Partagez | .
 

 Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Lun 9 Mai - 18:20

18 aout 2009. Voilà maintenant quatre jours que j’ai perdu le peu de choses que j’avais, à savoir un toit et une pseudo-famille. Quatre jours, durant lesquels j’avais tenté de survivre, faute de pouvoir vivre. Quatre jours, qui avaient été, je l’apprendrais plus tard, l’introduction du nouveau chapitre qu’était maintenant ma vie. Le soir de ma fuite, je m’étais réfugié dans un petit hôtel miteux qui m’avait coûté quelques dollars, des courbatures et une mine épouvantable. Les jours qui avaient suivis avaient été bien plus durs : à court d’argent, j’avais été forcé de me séparer de ma montre, dernier vestige de ce que j’avais pu être : un homme riche et sans problèmes – ou presque – Ce que j’étais maintenant ? Un anonyme, qui sombrerait bientôt dans l’oubli … dû moins, c’est ce que je pensais.

Le jour était en train de tomber lorsque je m’engouffrai dans une de ces rues glauques et lugubres, de laquelle s’échappait une forte odeur d’urine mêlée à celle du vomi … la vie était d’une effroyable ironie : moi, héritier d’une fortune sans nom, j’étais réduis à errer tel un sans abris dans les rues de cette grosse pomme transgénique aux lois intransigeantes. Mais je me savais traquer par ces hommes qui, quelques jours auparavant, avaient saccagé ma demeure et mon seul lieu de refuge. La moindre action de ma part trahirait ma position … et donc, j’en étais certain, ma vie. Dans mon dos, le poids de mes ailes – fardeaux de mon existence – me rappela pourquoi nous en étions – ma famille et moi – arrivé à là. Tout se résumait à un simple mot : mutant. Mes deux parents avaient été, tout comme je l’étais, des mutants ; des mutants qui s’étaient battu contre la bestialité de ces hommes qui nous considéraient comme des monstres ; bestialité dont j’avais été la victime durant une partie de mon enfance. J’ignorais encore vers qui ou quoi diriger ma haine … devais-je détester ce don, ou ces hommes ? Qui avait tors, et qui ne l’avait pas ? Durant mon adolescence, j’avais abhorré ce gène qui faisait de moi ce que l’humanité appelait « la race évoluée », aujourd’hui le doute naissait dans mon esprit … tant de questions m’envahissaient que, parfois, j’en venais à en avoir des vertiges. Et contre tout ça, j’étais seul, incroyablement seul … je n’avais nul part où aller, personne chez qui me réfugier. Je n’avais que des noms, tout droit sortis de la bouche de mes parents ou des journaux new-yorkais … l’Institut Xavier, les Vengeurs, Archangel, Andrill, Will Porter … je me rendis compte alors de l’étendue de mon ignorance, et je regrettais à présent profondément le dédain que j’avais eu pour ces choses que j’avais considéré comme peu importantes.

Soudainement, je trébuchai contre un quelconque objet, trop absorbé par mes pensés pour le voir assez tôt. Par reflexe, l’une de mes mains prit appuis contre le mur le plus proche, sale et poisseux, et je fus projeté dans le temps, plusieurs secondes en avant.

    Je vis une femme s’approchant de moi, sortant de l’angle de la rue que je venais de dépasser. Arrivée à mon niveau, ses lèvres bougèrent, mais aucun son n’en sortirent … je n’entendais rien, rien d’autre que le silence et mon cœur tambourinant dans ma poitrine. Encore une fois, un tas de question m’assaillirent, questions auxquels je n’avais aucune réponse. Puis, tout s’effaça.

Lorsque je revins à moi, rien n’avais bougé, ni ma main sur le mur, ni la mouche volant au dessus de ma tête : durant ma vision, le temps s’était figé. Mon cœur s’affola soudainement lorsque je repensai à ce que j’avais vu … quelqu’un me cherchait, et allait finir par me trouver si je ne faisais rien pour l’en empêcher. D’un pas rapide, je tournai au premier carrefour que je croisai, m’enfonçant un peu plus dans ce quartier dominé par d’immense gratte-ciel. Je refermai un peu plus le manteau qui dissimulait mes ailes, tout en jetant mon regard un peu partout, recherchant cette femme qui m’était inconnue. Avais-je une chance de lui échapper ? Jusqu’à présent, mes visions ne s’étaient jamais trompées, elles ne mentaient jamais. Je n’avais jamais tenté d’empêcher le déroulement des choses, le pouvais-je simplement …

Je compris bien vite que je ne pouvais échapper au sort qui m’attendait, car malgré les détours que j’avais pu faire pour m’éloigner de cette ruelle, j’y revenais inexorablement. Sans surprise, je finis par apercevoir, à l’autre bout de la rue, celle qui me traquait depuis un moment déjà. Ce qui allait se passer maintenant ? Je n’en avais presque pas la moindre idée, mais je m’attendais à tout, et même, s’il le fallait, à m’échapper à tire d’aile.


Dernière édition par Gabriel McDravon le Ven 12 Aoû - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Mer 11 Mai - 14:03

La jeune assistante trottinait derrière la directrice de l’Institut qui continuait inlassablement à énumérer ce qu’il fallait faire tout en évoluant d’un pas rapide à travers les couloirs. Ça ne faisait pas longtemps qu’Emma avait repris les rênes de l’Institut Xavier, et elle avait déjà du travail par-dessus la tête. Ajouté à cela, elle était harcelée par Trevor, son assistant personnel à Frost International, lui-même sous la pression du conseil d’administration de son entreprise, qui savait l’héritière de retour.

- Trevor. Trevor ! Parle moins vite et calme-toi. Tout va très bien se passer, tu peux le faire.

Sans un mot de plus, et surtout sans laisser le temps au pauvre garçon de répondre, Emma raccrocha et mit son téléphone portable en silencieux avant de le glisser dans la poche intérieure de sa veste de tailleur.

- Bon, où en étions-nous ?
- L’ascenseur, Mlle Frost.
- Ah oui. Je veux que tu me contactes la compagnie pour faire changer l’ascenseur que m’ont ravagé Logan et sa charmante amie avant-hier. Dis leur que ce n’est même pas la peine d’essayer de le réparer. Vu l’état dans lequel il est, il n’y a plus qu’à en mettre un neuf.
- Bien, Mlle Frost.
- Ensuite, je veux que tu me prennes rendez-vous avec le secrétaire d’Etat à la défense. J’ai besoin de lui parler le plus tôt possible.

Tout en parlant, Emma finit par atteindre son bureau et l’assistante s’engouffra dans la pièce à sa suite. La blonde se dirigea jusqu’à la fenêtre, accorda un coup d’œil au parc. Les rayons d’un chaud soleil d’été filtraient déjà à travers les arbres hauts, en cette heure pourtant encore matinale. L’institut s’éveillait doucement, et elle arrivait à percevoir les ondes cérébrales des locataires de ces lieux qui se mettaient progressivement en activité.

Emma se laissa tomber dans son fauteuil et reposa son regard sur la petite brune qui lui faisait face.

- Ah, et tu seras un ange de m’apporter un double café crème.
- Bien, Madame.

La jeune femme jeta un coup d’œil à sa liste de tâche, poussa un imperceptible soupir contredit par l’éclat au fond de ses yeux et l’esquisse de sourire au coin de ses lèvres. Elle savait qu’elle allait avoir beaucoup de boulot maintenant qu’Emma était de retour, mais dans le fond, elle était plutôt contente.

La blonde sourit intérieurement. Ça lui faisait plaisir à elle aussi de savoir qu’elle avait pu manquer à quelqu’un lorsqu’elle n’était pas là. Elle posa alors les yeux sur les piles de dossiers entassés sur son bureau et poussa à son tour un soupir, cette fois ostensible. Il était certain qu’elle n’allait pas s’ennuyer avec tout ce qu’elle avait à faire.

En attendant son café, la jeune femme commença par regarder les nouvelles. Cela faisait quelques jours qu’elle n’avait pas lu le journal. Il était pourtant important, surtout dans une position comme la sienne, de savoir ce qui se passait dans le reste du monde. Un coup d’œil aux colonnes business lui indiqua qu’il n’y avait rien de particulier dans le secteur. Un petit encart annonçait la dernière nouveauté lancée par Stark Industries. Tiens, voilà qui lui faisait penser qu’il fallait aussi qu’elle fasse un coup de fil à Tony pour discuter avec lui de toute cette affaire de collaboration de l’Institut avec l’Initiative. Cette décision qui avait été prise par Rachel et Kurt sans même la consulter l’exaspérait quelque peu.

Elle passa aussi rapidement sur les pages politiques. En dehors de la situation économique du pays qui inquiétait tout le monde, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant là non plus. Comme d’habitude, un pamphlet anti-mutants s’était inséré au milieu d’articles sur des sujets divers et variés. Il n’y avait pas grand-chose de plus à attendre de la presse sur cette question. Et pour Emma, moins les mutants faisaient parler d’eux, mieux elle se portait, en cette période encore un peu difficile pour elle.

Quant aux journaux des jours précédents, c’était la même chose. Un ramassis d’inepties ou de nouvelles sans intérêt. La porte de son bureau s’ouvrit, la jeune assistante se glissa dans l’entrebâillement et vint poser sur le bureau de la directrice le café qu’elle avait demandé. Emma leva rapidement les yeux sur elle pour la remercier et continua à tourner les pages d’un air désintéressé.

Son regard s’arrêta soudain sur un article de la rubrique faits divers. Elle le parcourut rapidement des yeux et posa le journal sur la table d’un air consterné.

- Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Souffla-t-elle.

Un instant, lança-t-elle en direction de son assistante qui était sur le point de quitter la pièce. Est-ce que tu as entendu parler de cette histoire d’incendie ?

La petite brune opina du chef en silence.

- Ça date de quand, d’ailleurs ? Rajouta-t-elle pour elle-même, tout en revenant à la une du journal. Cela datait de plusieurs jours déjà.

- Comment se fait-il que je n’en ai pas entendu parler ?
- Je suis désolée, Mlle Frost, je ne pensais pas que c’était important.
- A partir de maintenant, je veux être tenue au courant de tout ce qui concerne la communauté mutante, même s’il s’agit des rebelles ou des extrémistes. Je devrais dire surtout s’il s’agit d’eux….

Une pause. Emma relit une nouvelle fois l’article, cette fois-ci plus lentement. La résidence d’une famille de mutants avait été détruite dans un incendie d’origine très certainement criminelle. Les corps calcinés de cinq adultes avaient été retrouvés parmi les décombres de la demeure, monsieur et madame McDravon et trois individus pas encore identifiés qui devaient certainement être les assaillants du couple.

Les McDravon. Emma avait eu à faire à eux, il y avait des années de cela, dans une autre vie, lorsqu’elle était encore la Reine Blanche du Club des Damnés. Sebastian Shaw et elle avaient été invités pour un pseudo gala de charité qui servait surtout de couverture pour une réunion d’affaires entre mutants. C’était tellement lointain comme souvenir.

La blonde avala une gorgée de son café encore bouillant, et fût prise d’une soudaine réalisation. Ils avaient un fils. L’article parlait du couple, mais ne faisait aucune mention du garçon. Emma en était pourtant certaine, elle se rappelait de l’avoir entraperçu avant d’elle-même disparaître dans la foule, entraînée par Sebastian.

La jeune femme se redressa d’un bond et s’éloigna à grandes enjambées de son bureau où trainait encore le journal ouvert à la rubrique faits divers. Elle traversa le bureau de son assistante qui se préparait à se lever. Emma lui fit signe de rester là et tout en disparaissant dans les couloirs, lui lança.

- Annule tous mes rendez vous de la matinée, j’ai des affaires plus urgentes à régler.

L’ascenseur étant hors-service, Emma prit les escaliers et disparût ensuite par une porte dérobée pour se rendre au sous-sol. Elle avait besoin du Cérébro pour une recherche. La jeune femme s’arrêta devant la pièce et prit une grande inspiration. Devoir chercher un mutant dans une multitude d’entre eux avait surtout tendance à lui rappeler le nombre de mutants qui avaient disparu et qu’elle ne verrait plus jamais s’afficher dans son esprit. Il ne fallait pas y penser. Elle chassa cette idée et entra.

*****

S’installant sur la banquette arrière de la luxueuse berline, la milliardaire donna les indications à son chauffeur.

- On va à Tribeca.

Celui-ci leva les yeux sur son rétroviseur pour regarder sa passagère sur la banquette arrière, semblant attendre plus de précision.

- Non, je n’en sais pas plus, répondit-elle directement à ce qu'il pensait.

Le véhicule s’ébranla et ils se mirent en route.

Emma concentra son esprit sur ce qu’elle cherchait, ce qui était beaucoup plus difficile à cette distance et sans l’aide du Cérébro. Cela faisait un moment maintenant que la voiture tournait à travers les rues, sans but précis. Le chauffeur connaissait sa patronne, et savait qu’il ne fallait pas poser de question ni essayer de l’interrompre de quelque façon que ce soit.

- Là.

Le véhicule s’arrêta et la jeune femme en sortit. Le signal n’était pas encore très net, mais elle parvenait tout de même à capter quelque chose. D’un pas assuré, Emma tourna dans la rue la plus proche. Elle était certaine qu’elle allait dans la bonne direction, mais elle n’arrivait toujours pas à récupérer précisément les ondes qu’elle cherchait, quand soudain, il fût là. Elle ne le voyait pas physiquement, mais elle pouvait cette fois-ci bien plus nettement le percevoir. Il n’était plus très loin, elle en était persuadée.

La blonde tourna encore une fois, et cette fois-ci il fût en vue. Il n’y avait pas de doute, c’était bien lui. C’était dingue que personne n’ait jamais pensé à aller à la recherche de ce garçon. En tout cas, pour Emma, c’était plutôt une chance. Si la police s’en mêlait, ça deviendrait incroyablement complexe à gérer….

Elle avança jusqu’à lui d’un pas calme et assuré, et s’efforça d’afficher un air bienveillant, ce qui n’était pourtant pas gagné pour Emma. Elle n’avait aucune idée du type de pouvoirs qu’avait le garçon. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il était mutant, lui aussi. Dès lors, il valait mieux ne pas l’effaroucher.

La blonde parvint à son niveau sans que celui-ci ne parte en courant, et se présenta aussitôt en prenant la parole. Elle préférait commencer en évitant la méthode télépathe.

- Bonjour, je m’appelle Emma. N’aie crainte, je suis là pour t’aider.

Tout en disant cela, la directrice de l’Institut lui tendit sa main qu’elle transforma volontairement en diamant pour signifier au jeune homme qu’elle était une mutante, tout comme lui.

Il n’y avait plus qu’à voir comment il réagirait à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Mer 11 Mai - 18:12

J’avais cessé de bouger, retenant presque mon souffle, tandis que cette femme, elle, continuait d’avancer, s’approchant dangereusement de moi. Une certaine appréhension m’envahit, affolant mon cœur encore plus qu’il ne l’était déjà … en opposition, ses pas me parurent terriblement lents, comme si le temps, se jouant de moi, les avaient ralentis pour faire perdurer mon supplice. Son arrivée prit des airs de délivrance lorsqu’elle s’arrêta à quelques mètres de moi, un sourire bienveillant sur les lèvres. J’avais beau chercher dans mon esprit, son visage me restait inconnu, sans nom … chose finalement pas très étonnante au vue du nombre inouïe de relation sociale que j’avais. Puis, elle parla, se présentant sous le nom d’Emma … un nom qui, je devais l’avouer, lui allait plutôt bien. Un nom, qui éveilla soudainement ma mémoire … Emma … Emma … je l’avais déjà entendu quelque part, mais j’étais incapable de me souvenir quand et encore moins comment. Cette ignorance m’exaspéra, car non content de me sentir incroyablement démunis face à cette femme, j’étais en plus totalement dépendant d’elle, car j’étais forcé – bien malgré moi – de croire à tout ce qu’elle me dirait. D’ailleurs, une étrange sensation émanait de cette femme, une sensation que je ne pouvais décrire, et qui ne fit qu’accroitre mon déplaisir. Elle était forte, je ne savais pas pourquoi … je n’allai pas tarder à le savoir

Lorsqu’elle me tendit sa main, mon regard se posa dessus, et j’eu un moment d’hésitation qui paralysa mon bras. La seconde d’après, un long frisson me parcouru quand une surface lisse et brillante recouvrit cette main … je retins un mouvement de recul, tandis que mes yeux ne pouvait la quitter. Ainsi donc, c’était une mutante … je restai silencieux, alors que mes yeux se levaient vers ceux de cette mystérieuse Emma. Qu’était-elle capable de faire d’autre ? Et si, en serrant cette main, cette surface lisse et brillante me recouvrait à mon tour ? Et si, malgré ses dires, Emma n’était là que pour me capturer, ou pire, pour me tuer ? Ma décision fut catégorique : il était hors de question que je la touche. Je n’avais rien contre elle, mais mon silence servait de masque à mon inquiétude.

J’avais beau paraître calme et indifférent, tout mon être était en ébullition, attendant le moindre geste brusque pour réagir. Comme ça, elle était là pour m’aider … comment était-ce possible ? Encore une fois, trop de questions m’envahissaient. Elle m’avait montré son pouvoir, la règle voulait certainement que j’en fasse de même … pourtant, je n’en avais absolument pas l’intention ; d’abord par ce que je trouvais les miens trop futiles, ensuite par ce que je n’en avais jamais parlé à personne. Un léger silence s’installa entre nous deux, un silence qui pesa sur ma conscience … elle m’avait abordé avec respect, et pour toute réponse je lui rendais un refus d’obtempérer. Prenant sur moi, je tentai de me calmer, mais mon corps resta raide.

— Bonjour.

Soufflai-je si rapidement que ce fut à peine audible. Ces deux syllabes semblèrent sortirent de ma bouche par miracle … En fait, je ne savais que dire ; j’étais déchiré entre la prudence qui me hurlait de me taire et le désespoir qui me poussait à parler.

— Je … je m’appelle Gabriel …

J’avais toujours cette fugace sensation qui venait, de temps à autre, effleurer mon esprit et qui faisait naître en moi une impression d’infériorité ; mais je tentai de l’oublier, préférant focaliser mon attention sur Emma
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Mer 11 Mai - 20:35

Emma trouvait insensé que personne ne se soit mis en quête du jeune homme suite à la disparition de ses parents. Il était vrai qu’il avait dépassé l’âge pour que les services sociaux s’en occupent, mais il s’agissait de quelqu’un qui venait de perdre ses parents. Ou à l’inverse, il aurait pu être considéré comme un suspect. D’ailleurs, se pouvait-il qu’il fut pyrokynésiste ? Que ce soit lui qui ait mis le feu au domicile familial ? C’était une hypothèse qu’il fallait envisager. Après tout, ce ne serait pas la première fois que la rupture entre un mutant et ses parents se fasse « difficilement ». En tout cas, dans le peu qu’elle avait pu lire dans le journal de ce matin, tout semblait indiquer que ce garçon n’existait même pas.

Et pourtant, il était là, en face d’elle, en chair et en os. Depuis combien de temps errait-il dans la ville ? Avait-il trouvé un refuge provisoire quelque part ? Un lieu où passer la nuit ? Certes, on était encore au beau milieu de l’été et il faisait bon camper à la belle étoile, mais ce n’était pas acceptable.

Emma scruta la réaction du jeune homme à sa main tendue. Pas de réaction de choc ni de dérobade à son égard. Toutefois, il ne semblait pas prêt pour autant à accepter la main qu’elle lui tendait. La blonde laissa sa main reprendre forme humaine et la ramena à elle en décontractant tous ses doigts. Elle resta silencieuse, laissant désormais au jeune homme la décision de faire un pas dans sa direction. Ces pauses muettes étaient loin de déranger la télépathe qui n’avait de toute façon pas besoin de mots pour communiquer.

Sans s’immiscer dans l’esprit de son interlocuteur, elle avait laissé son propre esprit s’ouvrir au flot de pensées de celui-ci. Elle ne cherchait pas à discerner quoi que ce soit de précis, mais voulait pouvoir ressentir l’impression d’ensemble du brun à son égard, et les émotions qui le parcouraient. Elle était véritablement submergée sous un torrent d’interrogations, d’appréhensions, de doutes, d’idées. Après tout, son apparition devait sembler assez soudaine au jeune homme et il avait toutes les raisons du monde de vouloir se méfier.

- Enchantée, Gabriel, lui répondit-elle d’une voix douce, se rendant compte de l’effort que tout cela devait être pour lui et essayant de se faire rassurante.

Emma cherchait soigneusement ses mots. Il ne fallait pas qu’elle effarouche son interlocuteur par des propos qui seraient mal interprétés. Elle évita d’utiliser sa télépathie pour communiquer par l’instant et se contenta de s’exprimer à voix haute.

- Je souhaite simplement discuter un peu avec toi.

Une pause.

- Est-ce que tu as mangé ? S’enquit-elle alors. On pourrait aller s’installer à la terrasse d’un restaurant, par exemple, pour parler un peu tous les deux. Et je répondrai à toutes tes questions. Qu’en dis-tu ?

La proposition était honnête. Après tout, elle ne savait pas depuis quand le jeune homme n’avait pas fait un bon repas. Encore une fois, elle était encore dans l’incapacité de déterminer s’il était victime ou coupable dans toute cette affaire, et préférait ne pas en préjuger.

- Je ne t’emmènerai nulle part contre ton gré, évidemment, crut-elle bon de préciser aussitôt avant que le jeune homme ne puisse penser qu’elle avait des intentions malveillantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Jeu 12 Mai - 22:11

Un certain soulagement vint apaiser mon esprit lorsque la jeune femme baissa la main, sans pour autant perdre patience … comme précédemment, sa voix était calme et rassurante, sans aucune méchanceté ou signe de malveillance … mais fidèle à moi-même, je restai sur mes gardes car je savais parfaitement que rien n’arrivait au hasard, et que sa douceur avait forcément un prix. Une faim soudaine vint frapper à ma porte lorsqu’Emma me parla de manger … quelle heure était-il déjà ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais le soleil, lentement, continuait à se coucher à l’horizon. Je n’avais rien avalé depuis le maigre déjeuner de ce matin, et je devais avouer que l’idée d’un repas digne de ce nom ne me déplaisait pas. Mon dernier vrai dîner remontait à plusieurs jours, bien avant que tout ne bascule … mes souvenirs m’assaillaient et mon cœur se serra lorsque, dans ma tête, je revis l’image de mon manoir brûler sous mes yeux impuissants … Je n’étais pas sûre que me montrer en public était une bonne idée avec ce qui c’était passé chez moi, car je savais que ces meurtriers me cherchaient, probablement pour terminer leur travail … j’avais donc tout intérêt à rester cacher. Et puis, il ne fallait pas oublier que cette femme était une mutante … les gens de son espèce ne m’avaient jamais apporté autre chose que des ennuis, ennuis qui avaient finis par coûter la vie à mes deux parents. Mais je tentai de rester le plus polie possible, essayant d’expliquer les choses calmement et sans agressivité.

— Je suis pas sûr que ce soit une bonne idée … je veux dire … je ne dis pas non, mais … (Je cherchai mes mots) … il y a des gens qui me recherchent, et qui risqueraient de me trouver si j’apparaissais en … public.

Expliquai-je rapidement. Une question me percuta soudainement … avait-elle conscience de ce que j’étais ? La réponse n’était pas si évidente que cela … mais je me doutai qu’elle avait dû le sentir, peut être même avant de me trouver. Je l’observai durant quelques secondes, gravant son visage dans ma mémoire … ces cheveux blonds et ces yeux bleues, après réflexion je les avais déjà vu, mais où ?

— Excusez-moi de vous demander ça mais … qui êtes-vous exactement ? J’ai appris à être prudent depuis que …

Je me ravisai au dernier moment, me rendant compte que plus je parlais, plus je donnais des informations à mon interlocutrice, informations qui pouvaient jouer en ma défaveur.

— … depuis que je suis ici.

Terminai-je après une légère pause. La fatigue commençait à peser de plus en plus sur mes épaules, et je la sentais arriver tel un poison engourdissant mes membres. J’étais un gosse de riche qui avait toujours eu ce qu’il voulait – ou presque – et qui n’avait jamais appris ce que vivre dans la rue signifiait … aujourd’hui, la réalité me l’avait montré en grandeur nature et sous toute ses formes. Je n’avais maintenant plus un sous et encore moins un endroit où dormir, je devais me rendre à l’évidence : j’étais à bout, et une journée de plus dans les rues de New York me serait intenable. J’appréhendais la nature cachée de cette Emma – si elle en avait une – mais je n’avais pas le choix : je devais lui faire confiance si je voulais sortir d’ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Lun 23 Mai - 21:42

La réponse du jeune homme suscita encore plus de curiosité chez la directrice de l’Institut. Elle s’était attendue à ce qu’il la craigne, elle, et pense ses intentions mauvaises à son égard. Elle n’avait pas véritablement pensé au fait qu’il puisse avoir d’autres ennemis dans cette ville. La jeune femme avait pourtant envisagé un certain nombre de thèses concernant ce qui avait pu se passer chez les McDravon pour en arriver à cela. Elle aurait peut-être dû se demander un peu plus qui aurait pu en vouloir aux parents, pour quels raisons, et s’ils voudraient aussi attenter à la vie du fils. Après tout, si le crime avait pour motivation l’argent, il était certain que laisser en vie l’héritier n’était pas souhaitable pour quiconque avait orchestré ce crime.

Emma étudia quelques instants cette possibilité, le regard posé sur le jeune homme qui avait un peu de mal à s’exprimer. Elle comprenait la difficulté que ça devait être pour lui d’essayer de lui parler et à la fois de lui en dire le moins possible. Après tout, il ne savait pas encore à qui il avait à faire, mais il ne tarda justement pas à le demander.

- Depuis ce qui est arrivé à tes parents, tu veux dire, corrigea-t-elle sur le ton de la confidence.

La jeune femme avait volontairement baissé la voix. Après tout, si le jeune homme avait raison sur une chose, c’était qu’on ne pouvait jamais être trop prudent. Elle savait mieux que quiconque que les murs pouvaient avoir des oreilles.

- Je me nomme Emma Frost, répondit-elle alors posément. Je suis la directrice de l’Institut Xavier pour Jeunes Surdoués.

Une pause.

- Tu en as certainement entendu parler, ajouta-t-elle d’un air entendu.

Après tout, le garçon était un mutant. Ses parents devaient certainement lui avoir parlé de l’Institut, même s’ils avaient refusé de l’y scolariser. C’était d’ailleurs bien dommage, mais pas très surprenant de la part du couple. Etant donné leurs inclinations, il était même étonnant qu’ils n’aient pas enrôlé le garçon dans un des camps clandestins de ces extrémistes du genre de Creed ou de cette insupportable Mayers qui s’octroyait le droit de s’inviter dans son institut…. Oui, elle avait encore en travers de la gorge le coup de l’ascenseur deux jours plus tôt.

- Je suis là pour t’aider, rajouta-t-elle. Je suis désolée pour ce qui est arrivé à ta famille. Je ne peux plus rien pour eux, mais toi, je peux te proposer un toit, un repas chaud peut-être…. Une nouvelle vie.

Emma n’était pas forcément au premier abord la personne la plus chaleureuse qui puisse se faire, mais elle tenait vraiment au bien-être de ses élèves, et cet idéal d’aider et d’instruire de jeunes gens ne l’avait jamais quittée, même à ses heures les plus sombres.

Après ce qui s’était passé en Europe, elle avait aussi besoin de ça, de se convaincre qu’elle pouvait encore aider de jeunes mutants à s’en sortir, qu’elle pouvait les protéger contre le mal qui rôdait autour d’eux. L’Institut avait vocation à être un sanctuaire, et donc à rester neutre. C’était cela, aussi, qu’elle devrait expliquer à Stark lorsqu’elle aurait l’occasion de le rencontrer.

La blonde scruta les traits du jeune homme, essayant sans utiliser ses pouvoirs de décrypter sa réaction à ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Sam 28 Mai - 21:02

— Depuis ce qui est arrivé à tes parents, tu veux dire.

Frisson glacial. Comment le savait-elle ? Je n’avais rien dit ou presque … Les journaux parlaient-ils de mon histoire ? L’incendie avait-il attiré l’attention des gens ? Etais-je plus connu que je ne le pensais ? Je sentis le rythme de mon cœur s’accélérer, tandis que la voix d’Emma Frost berçait mon esprit … jusqu’à ce qu’un mot familier m’enraye les oreilles. Institut Xavier. Ce mot m’en évoquait un autre : X-Men. Quelle étrange sensation était-ce que de l’entendre sans y percevoir la moindre haine … j’avais toujours entendus du mal de cette école pour mutants, de cette « réserve de bon à rien » et de son ancien directeur, Charles Xavier. A quelques choses près, sa mort avait causé celle de Magnéto, et donc la colère de mes parents, et plus particulièrement de mon père. J’étais tellement empli de préjugés à l’égard de cet institut que je ne parvenais même plus à décerner le vrai du faux.

Ainsi donc, j’avais devant moi la directrice de l’Institut Xavier … enchanté. Le terme qu’elle employa la seconde d’après me fit tressaillir … jeunes surdoués … nous considérait-elle vraiment comme tel ? Pensait-elle vraiment que les pouvoirs que nous détenions étaient une forme de génie ? L’espace d’un instant, je crus entendre mon père … j’ignorais encore à quel point l’avenir allait me faire ouvrir les yeux, mais pour le moment je n’arrivais à comprendre leur point de vu. Pourtant, j’avais crus comprendre que les X-Mens et l’Institut avaient une vision différente de celle de la Confrérie, plus placide, plus pacifique … finalement, peut être me fourvoyais-je en interprétant ainsi les mots de Frost.

— Oui … j’en ai entendu parler …

Répondis-je sans m’étendre. Je jugeai bon de ne pas dévoiler le point de vu de mes géniteurs au sujet de l’école, préférant profiter du libre-arbitre que j’avais enfin ; j’avais été suffisamment manipulé comme ça par le passé. Encore une fois, Emma m’annonça sa volonté de m’aider, et je me retrouvai alors confronté à un sérieux dilemme.

Elle ne l’avait pas dit clairement, mais le suggérait fortement : intégrer l’école … mais que pouvait m’apporter un lieu empli de mutants ? Les gens de mon espèce ne m’avaient jamais apporté autre chose que mensonges, corruption et destruction. Leurs actions et l’influence qu’ils avaient eues sur mes parents avaient détruit ma famille, la terreur qu’ils avaient engendrée chez le genre humain avait fait naître chez les New Yorkais une peur des mutants. Je les tenais responsable de mon malheur et de ce qui m’arrivait.

Mais la vision de cette nouvelle vie qu’Emma me proposait semblait balayer cette rancœur … m’offrirait-elle la vie que je n’avais jamais eu ? Cette vie à laquelle j’avais toujours aspiré mais que j’avais fini par abandonner, m’en remettant à la fatalité ? Aurais-je enfin les vrais amis que j’avais toujours imaginés ? Mon esprit s’emballait, tel un cheval sauvage retrouvant sa liberté. Mais une tâche noire obscurcissait le tableau … pour cela, je devais accepter mon état, et avec lui mes pouvoirs. En étais-je capable ? Je me retins de jeter un regard vers mes ailes. Mon cœur se serra, et le verre qui contenait mes rêves se brisa soudainement. J’avais beau être innocent dans ce qui m’arrivais, je n’arrivais pas à pardonner l’existence que me faisait vivre ce gène X. Après un moment sans répondre, je finis par me résigner, sachant pertinemment que tôt ou tard j’aurais un choix à faire. Je le fis en cédant à la peur de l’inconnu, et j’en avais conscience … mais ce qui était fait n’était plus à faire.

— Votre Institut … je ne peux pas. Je sais ce que vous y faites, vous apprenez aux gens à contrôler leurs pouvoirs. Je ne veux pas m’y consacrer … tout ce qui m’arrive, c’est à cause de ça. Je veux juste oublier.

Une partie de moi-même se rit de moi. Pensai-je vraiment pouvoir vivre en oubliant mes capacités ? Que, simplement par ce que je le voulais, mes ailes allaient disparaitre ? L’intarissable naïveté qui semblait couler dans mes veines me laissait y croire

— C’est une malédiction. Une malédiction que je veux enterrer.

Ajoutai-je. Ma voix se brisa. Mes mots voulaient justifier mon choix, mais au fond je tentais de me persuader moi-même car j’étais conscient d’une chose : les pouvoirs que je reniais tant était les dernières choses que j’avais ; et si je ne les acceptais pas, étais-je pour autant capable de m’en séparer ? La vérité était d’une effroyable ironie …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Dim 5 Juin - 7:15

Si on lui avait donné un dollar à chaque fois qu’un jeune qu’elle cherchait à faire venir à l’institut lui avait dit qu’il souffrait d’une malédiction et qu’on ne pouvait rien pour lui, elle aurait été riche maintenant. Certes, elle était déjà extrêmement riche, mais l’idée restait là.

Elle haïssait les individus qui arrivaient à coller dans le crâne de tous les jeunes mutants qu’ils n’étaient que des monstres, des abominations de la nature, qui n’avaient pas lieu d’exister. Elle haïssait l’exclusion dont étaient généralement victimes ces jeunes qui grandissaient dans des familles d’humains ignorants et lâches, qui n’y comprenaient rien et ne souhaitaient pas comprendre, et se contentaient d’ostraciser leur propre descendance.

Il était toutefois moins commun de voir ce genre d’attitude chez un jeune homme dont non pas un, mais ses deux parents étaient des mutants, d’autant plus des mutants proches de la Confrérie, et donc extrêmement fiers de leurs pouvoirs et persuadés de la supériorité des mutants sur les humains.

Au moins, Gabriel connaissait déjà l’Institut. Emma n’aurait donc pas besoin de tout lui expliquer. Mais ce qu’elle pouvait craindre, c’est que les parents du jeune homme lui aient bourré le crâne de préjugés négatifs sur l’école. Voilà pourquoi elle fût particulièrement surprise lorsqu’elle entendit lui répondre qu’il savoir que l’Institut aidait les gens à contrôler leurs pouvoirs mais qu’il ne voulait pas le faire.

- Tu crois vraiment que c’est en refusant d’avoir une maitrise sur ce pouvoir que les choses vont changer ? Commença Emma.

- Ecoute, tu ne peux pas mettre ce qui t’es arrivé sur le compte de tes propres pouvoirs.

Une pause. La jeune femme prit une longue inspiration et reprit.

- Ce qui est arrivé à tes parents, ce sont des choses qui te dépassent, de loin. Ceux qui ont fait ce qu’ils ont fait à tes parents, ils ne l’ont pas fait à cause de toi. Tu n’es malheureusement pour l’instant qu’un simple pion entraîné dans un engrenage où il n’a pas lieu d’être.

Elle ne pouvait pas en dire beaucoup plus pour l’instant. D’une part, parce qu’elle ignorait l’étendue des connaissances du garçon sur la situation actuelle. Après tout, ses parents l’avaient-ils tenu informé des évènements ou maintenu coupé du monde extérieur dans une prison dorée ? Et d’autre part, elle-même ne connaissait pas encore les tenants et les aboutissants de ce qui s’était précisément passé avec les McDravon pour qu’ils en soient arrivés là.

- On ne se contente pas de vous appendre à contrôler vos pouvoirs, reprit-elle, on veut aussi vous montrer qu’il est possible de mener une existence normale, même en étant des mutants. Tu ne dois surtout pas essayer de renier ce que tu es. Il n’y a pas de raison d’en avoir honte.

Emma fit une nouvelle pause, son attention attirée par une certaine agitation que ses pouvoirs lui faisaient percevoir. Elle commençait à capter les pensées d’individus approchants, à quelques rues de là à peine, mais qui n’allaient pas tarder à débouler à l’autre extrémité de la ruelle.

* Rechercher un gamin dans New York. C’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Quelle idée qu’a eu le… mais pourquoi il s’arrête, lui ?!*

* Tiens, tiens, ça commence à sentir le mutant par là…*

Il ne restait plus beaucoup de temps à la directrice pour convaincre le brun de l’accompagner. Mais les réticences de celui-ci avaient un fondement à peu près rationnel, ce qui les rendait plus difficiles à saper.

La télépathe réalisa alors soudain quelque chose. Tout compte fait, l’occasion était trop belle pour la mutante d’essayer de prouver au garçon qu’il pouvait lui faire confiance.

* Il est là, je crois que c’est lui. Le chef devrait être content. Peut-être que si je dis rien à l’autre lourdaud, le chef ne récompensera que moi.*

- Maintenant, si tu penses que CETTE existence te convient mieux, grand bien t’en fasse, dit-elle en indiquant le bout de la ruelle d’un signe de tête.

Elle avait décidé d’utiliser un peu de psychologie inversée, aidée par les patibulaires silhouettes qui se profilaient désormais à l’autre extrémité de la rue. C’était maintenant à Gabriel de décider de ce qu’il voulait faire désormais : continuer à fuir, ou enfin accepter l’aide qu'Emma lui proposait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Lun 6 Juin - 10:09

Les dires d’Emma étaient réels et sans contestations possible, malgré le fait que je ne voulais les accepter. Je ne pourrai vivre sans être capable de contrôler mes pouvoirs ; mes ailes ne disparaîtraient pas, mon don de voyance ne s’amoindrirait jamais. La vérité fondit sur moi comme un rapace aux griffes acérées … si je voulais m’en sortir, je devais prendre sur moi, et oublier pour un temps cette haine que j’avais contre, finalement, je ne savais pas qui.

Qu’avais-je à perdre en acceptant de suivre Frost ? Ma pseudo liberté peut être, et encore … Je n’avais rien, ni derrière moi, ni devant moi. Pas d’ambition, personne vers qui me tourner … j’étais dans une telle perfection de solitude que personne ne pourrait jamais l’imaginer. Il était temps pour moi de faire le premier pas, de tourner la page, et de laisser derrière moi ce passé qui m’avait rendu si hostile. La directrice de l’institut avait raison : je ne devais pas avoir honte de ce que j’étais.

Mais un mot avait fait bondir en moi une soif que je ne me connaissais pas … pion. N’étais-je qu’un pion engrené dans la roue qu’était le destin ? Etais-je démuni de mon libre-arbitre ? Mon destin était-il déjà tracé quelque part ? J’apercevais déjà un bout de la réponse : je n’avais pu échapper à cette rencontre avec Mlle Frost. Mais quelle était l’utilité de connaître l’avenir si on ne pouvait le modifier ? Etais-je condamné à voir sans pouvoir agir ; à être le spectateur de ma propre vie ? Le désespoir m’envahit, tandis que je m’éloignais de plus en plus du véritable sujet et de la proposition d’Emma Frost.

Ce qui se passa par la suite mit un terme à ma réflexion qui n’avait pourtant pas lieux d’être. A l’autre bout de la rue apparurent deux hommes qui m’étaient inconnus – qui ne me l’était pas ? – et qui semblaient chercher quelque chose … ou quelqu’un. Mon cœur fit un bond en avant, et mon regard se reposa soudainement sur Emma. Comment avait-elle su que ces deux là arriveraient ? Ses paroles avaient parfaitement concordé avec l’apparition des deux inconnus, et je ne pus m’empêcher de me poser encore une fois des questions. Les avait-elle entendus ? Sentis ? Avait-elle un autre pouvoir que celui qu’elle avait bien voulu me montrer ? Mon esprit s’embrouilla, tandis que les deux hommes se mirent à avancer, visiblement décidé à nous rejoindre. J’avais encore moins confiance en cette femme car je trouvais la coïncidence trop parfaite pour n’avoir été engendré que par le simple hasard, mais je n’étais clairement pas près à me battre, ou même à continuer de fuir … Frost ne me laissait guère le choix. Hésitant une dernière fois, mon regard s’aventura à nouveau en direction des deux gus qui s’approchaient toujours de plus en plus.

— D’accord … d’accord. Je vais vous suivre.

Répondis-je, un peu précipitamment. C’était fou la manière dont l’instinct de survie pouvait vous remettre les idées en place … Le mode de persuasion avait surement eu l’effet escompté par Emma, mais maintenant je commençais réellement à me demander comment nous allions nous sortir de là. Mon cœur s’emballa à nouveau … ces hommes ne pouvaient pas me connaître. Ils n’avaient jamais vu mon visage, et ne devaient avoir qu’une maigre description de moi, avec comme signe particulier mes ailes, probablement … si je continuais à les dissimuler, peut être feraient-ils demi-tour, pensant à une erreur … j’étais d’une naïveté déplorable. Derrière eux, les derniers rayons du soleil s’échappaient de l’horizon, colorant le ciel d’une douce nuance de rose, accomplissant leur perpétuel cycle de mort et de renaissance
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Dim 19 Juin - 18:50

Il y avait certains arguments qui faisaient plus facilement mouche que d’autres. C’était fou ce que quelques stimuli extérieurs pouvaient booster une prise de décision qui commençait à s’éterniser. Si elle avait cru au destin, la blonde aurait pu trouver l’arrivée de ces deux imbéciles providentielle. Mais elle ne croyait pas à ces sottises et il n’existait pour elle d’autre destinée que celle qu’on se forgeait soi-même.

Gabriel accepta soudain précipitamment son offre, et la directrice de l’Institut lui indiqua le chemin, lui faisant signe de passer devant elle. Les hommes qui avaient repéré le garçon avançaient maintenant au petit trot, accélérant de plus en plus maintenant qu’ils le voyaient s’éloigner.

Or, Emma n’était pas dans une tenue faite pour combattre. Elle était toujours engoncée dans un tailleur blanc immaculé, veste, chemisier et jupe assortis, et il eût été fâcheux de salir son ensemble de couturier. La berline de la milliardaire apparût alors à l’autre bout de la rue, et la blonde crût bon d’indiquer au jeune homme qu’il s’agissait de son véhicule et non de quelqu’un d’hostile. Il pouvait la rejoindre sans s’inquiéter.

Laissant filer le jeune MacDravon devant elle, Emma s’arrêta et fit volte-face. Les deux gus affichaient un rictus à la fois moqueur et satisfait. Elle pouvait les entendre ricaner intérieurement.

* Bah alors, c’est Barbie qui croit pouvoir défendre le mioche ?! Je vais te la renvoyer dans sa maison à Malibu, moi ! *

* Elle se prend pour qui la poupée peroxydée ? J’vais te me là…*

*Je ne crois pas, messieurs.*

En même temps que la voix glaciale qui avait émis ses paroles résonnait dans leurs boîtes crâniennes, les deux individus furent bloqués dans leur avancée. Leurs jambes, rivées au sol, ne répondaient plus au reste de leur corps.

* Sorcière !*
* Qu’est-ce qu’elle nous a fait cette garce ?!*
*Une mutante ?!*

- Une des meilleures, souffla la blonde dans un accès d’ego, plus pour elle-même que pour ses interlocuteurs trop occupés à paniquer à cause de ce qui leur arrivait.

La jeune femme afficha un sourire carnassier, et fixa les deux hommes une longue minute avant de tourner les talons, époussetant le bas de sa jupe comme si de rien n’était.

Elle avait modifié les souvenirs des deux lascars pour en faire disparaître le visage et le nom de Gabriel et tout ce qui pouvait être en rapport avec les MacDravon. Elle n’avait pas réussi à trouver qui était leur commanditaire, ils étaient passés par trop de personnes différentes. Mais il était certain à ce sujet que son enquête ne se terminerait pas là. Elle ne faisait que commencer. Elle trouverait qui pourchassait le garçon et pour quelles raisons. Car s’il n’y avait pour ces deux larves que l’argent qui les motivait, elle était sûre qu’il existait quelqu’un plus haut placé avec d’autres objectifs en tête.

Ils ne se rappelleraient même pas le nom de leur chef et seraient pris d’une envie irrésistible de changer de vie et d’aller s’installer dans les grandes plaines du Midwest pour faire pousser du maïs. Des esprits tels que les leurs étaient si faibles et si faciles à manipuler qu’il n’y en avait même plus de challenge pour la télépathe.

Emma s’éloigna tandis que les deux hommes se dévisageaient l’un l’autre d’un air ahuri. Elle arriva au niveau de la voiture et s’adressa à Gabriel, de sorte à ce que le chauffeur entende aussi.

- Je t’emmène à l’Institut Xavier, si tu veux bien.

La blonde fit le tour du véhicule, son chauffeur vint lui ouvrir la portière afin de la faire entrer. S’appuyant sur celle-ci, Emma plongea une nouvelle fois son regard d’azur dans celui du jeune homme.

- Tu pourras découvrir les lieux par toi-même, parler à d’autres étudiants si tu le souhaites, te familiariser avec notre mode de fonctionnement, et décider si cela te convient.

Une pause.

- Je peux te promettre une chose, ce sera bien mieux que cette vie-ci, conclut-elle d’une voix posée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   Ven 12 Aoû - 17:14

Frost me guida à travers les ruelles, jusqu’à ce que, face à moi, apparaisse une de ces voitures de riches qui m’était si familière. Derrière nous se tenaient toujours ces hommes que j’avais aperçu, et qui semblaient vouloir nous suivre coûte que coûte, malgré notre pseudo fuite. La jeune femme m’incita à rejoindre la berline, ce que je fis, sans même chercher à savoir ce qui allait se passer par la suite pour Emma ou les deux hommes. Si j’étais un couard ? Peut être, un peu … mais je préférais appeler ça un instinct de survie sur développé. Je n’avais jamais vraiment aimé me battre avec qui que ce soit (en particulier parce que je ne le savais pas) même si, parfois, la force – je devais l’avouer – m’avait été d’un grand secours. Ce n’est que lorsque j’atteignis la voiture que mon regard se porta en arrière, en direction du groupe que j’avais laissé derrière moi. Aucun cri, aucun son ne me parvenait, non pas parce que j’étais trop loin, mais parce qu’il n’y en avait simplement pas. De là où j’étais, je vis les deux hommes s’arrêter, comme paralyser, par quelque chose … ou quelqu’un. Était-ce Emma ? Je n’en savais rien … La mutante finit par faire volte face, abandonnant les deux gus à leur sort. Que leur avait-elle fait ? Je l’ignorais, et je savais qu’au fond de moi je n’avais réellement pas envie de le savoir. Je ne la connaissais pas depuis très longtemps, et cette femme me faisait déjà peur. Mais j’étais heureux de l’avoir de mon côté (ou dû moins, d’être du sien) car j’étais sûr d’une chose : il valait mieux pour moi ne pas être son ennemi.

Avant qu’elle ne m’explique ce qui allait se passer, un homme vint lui ouvrir la portière de sa propre voiture. Le regard de Frost plongea dans le mien, et j’en frissonnai l’espace d’un instant. Le bleu de ses yeux me rappela que, désormais, tout ce que j’avais pu connaître était derrière moi et appartenait au passé. Une légère mélancolie m’envahit un moment en repensant à tout ce que j’avais perdu, à tout ce que je ne reverrais probablement jamais. Sans poser de questions, je m’engouffrai dans la voiture, sans pouvoir m’empêcher de jeter un regard en arrière, vers les deux hommes qui avaient été nos poursuivants et qui cheminaient désormais tranquillement vers l’autre côté de la rue. La voiture démarra, et bientôt je vis défiler sous mes yeux les rues de New York que je connaissais si bien. N’ayant récemment pas eu pour intention de m’assoir dans une voiture, le harnais qui ceinturait mon dos m’empêchait de bouger mes ailes, si bien qu’il m’était impossible de me poser correctement sur la banquette sans prendre le risque de briser les plumes les plus longues. Discrètement, je glissai alors ma main dans mon manteau afin de défaire mon harnachement, qui n’était maintenu que par une simple accroche. Dans un petit « clic » le harnais lâcha prise, délivrant mes ailes, qui s’affaissèrent légèrement. Cette entrave les rendait douloureuse et engourdie, et leur libération était un réel soulagement, malgré toutes les contraintes qu’elle engendrait. Je sentis mon sang leur redonner vie.

Bientôt, il n’y eu que le bruit du moteur qui perturbait le silence qui régnait dans la berline, et je me surpris à somnoler doucement mais surement. J’avais beau lui devoir déjà beaucoup, ma confiance en Emma n’était pas encore totale, et je préférai de loin voir par moi-même où l’on m’emmenait, plutôt que de me laisser conduire aveuglement. Pourtant, paradoxalement, et pour la première fois depuis un bon moment, je me sentais en sécurité … ma tête se posa contre l’appuie-tête de la banquette et mon corps se détendit un peu. Sans me l’avouer, j’avais dans l’espoir que tout ce qui c’était passé était maintenant terminé. Je pensais à cette école, que j’allais bientôt rejoindre, l’institut Xavier … j’en avais tant entendu parler. J’allais enfin pouvoir me faire ma propre idée de l’endroit, sortir des sentiers que m’avait battu mon père. J’allais apprendre à contrôler mes pouvoirs, à en devenir le maître, plutôt que le pantin … j’avais dû mal à l’accepter, mais si je voulais m’en sortir, je n’avais pas le choix. A l’extérieur, la ville avait laissé sa place à la campagne, aux arbres et au silence. La nuit était tombée maintenant et plus rien n’éclairait la Terre, si ce n’était les rayons de la lune, les étoiles et les phares de la voiture. Je savais que, derrière moi, luisait encore les lumières de New York … je n’étais pas près d’y retourner. J’ignorais encore à quel point je me trompais.

Je pensais à ce que j’allais dire à tout ces gens, et à Emma aussi. La mutante en savait probablement plus sur moi que moi-même, mais j’ignorais si elle savait ou non ce dont j’étais capable. De toute évidence, je ne pourrais lui mentir sur mes ailes, n’étant pas une chose facile à dissimuler à long terme … mais savait-elle que j’avais, en plus de cela, la capacité de voir l’avenir ? J’étais sûr d’une chose : elle finirait par me le demander, pour me tester ou ne serait-ce que pour savoir. Si elle savait déjà et que je lui mentais, sa confiance en moi – pour peu qu’elle en ait – s’amoindrirait définitivement … mais si elle l’ignorait vraiment, ce point me donnerait un avantage considérable. En ce qui concernait les autres, mon choix était très vite fait : ils ne sauraient rien de moi, rien de vrai en tout cas. J’appréhendais un peu tout ça, mais j’étais trop fatigué pour avoir réellement peur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Commencement [PV/ Emma Frost][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-