !

-Quoi encore ?! Et c’est quoi tout ce vacarme ?! Vous êtes pas foutu de bosser en silence ?!!

Toujours d’aussi bonne humeur, Big Jim sorti de la cuisine avec un regard noir lorsqu’il vit les commandes étaler entre un client et le sol. Qu’est-ce qui c’était encore passé ? Sur la question, il avait déjà sa petite idée et ça ne lui plaisait pas.

-Le monsieur veut vous faire part de réclamations.

Sans quitter des yeux le plaignant, Nate recula pour laisser place au patron. Il était légèrement plus grand que le jeune-homme. Big Jim devait faire un peu moins d’1,90 mètre d’après Nate qui faisait bien 1,84 mètre. Mais les muscles apparent de Big Jim étaient bien plus imposant. On distinguait à peine Alexiel entre les deux hommes. Les bras croisés, le tissu de son t-shirt blanc s’étirant sur ses muscles, Big Jim regardait le client qui passait du stade de maigrichon en costard à celui d’avorton en costard.

-Alors ? Y a un problème ?

-Euh… oui ! Oui ! Y a un problème ! Votre serveuse a fait tomber tout son plateau sur moi ! Et je suis sur qu’elle l’a fait exprès en plus !

-Vraiment ? Diane est-ce que tu as volontairement renversé tes commandes sur ce client ?

-Non.

-Vous voyez elle dit que non.

-Elle ment !

-Et pourquoi ferait-elle ça ?

-Je sais pas, peut-être parce qu’elle est complètement dingue ! Quoi qu’il en soit j’exige des excuses… et que vous me remboursiez de suite !

-Non je crois pas que ça va arriver. Vous allez payer la note.

Big Jim n’était pas stupide. Il connaissait Diane même si c’était à distance. Il savait deux choses. Ce n’était pas la fille la plus aimable que la terre ait pu porter, surtout quand on l’asticotait un peu trop. Et ce n’était pas non plus le genre empoté qui faisait tout tomber toute les trois secondes. Oh, et qu’elle semblait aussi être une maniaque de la propreté. Elle faisait bien son boulot. Sérieuse et toujours à l’heure, la petite ne causait pas spécialement de problème.

Vu la tête du client et celle que faisait Nate en étant à deux doigts de sauter à la gorge du client quand il était sortit de sa cuisine. Il avait fait vite le tour, mais devait quand même demander.

-Qu’est-ce qui se passe Diane, tu te sens pas bien aujourd’hui ?

-Navrée mais je n’ai pas l’habitude qu’on me tripote quand je bosse ! Ca m'a tellement … surprise que j’ai sursauté et fait tombé malencontreusement mon plateau.

« Malencontreusement, mon œil ouais ! » pensa Big Jim qui n’avait à aucun moment détaché son regard de l’avorton à la grande gueule.

-C’est absurde ! Je n’ai jamais fait ça ! Je suis avocat et vous pouvez être sur que je vais vous trainer tous en justice !

-Alors votre commande plus 2 café, un jus d’orange, un croissant, un pain au chocolat, des œufs aux plat avec du bacon, un chocolat chaud et la vaisselle cassé, ça fera…

-76 dollars et 27 cents

-… ah bon ?

-Oui y avait aussi un lait fraise.

-Effectivement, donc 76 dollars et 27 cents. La maison n’accepte pas les chèques, ni les tickets restaurant.

-Et ni les cartes bleues, la machine est tombée en rade ce matin, ajouta Nate avec un sourire agaçant. Un pur mensonge, la machine fonctionnait parfaitement bien.

-Quoi ?! Mais ça va pas ?! C’est moi la victime ! Je refuse de…

-Ecoute vieux pervers, le café est sous surveillance vidéo. Toute la scène à était filmé. Tu tiendras pas 2 secondes devant un tribunal avec ça et même si c’était le cas, j’en dirais pas autant de ta réputation. Parce que crois-moi je mettrais la vidéo sur le net et l’enverrai à tes patrons et tout tes clients. De youtube à facebook tout le monde la verra. J’crois pas que les gens on envie d’être défendu par un sale type qui harcèle les serveuses. Alors soit tu payes sans faire de bruit, soit j’vais te faire tâter autre chose que ma collègue !

Il y avait bien une camera, mais il n’était pas évident de dire si oui ou non la scène se trouvait dans le champ et avait été belle et bien enregistrer. De toute façon le jeune-homme mentait comme un arracheur de dent. Pour appuyer les dires de Nate, les pectoraux de Big Jim se mirent à sautiller un instant. L’avorton devint livide et sortit son portefeuille. Il jeta les billets sur la table. 100 dollars.

-Désolé on a pas la monnaie, passer une bonne journée, dit Nate en s’emparant de l’argent.

Le généreux client voulu protester mais se contenta d’ouvrir la bouche et de partir d’un air outré. Il commença à aboyer lorsqu’il se retrouva dehors. Certains clients avait regardé la scène avec intérêt d’autre n’y avait pas plus prêté attention. Ce genre de chose arrivait parfois. Tous étaient déjà retournés à leurs occupations après la petite anicroche.

-Bon quand vous aurez finit de glander, c’est quand vous voulez pour me filer un coup de main, s’exclama Ashley qui avait prit la place de Nate.

-Nate file, Diane nettoie-moi tout ça en vitesse et évite de casser autre chose aujourd’hui ou t’es virée, Ashley tu prends ses commandes en attendant.

Le chef avait parlé. Même si l’avocat de bas étages l’avait mérité, il ne pouvait pas ouvertement cautionner Diane. Ashley se moqua d’autant plus de Nate en l’imitant quand ce dernier vint reprendre sa place. Quant à Alexiel elle alla chercher de quoi nettoyer en faisant quelques peu la tête. Big Jim et Nate refirent les commandes et Ashley les servit.

-Un lait fraise ?

-Oui pour le joggeur en terrasse.

-Hum pas mal…

-Laisse tomber, il est gay.

-Quoi ?


-Il a envoyé paitre la fausse aveugle qui vient souvent. Il est gay.

-Et alors ça veut juste dire qu’il pense avec autre chose que ce qu’il y a entre ses jambes. Tu devrais essayer de temps à temps.

-Ah, ah, très drôle. Pense ce que tu veux mais le type est gay j’te dis. C’est pas la première fois qu’il vient, je l’ai déjà vu avec un autre gars. Et crois moi ils étaient pas juste « ami » à la façon dont ils se roulaient des pelles monstrueuses.

-… Tu mens. J’en suis sur, tu dis ça juste pour m’emmerder. Mon gaydar m’assure qu’il est pas gay.

-Dans ce cas là tu ferais mieux de te plaindre au service après vente. Il vient de commander un chocolat chaud et un lait fraise ! Mais bon, fait ce que tu veux j’voulais juste t’épargner une humiliation.

Le sourire d’Ashley se figea et se décomposa.

-Il est gay annonça-t-elle dépité en prenant son plateau.

Quand Ashley lui fit dos, Nate afficha un grand sourire narquois, il plaqua ses mains sur sa bouche pour s’empêcher de ricaner. Il venait à nouveau de raconter un mensonge gros comme l’état de New-York. Il n’avait jamais vu le client en question avec un autre homme faire ce qu’il avait dit. Nate n’avait aucune idée des préférences du joggeur. Ashley se tourna vers lui, il prit un chiffon et fit mine de passer un coup sur le comptoir. Il haussa les épaules quand leur regard se croisa. Une fois qu’elle se retourna de nouveau, Nate s’accroupit derrière le comptoir en s’empêchant encore de rire à haute voix. C’est ce qui s’appelait une vengeance. Il se releva tout rouge et heureux de son petit forfait.

Ashley rejoignit le client en terrasse et le servit. Comme elle l’avait soupçonné depuis le comptoir, le joggeur était vraiment pas mal. Tout à fait son type… Bon d’accord elle n’avait pas de type particulier, mais tout de même. Elle le servit quand même avec un charmant sourire. Sait-on jamais. Et puis on ne pouvait pas dire qu’Ashley était le genre de fille désagréable à regarder. Au contraire.

-Alors un chocolat chaud, un jus d’orange, un pain au chocolat et un lait fraise pour monsieur. Bon appétit.

Interpelé par un autre client, elle ne resta pas longtemps et s’en alla faire son devoir. Diane finissait de tout nettoyer. Il fallait qu’elle songe à une solution qui ne nécessité pas par la suite qu’elle passe son temps à tout nettoyer. Moins de 20 minutes plus tard, elle avait finit et tout ranger. Ashley ne fut pas mécontente de revoir Diane reprendre son service normalement. Elle la félicita tout de même pour avoir magistralement fait tomber ses commandes sur le client culotté de tout à l’heure. Ashley avait presque pitié de lui. Presque. En tout cas il y réfléchira à deux fois avant de laisser ses mains trainer un peu partout. C’était bien dans ce genre de cas, qu’on pouvait constater que Diane était encore une débutante. Au bout d’un certain temps de services, les serveuses acquéraient ce don d’esquiver les clients trop entreprenant.

Alexiel soupira en déposant de nouveau de la vaisselle sale pour les cuisines. Elle retourna en terrasse, et vit que le client au lait fraise avait finit. De là où elle se trouvait, elle ne voyait que son dos et les verres vides. Elle s’approcha pour débarrasser. Elle prit le verre de jus d’orange vide et se stoppa net.

Elle fixait obstinément la table du client. Un dessin plus précisément. Un dessin tellement familier qu’elle le reconnu immédiatement. Elle n’avait aucun doute sur ce qu’il représentait. Le celte. Elle leva les yeux sur le client. Alexiel Kowalsky devint livide, comme si elle avait vu un fantôme. Et c’était le cas. Elle était en face de la photocopie du celte. Elle fut sur le point de l’appeler mais se ravisa.

Ca ne pouvait être lui. Le Celte était mort, détruit avec le reste de sa planète. Ce n’était pas logique. Non la logique lui fournissait une autre explication déjà vérifié. De la même façon qu’il y avait un Valentin Rose, un Tony Stark, un Captain America même mort, et d’autre personne présentent sur 719, il y avait aussi un celte. Elle se reprit vite et arrêta de dévisager le client. Il fallait tout de même qu’elle vérifie.

Elle continua de débarrasser sans rien dire et en fixant tout sauf le client.

-Vous désirez autre chose ?

Elle leva les yeux sur cet homme qui ressemblait au celte et attendit qu’il réponde. Il semblait plus jeune. Une fois le premier choc de la rencontre inattendu, Alexiel avait repris son flegme habituel… Et étudiait, cherchant la meilleure stratégie à aborder. Mais avant de faire un choix, elle devait se taire, observer, recueillir un maximum de données viables et déterminer la situation. Etait-ce un mutant aussi ? Elle aurait était tenté de dire oui. Mais rien n’était sur tant qu’elle n’aurait rien vérifié. Après tout, elle n’était pas née dans ce monde. Toutefois les gribouillis du jeune-homme étaient intrigants et particulièrement perturbants.

D’ailleurs elle en venait à se demander si elle n’avait pas elle-même extrapolé leur signification, en associant automatiquement les tracés du dessin, au celte…Toutefois un homme qui ressemblait traits pour traits au celte et qui s'amusait à dessiner la tenue du celte, c'était plus que suffisant pour que l'intérêt ne serait-ce que scientifique de la jeune fille, qui croyait peu aux hasards et coïncidences, soit éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 1:00

Tristan Bregan 616 a écrit:

Elle avait pris la commande sans laisser au jeune homme le plaisant loisir de pouvoir voir ses yeux, bien dommage, elle devait sans doute être nouvelle, elle manquait encore d'expérience au niveau de la relation clientèle, après tout ce n'est pas forcément agréable de parler à une personne qui ne daigne pas vous regarder. Enfin bon, Tristan n'était pas du genre à s'offusquer pour si peu. Il continua plutôt son graffiti. Jusqu'à entendre une voix pincée et désagréablement aigu qu'il connaissait bien.

-Mr Bregan! Quelle surprise de vous voir!

-En général les surprises j'les apprécies.


-Que dîtes vous?

-Non non rien maître!


Archibald Haren, ou plutôt Maitre Haren. Avocat de New-York, peu scrupuleux et peu éthique. Tristan avait eu la malchance de tomber sur lui plusieurs fois au détour d'un procès. Il n'arrivait jamais à garder de secrétaire, allez savoir pourquoi... Heureusement il ne resta pas discuter et alla plutôt s'assoir un peu plus loin sur la terrasse. Tristan repris donc ses activités, il ferma les yeux et dessina d'autre choses, un visage quasiment comme le sien mais l'air plus vieux. Il se remémora des passages de son rêve et dessina un visage qui lui était inconnue, il venait de dessiner sans le savoir la reine des krees. Il tourna le journal et recommença à dessiner le celte, comme une image qui lui prenait la tête et dont il voulait se débarrasser. C'est à ce moment que le scandale éclata. Tristan releva les yeux pour voir l'avocat se jeter de l'eau sur lui même, il vit ensuite que son costume était couvert de rien de moins que sa commande! Ho nooooon c'est qu'il avait faim bon sang XD Néanmoins il fut pris d'un fou rire dont il parvenais à grand peine à couvrir le son se cachant sous la capuche de son sweat, il observa toute la scène digne des fourberies de scapin, il semblait que l'homme de loi est oubliez celles plus élémentaires du savoir vivre en gratifiant d'une main généreuse l'arrière train fort attirant, il fallait l'avouer, de la jeune serveuse. Elle avait apparemment répondu en molestant l'outrecuidant de son plateau plein et le déversant sans faux semblant. Un autre employé s'en était alors mêler suivit plus tard par le patron du bar. Les abdominaux encore sensibles dut au jogging torturèrent alors le jeune homme plié sur sa chaise mort de rire. Pendant tout le long il avait du se retenir de ne pas éclater de rire et lorsque l'homme humilié s'en fut allé, Tristan en eut les larmes aux yeux. Pendant les minutes qui suivirent, il se remit peu à peu et put alors accueillir une autre serveuse avec un grand sourire et en rabattant sa capuche. Elle déposa devant lui sa commande et il la remercia chaleureusement avant de la laisser partir vers d'autres clients. Il le mangea tranquillement en lisant le reste du journal avant de le tagguer complètement. Le soleil se levait peu à peu dans son dos et le lui chauffais, il décida alors de changer de place pour le voir se lever par dessus les arbres, se retrouvant ainsi dos au bar. Il ferma les yeux et respira tranquilement, laissant le journal sur la page du dernier Celte qu'il avait dessiné.

-Vous désirez autre chose ?


Lui dit la voix de la jeune serveuse qui avait rembarré l'avocat, elle se tenait à côté de lui, l'air concentré. Il n'avait pas vu la tête ahuri qu'elle lui avait fait en voyant son dessin. Il tapota le journal frénétiquement avec la pointe de son style avant de se réinstaller convenablement sur la chaise.

-Un décodeur de rêve si vous avez! Nan plus sérieusement ça ira merci dites au chef que c'était très bon.

Il n'avait rien mangé de particulier non plus, un chocolat chaud, un pain au chocolat, un lait fraise et un jus d'orange, rien d'exceptionnel! Mais il avait dit ça plus par politesse qu'autre chose. La jeune femme commença à lui débarrasser sa table mais il ne put s'empêcher de penser à voix haute:

-C'est amusant, j'n'avais jamais bu de lait fraise avant...

Puis il resta songeur à cela, tout en regardant son dessin, il se posait des questions sur ses rêves, des questions qu'il n'arrivait pas à élucider, et il se décida à en parler à la jeune femme.

-Vous ait-il déjà arrivé de rêver d'une personne, en tout point physiquement identique à vous, mais avec une vie complètement différente? La personne vous à l'air si identique... mais sa vie n'est pas la même...

Il n'avait jamais fait ce genre de rêve auparavant, ça lui était déjà arrivé de rêver de changer de vie, mais pas d'en avoir une totalement différente...


-Pardon j'dois vous embêtez, j'vais vous laissez travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 1:01


« Bloody lundi
Mais qu'est ce qui
Nous englue la planète
Et embrume m'a comète
C'est la loi des séries
Le styx, les ennuis s'amoncellent
J'ai un teint de poubelle
Mais, c'est L'instant X
Qu'on attend comme le messie
Comme l'instant magique
C'est l'équation
L'ax b qui fait tilt
»
L’instant X, Mylène Farmer



*******************************************************


-Un décodeur de rêve si vous avez! Nan plus sérieusement ça ira merci dites au chef que c'était très bon.

-Je n’y manquerai pas, je vous apporte l’addition en attendant.


-C'est amusant, j'n'avais jamais bu de lait fraise avant...

Cette simple phrase eut un certain effet sur Alexiel. Son regard se voila… Le lait fraise… Toute une histoire avec le Celte. Elle se souvenait parfaitement du jour où elle était tombée sur le Celte. Quand il l’avait ramené à la confrérie, soigné et nourrit durant moins de 24h. Elle n’avait jamais pris la peine de le remercier… Un rictus nostalgique s’afficha sur son visage quand elle repensa à pat’ et Sizory qui croyaient sincèrement que le lait fraise avait un puissant pouvoir aphrodisiaque sur les femmes. La première fois qu’elle rencontrait également Elhonna et Tiger…

La jeune serveuse fit malencontreusement tomber l’un des couvercles de son client. Elle s’empressa de se baisser pour le ramasser. Ses cheveux voilèrent son visage. Alexiel ferma les yeux. Elle devait en avoir le cœur net. Plus tôt elle saurait, plus tôt pourrait elle savoir la ligne de conduite à maintenir. Et surtout, s’éviter de faux espoirs. Les paupières closent, ses yeux se tintèrent un instant d’une légère teinte violette. Tout d’un coup sa vision du monde changea. Un agencement de l’univers différent de tout ce que l’on pouvait imaginer… Elle savait à présent. Une pointe de tristesse ne put s’empêcher de faire surface un cours instant. Elle se releva. Tout ce tenait à l’absence d’un élément dans la strucuture moléculaire du celte qu’elle connaissait parfaitement. Ce manque amenait à la conclusion qu’il n’était même pas un mutant. Et donc encore moins le Celte. Pourtant elle aurait bien voulu y croire.

Alexiel détourna le regard. Elle se sentait comme prise au piège, sans la moindre issus coincée dans ce monde qu’il l’empêcher d’être elle-même, de faire ce qu’elle aimait le plus. Oui cela pouvait sembler incroyable, mais elle aimait ses études, son métier, ce pourquoi elle avait toujours tant travaillé. Au moins la science ne l’avait jamais trahie, ni abandonné. Même dans ce monde elle restait fidèle à elle-même. Alexiel avait vérifié ce point. La science restait inflexible comme un point de repère, une bouée dans cette dimension qui pouvait lui être hostile. Sa seule véritable alliée. Elle faisait confiance au celte. Comme s’il était une figure immuable au même titre que son fier oncle. Maintenant ils n’étaient plus là. Elle était seule…

-Vous ait-il déjà arrivé de rêver d'une personne, en tout point physiquement identique à vous, mais avec une vie complètement différente? La personne vous à l'air si identique... mais sa vie n'est pas la même...

Alexiel reporta son regard sur son interlocuteur, les sourcilles légèrement froncé. Ses yeux fixèrent ensuite le journal sur la table. Une expression bien pensive pour un visage aussi jeune. Mais encore une fois la science était de son coté.

-Pardon j'dois vous embêtez, j'vais vous laissez travailler.

-Déjà-vu…, murmura-t-elle plus à elle-même qu’à l’humain en face d’elle, qu’elle regardait d’un air absent comme s’il était invisible à ses yeux.

La serveuse s’était effacée devant la scientifique qui avait pris les rênes. Alexiel ne tarda pas à être à l’image de ces enfants lors du déballage des cadeaux de noël. Avec ces quelques secondes à se débarrasser de l’emballage, et où durant tout ce temps en pressent et ose espérer qu’un objet en particulier apparaisse entre nos doigts. Une sorte de curiosité et fascination malsaine s’afficha fugacement sur le visage du Dr Kowalsky. Le journal… Si le troublant dessin qui figurait dessus, n’était pas apparut à Alexiel, elle n’aurait pas fait plus attention à l’humain. Elle se serait tout simplement résigné avec regret, ne voulant aucunement interagir avec un fantôme qui lui rappelait silencieusement un de ses plus cuisants échecs dont elle refusait en block l’existence même de cette idée.

- Quel sorte de rêve faite vous ?


Aïe. La question avait franchit ses lèvres sans qu’elle ne put s’en empêcher. La présence même d’Alexiel dans ce monde, confirmait les théories de Schrödinger à propos de la multiplicité des réalités. A chaque choix que nous faisons, même les plus anodins, il s’avère qu’une autre réalité se crée. Dans cette nouvelle réalité nous choisissons le choix que nous n’avons pas fait.

En faisant les magasins, il s’avère que deux pulls nous plaisent, un vert et un noir. Nous prenons le noir. Une autre réalité se crée où nous choisissons le vert. Une autre où nous prenons le vert et le noir. Une quatrième où nous ne prenons aucun des deux. Autant de réalité que de possibilité se crée soit une infinité de réalité. Ce que l’on appel communément un déjà-vu, lorsqu’on a la furieuse impression d’avoir déjà vécu une scène, être déjà venu à un endroit particulier, alors que l’on sait pertinemment que ce n’est pas le cas, tout cela n’est en faite qu’une manifestation d’une autre réalité. Une réalité où nous avons effectivement vécu ces moments.

Alexiel fixa de nouveau le journal de l’humain. Peut-être était-il plus qu’une simple photocopie. Pour dessiner le Celte, il devait nécessairement y être lié de façon plus intense que la normal. Ou du moins être lié à l’un des celtes existant à travers l’infinité de réalité possible, si ce n’était pas à tout les celtes possible qui auraient en tout cas en commun la tenue de celui qu’elle avait bien pu connaitre. L’esprit d’Alexiel étudiait et analysait toutes sortes de possibilité, de calculs de probabilité qui refluaient en elle. L’humain relancé un examen auquel elle s’était déjà adonné dès son arrivée. Un examen qui s’était conclut par sa non-existence…

Un client l’apostropha, faisant ainsi revenir la jeune et simple serveuse qu’elle était. La scientifique se retira. Diane évita soigneusement le regard du visage si familier.

-Je reviens avec votre addition.


Diane s’éloigna avec les couvercles de l’homme et la carafe d’eau du client qui l’avait interpelé pour être ravitaillé. Alors qu’elle rejoignait le bar, Alexiel fronça les sourcilles avec une nuance de crainte en voyant encore l’un des spots publicitaire de Stark. Ses tendances paranoïaques et méfiantes resurgirent bien malgré elle.

Et si on se jouait d’elle depuis le départ. Elle savait que certains télépathes ou illusionnistes étaient capable de beaucoup de choses. Alexiel n’avait jamais eut à faire face à l’un deux. Peut-être pouvaient-ils même fourvoyer la vision de son propre pouvoir.

La vu du journal et de son dessin la troublaient énormément. Etait-ce un piège ? Est-ce que l’un des membres de son groupe s’était fait attrapé par l’initiative qui à présent essayait de tous les capturer un à un, afin d’obtenir des informations de façon détourné ? La torture diminuant grandement la fiabilité des renseignements reçut, c’était une possibilité comme une autre d’en obtenir certains plus ou moins fiable. Le genre de manœuvre qui demandait un minimum de ressource, d’intelligence et de sournoiserie. Un scénario parmi d'autre, qui s'agitait dans la tête de Spitfire, qui déjà éliminait les différentes possibilité selon des calcules de probabilités. Le portrait de Stark se refléta sur l’un de ses verres…










[hrp : dsl pour le temps -_-"""" j'irai plus vite pour les prochaines réponses >-< *passe en rp fury*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 1:02

Tristan Bregan 616 a écrit:

-Quel sorte de rêve faite vous ?

Demanda t'elle en regardant tour à tour lui et son dessin, étonnant, elle semblait intéressée par ce qu'il disait apparemment. Peut être qu'elle aimait ce genre d'histoire abracadabrante. Il réfléchit un moment à comment définir de manière circoncise et fidèle son style de rêve. Mais avant qu'il ne puisse répondre, un autre client l'appela et elle fut dans l'obligation de se remettre au travail. Et oui il fallait bien s'occuper de tous. Elle lui assura alors qu'elle allait revenir avec son addition et parti en direction de son nouveau client. Elle laissa ainsi Tristan à ses questions silencieuses qui le plongèrent à nouveau dans sa rêverie. Il commença a gratter le journal avec son stylo sans penser a ce qu'il faisait. Il fallait qu'il pense à autre chose. Comment allait Alizé depuis la dernière fois? Avait elle repenser à lui? Ils avaient couché ensemble mais depuis c'était le blackout niveau nouvelles. Le regrettait elle? Il avait envie de partir, de s'éloigner à nouveaux. Pourtant tout allait bien, il n'avait pas de problèmes, a part... Oui bon il y a quelque nuits, il avait finit par tuer un homme mais c'était du passé et il s'en était remis... Etrangement bien d'ailleurs, qui aurait cru qu'enlever une vie pouvait l'affecter si peu. Il n'en avait pas dormi pendant une nuit mais sinon rien, étrange encore une fois... Oui il avait peut être besoin de s'isoler finalement. Un reportage? Un voyage photographique? Il allait commencer à y penser sérieusement.

Son portable se mit à sonner, il le regarda rapidement et fit coulisser l'écran ou « slider » comme on disait pour accepter l'appel et répondre à l'un des rédacteur pour qui il lui arrivait de prendre des photos.
Il lui parla d'un travail, un petit reportage, pas le voyage dont il avait besoin mais un nouveau job pour lui remplir le compte en banque. Il continua gribouiller le journal sans le regarder tout en parlant des modalités, du sujet... Bon il allait devoir allez le voir rapidement, ne pouvant plus attendre le retour de la serveuse, il sorti un billet de 20$ et écrivit sur le journal « Garder la monnaie ». C'est là qu'il remarqua enfin ce qu'il avait gribouiller... Il avait encadré le mot « le » puis les lettres « c » « t » «e» «e » et « l », il ne voyait pas pourquoi, cteel ne veut rien dire pour lui. Bah ca ne devait avoir aucun sens après tout comment il aurait put écrire un mot sans le vouloir. Cette matiné était trop bizarre, il comptait rentrer chez lui, prendre une douche et aller au journal! Avoir au moins le reste de la journée normal. Il quitta le café et se remit a courir jusqu'à son appartement. Laissant derrière lui 20 dollars et un journal avec un mot écris dessus, un dessin, et des lettres encadrés pouvant formé « Le Celte ».

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Jeu 19 Aoû - 1:03

-Alors on compte fleurette au beau brun ténébreux de la terrasse ?

Diane se tourna l’air surprise vers Ashley.

-Tu vois Nate, il est certainement pas gay. Je le savais mon gaydar a toujours raison, annonça-t-elle à Nate d’un petit air supérieur et suffisant.

-Toutes mes excuses Ô votre divine excellence. Certains signes, à la nature tendancieuse m’ont fourvoyé. J’ose espérer qu’un jour vous pourrez me pardonner.


Ashley lui répondit par un sourire désespéré devant tant d’idiotie. Nate afficha son expression de vainqueur et fit un signe de tête vers la terrasse.

-Oh, quel dommage, mais votre ténébreux prince vient de nous quitter, déclara-t-il d’un air faussement désolé. Bon débarras pensa-t-il. Ce type lui faisait un peu trop d’ombre. J’espère au moins qu’il a laissé un bon pourboire.

Alexiel se tourna vers la terrasse et se dirigea vers la table laissé vide par le double de son mentor. Un billet de 20$ se trouvait à coté du fameux journal lui demandant de garder la monnaie. 5$ et 9 cents de monnaie. C’était bien plus généreux que ce que la plupart des clients pouvaient laisser. Alexiel fronça les sourcilles en fixant le journal. Ses lèvres remuèrent légèrement. Des lettres étaient entourées. Mise ensemble et dans le bon ordre, elles donnaient… « Le Celte »

Elle s’empara aussitôt du journal d’un mouvement vif, et le feuilleta. Elle retomba sur le dessin représentant le Celte puis… sur la princesse Khrees qu’ils devaient tuer pour les Skrull… Elle baissa les bras quelques peu choquée. Qu’est-ce que tout ça voulait dire ?! Qui était ce type ? Est-ce que toute cette mise en scène était inconsciente, ou bien au contraire volontaire ? Essayait-on de jouer avec elle ? Elle serra la mâchoire, expira, puis se dirigea vers la caisse quelque peu pâle.

-Si ça peut t’aider à dormir, j’ai entendu l’autre larve aux mains baladeuses, l’appeler « M. Bregan ». Visiblement ils se connaissaient.

Diane se tourna vers Ashley.

-Quoi ?

-Le type de la terrasse. Tu faisais cette tête de fille désespéré qui vient de voir son prince charmant et qui est toute déprimé parce qu’elle sait même pas comment qu’il s’appel. Si tu continue à faire cette tête tu vas faire fuir les clients et baisser les pourboires là. Alors maintenant que tu connais son nom tu vas passer le reste de la journée avec un sourire béat en t’appelant toi-même Diane Bregan, lui répondit Ashley en pouffant à moitié de rire.

-Si tu veux mon avis, Diane Bregan ça sonne pas trop top.


-Oui t’as raison, Nate Bregan ça sonne tellement mieux. Vive le mariage gay darling.

Diane arqua un sourcille l’air perplexe devant les deux jeunes gens qui commençaient à se chamailler. Elle retourna à ses clients jusqu’à finir son service…
Bregan…


**********************************


Il faisait déjà nuit. Alexiel observait discrètement l’entrée d’un immeuble depuis l’autre coté de la rue. Un homme finit par en sortir. Tristan Bregan, journaliste/photographe au New-York Times. Leur deux routes n’auraient jamais du se croiser. A moins que se soit ce que les gens appelaient le destin. Une fois qu’elle avait sus son nom, le retrouver s’était avéré un jeu d’enfant. Il possédait un permis de conduire et des Bregan ils n’y en avaient pas tant que ça aux USA et domicilié à New-York. La jeune scientifique connaissait déjà son passé. Une fois assuré qu’il était loin, Alexiel traversa la rue. Arrivé devant la porte de l’immeuble elle appuya sur tout les boutons de l’interphone. La porte d’entrée s’ouvrit d’elle-même.

Il fallait qu’elle sache. Ce type était sortit de nulle part, s’était pointé à son job sans crier garde et en multipliant les références envers son mentor ou l’un de ses double en tout cas. Puis s’était volatilisé en speudo-signant son journal par « le celte ». Qui était-il bon sang ?! Alexiel était arrivé à la conclusion, que le meilleurs moyen de le savoir était d’entrer par effraction chez lui et de fouiner un peu. Puis par la suite aviser selon les découvertes qu’elle ferait ou non.

Arrivée devant la porte d’entrée du journaliste, elle souffla un instant. Pour l’occasion elle s’était vêtu de noir, d’un petit débardeur bleu marine et d’une veste en cuire noir. Ses mains étaient recouvertes par deux gants également en cuire. Cela serait stupide de laisser des empreintes. Donc pas du tout le style d’Alexiel. Elle passa l’un de ses doigts sur la serrure, ses yeux devinrent un instant violet puis la porte s’ouvrit tranquillement avant qu’elle ne la referme derrière elle. Elle vérifia qu’il n’y avait bien aucune alarme.

Une fois fait, elle commença son inspection de façon méticuleuse. Elle trouva certaines photos du journaliste, regarda son courrier, factures, factures, prospectus, factures… Dans l’ensemble il était plutôt bien installé. Quelques petits indices lui laissèrent penser qu’il devait y avoir une présence féminine. La fameuse Lisa, femme disparut du Celte ?

Dans tout les cas ce type était… assez banal enfin de compte. Elle s’attaque au bureau en face du lit. Elle espérait trouver quelques choses de plus consistant. Elle fouilla un peu et tomba rapidement sur la bonne pioche. Un paquet de cannabis. Alexiel soupira de soulagement et s’adossa contre le siège. De la drogue. Cela expliquait beaucoup de chose.

Lorsqu’on se droguait on était dans un état second. Un état second dans lequel on était théoriquement plus « accessible ». Les « déjà-vu » pouvaient être plus fréquents. Pour ce genre d’expérience le LSD (avec un savoir faire scientifique) était pas mal, on essayait d’atteindre un état second proche du sommeil. Mais le cannabis pouvait faire l’affaire. La prise répété de drogue pouvait certainement facilité l'accès à une part de l'esprit. D’ailleurs il parlait de rêves étranges, donc ses « visions » se produisaient lorsque son esprit n’était pas entièrement conscient. La consommation de drogue associé à la fin de son monde pouvaient avoir « renforcé les connexions » entre chaque double… Une fois qu'on faisait appel à la science dite "marginal" il y avait plein de théorie possible qui pouvaient expliquer bien des cas étrange. Celui de Tristan Bregan ne faisait pas exception.

Le Dr. Kowalsky analysait déjà toute les données le concernant. Pour avoir une idée clair et définit, il aurait fallut qu'elle mène quelques expériences... Son âme de scientifique ne put s'empêcher de se sentir frustrée.

Par acquit de conscience, elle hacka tout de même son ordinateur de bureau. Elle parcourra rapidement ses fichiers, son historique internet et ses mails. Rien de suspect. Elle prit le sachet de plastique remplie de substances illicites et regarda autour d’elle. Il n’avait pas réagit en la rencontrant. A présent elle était référencé comme la serveuse d’un café et ceux même si elle apparaissait à l’avenir dans ses rêves étranges. Avec un peu de chance elle serait vu comme un fait bizare de son esprit. Rien de plus. Du moins elle l’espérait sincèrement pour son propre bien. Pour l’instant il ne semblait pas être connecté à qui se soit de suspect comme le S.H.I.E.L.D., mais par précaution elle le garderait dans son radar pendant un moment. Les pros ne laissaient pas de trace, en particulier les agences gouvernemental.

Elle remit tout en ordre, puis quitta les lieux comme si elle n’était jamais venue. La porte d’entrée de Tristan Bregan se referma derrière elle. Grâce à son pouvoir, Alexiel la verrouilla comme elle l’avait trouvé. Une fois dehors, elle regarda le ciel. Il n’allait pas tarder à pleuvoir. Elle prit sa moto et s’en alla en continuant de penser à cet humain aux visions refoulé... Il avait eut de la chance de tomber sur elle et non sur quelqu'un comme Elhonna... Pourvu qu'il sois encore chanceux et reste loin des ennuies, en particulier ceux concernant le monde des mutants...
Revenir en haut Aller en bas
Terra Justice
~ Maître du Jeu ~
avatar

MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   Mer 2 Avr - 12:07

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un air de ressemblance, mais avec qui?[pv Alexiel] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: New York :: Les Loisirs :: Bars-