Partagez | .
 

 Belle de nuit....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Belle de nuit....   Dim 26 Déc - 15:55


Ce que je préférerais, c'est d'aimer la terre comme l'aime la lune et de n'effleurer sa beauté que des yeux.
[Friedrich Nietzsche]



La nuit était tombé depuis un moment déjà, la température avait chuté très faiblement de quelques degrés tout au plus, un vent léger et peut frais parcourait l'ensemble de New York. New York la nuit, un ensemble de lumière, de couleur, de mouvement le tout agrémentée d'odeur, de bruit, de voix, de son.
En dehors de la ville, dans l'un des plus grand parc une ombre se promène. Fine, gracieuse, sans bruit, elle glisse doucement sur l'herbe dont la couleur est nuancé par les rayons argent d'une lune ronde, brillante et opaque.
Le vent continue sa chanson accompagné par les voix nocturnes de la faunes encore présente. Les crissements du sol font office de paroles a cette chanson silencieuse.
Pourtant, au sein même de ce parc, la chanson si silencieuse soit elle est entendu, son murmure de contentement nocturne est partagée. L'ombre comprend, elle glisse, passe, caresse, et emmène aux habitants du parc une compagnie exquise et pleine de tendresse.
C'est dans un mouvement que le vent fait volé ces feuilles vers l'ombre, car celle-ci c'est arrêté, elle est a genoux dans l'herbe tiède de cette nuit Newyorkaise, une nuit comme les autres en apparence. Alors que les êtres humains dorment, la nature elle s'éveille tout autant qu'en plein jour.
La lune s'enfuie de son amant le nuage pour enfin englobé d'une clarté argentée l'ombre, l'ombre devient lumière et laisse entrevoir enfin une cascade de cheveux sombre, bouclé, épais dont le parfum est semblable a celui des pins les plus frais. Ses yeux sont aussi sombre que la nuit elle même, sa peau est d'une couleur terre, et pourtant la lumière argentée se voit contrainte de lutté contre une lumière plus verte encore que l'herbe en plein jour....


Le son, l'odeur, la douceur, je sentais tout cela a la fois au sein de ce parc ou je mettais les pieds souvent la nuit d'ailleurs. J'avais toute la vie pour dormir, je préférais me promenée le soir, seul moment de la journée ou personne ne viendrais me cherché des ennuies. Seul endroit ou l'initiative ne m'enverrais pas d'homme de main dont le tour de taille est celui d'un tronc d'arbre.
Je mettais toute mes forces dans le maintien de la nature elle même. L'être humain ne se rend pas compte que la nature se meurt doucement, que leurs manière la tue, l’empêche de vivre, de survivre.
Ai-je l'air si douce ? Si protectrice ? Je ne peux pas nié une telle évidence, je protège ceux qui doivent vivre. Pour moi la nature l'emporte sur le genre humain, si nous devons suivre le chemin de l"évolution alors évoluons, mais la terre doit évolué a son tour.
Mes mains posée sur le sol encore chaud, elles brillaient d'une lueur vert clair, je m'étais habitué a les voir luire ainsi, de cette couleur, mon pouvoir m'épuisait mais je l'utilisé surtout pour aidé le sol, les jeunes pousses était revigorées, les vieilles régénérés. Les fleurs encore closes serait sublimes des l’aube, quand le soleil les enveloppera de ses tendres rayons miel. En attendant je parcourais l'immense parc pour soignée et aidé certaines d'entre elle.


La fatigue me foudroya sans prévenir, je me tint la tête durant quelques minutes, toujours au sol, respirant doucement, je pris la décision de m'allongé quelques secondes, mon visage baigné par le ciel, mon regard visualisé l'immensité du ciel; la lumière incandescente des étoiles encore présentes et bien visible. J'eu le malheur de fermé les yeux pour faire taire le bourdonnement qui s'insinué dans mon crâne quand une vague d'image ressortie de mon esprit.

Centre ville, Ruelle, Bibliothèque, petite mutante animale, 4 hommes de mains, Initiative, plante grimpante, Humain a terre, habit déchirée, combat, Mutante, recherché, géranium immense, hommes suspendu, fuite !


J'ouvrit les yeux, je sentais mon coeur qui battait la chamade, je ne supportais pas ces moments là, revoir mes actes, me battre...Bon sang...Je revoyais ces moments souvent, mon pouvoir et ma façon d'être son si pacifique que peut de gens ont peur de moi, les hommes pensent que la petite indienne va se rendre gentiment sans opposé de résistance.
Hélas pour eux je ne suis pas du genre a me laissé faire, je le pense souvent...La nature a l'air si fragile et pourtant elle peut causé tellement de dégât...Ouragan, tremblement de terre, inondation, incendie, Tsunamis, Cyclone, tant d'élément que les humains ne sont pas capables de contrôlé et pourtant ils déclenches ces phénomènes par leurs actes irréfléchie. La nature réplique.
Comme elle, je suis prête a me battre pour me défendre, car ces phénomènes naturelles ne sont qu'un système de défense de la nature. Rien de plus.


"Je suis une mutante naturelle !"

Mes yeux prirent une teinte verdoyante dans la nuit noire tout mon corps luis de la même intensité avant de s'éteindre sous l"épuisement, toujours allongé je repris la contemplation des étoiles.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Belle de nuit....   Jeu 30 Déc - 19:54

La science doit s'accommoder à la nature. La nature ne peut s'accommoder à la science.

Ferdinand Brunot


Quand l'homme n'aura plus de place pour la nature, peut-être la nature n'aura-t-elle plus de place pour l'homme.

Stefan Edberg

______________________________________________________________________________________

La création de l'univers est une suite de calcul et de donnée mathématiques qui s'enchaîne et s'entrecroise. Certaine visible, d'autre non. Tout est le résultat d'un calcule minutieux dans chaque détail et chaque phénomène. Respectant des règles bien précise comme; tout est égal à..., rien ne se perds rien ne se crée tout se transforme, etc. Dans ce calcul, la nature est maître et arbitre. Elle règle sans cesse les erreurs de calcul (température, vent, catastrophe naturelle, précipitation, déplacement des continents, etc.) Tout a été calculé et la nature aussi belle soit elle, est source de tout. Elle nourrit, elle détruit, elle soigne, elle tue, elle crée, elle nettoie, elle salit, elle déplace, elle fige,etc. Dans cette nature, les êtres vivants, végétaux, insectes et animaux vivent en harmonie. Les plus forts, mange les plus faibles qui eux se nourriront de la nature et la nature régularisera la présence des grands prédateurs. Mais dans cette Terre qui semble si parfaite vu de l'extérieur, il existe une erreur de calcule majeur. L'homme.

L'homme contrairement à tout être vivant, renie l'autorité de la nature et ne l'écoute pas. Même quand elle se fâche et cause de millions de morts. L'homme détruit la nature et la pollue. Il est le virus de cette Terre qui n'a pas encore trouvé le remède pour le combattre. Mais tôt ou tard, la nature vaincra et l'homme disparaîtra à moins de se trouver une autre mère nature qui naïvement les acceptera.

(...)

Le vol de retour avait été moins pénible que le vol d'aller. Grâce aux faux papiers donnés par Blaise aux Marcheur, il arriva incognito à l'aéroport John F. Kennedy de New York. De plus, l'étui dans lequel il transportait sa dague la rendait indétectable par les scanneurs des douanes, suffisait simplement de ne pas être fouillé et tout irait bien. Même le Marcheur réussi sans trop de mal à éviter les quelques patrouilles de sentinelle à l'aéroport, vraiment il était chanceux. Mais surtout, l'air de son pays natal lui avait du bien, lui qui avait été à bout de nerfs suite au dernier évènement. Pourtant, il était habituellement calme et toujours il contrôlait ses émotions, mais la féline avait le pouvoir de le mettre à bout.

Bonjour Monsieur, je vous conduis où?

Central Park...

Le Marcheur referma lentement la porte du véhicule jaune et s’appela sur le siège et jeta un oeil à l'architecture grise new-yorkaise qui défilait derrière l'épaisse vitre du taxi. Du gris, du gris et encore du gris. Tout contraste avec la Suède, même dans la Capital suédoise, Stockholm, on avait su harmoniser un peu de vert dans la ville, mais ici c'est à peine si l'on arrivait à respirer.

Monsieur, c'est votre premier voyage à New York?


Contente toi de conduire, je ne te demande rien d'autre.

Le chauffeur se mordit la lèvre inférieure, fortement contrarié par la réponse de son passager, mais il n'en rajouta pas. Le taxi continua ce chemin à travers Manhattan.

L'idée d'être transporté par un humain ne plaisait pas au Marcheur, mais l'air de la ville le rendait malade et il ne voulait pas s'épuiser à se téléporter à l'autre bout de la ville. Il avait besoin d'air frais, du moins, ce qui était le plus "frais" à New York. Au moins ses poumons auraient le temps de s'habituer. Malheureusement, il avait une guerre à terminer et une Confrérie à recréer, donc il devra encore pendant quelques années se polluer les poumons.

Le taxi s'arrêta sur ce qui semblait être le flanc gauche du parc. Déjà l'air semblait plus frais et les quelques lampadaires qui suivaient les sentiers du parc ne trompaient pas. C'était bien Central Park. Ce long parc rectangulaire situé derrière Times Square était le sol trace de nature dans toute cette foutue ville. Alors, avant que le chauffeur n'annonce son prix, Andrill se téléporta loin en plein centre du parc.

Il était quand même étonnant de constater qu'il ne restait plus aucune trace de la commémoration ni ici, ni à Times Square. Vraiment, pour ce qui est de la rapidité et surtout pour ne pas trop descendre dans l'opinion publique, l'Initiative était les numéros 1. Mais le parc était encore là toujours aussi vert qu'à son habitude. C'était ça le vrai miracle. Une île paradisiaque dans un océan de pollution.

Le Marcheur croisa quelques passants, des couples, vieillards et même des gamins qui tenta d'éviter le plus possible, mais son regards se posa sur une femme qui semblait coucher sur le sol aurait pu passer inaperçu si c'était pas du fait qu'elle c'était mis à briller un peu comme une luciole.

Une aura verte l'entoura temporairement et puis lentement disparu. Par réflexe, le Marcheur fouilla discrètement l'esprit de la jeune femme à la recherche d'un nom.

*Kendra... Morteisier*

Andrill en n'avait jamais entendu parler, de la part de Kyana ni de Will. En fouillant un peu dans son esprit il vît qu'elle avait un pouvoir lié avec la nature. S'il a bien un pouvoir qui pouvait intéresser Andrill c’était bien celui-là. Nom pas pour le copier, mais simplement, pour se que la nature représentait pour lui et son passer. L'origine de son nom de famille Elhonna qui dans les faits s'écrivait Ehlonna. La nature était la sagesse donc inutile de dire que cette jeune femme intriguait le Marcheur. Il hésita avant de s'avancer, se demander si envoyer Kyana un mutant de type animal ne metterai pas toutes les chances de son côté. Puis il laissa tomber l'idée et continua.

Il est assez rare de voir le ciel aussi dégager dans cette ville. Je crois que je devrais faire comme vous Kendra, et profiter des étoiles. Mais pour l'instant ce que je trouve d'encore plus étonnant que les étoiles qui brillent dans cette ville. C'est de voir quelqu'un avec un don aussi extraordinaire que le vôtre, dans une des villes les plus grises.

Le Marcheur se tenait à quelques mètres de la jeune femme histoire de ne pas l'effrayer et il s'était appuyé contre un arbre, attendant la réaction de la mutante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Belle de nuit....   Ven 31 Déc - 10:21

La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe.
[Carlo Goldoni]



Astre lunaire, ta clarté enveloppe tout mon être, ta beauté englobe le monde, toi et ton confrère le soleil vous êtes les astres de la vie c'est grâce à vous qu'elle peut vivre...Elle...La nature, sa ténacité a resté toujours présente partout. Sa capacité a créé une espèce qui nous permet de survivre.
Mon regard toujours emplie par les étoiles ne se détourna même pas pendant que mon pouvoir agissait, là a même le sol. Ma main dans la terre chatouillant la pelouse, venait d'offrir la vie à une petite plante grimpante qui s'enroula doucement dans ma main. Je la sentais qui grimpait et ondulait doucement. Un sourire apparu sur mes lèvres.
Ce fut une voix qui me sortit de ma torpeur.


"Il est assez rare de voir le ciel aussi dégager dans cette ville. Je crois que je devrais faire comme vous Kendra, et profiter des étoiles. Mais pour l'instant ce que je trouve d'encore plus étonnant que les étoiles qui brillent dans cette ville. C'est de voir quelqu'un avec un don aussi extraordinaire que le vôtre, dans une des villes les plus grises."

Mon sourire revient doucement se collé à mes lèvres, il connait mon nom ? C'était plutôt inattendu, à qui avais-je donné mon nom ? Kyanna, Rachel et Warphath. Bon Rachel et Warphath sont dans le même camp alors je devais me mettre cela au fond de ma boite crânienne, Rachelle savait que je n’étais pas de ce monde, et lui le savait-il ? Avait-il vu au plus profond de ma mémoire que j’appartenais a une autre terre ? Que j’avais était l’assistante d’Owen Reece qui avait fondé une clinique pour mutant ? Que mon don avait servie à créer un jardin annexe qui donner le sourire au blessé, leurs permettant de respirant un air frais et pur, de gouter aux senteurs sucrées des plantes, de marché dans une herbes douces, moelleuse et fraiche ? De boire des infusions médicinales a bases de plantes ? Je remercié par pensée la sagesse de ma maitresse, celle qui comme moi possédé ce don et qui m’avais fait connaitre toute les plantes et leurs propriétés. De ce fait je pouvais créer des pommades, des onguents, et des tisanes qui ont des effets moins forts que des médicaments humains mais tout aussi efficaces. La nature est la vie.

"Télépathe "? Demandais-je d'une voix douce. Même si je me doutais de la réponse.

Je relevais doucement la tête et posa mon regard sombre sur l'homme, grand, cheveux long de couleur foncé, il devait avoir plus ou moins 30 ans du moins en apparence.

"Vous connaissez mon nom mais puis-je savoir le vôtre ?"

Je penchai la tête sur le côté attendant une réponse qui ne tarderait pas à venir. Je devais avouer que j’avais un doute sur l’identité de mon interlocuteur. A le voir, a le détaillé du regard je sentais que ce n’était ni un X-men ni un membre de l’initiative. En effet étant recherché par ce groupe pour les avoir suspendu dans les airs je me doutais bien qu’un de leurs membre ne s’inviterais pas a me parlé avec autant de cérémonie et a flatté mon pouvoir.
Mon pouvoir…extraordinaire, dit-il…Oui c’est le cas…Sans me vanté, je suis peut puissante mais mon don est celui de la terre, j’aide à la vie. Si j’étais puissante et que je faisais mourir toute les plantes ils n’y auraient plus d’oxygène et sans oxygène il n’y a plus de vie. Suis-je en train de devenir machiavélique ? Après tout pourquoi pas. Les humains bavent devant la beauté de la nature et pourtant ils la salissent de leurs gouts indécents, de leurs pollutions pestilentielles.
Pourquoi l’homme désire tellement tout maitriser ? Stark tente de maitrisé l’humanité, mais la nature est celle qui contrôle tout. Mon but est de faire en sorte qu’elle reprenne ses droits, quitte a sacrifié des vies. Voilà pourquoi je ne serais jamais une X-men.
Certes je suis capable de protéger un humain, seulement s’il le mérite, sinon je ne pense pas protéger les autres. Etant amérindienne mes valeurs sont celle de la nature, les animaux sont considéré comme des dieux, la nature est la déesse majeure de tout un monde.
J’avais tout autant de pensé, alors que j’attendais la réponse de cet homme, non de ce mutant.
La plante grimpante c’était arrêté au niveau de mon épaule, donnant a mon bras une allure certaines, une sorte de décoration florale, mais tellement belle. De petit bourgeon était apparue, je devais la faire fleurir mais pour le moment je sentais que mes forces n’était pas totalement revenue alors j’attendais, les filaments vert clair faisait contraste avec ma peau brune me donnant bel et bien l’air d’une mutante.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Belle de nuit....   Ven 28 Jan - 4:55

L'homme pille la nature, mais la nature finit toujours par se venger.

Gao Xingjian

On ne peut vaincre la nature qu'en lui obéissant.

Francis Bacon
_____________________________________________________________________________________

La luciole humaine cessa de scintiller, et un sourire se dessina sur son visage à la vue du Marcheur. La réaction de la mutante étonna le Marcheur. Lui qui était habitué de voir les autres fuir lorsqu'ils se voyaient aussi bien décrits par un étranger sans l'avoir jamais croisé. Sinon la plupart le voyaient en ennemi, humain comme mutant. C'est vrai qu'étant connu comme le chef de la Confrérie, l'idée de peur grandissait. Parce que dans la tête d'un super héros, ne pas aimer un humain est une preuve inévitable de méchanceté.

La mutante lui sourit et lui répondit en guise de réponse :

Télépathe?

L'esprit de déduction de la mutante ne s’était pas trompé, une fois la surprise de sa réponse passée, Andrill lui rendit le sourire et lui répondit

Seulement à temps partiel.


Il était avant tout un copieur qui arrivait à contrôler les pouvoirs des autres et également dépasser pendant un court moment c'est propre limite physique et psychologique. Bien qu'il adorait son pouvoir de copie, son autre pouvoir il s'en servait le moins possible. Car c'était un couteau à double tranchant.

Vous connaissez mon nom, mais puis-je savoir le vôtre ?

La question surprit le Marcheur avant ensuite de le rassurer. Elle était donc sans danger. Le Marcheur se rapprocha de la jeune femme avant de lui dire :

Le simple fait que vous me posez cette question me prouve que vous n'êtes ni X-Men, ni membre de l'Initiative ou encore du SHIELD. Je me nomme Andrill, mais on me connaît aussi sous le nom de Marcheur. Disons que depuis la Civil War mon nom est plus souvent qu'autrement répété. Surtout que les hommes adorent attribuer la faute de la Civil War à moi et aux autres rebelles.


Le Marcheur marqua une pause et regarda la jeune mutante avant de lui dire en prenant bien soin de baisser la voix :

D'ailleurs, j'ignore si l'on vous a rescenscé, mais je doute que mère nature souhaite être fichue par le gouvernement et encore moins par Stark Industrie. Je n'essaie pas de vous recrutez parmi nous, comme le font si bien l'Initiative ou encore les X-Mens et leurs belles paroles, mais je souhaite seulement vous avertir que si notre discutions dure trop longtemps je peux vous assurez qu'il y aura par ma faute, une bonne dizaine de sentinelles à nos trousses.

Mais pour le moment, le Marcheur était rassuré, aucun visiteur du "Parc central" ne semblait avoir remarqué les deux mutants, mais le Marcheur savait bien qu'il ne pourrait pas lui, ce coucher pour regarder les étoiles. La jeune mutante lui plaisait bien, il mentirait s'il disait qu'il ne souhaitait pas la voir chez les rebelles avec lui, mais, pour le moment, la recruter à la manière X-Men ou Initiative en lui promettant un beau monde, une belle ambiance et tout le tralala ne serait que mensonge et tromperie. C'était la guerre, et même à la fin de celle-ci, me monde sera toujours aussi affreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Belle de nuit....   Ven 28 Jan - 19:28

La nature se rit des souffrances humaines ; Ne contemplant jamais que sa propre grandeur, Elle dispense à tous ses forces souveraines Et garde pour sa part le calme et la splendeur.
[Charles-Marie Leconte de Lisle]




"Seulement à temps partiel."

Alors j’avais raison, il fallait avouer qu’avoir à faire a un télépathe une fois bizarrement ça vous rode pour la vie. Je continuai de le regardé avec un sourire posé sur les lèvres.

"Le simple fait que vous me posez cette question me prouve que vous n'êtes ni X-Men, ni membre de l'Initiative ou encore du SHIELD. Je me nomme Andrill, mais on me connaît aussi sous le nom de Marcheur. Disons que depuis la Civil War mon nom est plus souvent qu'autrement répété. Surtout que les hommes adorent attribuer la faute de la Civil War à moi et aux autres rebelles."

Je fis un léger signe de tête à l’énonciation de son nom, a vrai dire, non je ne le connaissais pas, en revanche la suite de ses dires me fit arquer un sourcil, mon sourire disparut de manière rapide, puis je penchai la tête sur le côté gauche, là où la plante grimpante s’enroulé tendrement autour de mon bras.

"Les hommes n’apprennent jamais de leurs erreur, leurs égocentricité est telle qu’ils rejettent les malheurs sur autrui pour s’en soulagé. Je ne fais pas partie de ces personnes qui jugent par d’incessante rumeurs, paroles, bruits et tout autre moyens de communications…J’attends, je découvre, lorsqu’on rencontre une personne il ne faut jamais la jugé dès le premier regard…Il faut apprendre à la connaitre, à se faire sa propre opinion."

Je tournai mon visage vers la plante qui arrivé à hauteur de mon visage, ses feuilles se déployèrent doucement et caresser mon nez, je fermais les yeux a ce doux contact de ma plante fétiche. Le dénommé Andrill baissa alors la voix.

D'ailleurs, j'ignore si l'on vous a recensé, mais je doute que mère nature souhaite être fichue par le gouvernement et encore moins par Stark Industrie. Je n'essaie pas de vous recruter parmi nous, comme le font si bien l'Initiative ou encore les X-Mens et leurs belles paroles, mais je souhaite seulement vous avertir que si notre discutions dure trop longtemps je peux vous assurez qu'il y aura par ma faute, une bonne dizaine de sentinelles à nos trousses.

Continuant mes mamours avec cette plante j’écoutais ses paroles, je baissai alors la voix à mon tour pour lui répondre, durant quelques secondes je cherchai mes mots…Du moins les mots justes, ni trop faible, ni trop intense, un juste milieu.

"Ils ont tenté de me recensé…Je n’aime pas que l’on me force à faire une action qui me désintéresse alors je l’ai est…comment dire…fait prendre de la hauteur « naturellement » !"

Dis-je avec un sourire, puis je continuai toujours à voix basse.

"J’ai aussi rencontré les X-men, deux fois…Ils sont gentils mais leurs idéaux ne correspondent pas ! Et si des sentinelles débarquent ne croyez pas que je les laisserais brisé tout ce que j’ai mis en œuvre pour redonner à ce parc des couleurs printanières !"

Fit je avec une fermeté , posant mon doigt sur la plante qui en quelques secondes redescendit sur la terre chaude, prenant une couleur marron sombre, mourant doucement sous ma soudaine colère intérieure a vrai dire j’avais l’air étonnamment pacifique, mais je suis un peu comme l’eau…l’eau si calme en apparence et pourtant, sa capacité à vous noyez, a vous emporter au loin est d’une telle force qu’on en oublie presque son existence tellement sa surface et lisse, calme et belle.
Je me rendis compte que j’avais fait mourir ma plante, je me mordis la lèvre et posa ma main à plat sur le sol, elle brilla légèrement et une autre plante commença sa croissance surnaturelle.


"Je ne vous cache pas qu’après ma rencontre avec Tiger qui m’a proposé un jour de revenir me voir pour tenter de me convaincre, j’attendais patiemment une rencontre avec un rebelle…"

Je posai mon regard sur le Marcheur et lui adressa un sourire.

"Et je ne suis pas déçu…Je tombe sur le chef…que dire de plus ?"

J’eu un semblant de rire, avant d’enroulé ma main dans la nouvelle plante, continuant de regardé le mutant, si une sentinelle s’approche je devais m’en assuré un peu avant.

*Prévenez-moi si vous voyez des sentinelles !*

*Avec plaisir mon enfant !*

*Merci mon ami.*

Malgré qu’il soit télépathe je me demandais si il pouvait intercepter mes communications avec les arbres ? J’en doute un peu, ce n’est pas de la télépathie a proprement parlé, une sorte de lien psychique avec les plantes. Un lien qui me flanque souvent des migraines bien carabinée mais ai-je le choix ? Il n’y a pas meilleur allié que ces arbres, une hauteur parfaite, ils voient et entende tout. Que rêvez de mieux que ces acteurs silencieux ?
J’attendais les réactions du chef des rebelles pour continuer cette petite entrevue fort plaisante en ce soir de pleine lune.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Belle de nuit....   

Revenir en haut Aller en bas
 

Belle de nuit....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-