Partagez | .
 

 Shanique Wright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Shanique Wright   Sam 11 Juin - 10:33

- REGISTRE D'ETAT CIVIL -

    Carte d'identité ;
    ...


    Shanique, Wright
    Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. A. Einstein

    Age : 17 octobre 1993, 15 ans.
    Origine : Américaine.
    Race: Mutante.
    Camp : X-family.
    Statut : Célibataire.
    Métier : Étudiante.
    Poste : Élève X.

    Casier judiciaire : Encore vierge.

    SIGNE PARTICULIER: Des boucles d’oreille pendantes d’artisanat amérindien, cadeau de sa maman pour son dernier anniversaire.



      More about your character, please
      ...


      PROFIL PSYCHOLOGIQUE
      Shanique Wright n’a pas un caractère facile. Si elle peut se montrer très patiente pour beaucoup de chose, elle a son petit orgueil et prend très vite la mouche : on ne se fout pas impunément de sa tronche ! Bien sûr elle ne frappe pas (une fille qui cogne, ça manque de classe et ça se casse les ongles), mais elle peut bouder pendant des semaines avant de pardonner une parole déplacée. Sinon, en règle générale, c’est une fille joyeuse, pas très travailleuse mais sérieuse quand il le faut (pas trop souvent quand même, hein, elle a pas l’âge pour ça !).

      APPARENCE PHYSIQUE
      Jeune Afro-Américaine, l’adolescente du Tennessee a le teint café au lait, un grand sourire et un air un peu mutin. Elle ramène souvent ses cheveux crépus en queue de cheval, ce qui lui permet de développer toute une panoplie de nœuds pour aller avec n’importe quelle tenue. Bonne vivante, elle ne se complexe pas trop de ses formes (personne n’a le droit de la prétendre grosse), bien qu’elle regrette de ne pas avoir pu intégrer l’équipe de pom-pom-girl de son établissement. Pas grave : l’athlétisme est peut-être moins prestigieux, mais ça lui donne un bon souffle au moment de courir les soldes.

      PEURS, FAIBLESSES
      Malgré ses airs durs, Shanique est une fille à fleur de peau : elle se laisse facilement toucher par la critique et s’emporte pour un rien. Son don (et surtout les questions qui l’entourent) usent ses nerfs et la rendent plus vulnérable que jamais, même si elle se couperait la langue plutôt que de l’avouer : elle a tellement peur d’avoir peur qu’elle a tendance à faire n’importe quoi.

      PASSIONS, FORCES
      Elle adore les enfants ! Les amuser, les chouchouter, les aider à faire leurs devoirs, c’est ça qui la branche (avec la mode mais ça, ça coûte plus cher). Elle aurait aimé devenir puéricultrice quand elle serait grande, mais cela semble compromis pour l’instant… Heureusement, il lui reste son caractère de cochon pour se battre jusqu’au bout et obtenir ce qu’elle veut.


      POUVOIRS —
      Certains voient leurs capacités intellectuelles s’accroître sous l’effet de leurs pouvoirs ; Shanique, elle, a plutôt tendance à se ramasser le Q.I. d’une huître. Le gène X lui octroie en fait un contrôle exceptionnel sur l’activité cérébrale : elle est capable de le ralentir temporairement, aussi bien chez elle que chez d’autres, avec des effets aussi variés qu’étonnants.
      Niveau 1
      Ses capacités balbutiantes se résument à un axiome simple : la peur et la colère.
      La peur, émotion introspective, sécrète une réaction de défense qui la plonge dans un état catatonique. Son regard s’éteint pour devenir vide, sans âme, tandis que son corps ne réagit plus que par réflexes musculaires : il recule face à la douleur, se crispe sous la pression ou maintient son équilibre si on le pousse. Elle dégage en fait si peu d’activité que son aura psychique en devient extrêmement discret, si bien que seule une intrusion ciblée peut l’atteindre. Au bout d’un moment (qui peut durer quelques secondes comme plusieurs heures), elle finit par émerger de son état second, sans en garder aucun souvenir.
      La colère, par contre, lui ouvre les portes de la variante offensive de son pouvoir : quand ses yeux se mettent à briller, ce n’est plus son esprit mais ceux des autres qui en pâtissent. Bien sûr elle ne provoque rien d’aussi radical, ne serait-ce que parce que le crâne d’autrui est moins facile d’accès que le sien propre, mais elle peut perturber de manière aléatoire l’une de leurs capacités. Cela peut se traduire par une difficulté de trouver ses mots, une erreur de calcul, un acte manqué, ou encore un moment de distraction au moment où on s’y attendrait le moins. Cela lui donne un léger avantage lors de dispute, si ce n’est qu’elle termine systématiquement avec un mal de crâne carabiné.
      Niveau 2
      Shanique peut maintenant déclencher volontairement son don, qu’il s’agisse de sa variante offensive ou défensive, mais elle reste vulnérable aux coups de frousse et aux accès de colère. Ces tentatives l’épuisent physiquement et émotionnellement, mais elle en gagne en contrôle puisqu’elle peut aussi y mettre fin quand elle le souhaite.
      Quand elle exerce son pouvoir sur elle-même, elle a maintenant la possibilité de doser son incapacité. Elle peut ainsi choisir, pour un même niveau de discrétion, de pouvoir suivre des instructions simples en sacrifiant une rapidité d’improvisation ou de mémoriser des éléments pour peu qu’elle renonce à sa compétence langagière. Elle est à ce stade quasiment inaccessible – même si pas invisible – à un psychiste débutant, mais un mutant confirmé peut toujours la percer avec un peu de concentration.
      Chez les autres, elle commence aussi à cibler les domaines à entraver, même si ses tâtonnements restent fort aléatoires. Elle a besoin d’un contact visuel régulier avec sa « victime » pour maintenir le trouble – si elle la perd de vue plus d’une dizaine de seconde, celle-ci récupère son intégrité mentale. Les étreintes psychiques qui n’excèdent pas les deux minutes n’entraînent plus de migraine ; au-delà, la douleur va en augmentant jusqu’à briser sa concentration. Même avec la plus grande abnégation, elle ne peut supporter cette torture plus de trois minutes – et encore, seulement si elle accepte de souffrir le martyre pendant encore une heure ou deux.
      Niveau 3
      Le déclenchement émotionnel de ses pouvoirs devient l’exception ; le contrôle volontaire, la règle. Fini les états catatoniques pour un plaisantin qui la fait sursauter ou les migraines après une dispute sur le partage des sanitaires ! Il faut maintenant qu’elle ressente un danger mortel pour elle ou ses compagnons pour qu’elle perde le contrôle. Elle a aussi gagné en endurance : elle ne ressent plus de fatigue excessive après une séance d’exercice, à moins d’en avoir vraiment abusé.
      Le contrôle de ses propres capacités mentales devient plus personnalisé : quand auparavant elle ne pouvait régler le dosage que de deux domaines à la fois, elle peut maintenant choisir à la carte ce qu’elle bloque ou pas. Elle peut ainsi choisir de ne protéger que ses souvenirs et de conserver le reste de ses capacités (qui demeurent par contre vulnérables à une attaque ou à une prise de contrôle). L’efficacité de sa protection dépend de la proportion de compétences sacrifiées – dans l’état catatonique de ses débuts, seul un psychiste de très bon niveau peut la repérer ou briser ses barrières, encore que pas sans effort.
      Affecter les autres lui demande par ailleurs moins d’effort : elle peut les maintenir sur son emprise durant vingt minutes sans subir de contrecoup, et prolonger encore le contact d’une dizaine de minute avant de perdre pied. Si elle a toujours besoin de garder sa cible à l’œil (sous peine de la voir se libérer au bout d’une petite minute), sa maîtrise est plus fine et les surprises deviennent rares au moment d’en découvrir les effets : elle touche en règle générale les zones qu’elle souhaitait atteindre, quoique les délimitations de ces « zones » restent floues. Pour peu qu’il y ait une relation de confiance mutuelle, elle devient aussi capable de partager sa protection anti-psychiste avec une autre personne pendant la même période. Si elle applique son pouvoir à plus d’une personne – ce qui n’est possible que si elle leur réserve le même traitement –, les laps de temps sont divisés par le nombre d’esprits touchés.
      Niveau 4
      Shanique pouvait déjà s’avérer utile, mais maintenant c’est une arme redoutable. Sa maîtrise a gagné en précision pour devenir quasiment chirurgicale, si bien qu’elle ne se fatigue plus pour peu qu’elle s’accorde suffisamment de repos entre deux efforts importants. Elle a aussi appris à séparer ses émotions de son potentiel, si bien qu’elle ne perd plus que très rarement le contrôle.
      Chez elle ce ne sont plus simplement des domaines de compétence qu’elle inhibe, mais des actions très précises. Elle peut ainsi tout mettre en veille en se reprogrammant comme un ordinateur : s’il arrive ceci, il faut faire cela, si un tel mot est prononcé, il faut réagir ainsi, etc. Cela demande une longue préparation, mais en contrepartie elle acquière pour tout psychiste l’aura d’une pierre – ou, plus exactement, d’un robot. Seul un potentiel exceptionnel permet alors de la percer. Dans une moindre mesure, elle peut aussi cibler un souvenir précis et le sceller (quoique ce ne soit efficace que pour ceux qui ignoreraient où chercher, elle peut prétendre en toute sincérité ignorer une information sensible) ou s’empêcher d’avoir telle réaction pendant un certain laps de temps – elle peut ainsi refouler une émotion qu’elle ne peut se permettre de montrer au grand jour ou s’interdire de commettre une bêtise trop tentante.
      Maintenir un contrôle sur d’autres ne nécessite plus de contact visuel, même si elle a besoin de voir la personne pour poser les entraves. Il faut désormais une petite heure pour que cela devienne douloureux, et encore une bonne demi-heure avant que cela dépasse son seuil de tolérance – toujours divisé par le nombre de personnes affectées. Cela peut aussi bien être très précis (empêcher de prendre telle décision, confondre droite et gauche, oublier momentanément un visage,…) que général si elle souhaite partager sa protection avec une personne de confiance. Avec l’accord de la personne, elle peut aussi sceller un souvenir ou poser un interdit sur une action précise.
      Niveau 5
      Les limites, qu’est-ce que c’est ? Elle n’a plus vraiment l’impression d’en avoir : elle peut jongler des heures et des heures avec les deux facettes de son pouvoir et n’avoir besoin que d’une bonne nuit de sommeil pour recommencer. Elle a tout sous contrôle, tout repose sur son bon vouloir – tellement en fait que, grisée par le pouvoir, sa volonté seule prend parfois le pas sur la raison. Tout est si rapide !
      À son potentiel maximum, son esprit se transforme en une forteresse impénétrable, au point que sa débilité crasse contamine tout psychiste qui s’y risque. Seul un dieu vivant peut s’en sortir indemne. Son pouvoir garde aussi en mémoire plusieurs reprogrammations-type, qu’elle peut sélectionner et activer en quelques secondes pour une adaptation plus efficace aux imprévus. Au quotidien, elle est désormais capable d’étouffer une impulsion dans l’œuf ou de refermer instantanément un secret qu’elle sent menacé.
      Chez les autres, elle découvre un panel d’option difficilement concevable. Il pourrait lui donner le vertige, mais elle connaît maintenant assez son pouvoir pour débusquer instinctivement ce qui l’intéresse. Son champ d’action atteint des micro-détails, comme la capacité de cligner des yeux ou de tousser, et c’est en les découvrant qu’elle réalise la puissance destructrice de son don. Elle pourrait, si elle en avait la volonté et la cruauté, faire oublier jusqu’aux battements d’un cœur… Elle peut maintenir un contrôle sur quelqu’un pendant cinq heures sans en souffrir, le double si elle accepte de supporter la douleur. Une attaque multiple divise toujours son attention, mais proportionnellement moins qu’avant. Pour ce qui est des gens qui lui font confiance, elle peut non seulement leur accorder une protection équivalente à la sienne, mais aussi leur appliquer l’un de ses programmes prédéfinis. Elle n’a par contre plus forcément besoin d’un accord pour bloquer un souvenir ou rendre un acte tabou.

      EQUIPEMENT —
      Un bloc de feuille, de quoi écrire, une latte, un compas, une équerre,… pas l’idéal pour faire la guerre, mais la scolarité passe avant tout.

      PLUS —
      Shanique a le contact facile avec les enfants, et gagnait d’ailleurs souvent son argent de poche en faisant du babysitting avant que ses pouvoirs ne se déclenchent.


      What about your past ?
      ...


      Tout a commencé dans le Tennessee, dans une de ces petites villes américaines ordinaires, avec sa petite école sans histoire, ses grands horizons ouverts à tout vent et ses familles comme les autres.

      Les Wright n’étaient pourtant pas si différents. Certes, Felicia avait eu son aînée très jeune avec un homme qui l’a abandonnée, mais elle avait depuis trouvé un mari formidable en la personne de Rudy, qui avait adopté Shanique avant de lui donner deux beaux petits frères. Bien sûr ils ne roulaient pas sur l’or, mais Mr. Wright avait un bon boulot dans une usine voisine, avec un contrat avantageux qui lui permettait de payer le prêt d’une jolie petite maison dans ce paysage sauvage, digne d’un western.

      Ça a l’air exotique, dit comme ça, mais en fait pas tant que ça. La jeune Wright était une adolescente ordinaire, qui regardait avec envie les pom-pom-girls, bavait en regardant les robes de bal et de mariée et se découvrait un penchant pour la paresse au moment de faire ses devoirs, avant de déployer une énergie folle à l’approche de la fête à Darla. Elle arrondissait son argent de poche à force de babysitting et le dépensait en bijoux fantaisie, accessoires à la mode et autres magazine people.

      Rien que de plus ordinaire jusqu’à présent. Et pourtant…

      Cela avait commencé en mars 2009, peu après ses premières règles. Elle gardait le fils de voisins quand le petit monstre, qui jouait au loup, lui sauta dans le dos. Elle eut alors un sursaut, puis plus rien. Le gamin s’était enfuit en riant, mais elle n’a pas fait mine de le poursuivre comme le voulait la règle. Au bout d’un moment, il revint sur ses pas et la trouva immobile, raide comme une planche et le regard vide. Elle ne réagissait pas, c’était trop long pour une ruse, mais en même temps elle ne pouvait pas être morte puisqu’elle respirait encore. C’est seulement après quelques minutes qui parurent une éternité qu’elle secoua la tête et gronda l’enfant pour lui avoir fait si peur. Sur le moment, elle n’avait pas compris pourquoi il s’était jeté dans ses bras.

      Personne n’aurait parlé de cet incident s’il avait été le seul. Le problème, c’est qu’il se reproduisit bien plus vite et bien plus souvent qu’elle ne l’aurait voulu : chez elle, pour un plat tombé à terre, dans le bus, pour un freinage trop brusque, à l’école, pour un casier fermé trop brusquement – même lorsqu’elle faisait du lèche-vitrine, il y avait toujours quelqu’un pour la bousculer par surprise dans une boutique bondée. Après un moment, même une interrogation-surprise la plongeait dans un état catatonique !

      Elle commença par consulter le psychologue de l’école, qui ne lui trouva aucun traumatisme, avant que son beau-père ne fasse jouer l’assurance-maladie que lui accorde son employeur pour lui faire consulter un spécialiste en psychiatrie. Puis un deuxième, puis un troisième, avec autant d’examens infructueux à la clé. Ses crises étaient telles qu’elle refusait catégoriquement de retourner en cours.

      C’est alors qu’ils étaient sur le point d’épuiser tous les spécialistes de l’État que l’un d’eux crut avoir un coup de génie en sortant de sa poche une maladie orpheline au nom imprononçable qui pourrait expliquer l’inexplicable. Il se mettait le doigt dans l’œil, mais au moins a-t-il permis d’identifier l’anomalie : si le test génétique s’avéra négatif, il révéla la présence du fameux gène X.

      Bien sûr les Wright savaient ce que ça signifiait (ce n’était pas parce qu’ils vivaient dans la cambrousse qu’ils n’étaient au courant de rien !), mais ils avaient toujours suivi ça de loin, sans se sentir concernés. Tout ça c’était des histoires de ville, ça n’arrivait pas chez eux, dans les campagnes anonymes. Surtout, il y avait la question à un million : c’était quoi ce pouvoir ?

      Mais c’était de bons citoyens, honnêtes, travailleurs et respectueux des lois : ils n’allaient pas attendre de pouvoir répondre à cette énigme pour s’enregistrer en bonne et due forme auprès des autorités (d’autant que cela ferait mauvais genre si le médecin les dénonçait avant qu’ils ne remplissent ces quelques formalités). Rudy Wright conduisit donc sa belle-fille à l’antenne de l’Initiative à Nashville dès que son emploi du temps le lui permit.

      N’empêche qu’ils auraient peut-être quand même dû y réfléchir. Cela leur aurait au moins évité le psychodrame qui suivit.

      Tout commença, donc, par la question en question, à quoi elle répondit en toute franchise la réponse en question : elle savait passer pour une conne. L’agent fédéral, comme on aurait pu s’en douter, n’appréciait que moyennement la blague qui n’en était pas une. L’adolescente, elle, appréciait encore moins d’être à nouveau prise pour une conne : elle lui jeta la copie de l’analyse A.D.N. à la figure et laissa enfin éclater sa colère, protestant qu’elle n’avait pas choisi, qu’elle vivait très bien sans et que l’Initiative devait plutôt s’estimer heureuse de pas se coltiner un monstre capable de faire sauter trois fois la planète, pour une fois.

      Son beau-père réussit bien à la faire se rasseoir, mais pas à la faire renoncer aux regards noirs qu’elle lançait au pauvre homme. Celui-ci n’en menait pas large, il semblait distrait mais remplit rapidement les formalités avant de leur donner quelques brochures sur les droits et les devoirs d’un bon mutant, mais aussi sur les opportunités qui lui sont offertes. Shanique attribua la migraine qui la prit en sortant à la fatigue émotionnelle et à ses règles qui approchaient. Si elle s’était retournée à ce moment-là, pourtant, elle aurait compris que quelque chose clochait. L’homme d’État s’était relevé, tenant dans une main son gobelet de café vide, dans l’autre le dossier nouvellement bouclé. Après un moment d’hésitation, il posa le déchet sur la pile « courrier externe » et jeta l’enveloppe à la poubelle.

      Le soir même, quand la migraine finit enfin par l’abandonner, elle reprit courage et se mit à consulter les brochures que son beau-père avait ramassées pour elle. Elle rigola sous cape en lisant celles vantant les mérites du camp Hammond (genre quoi : la super-héroïne du Tennessee qui en plus d’être cruche, utilise son pouvoir pour l’être ! autant rester masquée si c’était pour se farcir une réputation pareille), mais elle s’attarda sur une autre, plus modeste, qui expliquait brièvement la philosophie de l’institut Xavier. Bon en fait elle en avait pas grand-chose à faire du blabla sur l’harmonie entre humains et mutants (quoique ça plairait aux parents), mais c’était à New-York, c’était pas l’armée et y’avait même une piscine. La classe !

      Le lendemain elle rédigeait avec ses parents une sollicitation de bourse à la directrice Emma Frost, qui fut acceptée dans la quinzaine qui suivit. Et la voilà en route pour la Grande Pomme et de nouvelles aventures.



      Summary
      ...


      Fille d’une mère célibataire, Shanique s’est très tôt fait adoptée par le nouveau compagnon de celle-ci, Rudy Wright, qu’elle considère comme son père. Elle a vécu une vie d’écolière ordinaire dans une petite ville du Tennessee jusqu’à ses quinze printemps, où ses crises catatoniques ont commencé. Elle est alors passée de médecin en médecin jusqu’à ce qu’un test génétique pose le diagnostique : elle est porteuse du gène X.

      Elle s’est donc présentée au plus vite à l’antenne locale de l’Initiative, qui lui a fait connaître ses possibilités d’évolution – dont l’intégration de l’Institut Xavier, option qu’elle a choisi parce que « New York c’est cool, et en plus y’a une piscine ». Ce qu’elle ignore encore, au moment de rallier la Grande Pomme, c’est que son dossier a été égaré à la suite d’une manifestation accidentelle de son pouvoir : officiellement, elle est toujours une clandestine en infraction avec la loi.



    Et l'homo sapiens derrière l'écran ? ;
    ...


    — célébrité prise ; Raven-Symoné Christina Pearman.
    — prénom ou pseudo ; Sophie.
    — présence sur 7 sur le forum ; Week-end généralement garanti, semaine aléatoire.
    — personnage inventé, prédéfini, marvel ; Inventé.
    — doublon ; Néant.
    — comment as-tu connu Terra 616 ? ; Par TDJ.
    — as-tu lu le règlement ? ; ok par kyana.


Dernière édition par Shanique Wright le Jeu 16 Juin - 23:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Mer 15 Juin - 18:58

Bonjour,

Désolée du retard (planning chargé), c'est moi qui vais m'occuper de ta fiche dans un premier temps. Smile

Alors en tout premier lieu, je vois que tu as mis 14 ans pour ton perso, mais l'actrice sur l'avatar fais un peu vieille pour quelqu'un supposé avoir 14 ans (elle en a au moins 25 il me semble, en plus, ce qui fait un gros écart). A la limite, ça irait mieux autour de 16-17 ans....

profil psycho : ok
physique : ok
forces / faiblesses : ok
pouvoirs : ça me semble plutôt bien équilibré et raisonnable. Mais je laisse tout de même notre grande gourou des pouvoirs confirmer cela Wink
équipement / plus : ok
histoire : oh ! une fille normale qui a eu une vie normale ! C'en est surprenant XD. J'aime beaucoup en tout cas, et ça me va plutôt bien. A un détail près tout de même, je ne pense pas que l'Institut, comme le camp Hammond, n'aient de brochures. A la limite, que le gars de l'Initiative t'en parle (s'il le faut en disant qu'il faut pas rêver ou autre si le perso veut être mesquin), ce serait plus cohérent.
résumé : j'aime beaucoup les raisons de ton choix de NY Very Happy, et pour le reste c'est ok.

Voilà, grosso modo, pour moi, c'est franchement pas mal, à quelques détails près à revoir. Je vais demander à Kyana de venir vérifier ton pouvoir quand même. En tout cas, j'aime beaucoup ton style d'écriture, très fluide, très agréable à lire, et des touches d'humour fort sympathique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Mer 15 Juin - 19:46

Merci Wink je me suis bien amusée pour l'histoire (comme quoi faut pas toujours 32 drames consécutifs pour mettre en scène une belle déchéance, héhé).

L'actrice doit maintenant en effet approcher les 25 ans mais cette photo date de sa période So Raven, où elle était encore ado (j'ai vérifié les dates mais je m'en souviens plus). D'ailleurs j'ai mis 14 ans mais, vu les dates, elle en a en fait quasiment 15. S'il faut absolument je recule sa date de naissance d'un an, mais je préfère la garder relativement jeune pour exploiter le côté gamine.

Pour les brochures, je me souviens avoir posé la question à Kya sur le chat (mais elle était peut-être fatiguée), elle m'a confirmée que c'était comme pour l'armée américaine : des petites pubs bien léchées "Engagez-vous" Wink je trouvais que ça correspondait bien à l'esprit du camp Hammond, et à partir de là j'ai fait un parallèle entre l'Institut et les petites brochures universitaires qui pleuvent dans les boîtes aux lettres à l'approche des 18 ans pour vanter les mérites pédagogiques de chacun. D'où l'idée d'une toute petite brochure toute simple parce-qu'on-a-pas-le-même-budget-que-l'Ini. Je me suis permis cette liberté vu que personne n'a vraiment décrit le parcours de nouveaux mutants post-loi de recensement, mais si ça ne correspond pas du tout à votre vision je vire (ou je transforme ça en sites internet ? faudrait quand même qu'elle soit un minimum informée de la présence d'une piscine d'un lieu d'accueil convivial pour la motiver à se déplacer Razz )
Revenir en haut Aller en bas
Gemini
~ Mutant lv4 ~
~ Mutant lv4   ~
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Mer 15 Juin - 22:05

les niveaux de pouvoirs me semble ok.
Et en effet j'ai bien dis que l'ini avait des brochure comme pour l'armée et je confirme surtout pour le camp hammon. cela me parait logique.

Voilà mesdames 15/17 ans pour l'age Wink

__________________________

And when she whispers, your blood shall run cold
Cause i won:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Mer 15 Juin - 22:41

Ok pour les brochures alors. Je ne savais pas que vous en aviez déjà discuté Wink. Donc voilà, ne reste qu'à régler la question de l'âge, et ça devrait être bon, miss !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Jeu 16 Juin - 13:01

Voilà : elle est née en 1993 au lieu de 1994 Smile je crois pas que j'avais parlé de l'âge autre part que dans le formulaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Jeu 16 Juin - 20:16

Nan, je ne l'ai pas vu ailleurs non plus. Bien, tout est bon ! Smile

Fiche Validée
Tu as passé l'épreuve avec succès, tu recevras bientôt en guise de diplôme, ton joli niveau et tu peux de plus te lancer en rp. Les premières chose à faire:

• Créer tes fiches de relations et fiches rp Afin de t'intégrer plus facilement.
• Bien remplir ton profil
• Recenser tes pseudo, pouvoirs, poste/métier et célébrité utilisés
• Si tu as besoin d'un logement, en faire la demande
• Observer régulièrement le Forum Média et la partie scénario pour rester informer.
• Pour toutes autres questions, conseils n'hésites pas a nous contacter par Mp ou autre.

Revenir en haut Aller en bas
Warren Worthington
~ Mutant lv5 ~
~ Mutant lv5   ~
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Jeu 16 Juin - 21:49

Bienvenue parmi nous. .Wink

__________________________
 
It's easy to forget just how deadly mutants can be, especially when
we dress in colorful costumes and play hero all the time.
Spoiler :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Shanique Wright   Jeu 16 Juin - 22:49

Merci Very Happy *toute fière de ses belles couleurs*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shanique Wright   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shanique Wright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive fiches-