Partagez | .
 

 Entretien d'embauche [PV le Fléau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   Dim 17 Oct - 20:57

Dans leur véhicule banalisé, les deux agent du S.H.I.E.L.D. ne cessaient de fixer attentivement leur cible. Le premier, les mains collées au volant de l'Opel Corsa carmin, mastiquait frénétiquement une gomme à mâcher en faisant saillir ses maxillaires. Ses courts cheveux blonds se reflétaient dans le rétroviseur central de la voiture garée en face d'une terrasse dans Little Italy .

" Tu crois qu'il sait qu'on l'observe ?" Demanda pour la forme l'autre homme présent dans l'habitacle d'une voix de basse, un agent d'âge mûr à la moustache tombante et aux yeux ambrés.

Il ne faisait aucun doute que l'ancien Bouffon Vert était parfaitement conscient d'être surveillé. Néanmoins, après plus de trois heures d'observation du supposé lieu de rendez-vous, Hank Maxwell avait fini par souhaiter ne plus avoir d'oreilles à force d'entendre en continu le chuintement de la mastication du conducteur. Dire quelque-chose pour stopper son supplice, n'importe quoi, lui avait paru salutaire. Le vétéran sirota sa troisième tasse de café depuis le début de la planque.


- Bien sûr qu'il sait. Ce type sent quand on l'observe. C't'un animal, un fauve ; et les fauves, on ne les surprend jamais. Répondit théâtralement William Nox en tapant des doigts. Le jeune blond était du genre à faire des effets de style à chaque prise de parole.

- Hum ! Tout de même... Il fait toutes ses recherches sur Caîn via le réseau interne du S.H.I.E.L.D., se rend au dernier endroit où le Fléau a été vu en se faisant conduire par un de nos chauffeurs... Il ne fait même pas l'effort de faire ses petites magouilles discrètement ! On dirait qu'il nous ignore. C'est du jamais vu, non ? S'exclama un peu trop bruyamment l'agent Maxwell en se brûlant avec son café.

- Bof... En fait, la plupart des criminels internationaux qui se savent mis sur écoute agissent de la sorte. Quoique, à ce point-là...

***

Norman Osborn travaillait depuis quelques temps sur l'idée d'agrandir l'unité Thunderbolts. Mettre sur pied un complot efficace contre Stark nécessitait de disposer de ressources, et, pour le moment, les siennes étaient limitées. Ce qui justifiait qu'aux alentours de 21h30, le businessman se fasse déposer par un chauffeur obligeant dans une large rue passante du quartier italien de New-York. Dans un costume trois pièces égaillé d'une cravate d'un bleu d'encre, sortit du confortable véhicule en remerciant le conducteur avec un sourire accompagné d'un billet de vingt et se dirigea vers le fameux restaurant. Le visage avenant du quadragénaire aux cheveux ramenés en arrière s'aventura à examiner la faune local des passants, des noctambules timides qui, pour la plupart, ne resteraient probablement pas dehors minuit passé. Ce qui était regrettable... Minuit était une heure où les promenades vous laissaient rarement indifférent...

L'éclairage tapageur du panneau du Montgomery's, vantant le talent des cuisiniers européens importés dans la grosse pomme se voyait de loin. Si les satellites du S.H.I.E.L.D. fonctionnaient correctement (ce qui était toujours le cas), Marko Caïn devait se trouver dans les parages... Baissant un sourcil en se concentrant, Norman balaya les environs du regard rapidement, ne s'attardant pas sur ses deux chaperons qui s'étaient gentillement garés suffisamment loin pour lui offrir un zeste d'intimité. Repérer un individu aussi imposant dans une foule éparse n'aurait pas dû poser de problème au Bouffon Vert. Lui avait d'ailleurs déjà localiser et Marko et un jeune marcheur à la capuce baissé. Malheureusement, Osborn lui, ne put qu'apercevoir du coin de l'œil une silhouette pouvant appartenir au Fléau. Un rappel de plus du dilemme qui le dévorait chaque jour un peu plus...


* C'est incompréhensible ! Je ne devrais pas éprouver autant de difficultés ! Ils n'auraient jamais osé mettre d'autres choses dans mon traitement... Non... Mais je pourrais m'en assurer. Je pourrais m'injecter ce fameux contre-sérum... * Hésita le promeneur solitaire en tâtant délicatement sa poche intérieur gauche.

Depuis la rencontre avec le mystérieux contact, il ne se passait plus un moment sans que le fondateur d'Oscorp ne pense aux coïncidences étranges qui entouraient son "traitement". Certes, le Bouffon s'était calmé, et pour de bon. mais sa compétitivité, sa soif de réussite ainsi que ses capacités surhumaines... S'engourdissaient, imperceptiblement. L'hypothèse de subir une version plus lente du CLEAN n'avait pas fait qu'effleurer l'esprit de l'industriel de génie, qui en était venu à conserver la boîte en fer tout contre son cœur, tel un gri-gri brandit face à ses angoisses.

Pour l'heure, Norman se préparait à héler le mutant repéré grâce à la bonne volonté de l'agent Wyatt lorsqu'un agresseur lui pointa un couteau sous le nez. Le jeune homme à la capuche. Celui que le Bouffon attendait de pied ferme pour pouvoir se défouler. De près, on sentait la fatigue peser sur ses épaules, la sueur glisser le long de son dos. Une barbe sauvage lui mangeait le visage, n'épargnant qu'un front bas et deux petits yeux bleus rougis, profondément enfoncés dans leurs orbites. La drogue avait dû ratisser le cerveau de cet imbécile pour qu'il ne soit plus capable de sentir quand il venait de commettre une stupidité... Aux alentours, les courageux promeneurs changèrent de direction, certains avec l'apparente volonté d'alerter la police.


" Ton fric ! Allez, magnes-toi l'richard, ou j'te plantes ! " Menaça l'inconscient en agitant inutilement sa lame.

L'affaire aurait pu être réglée en quelques secondes. Cependant, le responsable du projet Thunderbolt n'était pas sorti prendre l'air pour casser des bras. Il paraissait plus sage de viser à exploiter au mieux ce petit "contretemps", au lieu de céder à une pulsion primaire (aussi tentante soit-elle). D'après les informations qu'il avait pu glaner, le Fléau avait, depuis son départ d'Ecosse, déposé plusieurs Curriculum Vitae dans des agences d'Interim. Ce qui traduisait un désir certain de rentrer dans le rang. Et Marko avait combattu pendant un temps au côté des X-men. Éveiller son âme de héros pourrait constituer une entrée en matière appropriée pour le discours que comptait lui tenir Norman. Ayant prit sa décision, le businessman se composa rapidement une expression de crainte impuissante, et supplia en détachant sa montre :


"Att...Attendez ! Tenez, c'est une montre de très grande valeur ! Et voici aussi mon porte-feui... Oup ! " Fit l'ancien criminel en perdant "nerveusement" son porte-feuille. Osborn s'autorisa un petit regard d'appel de détresse pour parfaire son jeu d'acteur, avant que l'autre ne le saisisse par le col d'une main mollassonne.

" Put*** ! Tu veux crever, c'est ça, tu veux crever ? Ramasses-moi ça en vitesse ! " Intima le porteur du couteau sur les charbons ardents. Le moment était idéal pour qu'un sauveur se manifeste...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   Lun 18 Oct - 14:49

Cela faisait deux jours que Caïn gagnait sa vie sur les chantiers et la perspective de finir sa vie ne l'enchantait guère. Le travail n'était pas difficile, loin de là, mais c'était une routine à laquelle il n'était pas habitué et Marko n'était pas du genre à aimer la routine.
Comme tous les soirs, après le travail, il s'arrêtait dans le quartier européen pour manger des viennoiseries Françaises tout en buvant un café Italien et comme tout les soirs, quelque chose se passait d'anormal.
Notre mutant entamait sa quatrième friandises lorsqu'il vit que les gens qui s'agitaient dans la rue. Tout d'abord, il n'y prêta pas attention, se disant qu'il devait s'agir d'une quelconque bagarre d'ivrogne ou d'un léger règlement de compte mais comme l'action se déroulait sur le trottoir d'en face, ceci attira sa curiosité.

Il se leva doucement de sa chaise, s'approcha de la vitrine et commença à regarder l'action.Un homme était mal en point face à un petit toxico tout aussi chétif que lui et il ne fallut que quelques secondes au Fléau pour reconnaître Norman Osborn, alias le bouffon vert. Sa première réaction fut de foncer dans le tas pour exploser Osborn, car notre mutant sentait une catastrophe arrivée mais les réactions de Norman ne collait pas. Il restait là, sans broncher, à se faire menacer par se petit merdeux.
Puis, Caïn se souvint alors que Norman s'était racheter une conduite et qu'il était au ordres du S.H.I.E.L.D.
Marko se demandait quoi faire, foncer tête baisser, se faire remarquer et se faire embarquer par la police ou déguerpir discrètement. Mais son salut vint du propriétaire du bar qui entra en hurlant :


" Sally, appel le 911 ! Un homme se fait agresser et les voisins disent qu'il s'agit du Bouffon !"

Mais le Fléau ne pouvait laisser cette pathétique scène finir avec l'arrivée des forces de l'ordre. Il paya donc sa consommation et dit à Sally :

" Laissez, je vais arranger ça! Un peu de diplomatie devrait faire l'affaire! "

Caïn enfila sa veste et traversa la rue devant les yeux ébahis des passants. Il se posta derrière le jeune homme, fit craquer ses doigts et le garçon se retourna rapidement pour faire faire face à son nouvel agresseur. Dans des cas comme ça, quand un individu lambda se retrouve face à 400 kg, le silence suffit mais Marko aime toujours en rajouter une couche.

" Moi j'ai une autre idée! TU ramasses le fric, TU le remets dans le portefeuille et Tu te casses !
Qu'est ce que t'en dis ?"


Mais à peine avait 'il finit sa phrase que le jeune homme trébucha sur Norman en voulant s'enfuir. Il ramassa quand même l'argent, le remit comme il put dans le portefeuille du Bouffon, le plaça et non sans trembler, dans les bras de Norman et s'enfuit sans demander son reste.

Une fois la scène finit, la rue reprit petit à petit son activité normal et Osborn se releva doucement tout en affichant un léger sourire de satisfaction. Marko, lui, ne souriait pas car il se méfiait d' Osborn comme de la peste.


" Sois tu es tombé bien bas, sois tu as une idée derrière la tête ?
Dans les deux cas, il va falloir que tu parles vite et bien car j'aime pas trop que l'on me voit avec de types comme toi ?"



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   Mar 19 Oct - 20:25

Dans l'Opel Corsa, la tension retomba au rythme du profond soupir poussé par l'agent Maxwell. L'homme se passa une main sur le visage, l'autre s'éloignant de la crosse de son neuf millimètres de service. Inspirant tout en lorgnant la silhouette de l'agresseur découragé, le plus âgé des deux agents avisa le conducteur, qui pour sa part relâcha le cuir du volant qu'il avait serré à l'en écraser au moment où une arme blanche s'était manifesté devant Norman Osborn. Le jeune blond et son collègue échangèrent un bref regard, avant de tourner conjointement leur attention vers les deux interlocuteurs qui entamaient de discuter. William fut le premier à retrouver l'usage de la parole.

"Nom de Dieu ! Il m'aura faut transpirer, ce camé ! J'ai cru regarder la mèche d'un bâtonnet de dynamite se consumer en sifflant lorsqu'il s'est mis à braquer Osborn... " S'exclama-t-il en revoyait la scène de mémoire.

Hank avait lâché un chapelet d'injures avant de se saisir de son arme de poing et de lui ordonner d'activer le système inhibiteur. Pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, le chauffeur s'était momentanément figé, fasciné par l'altercation tel un lapin devant les phares d'une voiture. Et puis, comme par miracle, la situation s'était désamorcée. Le quadragénaire, bien que conscient que les choses auraient pu très mal se passer, n'en voulait pas à Nox pour son manque de réactivité. Obtenir du corps qu'il se mette en mouvement avant que l'esprit l'ait choisi demandait une solide expérience du terrain.


- Tu m'étonnes ! On dira ce qu'on voudra, le Bouffon restera toujours un pervers maniaque, aussi gavé de médoc' qu'il puisse être. C'est pas parce qu'il travaille avec le gouvernement qu'il s'interdira de s'amuser un peu à la première occasion venue... Si ce gaillard ne s'était pas manifesté, le temps qu'on intervienne, l'autre se serait fait mettre en pièces. Au mieux, il finissait tétraplégique ; au pire... Bon sang ! Je préfère ne pas imaginer le résultat... Trembla Maxwell.

***

Satisfait d'avoir su attirer sa cible à lui, le fondateur d'Oscorp s'autorisa une mimique victorieuse toute en retenue. Heureux de cesser de jouer la comédie, l'homme d'affaire se releva en s'époussetant brièvement et en remettant sa montre à son poignet.

" Sois tu es tombé bien bas, sois tu as une idée derrière la tête ?
Dans les deux cas, il va falloir que tu parles vite et bien car j'aime pas trop que l'on me voit avec de types comme toi ?"


L'entrée en matière se synchronisait à merveille avec le physique et le voix de Marko Caîn : directe, brutale et peu amicale. Le tutoiement notamment, chagrina Norman, très sensible au respect des convenances. Une petite moue de déception inclina les commissures de ses lèvres vers son menton tandis qu'il répondait, en achevant de ranger son porte-feuille :

" Comment ? Voyons, M. Caîn, je me pensais tout de même être en droit de pouvoir vous inviter à discuter confortablement, autour d'un bon verre... Entama diplomatiquement l'ancien criminel en dévoilant un sourire complice et en posant une main amicale sur le bras de son vis-à-vis. Affectant de se soucier du bien-être du colosse, il précisa : Naturellement, si être vu en ma compagnie vous gêne, nous pouvons tout à fait nous rendre dans un endroit plus discret. Celui de votre choix, si cela peut vous mettre à l'aise. Je serais ravi de découvrir les décors qui vous sont chers. De mon côté, je connais également deux ou trois destinations où le service est exemplaire et l'intimité royale. " Glissa-t-il.

Retirant sa main sans se départir de son expression avenante, le responsable du projet Thunderbolt se permit d'insister, marquant un temps pour vérifier que les deux passagers de l'Opel carmin ne s'agitaient pas trop.


" Écoutez, M. Caîn, j'apprécierais réellement que vous acceptiez mon invitation. Je vous promets de ne pas abuser de votre temps, et vous serez libre de partir à votre guise. Sachez enfin que j'agis de mon propre chef, ce soir... "

Cette dernière indication n'expliquait pas grand-chose, mais, par précaution, l'ex-détenu de Ryker préférait mettre toutes les chances de son côté. Il lui fallait quelqu'un comme le Fléau. Mieux valait faire montre d'une quantité significative d'arguments....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   Mar 26 Oct - 20:03

Après que l'agresseur soit parti la queue entre les jambes, Osborn se leva lentement, s'épousseta et commença à se lancer dans un monologue dont il avait le secret. Son talent d'orateur était en marche, ses phrases étaient bien tournées et la gestuelle s'alliait parfaitement aux paroles. Une fois que l'interlocuteur du Fléau eut fini de lui passer de la pommade, Caïn mit les mains dans ses poches, carra les épaules sortit un léger sourire en coin et dit :


"_ Pour l'instant, on va rester ici, pour que tout le monde nous voit discuter bien sagement car je suppose que tu dois être surveiller comme le lait sur le feu par Fury ou Stark. Comme ça, le S.H.I.E.L.D remarquera que je ne sors pas des clous et ils éviteront d' essayer de me faire entrer de force dans leur gang de taré."


Un scooter passa à vive allure à coté des deux protagonistes et Marko marqua une pause. Il remarqua que son cœur commençait à s'accélérer et le fait de revoir un super vilain depuis maintenant près de six mois le stimulait. Son ancienne vie lui manquait réellement mais trop de déception l'avait amené à se mettre au vert pendant un petit moment. Mais en même temps, il savait pertinemment qu'il y reviendrait tôt au tard alors plutôt que de se laisser endormir en douceur par n'importe qui, il allait pour une fois dans sa vie, prendre les devants et choisir de faire se qu'il veut.

" _ Bon, je suis d'accord pour un rendez vous, mais pas ce soir.
Trop de monde, trop de camera, trop d'indic.
Mais sache que dorénavant je pense par moi-même et que je suis en conséquent on ne peut plus malin.
Je n'accepterais pas de mission suicide où la finalité ne me plaira pas et sache que si ça sent mauvais au sein de tes petites affaires, je met les voiles quand ça me chante.
En revanche, tu dois être au courant que je suis très loyal donc SI, et je dit bien SI, notre entrevue de demain se passe pas trop mal, tu n'auras pas trop à te méfier de moi. "


Caïn espérait réellement que Norman ait compris ce qu'il voulait de lui. Un job d'action, bien payé mais éviter de trainer dans des magouilles dignes d'un Osborn.
Puis il se dit que Norman était peut être comme lui, qu'il essayait peut être aussi de se racheter. Après tout, si un gars comme le Fléau avait réussi à changer, un dangereux psychopathe comme le bouffon vert pouvait surement essayer de se mettre dans le droit chemin. Avec beaucoup d'efforts, et surtout beaucoup de médicaments suffisamment puissants, on peut arriver à n'importe quoi ...


" _ Je te laisse le choix du lieu et de l'heure. Je t'aurais bien inviter dans le motel où je crèche mais étant donné qu'il ressemble plus à un F1 qu'au HILTON, je vais t'épargner le fait de te montrer dans un endroit aussi peu luxueux .
Alors ? "


Caïn Marko avait un sens de l'humour assez spécial mais voir la tête du PDG d' OSCORP devant ses petites railleries étaient assez plaisante pour un mardi soir.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   Mar 14 Juin - 18:25

[HRP] : J'ai fixé une date pour cette rencontre (22 Août). Dis-le moi si ça te déranges niveau chronologie de ton personnage, et j'éditerai. Idem, lorsque Norman est récupéré par les agents du S.H.I.E.L.D., je ne t'ai pas laissé une super occasion d’interagir avec eux. Si tu préférerais pouvoir discuter un peu avec Hank ou william, MP-moi Wink[/HRP]

" C'est votre droit le plus strict, monsieur Marko. " Commenta sobrement le quadragénaire en entendant la première condition de son précieux interlocuteur. Il s'inclina légèrement en avant, courbant symboliquement l'échine pour mieux signifier son accord vis-à-vis de la demande. Une demande par ailleurs très prévisible de la part d'un mutant aussi expérimenté que Le Fléau, très conscient de l'intérêt de sauvegarder les apparences dans le contexte de tensions actuel. Mais elle indiquait également que l'homme au regard d'acier désirait, pour ce soir, jouer la prudence. Mine de rien, même un colosse invulnérable tel que Cain Marko préférait (si c'était possible) éviter de se retrouver confronté à Fury le vétéran ou à Stark le Vengeur. Les choses semblaient avoir définitivement bougé depuis l'avènement du SHRA...

* Ce devrait être moi, qu'il redoute d'affronter... Enragea, derrière son masque maniéré, Norman Osborn. Moi ! Je suis bien pire que Stark, moins frivole, plus inflexible ; je suis bien pire que Fury, je suis plus puissant, moins idéaliste !

C'est exact, Norman. Et cependant, absolument personne ne semble craindre ton courroux, dans les hautes sphères de la société... Serait-ce lié au fait qu'une simple pression sur un bouton t'aérerait définitivement la boîte crânienne ? Grinça insidieusement le Bouffon en rajoutant inutilement de l'huile sur le feu. *

Cette moquerie, déjà bien superflue, lui coûta par-ailleurs très cher, si bien que la chimérique créature retomba dans un sommeil artificiel en un instant. Le silence bienvenu qui suivit résonna pour le responsable du Projet Thunderbolt comme une douce ode aux puissants effets inhibiteurs des psychotropes qu'on lui administrait. Le composé du S.H.I.E.LD. tenait jusqu'ici toutes ses promesses.


* Mais justement, ne les tient-il pas un peu trop bien ? *

Norman resserra le nœud de sa cravate d'un bleu d'encre en inspirant profondément, autant pour chasser cette dérangeante idée que pour recentrer ses réflexions sur le sujet qui motivait sa présence dans Little Italy à minuit passé. L'industriel désirait pouvoir exploiter ses capacités intellectuelles à leur plein potentiel, afin de maximiser ses chances de réussite. Il chassa une nouvelle fois l'air nocturne et frais de ses poumons, effaçant de son champs de vision les buildings entourant la rue bondée. Son regard cessa de passer en revue chaque visage environnant, sa perception se resserra à l'étroite zone le séparant de son imposant interlocuteur. Le désagréable concert de hurlements mécaniques provoqué par le passage éclair d'un scooter (probablement en complète infraction du code de la route) fut l'un des rares sons que l'ex-criminel parvint à discerner clairement en provenance de la rue. Son ouïe privilégiait pour l'heure un certain timbre grave et rocailleux, au détriment de toutes les autres stimulations auditives.

***


Jaillissant comme si le colosse se tenait courbé dans l'habitacle, la voix de Caïn Marko fit vibrer la fine membrane des enceintes de l'Opel Corsa :

" _ Bon, je suis d'accord pour un rendez vous, mais pas ce soir.
Trop de monde, trop de camera, trop d'indic.
Mais sache que dorénavant je pense par moi-même et que je suis en conséquent on ne peut plus malin.
Je n'accepterais pas de mission suicide où la finalité ne me plaira pas et sache que si ça sent mauvais au sein de tes petites affaires, je met les voiles quand ça me chante.
En revanche, tu dois être au courant que je suis très loyal donc SI, et je dit bien SI, notre entrevue de demain se passe pas trop mal, tu n'auras pas trop à te méfier de moi. "


Silencieux et attentifs, les deux agents fixaient la radio de la voiture d'observation, reliée à un micro ultra-sensible dissimulé sous le capot afin de faciliter les planques. Une innovation à laquelle personne ne trouvait à redire au sein de l'Initiative.
Toujours assis à la place du passager, Hank Maxwell commençait à ressentir les effets bien connus d'une consommation excessive de café. Être obligé de veiller sur un sociopathe exigeait de ne s'autoriser qu'un nombre restreint de pauses, et depuis qu'Osborn s'était manifesté, trop de temps s'était écoulé. Par chance, le calvaire du moustachu au regard pailleté d'or allait bientôt prendre fin. Étrangement, c'était son collègue, William Nox, qui paraissait le plus pressé de voir la planque s'achever.


"Qu'est-ce qu'on attend, au juste ? Caïn nous a dit ce qu'on voulait entendre : lui et l'autre dégénéré veulent se voir pour préparer un sale coup. La déclaration a été enregistré, on a la preuve matériel qu'il nous fallait. On peut y aller maintenant, non ? "

Le jeune blondinet avait déjà dégainé son arme et ôté la sécurité, sa main gauche prête à neutraliser Norman d'une simple pression. Son chewing-gum mentholé ayant depuis longtemps perdu toute saveur encore en bouche, il le mâchonnait pourtant avec hargne pour se retenir de bondir hors de l'Opel tel un faucon tombant sur sa proie.

- Patience, Will. J'ai tout aussi peur que toi que ces deux-là ne finissent par perdre les pédales et fassent un carton. Mais tu as entendu les ordres : on doit prendre Osborn en flagrant délit. Tant qu'on a pas la preuve qu'il a effectivement donné rendez-vous au Fléau, ce petit malin pourrait s'en tirer sans mal. Tout ce qu'il aurait à faire, c'est nier en bloc. On doit l'enregistrer en train d'indiquer un lieu à son nouveau copain.
Mais je te rassures tout de suite : ça ne va sûrement pas traîner. Alors tiens-toi prêt : à mon signal, tu m'envoies le Bouffon au pays des Rêves, et on fonce le récupérer pour le ramener à la Stark Tower, où il aura droit à une résiliation de contrat en bonne et due forme. Et n'hésites pas à te montrer ferme face à Marko : il a beau ne pas craindre nos balles le moins du monde, on représente quand même une institution qu'il ne voudrait pas se mettre à dos.


Son comparse hocha la tête, plantant son regard sur les deux hommes occupés à discuter plus loin.

***

* Apparemment, M. Marko n'est pas si intéressé que cela par une petite existence rangée... C'est un bon point. Mais cette volonté de ne pas être floué risque de ralentir mes plans. Il va falloir que je le rassure patiemment, que je lui fasse sentir qu'il peut se fier à moi. Un ou deux travaux simplistes et très correctement rémunérés devraient aider en ce sens, tout en faisant également office de tests d'aptitude. Puis nous pourrons passer au choses sérieuses... Décida rapidement le Bouffon assagi. *

Afin de rentrer dans le jeu du colosse avec crédibilité, le quadragénaire calculateur fit disparaître son habituel masque de politesse feinte. Les lèvres plissées et rapprochées, les sourcils baissés, le businessman se mit à affecter une expression attentive soulignant l'importance qu'il accordait aux paroles de son imposant interlocuteur. Pour parachever le tout, et pour finir de convaincre le Fléau qu'il était pris au sérieux, Osborn n'émit aucun de ses traditionnels commentaire obséquieux, se contentant d'hocher rapidement la tête. Dans un coin de son cerveau, une pulsation régulière et rapide se mit en branle. Son instinct lui dictait de presser le mouvement, d'en venir aux faits sans tarder. Hélas, la vitesse à laquelle se déroulait les négociations dépendait autant de Norman que du bon vouloir de Caïn Marko. Ce dernier compléta sa réponse.

" _ Je te laisse le choix du lieu et de l'heure. Je t'aurais bien inviter dans le motel où je crèche mais étant donné qu'il ressemble plus à un F1 qu'au HILTON, je vais t'épargner le fait de te montrer dans un endroit aussi peu luxueux .
Alors ? "


Une excellente nouvelle ! Malgré ses doutes, l'ancien membre d'Excalibur se sentait tout de même assez confiant pour suivre son vis-à-vis en terrain inconnu. Soit Caïn excluait la possibilité que ce rendez-vous ne dissimule un traquenard, soit il se savait parfaitement capable de se tirer d'un mauvais pas. Le quadragénaire en costume trois pièces enregistra ce trait de caractère, qui pourrait s'avérer très utile à l'avenir. Tout en faisant ce rapide travail de mémorisation, l'industriel répondit machinalement :

" Le luxe n'est pas vraiment un critère de première importance lorsqu'il s'agit de choisir un lieu de rencontre sécurisé, M. Marko. Cependant, puisque vous me faites le plaisir d'accepter ma proposition, je vais en profiter pour sélectionner un endroit largement plus spacieux et tranquille qu'un F1. Il s'agit d'un hôtel quatre étoile sur Franklin Street, "Le Harringhton". Vous en avez peut-être déjà entendu parlé ? Le service y est royal, et plus d'une chambre de ce palace a été le théâtre d'une transaction pour le moins... Douteuse. Concernant la date, pourquoi pas dans trois jours ? Le temps pour vous de repérer les lieux, et c'est pour moi le délai minimum nécessaire à l'obtention d'une suite décente... Tout en prononçant ces mots, l'employé de l'Initiative sortit d'une poche intérieure un stylo et un calepin. Attendez, je vais vous noter tout ça... Ah ! Flûte ! "

Pestant contre les stylos qui séchaient trop vite, l'ancien détenu de Ryker Island perdit plusieurs précieuses minutes à crayonner une affiche à proximité avant que de l'encre noire ne réapparaisse à l’extrémité de la mine. Poussant un soupir de soulagement, il reprit :

" Donc, nous serons le 25 Août, et Le Harringhton se trouve à l'angle de Franklin et Varick street, face à Finn Square. Une devanture blanche vitrée, avec deux portiers vêtus de noir et un tapis rouge. Vous ne pouv... Gueeeeuuuuuuh "

***


" Go go go ! " Rugit Hank Maxwell en jaillissant de la voiture à la carrosserie carmin.

***

Sans prévenir, Norman Osborn s'écroula sur le trottoir bétonné en poussant un faible râle. Le responsable du projet Thunderbolt venait tout juste d'arracher la feuille annotée qu'il avait rédigée pour Marko lorsque son visage était devenu lisse et pâle. Ses yeux s'étaient mis à rouler brutalement vers le haut, ne laissant bientôt plus voir qu'une sclère injectée de sang. Le corps inerte, la bouche entrouverte, le dangereux criminel avait heurté le sol dans un bruit mou, et demeurait depuis immobile. Une respiration lente filtrait de ses lèvres humides. Quelques passants se retournèrent, l'air alarmé, en assistant à cette apparente perte de connaissance. Une femme, en particulier, se dirigeait déjà vers Osborn dans l'intention manifeste de lui faire un massage cardiaque, lorsque les agents Maxwell et Nox débarquèrent. Armes brandies, l'autre main exposant aux regard des curieux une plaque d'officier du S.H.I.E.L.D., ils traversèrent la rue en faisant s'arrêter les voitures dans un concert tonitruant de klaxons, beuglant à qui voulait l'entendre :

"Halte ! Nous appartenons à l'Initiative ! Opération du S.H.I.E.L.D., laissez passer ! "

William rangea son neuf millimètres (après avoir jeté un coup d’œil nerveux en direction de l'ancien Confrériste) et prit le pouls de l'homme inconscient qui gisait à ses pieds. Ayant effectué cette vérification, il chargea le poids mort sur son épaule avant de se redresser en soufflant comme un bœuf. Pendant ce temps, Hank Maxwell tenait craintivement en joue Caïn Marko en tâchant de paraître intimidant.

" Restes tranquille, Marko ! Au moindre signe de résistance, j'ouvrirai le feu sans hésiter ! On sait que toi et Osborn prévoyiez de vous retrouver à l'hotel Harringhton dans soixante-douze heures, mais figures-toi que ce genre de magouille n'est pas du tout autorisée par le S.H.I.E.L.D. ! On a des consignes, et on est là pour les appliquer. Alors ne tentes rien de stupide, et on partira en faisant comme si on ne t'avait pas vu.
En revanche, n'espères même pas te pointer au Harringhton dans les jours qui viennent. L'endroit sera surveillé en permanence, et de toute façon, ton petit copain risque d'être privé de sortie pour un sacré bout de temps après avoir essayé de jouer au plus malin.
" Conclut Hank en affichant un sourire goguenard. Avisant les indications manuscrites d'Osborn couchées sur une petite feuille de papier blanc qui glissait lentement sur le macadam, l'agent Maxwell récupéra sans délai la preuve matérielle, avant de rejoindre son collègue qui chargeait le quadragénaire paralysé sur la banquette arrière de l'Opel.

Derrière l'imposante silhouette du Fléau, l'affiche à moitié décollée s'agita faiblement sous l'effet d'une brise tiède. Ça et là, de petits traits horizontaux indiquaient des ratures exécutées à l'encre noire.


Le Festi-Rock agite ta grosse pomme !



Les 27, 28 et 29 Août, retrouve l'ensemble des artistes du Festi-Rock répartis entre St Jonn's Park et Tompkins Square. L'occasion de découvrir les nouvelles figures de la pop-rock anglo-saxonne avec Sanya, The Thousand Bears, Flork for real, Andrew Stevens, Motivated heads, Ambassada, Jarvins, ... Et plein d'autres nouveaux phénomènes de la scène New-yorkaise !
Billetterie en ligne sur le site du Festival
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV le Fléau]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien d'embauche [PV le Fléau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-