Partagez | .
 

 Coïncidence douteuse [Jabb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Coïncidence douteuse [Jabb]    Mar 7 Juin - 21:35

Irina passait une soirée relativement agréable en compagnie de « vieux » amis. Même si elle eut à plusieurs reprises l’impression que leurs vies avaient pris des routes différentes en effet, leur compagnie était agréable et cette « sortie » lui avait paru être l’occasion idéale pour se changer un peu les idées. Elle fut peut-être un peu décevante sur ce plan, mais ça ne l’empêcha pas d’apprécier globalement ces retrouvailles.

Cette soirée cessa néanmoins tout à fait de lui paraître agréable, lorsqu’elle remarqua qu’elle ne sentait plus les liens reliant son esprit à celui de ses créatures. C’était difficile à expliquer, mais même quand elle ne se servait pas d'eux, elle les sentait, elle savait qu’ils étaient là et elle savait aussi qu’au bout de chacun d’entre eux se trouvait l’une de ses créatures. Quand la créature à laquelle l’un de ses liens la rattachait mourrait en outre, elle continuait aussi à sentir quelque chose. Elle ne sentait plus le lien lui-même bien sûr, mais elle sentait le vide qui l’avait remplacé à l’endroit où il s’était trouvé jusque là et cette sensation s’imposait parfois même avec plus de force que ne le faisait celle des liens encore actifs auxquels son esprit était relié. Ce soir là néanmoins, elle se rendit brusquement compte qu’elle n’avait plus aucune sensation de ce genre. Elle n’avait même pas de sentiment de vide, il n’y avait simplement plus rien, plus de sensation du tout. En fait, c’était comme si ces derniers n’avaient jamais existés, comme si aucun lien psychique ne s’était noué avec son esprit, comme si elle n’avait encore rien créé.

Si une partie d’elle eu l’impression de sentir libérée d’un poids une fraction de seconde en outre, cela ne dura pas plus longtemps. La situation en effet n’avait absolument rien de plaisant, parce que même si elle savait qu’elle pouvait se tromper, elle aurait aussi pu jurer que ses créatures étaient toujours bel et bien là quelque part. En fait, elle pensait même que ces dernières n’avaient pas bougé d’un iota et que seule sa perception de leur lien clochait.

Elle avait une bonne raison de le croire cependant et cette pensée n’était pas seulement de celles que l’on a et auxquelles on s’accroche pour se rassurer.

Quelques jours plus tôt en effet, Irina avait déjà eu la même impression. Il faisait jour néanmoins cette fois là et elle se déplaçait sur les trottoirs de Manhattan, d’un pas pressé, parce qu’un déjeuner qui avait duré un peu plus longtemps que prévu avait manqué de la mettre en retard à un rendez-vous professionnel. Elle se souvenait aussi d’avoir heurté quelqu’un, puis, pendant ces quelques secondes où l’on s’arrête pour vérifier et s’assurer que l’on va bien, elle s’était rendu compte que ce n’était pas le cas.

Elle avait alors été confrontée à la même situation que celle dans laquelle elle se trouvait présentement, sauf qu’elle n’avait rien compris du tout. A présent, elle ne savait toujours pas d’où pouvait venir ce dysfonctionnement, mais le fait de l’avoir déjà vécu l’aida à garder son calme.

Malgré le frisson qu’elle ne put réprimer quand elle réalisa ce qui se passait, elle se contenta en effet de s’excuser une minute, puis prit la direction des toilettes où elle contacta la nounou de sa fille et l’homme qui s’occupait de ses créatures quand elle s’absentait. Elle leur expliqua alors brièvement ce qui se passait et donna quelques consignes pour limiter les risques d’accidents. Elle n’avait en effet jamais exactement su dans quelles mesures elle retenait vraiment ses créatures de faire certaine chose, mais elle savait en revanche très bien que ces dernières recherchaient régulièrement à entrer en contact avec son esprit, parce qu’elles en avaient un besoin vital, ce qu’elles savaient toutes plus ou moins consciemment d’instinct. Comme la dernière fois donc, ce qui l’inquiétait le plus était le comportement que ces créatures auraient si elles réalisaient que le lien dont elles avaient besoin n’était plus accessible. Que se passerait-il si elles avaient peur ? Si elles paniquaient ?

A ces pensées, Irina du prendre plusieurs grandes inspirations pour conserver le calme qu’elle avait réussit à garder jusque là. Elle se rappela aussi les paroles rassurantes qu’elle avait tenues un peu plus tôt : cela devrait être temporaire, cela n’allait pas durer longtemps.

C'était ce qui c'était passé la première fois en tout cas, il y avait donc des chances pour que cela soit aussi le cas cette fois-ci. Tout en se concentrant sur cette pensée, Irina rangea alors le portable qu’elle avait toujours dans la main dans son sac et reprit la direction de la salle principale du pub où ses amis et elle étaient allés boire quelques verres.

Au passage, son regard s’arrêta alors sur un homme qu’elle eu l’impression d’avoir déjà vu quelque part, mais elle ne réussit pas immédiatement à savoir où.

Son esprit passa en outre rapidement à autre chose, tandis qu’elle se rassit et reprit part du mieux qu’elle pu (soit en donnant parfaitement le change) à la conversation animée qui avait lieu à leur table.

Plus tard dans la soirée néanmoins, son regard se posa à nouveau sur le même jeune homme et cette fois-ci elle se souvint très bien de l’endroit et du moment où elle l’avait rencontré.

C’était dans la journée, alors qu’elle marchait d’un pas pressée sur les trottoirs de Manhattan. Elle se dépêchait, parce qu’elle avait peur d’être en retard à un rendez-vous important, quand ils se sont mutuellement bousculés.

Elle s’était alors retournée machinalement, lui aussi et, après un bref échange d’excuses, ils étaient tout les deux repartit de leur côté.

C’était lui, c’était le même homme, à présent que ça lui était revenu, ça ne faisait aucun doute. Or ce jour là avait aussi été celui où elle avait eu pour la première fois l’impression de ne plus rien ressentir, ce qui venait justement de se reproduire, comme par hasard, alors qu’il se trouvait à nouveau dans les parages.

Elle fut donc rapidement persuadée que le hasard n’avait rien à voir là-dedans et que cet homme d’une façon ou d’une autre était à l’origine de ce qui lui arrivait en ce moment même et de ce qui lui était arrivé quelques temps plus tôt. Ce serait donc lui aussi le responsable, s’il arrivait la moindre chose à sa fille à cause de tout ça.

- Ca va ? lui demanda alors l’un de ses amis, l’interrompant un instant dans ses réflexions et lui faisant enfin détourner le regard de l’homme en question.

Irina sourit alors à ce dernier et lui soutint qu’elle allait très bien. Quand elle eut finit néanmoins et que ces pensées se re-concentrèrent à nouveau sur l’inconnu qu’elle avait cessé de fixé, mais sur qui elle gardait toujours discrètement un œil, elle avait pris sa décision néanmoins. Quelques soient les raisons et le but poursuivit par ce dernier en effet, elle était déterminée à les lui demander et à les obtenir. C’était peut-être un peu risqué, mais il était hors de question qu’elle laisse passer sa « chance » d’obtenir et de réclamer des explications, pas quand la sécurité de sa propre fille était peut-être concernée.

Certes, elle avait peut-être des chances de le retrouver et/ou de retrouver sa trace après. Opter pour cette option lui permettrait peut-être aussi d’apprendre un peu plus à son sujet avant leur petite entrevue. Opter pour cette option néanmoins c’était aussi courir le risque de ne pas le retrouver du tout ou de mettre des mois ou des années avant de le faire et c’était sans compter sur le fait que retrouver quelqu’un sans nom, à partir d’un simple visage n’était jamais très aisé. Pire, ses recherches pourraient être remarquées et elle n’avait toujours aucune envie de se faire remarquer pour quelques raisons que ce soit.

Par chance, l’un de ses amis proposa alors au reste du groupe de terminer la soirée en boîte, idée qui rencontra un vif succès et qui lui permit quant à elle de sortir du pub et de se séparer du reste du groupe.

Elle ne rentra pas chez elle néanmoins, mais se posta près de l’unique entrée et sortie du pub et attendit que son second rendez-vous du soir sorte à son tour de ce dernier, ce qu’il finit fatalement par faire.

- J’espère que vous vous êtes bien amusé, lui dit-elle alors en faisant quelque pas dans sa direction, sans chercher à cacher qu’elle était contrariée ou l’avait récemment été. Ça doit au moins avoir un côté distrayant... A moins que vous n’ayez été déçu ?

Elle savait que ce n’était pas forcement le cas et qu’il pouvait avoir agit pour une toute autre raison, mais il fallait bien commencer quelque part et il fallait aussi avouer qu’elle préférait largement cette hypothèse à toutes les autres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Coïncidence douteuse [Jabb]    Dim 17 Juil - 22:07

Éviter de sortir et de se faire repérer, c'était pourtant simple non ? Mais Jabb ne pouvait pas rester dans son appartement pendant des jours sans mettre le nez dehors. Ça peut aller quarante huit heures, mais au delà ça devient impossible. Ce n'est pas le genre de personne à pouvoir rester constamment à l'intérieur, enfin seulement s'il a de quoi s'occuper. Sa console de jeu vidéo lui sert beaucoup, mais quand on a finit son stock de jeux vidéos on qu'on y rejoue pour la troisième fois, c'est trop. Son acte héroïque est peut être finalement passé inaperçu et sur les caméras de surveillance on ne le voit surement pas très bien. Oh et puis il est difficile de voir qu'il a un pouvoir. Certes le type qu'il à mit hors d'état de nuire en avait un et il l'a annihilé sans vraiment faire attention, qui pourrait deviner ça ? Peut être même que personne ne croira le mutant. Il est temps d'arrêter de s'en faire et de faire un tour dehors. Ce n'est que le soir qu'il sortit, au moins il y a moins de monde est les gens sont peut être moins attentif aux autres. De plus le manque de lumière camouflera un peu plus son visage. Les mains dans les poches, l'Australien visitait la ville même si ça fait déjà un moment qu'il est là et qu'il la connait. Ces grands building ne finiront jamais de l'impressionner, tellement grand et immense, c'est presque insensé de voir que des hommes ont construit ça. Ceci lui fait pensé que ça pourrait être marrant de sauter en haut avec un parachute ou avec une wingsuit afin de voler au dessus de la ville qui ne dort jamais tel un oiseau.

Le jeune homme finit par s'arrêter devant un bar. Celui ci était loin d'être vide, mais il avait besoin d'une pause et surtout de boire un coup. Il entra sans se faire remarquer et ce plaça au comptoir dans un coin reculé pour ne pas éveiller l'attention des gens. Il commanda un simple verre de Vodka et commença à le boire sans regarder les gens. Une ou deux filles vinrent le voir et voulurent lui offrir un verre mais il refusa catégoriquement. Une fille ne voudrait pas d'un monstre, une fille normal ne voudrait pas d'un mutant. A moins que ce soit lui qui ne veuille pas d'une fille normale. Non, la vérité c'est qu'il n'a pas le temps de se prendre la tête avec une fille. Les dernières histoires qu'il a eut avec une fille c'est juste un plan d'un soir. Rien de bien passionnant. En y pensant bien, ça le rend malade de devenir ce genre d'homme. Lui ce qu'il voudrait c'est une femme qu'il l'aimera et avec qui il pourra être heureux longtemps. Mais ce n'est pas en remballant les filles qui viennent le voir qu'il risque de trouver l'âme sœur.

Finit de se morfondre, il paya l'addition et s'en alla vers la sortit de nouveau main dans les poches. A peine avait t'il passé la porte qu'une voix l'interpella. Jabb se retourna pour voir qui lui parlait. Il ne comprenait pas ce que la jeune femme lui disait. S'être amusé ? Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Puis c'est qui celle la, il ne l'a jamais vu de sa vie. En plus de ça, le ton qu'elle emploie ne lui plait guerre. Distrayant ? Quoi encore ? Mais c'est quoi cette folle ? Jabberwock était surprit et fit mine de ne pas comprendre, c'est qui est vrai.


-Je ne vois pas de quoi vous parlez. Vous devez faire erreur et me confondre avec quelqu'un d'autre !

Que pourrait t'il dire de plus ? Pas la peine de s'énerver ça ne lui apportera rien de bon. Espérant qu'elle ait comprit et qu'il ait évité la bagarre, il tourna les talons et entreprit de reprendre sa route. Encore une folle de plus dans les rues de New York, à moins qu'elle ait trop bu, ce ne serait pas impossible. Quelque chose lui disait que ça n'allait pas s'en finir la, un mauvais pressentiment. Bon sang, pourvu que ça n'arrive pas.

[dsl un peu court, et dsl pour le retard mais mon ordi m'a laché ><]
Revenir en haut Aller en bas
 

Coïncidence douteuse [Jabb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-