Partagez | .
 

 Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Lun 25 Juil - 20:15

*Décidément, la vie est bien plus compliquée qu’il n’y parait, et la liberté bien plus contraignante. C’est quand je me retrouve seul couché sous un pont ou dans un tunnel désaffecté avec le froid de la nuit et le ventre vide, que je regrette le plus la prison. Au moins j’avais un vrai lit, j’avais chaud, et la nourriture était mangeable. Et puis je me souviens du reste. Rester enfermé dans trois mètres carrés plusieurs jours d’affilé sans pouvoir sortir. Le peur de se faire agresser à la cantine, aux douches ou n’importe où ailleurs.*
*Au moins si je meurs dans la rue, ce sera en homme libre. Bha… La liberté, ça ne veut rien dire pour des gens comme moi. Quelle liberté avons-nous à part celle de choisir où nous posons nos fesses pour essayer de dormir un peu ? La ville, non, le pays semble au bord du chaos. Cette fichue loi de recensement, cette guerre ouverte entre supers héros et pour finir la mort d’un homme, d’un symbole et de tous nos espoirs avec lui… Décidément le genre humain est irrécupérable…*
*Et comme si ça ne suffisait pas à peine un an après ils ont remis ça pour la commémoration de la mort de Cap. Tant de vies gâchées, tant de souffrances, et pour quoi ? RIEN…*
*La seule chose de positive dans cette histoire c’est qu’elle m’a permis de sortir de prison, mais pour finir où ? Je me retrouve dans la rue, seul, sans rien, à tenter de survire alors qu’il serait plus simple de tout laisser tomber et de mourir. Mais je suis trop lâche pour ça, j’ai trop peur de la mort pour vouloir l’embrasser. Du moins pour l’instant…*
*A mon âge, il est impossible de trouver un travail. Et ce fichu maire qui veut débarrasser sa ville des SDF. Il ferait mieux de donner une partie de sa fortune pour aider les sans-abris plutôt que d’inventer des lois idiotes. Maintenant il veut faire payer un loyer aux SDF qui travaillent et qui vont dans des centres sociaux. Remarquez, moi, je suis pas concerné, je n’ai même pas de travail. Mince, c’est presque neuf heures, les banques vont ouvrir.*

Owen se lève de son banc, et se dirige d’un pas lent vers la rue toute proche, vers l’une des banques qui borde la route et se place à côté de la porte. D’autres SDF lui ont donné ce petit truc pour gagner quelques dollars. Plutôt que de mendier sans rien faire assis sur le trottoir, il suffit d’ouvrir la porte aux gens qui entrent et qui sortent des banques. En général, s’ils y vont c’est qu’ils ont de l’argent, et il y en a toujours quelques-uns qui vous donnent un petit billet. Owen se retrouve donc comme presque tous les jours debout à côté de la porte d’entrée de la citigroup. Le vigile est habitué à le voir, et sa présence rassure Owen. Certains SDF n’hésitent pas à en agresser d’autres pour prendre leur place ou le peu qu’ils ont ramassé, et il est loin de pouvoir se défendre si cela arrivait.

-« Bonjour Owen, toujours à l’heure à ce que je vois. »
-« Bonjour James, c’est que la place est chère, je ne voudrais pas me la faire prendre. Comment allez-vous aujourd’hui ? »
-« Bien Owen, et toi comment ça va, tu as l’air fatigué ce matin. »
-« Ce n’est rien, juste la pluie de cette nuit qui m’a un peu ennuyé pour dormir. »


A peine le rideau de fer remonté que déjà les premiers clients arrivent. Toujours le même cérémonial. Owen les salue en ôtant son chapeau d’une main tandis qu'il leur ouvre la porte de l’autre. De temps en temps une dame ou un homme en costume y dépose un billet, mais le plus souvent ils n’ont même pas un regard ni un remerciement pour le vieil homme.
Après quelques heures, Owen a ramassé une petite fortune. Six malheureux Dollars en trois heures. La banque va fermer pour la pause déjeuner. Il doit partir, l’après-midi la place est réservée à un autre SDF. De toute façon ses jambes lui font un mal de chien, il va falloir que qu'il s’assoie un peu.
Owen se dirige alors vers le snack le plus proche. Ce n’est pas un endroit où il a ses habitudes, mais il n’est pas loin et offre l’avantage d'avoir des places assises. Le moindre plat couterait à Owen ce qu’il avait ramassé ce matin, mais ces rares petits plaisirs aidaient le vieil homme à tenir le coup. Owen se dirige d’un pas hésitant vers sa destination. Après ces quelques heures passées debout, il s’appuyait plus fortement sur sa cane sans laquelle il ne serait pas allé bien loin.
Après seulement quelques minutes, Owen arrive enfin à destination. Il s’installe dans la queue tout en lisant les menus affichés au-dessus du comptoir. Avec le peu d’argent qu’avait Owen, le choix serait vite fait, mais au moins il aurait quelque chose de consistant dans l’estomac aujourd’hui. Perdu dans sa lecture, Owen ne remarque pas le regard courroucé du gérant du Fast-food. Quand le tour d’Owen arrive, il n’a même pas le temps d’ouvrir la bouche pour commander.

« Hey le clodo, tu dégage de mon restaurant. On sert pas les mendiants ici, c’est pas la soupe populaire. »
« Heu…Veuillez m’excuser, mais je ne demande pas la charité, j’ai de quoi payer. Je veux juste un sandwich poulet mayonnaise avec des frites S’il vous plait. »
« T’as pas l’air d’avoir bien compris le vieux. C’est pas une question de pognon. Tu chlingue tellement que tu fais fuir tous mes clients. Alors toi et ta carcasse puante, vous dégagez avant que je m’énerve. »
« Mais vous n’avez pas le droit ! J’ai de quoi payer, vous ne pouvez pas refuser de me vendre à manger, c’est illégal !! »
« Non, mais pour qui tu te prends sale cloche ? Tu crois que tu peux venir ici et me dire ce que j’ai le droit ou pas de faire chez moi ?? Putain, si ya bien un truc que je déteste autant que les mutos, c’est bien les sales rats comme toi qui vivent au crochet de la société. »
« Mais… »


Owen semblait autant en colère que terrifié par la haine que déverse sur lui le gérant du fast-food. Il essaye une fois de plus de lui faire entendre raison lorsque l’autre sort de derrière son comptoir et pousse Owen en arrière. Le vieil homme s’écroule de tout son long sur le trottoir, sa cane tombant au loin dans un bruit mat.

« Dégage avant que je m’essuie les pompes sur ta gueule !! »

Comme par hasard, les passants comme les autres clients font comme si de rien n’était, comme s’il était devenu normal qu’un vieillard se fasse remballer, humilier sans aucune raison par un homme dont la haine cherche un bouc émissaire afin de pouvoir éclater au grand jour. Owen eut tout à coup très peur. Non pas pour lui-même, non pas pour cet homme qu’il ne haïssait même pas, mais de ce qui pouvait arriver s’il ne reprenait pas vite le dessus. Toute cette haine, toute cette violence qui déferle sur lui et en lui était en train de faire bouillir son cerveau. Le cœur d’Owen bat à tout rompre, son souffle se fait plus rapide et sa vision se brouille un instant. Owen sait ce que cela signifie. S’il ne reprend pas vite le contrôle son pouvoir risque se déchainer, et dieu seul savait ce qui pourrait arriver. Owen sentait ses poils se hérisser et un picotement descendre le long de sa colonne vertébrale. Est-il déjà trop tard ??
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 27 Juil - 22:24

Jabb sortait un peu plus en ce moment, il reprenait confiance et savait qu'il pouvait toujours fuir si d'autre mutant s'intéressait à lui. Ou alors il pouvait toujours utiliser son argent pour les soudoyer et il le laisserait tranquille un moment. Même les mutants on besoin d'argent pour leur petite organisation. Sans argent on ne fait rien. Devant faire quelques courses, il s'habilla de manière normal, un jean, une chemise et une veste avec une paire de basket de ville. Une fois prêt, il sortit de son appartement qu'il referma à clef et s'en alla dans la rue. Voila une belle matinée, ça change de la pluie torrentiel qu'il y a eu la nuit même. Un peu de soleil, rien de mieux pour redonner le moral. Ce temps viendrait même à le faire regretter de ne pas être sur une plage en train de glisser sur les vagues avec sa planche de surf. En parlant de surf, il faut qu'il pense à appeler son agent qui utilise son image pour vendre des produits en Australie. Il faut dire notre bonhomme est une star la bas, un ex champion. L'avantage aux États-Unis c'est qu'il passe inaperçu ou presque et qu'il peut se promener plus librement. Et avec la découverte de son pouvoir et les types qui le pourchassait dans son pays natal, l'Amérique était plus sûr. Enfin plus sûr, c'était vite dit. Il est venu ici dans le seul but de protéger sa famille afin qu'on ne l'utilise pas contre lui. Maintenant, sur le sol américain, il est confronté à cette guerre inter-mutant. Jusque là, il a tout fait pour s'en tenir éloigné et ne pas divulguer son pouvoir aux autres, mais rien ne dit que ça va durer.

Au supermarché, il prit un panier et chercha dans les rayons les articles qu'il lui fallait. En faite, il n'avait pas besoin de grand chose, juste d'une boite de ci et de ça pour faire un plat dont il avait envie depuis plusieurs jours. Il fit ensuite la queue à la caisse ou il y avait le moins de monde avant de sortir du magasin pour remonter la rue. C'est la qu'il vit à même pas cinq mètres de lui un homme se faire jeter d'un fast food comme si c'était une merde. Le mot est peut être dur, mais c'était la vérité. Le jeune homme fronça les sourcils et écouta. Visiblement, le mec qui venait de jeter ce pauvre homme semblait ne pas vouloir de "clodo" dans son restaurant. L'homme répétait qu'il avait de l'argent pour payer mais l'autre s'en fichait totalement. Non, mais dans quel monde vit t'on ? Jeter de cette manière un pauvre homme car il est SDF, est une manière d'agir. Ceci révolta Chris qui s'approcha d'un pas rapide vers le restaurant. Ce n'était pas ses affaires, il ne devrait pas venir se mêler de ça, mais que voulez vous, quand il voit que personne ne dit rien, ça l'énerve. Et l'énervement était bien présent, ses pouvoirs devaient même s'être activé sans qu'il s'en rende compte. En même temps, son pouvoir n'a rien de dangereux pour les humains. Il lâcha ses sacs et regarda le gérant en fronçant les sourcils.


-Non, mais vous n'avez pas honte de vous en prendre à cette personne de cette manière. C'est un être humain pas un chien. Il a des droits tout comme vous. Qu'il soit mutant ou non, vous n'avez pas le droit de faire ça. Mettez vous au moins à ça place. Il ne voulait pas faire de mal, il voulait juste manger l'un de vos putains de sandwich qui sont j'en suis sûr aussi dégueulasse que votre attitude, s'écria le jeune homme en serrant les poings pour éviter de s'emballer trop vite.

-Toi le simplet dégage, je t'ai pas sonné, c'est pas tes oignons, je fais ce que je veux. J'ai dis que je voulais pas de clodo mutant qui put le rat mort chez moi. Alors qu'il aille voir ailleurs si j'y suis,
rétorqua le gérant tout en crachant sur le vieille homme.

-Et après vous venez vous plaindre que les mutants sont mauvais ? Mais vous êtes vous au moins regardé ? Jeter un sans abris qui vient juste pour se payer à manger vous croyez que c'est humain ? Surtout qu'il avait de quoi payer ? Qu'est-ce qui vous fait peur ? Le fait de voir qu'il est différent, qu'il est pauvre, qu'il a pas d'argent ? le fait que ça pourrait être vous ?

-Fiche le camp petite merde !


Oh s'en était trop, Chris se jeta sur le type et lui mit une violente droite dans la mâchoire qui le déséquilibra. Le gérant n'avait pas l'air d'être du genre à ce laisser faire et il contre attaqua. Jabberwock esquiva et lui mit un coup de genoux dans le ventre avant de réussir à le faire tomber et à le massacre à coup de coup de poing sur le sol. Il va comprendre sa douleur celui la. Une fois finit, il se releva, les mains en sang, le type gémissant de douleur sur le sol.


-Vous tous, dit t'il en s'adressant à toutes les personnes présente, vous êtes tous aussi pourri que ce mec. Ne pas venir en aide à une personne en danger. Vous êtes tous pourrit jusqu'à la moelle !

Chris donna un coup de pied dans le ventre du gérant avant de sortir du Fast Food et d'aider le vieille homme à se relever. Il ne lui était pas étranger. C'est un homme qu'il avait déjà vu en allant à la banque ou en passant simplement à coté.

-Est que ça va ? Vous n'avez rien de cassé ? Venez, allons plus loin dans un endroit plus ou il y aura moins de regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 27 Juil - 23:18

[HJ: Attention Jabby, pas de référence à la mutation d'Owen, il ne s'est pas encore servi de son pouvoir, et personne ne sait ici que c'est un Méta-humain. Le patron du Fast-Food, la jeté dehors uniquement parce que c'était un SDF, rien d'autre....]


Owen sentait de plus en plus son pouvoir affluer et échapper à son contrôle. Lui qui faisait tout pour lui tenir la bride depuis tant d'années semblait aujourd'hui aussi désemparé qu'un adolescent qui découvrait son don pour la première fois. Il faut dire qu'il y avait de quoi avoir peur. Non seulement si Owen laissait libre court à son pouvoir même lui ne savait pas ce qui pouvait se produire et quelle destructions il allait engendrer, mais surtout il ignorait si utiliser son pouvoir à trop grande puissance ne risquait pas de le tuer vu son âge et son état de fatigue actuel.
A quatre pattes, au sol, Owen tentait de contrôler la vague déferlante de son pouvoir qui enflait en lui. C'était comme essayer de lutter contre la marée montante ou contre un ouragan. Rien ne s'était encore produit, mais ce n'était qu'une question de temps.

-"Non, mais vous n'avez pas honte de vous en prendre à cette personne de cette manière ? C'est un être humain pas un chien. Il a des droits tout comme vous. Vous n'avez pas le droit de faire ça. Mettez vous au moins à sa place. Il ne voulait pas faire de mal, il voulait juste manger l'un de vos putains de sandwich qui sont j'en suis sûr aussi dégueulasse que votre attitude."

L'intervention d'un inconnu surprit Owen tout autant qu'elle le soulagea. Pourtant Owen n'arrivait pas à reprendre le dessus sur son pouvoir. La rage qu'il éprouvait envers ce patron raciste et méprisant semblait l'alimenter comme de l'essence sur un feu de camp. Owen sentit presque le point de non retour lorsque l'inconnu lui toucha l'épaule en passant à coté de lui. Tout à coup plus rien... Plus d'impression d'exploser, plus de mal de crane, plus d'angoisse. Comme si on avait débranché la prise et que tout s'était éteint. Sous le coup de la surprise le soulagement fit place à la peur et à la haine dans le cœur du vieux SDF. Il ramassa les malheureux six dollars qui étaient tombés quant le patron du Fast-Food l'avait poussé et leva la tête pour remercier l'inconnu et quitter cet endroit.
Malheureusement la haine engendre la haine, et la violence encore plus de violence. Le jeune homme qui était venu en aide à Owen était en train de tabasser le parton du Fast-Food. Et quant il en eu fini avec lui il se retourna vers les rares personnes qui étaient restées sur place, les autres ayant fui la scène aussi vite que possible.

-"Vous tous, dit-il en s'adressant à toutes les personnes présentes, vous êtes tous aussi pourris que ce mec. Ne pas venir en aide à une personne en danger. Vous êtes tous pourris jusqu'à la moelle !"

Puis il donna un dernier coup à l'homme au sol avant d’approcher d'Owen et de l'aider à se relever. Il lui rendit sa cane avant prendre de ses nouvelles.

-"Est que ça va ? Vous n'avez rien de cassé ? Venez, allons plus loin dans un endroit où il y aura moins de regards. "

Owen était encore choqué, à la fois par l'agression dont il venait d'être une fois de plus victime, mais surtout par la façon dont son pouvoir avait finalement disparu alors qu'il menaçait de tout dévaster l'instant d'avant. Le vieil homme ne put que bredouiller une réponse tandis que son samaritain l'entrainait en avant dans les rues de New-York.

"Merci.... Prenez la ruelle à droite, il faut filer au plus vite d'ici."

Owen marchait bien plus vite qu'à son accoutumée grâce à l'aide de son sauveur qui le portait presque tant le vieil homme semblait las.

"Oui, continuez par là et tournez à gauche, nous devrions être tranquilles pour le moment. Merci de votre aide jeune homme. Mais était il nécessaire de tabasser ce pauvre gars comme vous l'avez fait ? Vous allez vous attirer plus que des ennuis en agissant comme ça. Même les lâches ont un téléphone portable et savent faire le 911 et je doute que la police ne soit de notre coté."

Owen s’assit sur une vieille caisse en bois qui trainait parmi les poubelles entassées dans la ruelle. IL reprenait son souffle tant bien que mal, la course semblait l'avoir vidé de ses dernières forces.

"Mais je m'égare, vous m'avez sans doute sauvé la vie, et je suis là à vous faire des reproches. Merci encore, je m'appelle Owen, Owen Reece."

Le vieux SDF tendit sa main droite vers Jabberwock en lui souriant. Il semblait toujours aussi vieux et fragile, mais toute trace de lassitude et de peur avait semble t'il disparu de lui. En souriant, Owen faisait ressortir parmi les rides de son visage d'étranges cicatrices en forme éclair qui étaient passées inaperçues jusqu'à maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 3 Aoû - 22:26

C'est fou de voir à quel point aujourd'hui les gens peuvent être méchant. Le monde à connu tellement de personnage horrible. Pourquoi faut t'il qu'on juge une personne à son apparence ou à ces particularités ? Certaine juge par rapport à la religion, d'autre par rapport à la couleur de peau, ou bien du pays d'origine et aujourd'hui c'est à cause d'une particularité génétique que personne n'a vraiment pu contrôler. Ou va le monde...quel sera la prochaine preuve de racisme ? Le fait d'être gaucher plutôt que droitier ? Le patron du fast food lui ne voulait pas de sans abris dans son restaurant minable. Il avait jeté le vieille homme comme ci ce n'était qu'un "tas de merde". Le mot est dur mais c'est la vérité. A l'entendre parler, c'était horrible. Avec un chien, il serait même plus doux. Quel monde pourrit et irrécupérable. Bien qu'il risque de nouveau de s'attirer des ennuies, Jabb ne comptait pas laisser ce type faire sa loi. S'il fait ça à lui, qui sait ce qu'il fera au prochain. Révolté, il défendit le pauvre homme qui ne voulait qu'une seule chose manger. Le gérant était un vrai pourrit et répondit à Chris de la même manière dont il avait parlé au vieil homme. C'est dans des moments pareille que le jeune homme aimerait avoir un pouvoir offensif plutôt inoffensif. Un pouvoir qui pourrait faire du mal et surtout montrer que face au mutant, les humains lambda ne sont rien...juste des fourmis qui sont facile à écraser. Le manque de pouvoir offensif est certe un petit problème, mais ça n’empêche pas à notre mutant de savoir ce battre. Et il donna la correction qu'il se doit à cet enfoiré. Il se fichait pas mal que quelqu'un appel la police, ou qu'il soit filmé et que la vidéo se retrouve sur Youtube et face le buzz. De toute manière qu'est-ce qu'il risque ? Un tour chez les flics, il sera sortit en moins de deux en payant la caution. Et puis, il n'utilise pas ses pouvoirs, donc il passe pour un type normal, donc rien à craindre.

Une fois qu'il eut finit de donner une bonne correction au gérant et d'engueuler ces idiots qui étaient restés le cul assit sur le chaise, il alla voir l'homme qu'il venait d'aider. Après l'avoir aidé à se relever et demandé si tout allait bien, il proposa de trouver un coin plus discret. De un, tous ces regards étaient gênant, de deux la police arriverait surement car le patron leur téléphonerait surement. Le vieil homme lui indiqua qu'elle rue prendre, pour arriver dans un coin un peu plus tranquille. L'homme qu'il avait sauvé lui demanda si c'était nécessaire d'avoir passé à tabac le type du Fast food. Sincèrement, oui ! Si personne le fait, il risque de recommencer et de continuer à faire sa loi. Chris connait bien ce genre de type, tant qu'on fait rien ils se croient les rois du monde, et il faut de temps en temps leurs remonter les bretelles pour qu'ils comprennent qu'il y a plus fort qu'eux.


-Ce type à eut ce qu'il mérite. Vous avez envie qu'il recommence ? Maintenant qu'il sait qu'il n'est plus le plus fort et que des personnes sont susceptible de lui "casser la gueule", il se calmera...du moins pendant un moment, expliqua le jeune homme. Rassurez vous, je n'aurai aucun problème, et je n'ai pas peur d'en avoir.

De toute manière, vu le lot de problème qu'il a cause du fait qu'il soit un mutant, qu'est-ce qui pourrait lui arriver de pire ? Franchement, il ne voit pas. Tant qu'à être dans la merde, autant l'être jusqu'au cou. Le vieil homme exagérait en disant qu'il lui avait sauvé la vie. Ce type ne l'aurait certainement pas tué, juste bien amoché. Puis il se présenta sous le nom d'Owen. Chris accepta de prendre sa main pour la serrer tout en souriant.

-Enchanté ! Moi c'est Chris, Chris Jefferson. Il regarda Owen qui avait un peu de sang sur le visage. Ce n'était pas grave, mais il fallait désinfecter ça. Il faut nettoyer vos blessures. Je n'habite pas très loin, venez donc avec moi que je soigne ça. Et j'en profiterai pour vous préparer quelque chose à manger. Et je peux vous garantir que ça sera meilleur que le hot dog que vous auriez pu acheter !

Chris ne laissait pas vraiment le choix à Owen, et puis ou pourrait t'il aller ? Et surtout comment pourrait t'il refuser une offre aussi généreuse que celle de Jabberwock. Peut être qu'en voyant l'appartement du jeune homme, Owen aura un choc, car c'est un endroit classe, moderne et un brin luxueux. En même temps, il faut dire que Jabb est riche.

[Tu peux les faire arriver dans l'appart de jabb]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 3 Aoû - 23:39

Owen était dubitatif quant à savoir que penser du jeune homme qui venait de le sauver. D'un coté il avait osé s'interposer entre lui et ce patron de fast-food raciste alors que personne d'autre ne serait intervenu, et de l'autre, il avait tout de même passé à tabac le pauvre gars. Bha, Owen ne devait pas être aussi méfiant envers un type qui sans le connaitre le moins du monde l'avait tiré des griffes d'un restaurateur antipathique.

-"Ce type a eut ce qu'il mérite. Vous avez envie qu'il recommence ? Maintenant qu'il sait qu'il n'est plus le plus fort et que des personnes sont susceptible de lui "casser la gueule", il se calmera...du moins pendant un moment, expliqua le jeune homme. Rassurez vous, je n'aurai aucun problème, et je n'ai pas peur d'en avoir."

Décidément, ce gars là avait un sens de la justice assez expéditif et assez de courage pour foutre la honte à la moitié de New-York. Il accepta volontiers la poignée de main d'Owen. Il avait les mains fines et dépourvues de cals de quelqu'un qui ne pratiquait pas une activité manuelle intense. Pourtant la force de sa poigne disait presque le contraire ainsi que sa carrure musclée et son teint bronzé. Il devait aimer aller à la plage. De plus il avait un accent étrange qu'Owen n'arrivait pas à situer, mais qui ne venait certainement pas de la région.

Enchanté ! Moi c'est Chris, Chris Jefferson. Il regarda Owen qui avait un peu de sang sur le visage. Ce n'était pas grave, mais il fallait désinfecter ça. Il faut nettoyer vos blessures. Je n'habite pas très loin, venez donc avec moi que je soigne ça. Et j'en profiterai pour vous préparer quelque chose à manger. Et je peux vous garantir que ça sera meilleur que le hot dog que vous auriez pu acheter !

Owen porta la main à son front comme pour constater pour la première fois qu'il saignait. Il fut étonné de voir un peu de sang sur sa main. IL avait du se cogner quelque part en tombant à la renverse.

"Merci de votre aide Chris. Sans vous il m'aurait sans doute envoyé à l'hosto si quelqu'un avait eu le courage d'appeler une ambulance. Heureusement qu'il existe encore des personnes comme vous dans cette fichue ville d’hypocrites et de faux semblants. Mais vous en avez déjà fait beaucoup, je ne voudrais pas abuser. Je peux me débrouiller pour me soigner tout seul, et j'irai dans un autre restaurant pour manger un morceau."

Mais devant l'insistance de Chris, Owen finit par céder et suivit le jeune homme jusqu'a son appartement. Au début, Owen doutait qu'il habite aussi près qu'il le prétendait. Après tout le quartier était plutôt chic, et le moindre petit appartement devait couter une fortune. Pourtant après seulement quelques minutes de marche ils arrivèrent devant un immeuble qui donnait sur central park. Chris sortit ses clés et ouvrit la porte d'entrée de l'immeuble avant de faire signe à Owen de le suivre. Le bâtiment semblait relativement luxueux de l'extérieur, et l'entrée ne fit que confirmer l'impression première d'Owen. Le jeune homme appela l'ascenseur et tous deux prirent place dans la cabine, non sans qu'Owen marque une petite pause avant de finalement entrer. Chirs appuya sur le bouton du dernier étage et l'ascenseur se mit en marche.
*Bon sang, déjà que l'immeuble est cossu, en plus il habite au dernier étage, moi qui pensais que les gens riches étaient tous des égoïstes qui ne lèveraient même pas le petit doigt si leur mère se faisait agresser dans la rue et qu'il pensent en tirer un certain bénéfice.*
L'ascenseur s'arrêta et ils en sortirent pour aller devant la porte de l'appartement de Chris. Il n'y avait qu'une seule porte à cet étage. Le jeune homme ouvrit et fit signe à Owen d'entrer. Si l'apparence extérieur de l'immeuble avait préparé Owen à ce qu'il pensait voir ici, il fut tout de même surprit. L'appartement était en fait un loft immense dont presque tout un pan de mur était occupé par une gigantesque baie vitrée donnant sur un balcon avec une vue imprenable sur Central park. Rien que la vue valait à elle seule son pesant d'or. L'appartement seul devait valoir une petite fortune. A cela s'ajoutait un mobilier moderne et design pas vraiment au goût d'Owen, mais qui avait le mérite de s'accorder à merveille au lieu, tant par son luxe évident que par l’harmonie qu'il entretenait ici.
Owen resta un instant bouche bée devant le spectacle. Lui qui avait du prendre sur lui afin de ne pas trop laisser voir sa légère claustrophobie dans l'ascenseur, se sentait ici presque aussi bien qu'en plain air. Son hôte se dirigea vers ce qui semblait être le coin cuisine tout en couleurs chrome et noir, laissant Owen seul au milieu de la pièce.

"Bon sang, si j'avais su, je serais allé chercher mon smoking au pressing avant de venir."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Dim 7 Aoû - 22:01

Une fois la leçon donné au type du fast food, leçon dont il se rappellerait, Chris et le vieil homme étaient tous deux parti plus loin pour être à l’abri des regards. Il faut dire qu'avec le petit numéro de notre mutant même si celui ci n'a utilisé aucun pouvoir, tous les yeux étaient tournés vers lui. Comme certaines personnes s'amuseraient à le dire, il en faut dans le pantalon pour défier quelqu'un, surtout sur son territoire. Jabb n'est pas vraiment quelqu'un qui cherche la bagarre, il évite les problèmes en général, mais l'injustice ça non, il ne peut pas le supporter. Lui même en est limite victime car il a des pouvoirs, alors non, plus jamais ça. Loin des regards, il pouvait enfin faire le point et voir comment va la personne qu'il venait de sauver, même si ce dernier n'aurait surement pas été battu à mort. Le gérant n'aurait pas risqué de tuer un clochard qu'il méprise pour risquer de se retrouver derrière des barreaux. Voyant du sang sur le visage du pauvre homme, il lui fallait des soins, même si ce n'était pas vraiment grave, mais ça pourrait s'infecter. Alors le jeune homme proposa à son ainé de le suivre chez lui pour qu'il puisse désinfecter la plais et au passage lui faire un bon repas. En faite, ce n'était pas une proposition, il ne lui laissait pas le choix. A coup sûr, le vieil homme allait dire qu'il ne voulait pas déranger, en même temps n'importe qui aurait dit ça.

-Vous n'avez pas à me remercier. Je n'ai fais que mon devoir. J'aimerai dire que n'importe qui l'aurait fait, mais malheureusement ça s’avère faux. Je suis pas un héros, mais je ne tolère pas l'injustice et frapper quelqu'un gratuitement ça me sidère,
expliqua le jeune homme à son nouvelle ami. Assez parlé ! Suivez moi ! Nous aurons tout le temps de discuter après.

Ni une, ni deux, le jeune homme se mit en route suivit du vieux monsieur qui avançait tant bien que mal. Jabberwock n'allait pas trop vite pour ne pas trop fatiguer Owen. C'est une chance qu'il n'habite pas trop loin, au moins il ne serait pas fatigué par la marche. Il a également de la chance que l'immeuble de notre sauveur soit équipé d'un ascenseur. Pour Chris c'était un immeuble à l'apparence normal comme on peut en voir partout en ville. Celui ci est certes un peu plus beau que les autres et plus propre. Il est sur que ça n'a rien à voir avec ce qu'on peut trouver dans le Bronx ou un bidonville. Le hall d'entrée était propre, mais on était loin de l'immeuble grand luxe avec le concierge à l'accueil. Il pourrait se payer ça, mais à quoi bon ? Son appartement lui va très bien et il ne veut pas se faire remarquer plus qu'il ne le faut. Être un mutant c'est déjà assez, surtout qu'un bruit commence à courir sur un mutant possédant un pouvoir spécial. Le pouvoir d'inhiber les pouvoirs et sincèrement il n'a pas envie de devenir la nouvelle coqueluche des autres mutants. Après avoir appelé l'ascenseur et appuyé sur le bouton du dernier étage ce dernier les mena en haut dans un petit couloir débouchant sur une porte blindé, mais ça il fallait le savoir. Une fois la porte ouverte, il laissa Owen entré et ferma derrière lui. Son appartement avait celons lui rien de bien extraordinaire, c'était simple et même un peu trop vide à son gout. Mais au moins, il avait quand même de l'espace pour entreposer trois planches de Surf. Ah ça ses planches c'est sacré ! Normal vu que c'est un surfeur enfin ex surfeur professionnel. Celle du milieu était la plus vieille, la plus abimé et également la moins jolie mais c'était sa préféré car c'est tout simplement la planche qui lui a permit de remporter sa première victoire. Elle était blanche avec des symboles tribal noir à moitié effacé par l'usure et le temps. Les planches peuvent faire un peu tache dans le décor, mais pour Chris, elles sont à leurs place. Juste après Owen s'exclama quelques mots, il avait l'air "sur le cul". C'était si surprenant que ça comme appartement ?

-Mais non voyons ! Je ne vois pas ce que vous trouvez à mon appartement, c'est...je sais pas...normal ! Et vous n'avez pas besoin d'être en smoking pour y être, dite vous que je suis en short presque la plupart du temps.

Après cette petite plaisanterie, il s'éloigna pour ouvrir un meuble et sortir une petite trousse de secours avec tout un nécessaire pour soigner les blessures.


-Je vous en pris, asseyez vous, je vais nettoyer votre blessure.

En attendant que le vieille homme prenne place, il prit un morceau de coton qu'il imbiba de désinfectant, ça risque de piquer un peu, mais au moins il est sûr qu'il n'y aura aucune infection.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 10 Aoû - 0:18

Owen semblait vraiment désorienté, autant par l'endroit que par les récents événements. Il faut dire que ce n'était pas tous les jours qu'un SDF se retrouvait invité dans un endroit aussi classe. Chris semblait un hôte des plus attentionné. Il essaya de mettre Owen à l'aise en plaisantant quelque peu avant de lui proposer de soigner ses blessures. Owen balbutia vainement une excuse comme quoi il n'en avait pas besoin avant de porter la main à son visage et de voir qu'il saignait encore. Le vieil homme abandonna tout protestation quant il aperçu enfin son reflet dans un miroir tout proche de l'entrée. Il n'était pas beau à voir. Il avait plusieurs ecchymoses sur le visage, le crane un peu rappé là ou il avait heurté le sol et du sang séché au coin de la bouche. Owen sentait aussi une douleur à la poitrine, là ou sans doute le patron du snack l'avait roué de coups de pieds.
En attendant que Chris ne revienne avec la trousse à pharmacie et ne le mette au supplice, Owen fit le tour de appartement. Ce fut très rapide et simple, vu que c'était un loft. Un seul regard et un tour sur lui même lui permit d'embrasser du regard l'ensemble de la pièce. Mis à part les meubles design aussi rares qu'élégants, Owen remarqua la formidable collection de planches de surf qui occupait tout un mur ainsi que les nombreux trophées qui eux n'avaient pas encore trouvé de place d'honneur et qui dépassaient d'un carton à coté. Owen se demandait ce que tout cet attirail venait faire ici à New-York.

"Chris, c'est quoi toutes ces planches de surf et ces trophées ? Que viens foutre un surfeur ici à New-York, en Californie je comprendrai, mais ici, j'avoue ne pas comprendre."

En attendant la réponse, Owen s'assit sur l'un des poufs tout proche et détendit ses jambes douloureuses. La marche pour venir jusqu'ici n'avait pas été très longue, mais ils avaient marché vite. Les vieilles jambes d'Owen souffraient le martyre presque autant que ses cotes ou son visage. Maintenant qu'il était assis, il sentit bien qu'il devait avoir peut être une ou deux cotes fêlées.

"Ça vous arrive souvent de vous porter au secours d'un pauvre SDF en détresse et ensuite d’inviter chez vous pour jouer au docteur ? C'est pas que je me méfie, mais de nos jours ce genre de geste désintéressé devient rare voire du domaine du mythe."

[HJ: Désol pour le manque d'inspi, mais je rentre de weekend et je voulais poster le plus vite possible.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mar 16 Aoû - 22:38

Chris laissa le vieil homme pendant qu'il filait dans la salle de bain pour trouver de quoi soigner son invité. C'est une chance qu'il ait une trousse de secours avec le minimum syndicale. Par contre, il du chercher une autre fiole d'alcool car la sienne était presque vide et pour désinfecter il valait mieux avoir autre chose qu'un fond. C'est une chance, il avait une bouteille d'avance. Il prit le tout et retourna voir son nouvel ami. Celui ci avait l'air d'un enfant et regardait l'intérieur du loft. Pour Jabb ça n'a rien d'impressionnant mais pour quelqu'un qui n'a pas de maison et qui vie dans la rue jour et nuit, ce genre d'endroit ça doit être démesuré. Le jeune homme espère que ça ne mettrait pas Owen mal à l'aise, après tout il y a un gros écart de classe social si l'on peut le dire ainsi. Et il pourrait également ce demander comment un gosse peut se payer un appartement comme celui ci à son age. Mais bon, tant qu'il ne pose pas de question il ne s’aventura pas sur ce chemin la. Son invité avait remarqué les planches de surf qui faisait plutôt tâche dans le décors si moderne et classieux. Un carton plein de médaille et de coupe était encore posé à même le sol attendant d'être enfin vidé. Jusque là, Chris n'avait pas vraiment eut le temps de s'occuper de ranger ses trophées et il n'en avait pas le cœur non plus. La question du jour est donc qu'est-ce qu peut bien faire un surfeur dans une ville comme New York ? C'est la question à un million de dollars.

-Disons que c'est une longue histoire, on a tous notre lot de problème confia t'il en hochant des épaules. J'ai en parti du stopper le surf à cause d'une blessure et quand on est un sportif de haut niveau ça ne pardonne pas. Et j'ai plus ou moins fuis la médiatisation qui aurait suivit tout ça dans mon pays !

Bon, ok ! C'était faux ! Il n'avait pas fuit la médiatisation de la fin de sa carrière, mais plutot celle qui aurait pu dire au monde entier que c'est un mutant. De plus son départ était surtout lié à la sécurité de sa famille et de ses amis. Il ne voulait pas que ceux ci aient des problèmes par sa faute. Il l'a déjà vécu une fois et ça à suffit. La fuite était donc la meilleure solution. Pourquoi New York City plutôt que la cité des anges ? Le siège social de la société ou il est conseillé pour toute les marques de sportwear et autres se trouve à NY.

-C'est vrai que les vagues me manque. J'aimerai bien faire un tour en Floride ou a Hawaii mais je n'en ai pas eu le temps. J'ai pas mal de chose à faire ici.


Il avait commençait à sortir ce qu'il fallait et versa de l'alcool sur une compresse pour désinfecter les blessures d'Owen. A y voir de plus prés c'était superficiel, rien de très grave et ça devrait guérir assez vite. Toutefois, quand il aura finit de désinfecter, il mettra des strips pour que ça tienne bien la blessure fermé. Car l'une d'entre elle est à la limite des points de sutures. Enfin, il n'est pas médecin, mais comme on le dit "mieux vaut prévenir que guérir". Pendant qu'il le soignait, le sans abris lui demanda si c'était une habitude chez lui de sauver les SDF. Une habitude, non pas vraiment, enfin, c'est quand même la deuxième fois à New York qu'il vient en aide à quelqu'un, faudrait pas que ça devienne une habitude !

-Je n'aime pas voir les gens souffrir, et puis ce type...c'était vraiment un "connard". Quand je pense que personne n'est venu vous aider...ça me sidère ! Comment de nos jours quelqu'un ne peut pas réagir à ça ? Normalement, ils devraient tous passer devant le juge, non assistance en personne en danger. C'est à peine croyable soupira t'il d'un air déçu. L’Amérique est un pays décidément bien étrange. J'ai l'impression que personne ne se préoccupe des autres et tous le monde à l'air de fuir face au danger. On m'a éduqué en m'inculquant des valeurs, et venir en aide aux autres est une chose qu'on m'a souvent rabâché. Alors n'ayez pas peur, je ne vous veux vraiment aucun mal. Vous pouvez me considérer comme un ami.

Jabberwock venait de finir de désinfecter les plais, il ne reste plus qu'à mettre les strips et ça devrait faire l'affaire.

-Dite, vous allez peut être me trouver indiscret, mais que vous est-il arrivé pour que vous soyez dans la rue aujourd'hui ?

[dsl pour ce gros retard]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 17 Aoû - 9:37

Finalement Owen avait vu juste. Chris était un ancien Surfeur professionnel, surement d'origine Australienne vu son accent. Même s'il semblait avoir du arrêter la compétition à cause d'une blessure, il avait semble t'il suffisamment gagné d'argent pour vivre dans le luxe. Owen qui avait passé plus de la moitié de sa vie ne prison, ne comprenait pas vraiment l’engouement que suscitait tous ces sportifs. Autre époque, autres mœurs.
Chris revint avec de qui soigner Owen et le vieil homme eut du mal à retenir quelques grimaces quant il désinfecta ses quelques plaies avec de l'alcool. Heureusement ce n'étaient que de petites écorchures, mais on n'était jamais trop prudent, surtout quant on vivait dans la rue.
Chris semblait vraiment avoir un grand cœur, bien que sa réaction eut paru disproportionnée à Owen. Passer à tabac le patron du fastfood qui l'avait agressé, était sans soute un peu excessif. Mais sur le reste Chris avait parfaitement raison. Les gens ne se souciaient que d'eux même, et c'était d'autant plus vraie dans une ville comme New-York.

"Vous êtes un peu dur avec eux. Mais il est vrai que depuis quelques temps ça vas de mal en pis. New-York a toujours été une ville individualiste, du moins en partie. Il y a parfois un choc ou un évènement qui réveille la solidarité que chacun cache au fond de lui. Regardez le 11 Septembre. Mais dans la vie de tous les jours, les gens sont foncièrement égoïstes et peureux. Le moindre petit voleur à la tire possède un flingue et n'hésite plus à s'en servir, même contre la police. Pourquoi voudriez vous qu'un inconnu aille risquer sa vie pour aider quelqu'un au risque de se faire tirer dessus? Il y a quelques temps, un SDF comme moi a été poignardé en pleine rue devant les caméra de surveillance d'une banque. Sur la vidéo, on voit des dizaines et des dizaines de passants regarder un pauvre gars agoniser et personne ne fait rien. Et quant on en voit un sortir son portable, ce n'est pas pour appeler les secours, mais pour prendre des photos. Alors des fois je pense comme vous, le monde devient trop horrible et cynique pour que les petites gens comme moi y trouvent leur place. Heureusement que de temps en temps une personne vertueuse essaye de changer les choses. Encore merci pour votre intervention, même si je l'ai trouvée un peu trop musclée à mon gout, que voulez vous, je n'aime pas la violence."

Owen s’attendait à la dernière question de Chris. Et si au début il le redoutait et avait peur de la réponse qu'il pourrait avoir envie de lui donner, avec le temps il avait apprit à apprécier le jeune homme et ne voulait pas lui mentir, même s'il redoutait sa réaction...

"Pour tout vous dire, si aujourd'hui je vis dans la rue, c'est que j'ai passé pas mal d'années en prison. J'ai fait quelques bêtises dans ma jeunesse, et j'en ai payé le prix. J'ai été libéré il y a peu, mais à mon âge et avec mon casier et mon passé d'ancien détenu, trouver un travail s'est avéré impossible, surtout avec la crise. J'ai perdu tout ce que je possédait, et ce n'était pas grand chose, alors je vis là où je peux, dans la rue. Central Park est un endroit assez agréable sauf en hiver bien sûr. Je me débrouille comme je peux pour ramasser un peu d'argent et manger à ma faim, et quant je n'y arrive plus, je vais dans des centres pour SDF. Mais les places sont limitées et je n'aime pas trop ces endroits."

Owen semblait triste lorsqu'il parla de son passé de criminel. Il semblait regretter ce qu'il avait fait, mais sans que l'on puisse savoir si c'était du remord pour ses actes ou pour ce qu'il avait perdu. Visiblement la prison l'avait brisé, et certaines choses concernant le vieil homme devenaient plus claires avec cette révélation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Lun 29 Aoû - 20:58

Le vieil homme trouvait que Jabb était dur avec les gens qui n'avait rien fait. Pourtant non, pour tout dire le jeune homme trouve même qu'il est trop gentil. Dans la vie, il y a des choses qu'on peut accepter, et d'autre non. Voir quelqu'un se faire tabasser en pleine rue, et ne rien faire pour l'aider ou dissuader l'agresseur d’arrêter c'est un crime. Les gens devraient au moins au minimum prévenir la police même si ceux ci arrive trop tard. Comme le disait son invité, il faut des catastrophes pour que les gens s'entraident et c'est triste de devoir dire ça mais c'est vrai. Quoi que dans un premier temps, tout le monde ne pense qu'à lui, fuir pour survivre puis après, quand ils sont en sécurités c'est la qu'ils s'inquiètent pour les autres.

-Le monde deviens dingue ! Je crois que plus rien ne pourra changer à moins que nous revenions des siècles en arrière et encore c'était la loi du plus fort à l'époque. En plus aujourd'hui, il y a les problèmes avec les mutants. Je ne comprends pas pourquoi, il y a toute cette agitation autour d'eux. Ce sont des gens comme tout le monde qui ne demande qu'à mener une vie tranquille.


Jabberwock fait partit de ces personnes, il en a marre qu'on le poursuive ou qu'on veuille l'utiliser. Est-ce possible de pouvoir vivre comme un être normal même avec des pouvoirs ? Le problème c'est que son pouvoir peut être important aux yeux de certaine personne. Les anti mutant pourrait vouloir l'utiliser pour supprimer les pouvoirs de tout les mutants. Mais les mutants eux même ont besoin de lui pour les aider. Après tout quoi de mieux qu'un mutant qui enlève les pouvoirs aux mutants ennemie lors d'une bataille. C'est bien pour ça qu'il fait son possible pour rester discret et éviter que qui que ce soit apprenne qu'il est un mutant. Son exploit l'autre jour a déjà informé pas mal de monde sur la question qui il est. Il n'utilise pas de pouvoir apparrant, mais un homme qui arrive à battre un mutant qui doit avoir de grand pouvoir ça va éveiller les soupçons de beaucoup de monde.

-Je suis désolé si vous avez trouvé mon intervention un peu trop violente, mais c'était la seule solution et vous le savez aussi bien que moi. Ce mec ne m'aurait pas écouté. Et puis, il l'avait vraiment mérité. Je suis pas quelqu'un de méchant, mais quand je vois ça, ça m'énerve assez facilement.

Puis une question éveilla sa curiosité, celle concernant le comment et le pourquoi Owen se retrouve sans abris. Ce ne sont pas ses affaires c'est sur, mais il voudrait savoir. La curiosité est un vilain défaut, mais ça permet aussi de faire la conversation. Chris fut assez surprit d'apprendre que le vieil homme avait fait de la prison. Tout de suite, il se demanda ce qu'il avait bien pu faire. Il n'avait pas la tête d'un tueur. Peut être qu'il avait volé ? Des fraudes ? Un malheureux accident ? Le jeune homme ne le jugerait pas, ce n'est pas à lui de faire et puis il a déjà payé pour ces bêtises. Du coup, à sa sortit de prison la chance ne lui avait pas souris, pas de boulot pour lui, tout perdu et donc bonjour la rue. C'est triste de voir ça.

-Ce ne sont pas mes affaires, mais qu'avait vous fait pour vous retrouver en prison ? Et vous y êtes resté combien de temps ?

Le meilleur moyen de comprendre c'est bien de demander c'est justement ce qu'il faisait. Au moins, il en apprendrait plus sur le vieil homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Dim 11 Sep - 23:40

Owen trouvait la réaction de Chris un peu exagérée, mais il la comprenait finalement beaucoup mieux qu'il ne l'aurait cru. Après tout s'il n'était pas intervenu, Owen aurait surement utilisé son pouvoir et les conséquences auraient pu être assez fâcheuses.
Malheureusement son hôte avait raison. C'était dans les situations les plus difficiles que les hommes montraient le meilleurs d'eux même ou le pire. La loi du plus fort avait une certaine logique à une certaine époque, mais aujourd’hui on voudrait nous faire croire que la civilisation est au dessus de tout ça. Que nous valons mieux que d'autres. Foutaises...

"Veuillez m'excuser Chris, je ne voulais pas vous reprocher d'être intervenu. Et vous avez raison quant vous dites qu'il le méritait. J'espère seulement que cela ne vous causera pas trop d'ennuis. Je trouve amusant de vous entendre parler des mutants comme des gens comme tout le monde. Il ne faut pas se leurrer, ils sont différents. Et c'est pour ça que certains les craignent ou les détestent. Mais dans l'ensemble vous avez surement raison. Ils ne doivent chercher qu'à vivre tranquille comme n'importe qui."

Owen trouvait Chris de plus en plus sympathique. Il semblait avoir l'esprit ouvert et du courage à revendre. Même si il semblait avoir le sang un peu trop chaud au gout du vieil homme. Owen se sentit un pue moins gêné par son aide et son hospitalité. Pourtant le moment qu'il redoutait un pue arriva. Chris voulait logiquement en savoir plus sur lui et les questions embarrassantes arrivèrent. Restait à savoir ce que Owen pouvait ou voulait lui révéler...

"C'est un peu délicat pour moi d'en parler. J'ai fait pas mal d'erreurs dans ma jeunesse, j'en ai payé le prix, et je le paye encore aujourd'hui. Pour faire simple, j'ai fais pas mal de grabuge ici à New-York et j'ai été finalement arrêté. J'ai passé plus de quarante ans à Riker's Island, et j'ai été finalement libéré sur parole il y a un peu plus d'un an. Vous imaginez combien il peut être difficile pour quelqu'un de mon âge et avec un casier pour trouver un travail. La rue reste le seul endroit où je puisse encore survivre."

Owen espérait que ses vagues explications suffiraient à Chris. De toute façon si il voulait en savoir plus, il lui suffirait d'aller sur internet et de faire quelques recherches avec son nom et en remontant à un peu plus de 42 ans et il en saurait plus...


[Désol pour l'attente, j'ai été pas mal occupé ces temps ci, et j'avais complètement zappé ta réponse...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Dim 9 Oct - 21:57

Il n'y a pas a dire, un type qui casse la gueule à un autre car c'est juste un SDF franchement faut pas abuser. Chris ne regrettait pas d'être intervenu et d'avoir mit la pâté a ce salopard. Des ennuies bien sur qu'il peut en avoir, la police pourrait venir chez lui et lui dire deux mots ou bien venir l’arrêter pour coup et blessure. Et alors ? Avec de l'argent aujourd'hui on achète qui on veut. Chris ne passerait même pas plus d'une heure derrière les barreaux d'une cellule, il lui suffirait de payer la caution et ça serait bon pour lui. De toute manière, il n'y a aucune raison qu'on vienne l’arrêter vu qu'il a fait son devoir de citoyen et qu'il est venu en aide à une personne en danger. Malgré ça, le jeune homme comprenait l'ennuie du vieil homme qui s'inquiétait qu'à cause de lui il puisse avoir des problèmes. C'était tout naturel et sympa de sa part, mais vraiment il n'y avait pas de quoi. Quand au fait qu'il parle des mutants comme de personne normal c'est tout à fait légitime. Lui même est l'un de ces "monstres" et il ne veut pas être vu comme tel. Il est normal, c'est un humain comme les autres qui doit manger, boire, dormir, aller au toilette, qui a des amis, qui doit travailler. La seule chose qui le différencie des autres c'est son pouvoir. Et encore son pouvoir...si on peut l'appeler ainsi. De tous les mutants, c'est certainement l'un de ce qui à la chance d'être le plus normal. Son pouvoir ne peut pas être vu, du moins pas par un humain.

-Les mutants sont des humains comme tout le monde. Si vous voulez mon avis, les simples humains sont plus dangereux qu'eux juste à leurs manière de penser. Une simple différence les effrayes. Si on écouterait certaine personne ont aurait le droit à un génocide de mutant. C'est eux qui ne sont pas humains pour avoir de tel idée.


La différence effraye, rien ne pourra changer ça il faut croire. Mais oublions un instant tout les problèmes que les humains crées. Le jeune homme voulait en savoir plus sur Owen. Il était curieux de savoir pourquoi celui ci avait finit en prison. Jabb pouvait comprendre que ça n'avait rien de facile d'en parler, alors il lui expliqua de manière simple sans entrer dans les détailles. Les explications n'apprirent pas grand chose aux jeunes hommes, juste qu'il avait fait des erreurs dans sa jeunesse qui l'ont mené en prison. Quoi qu'il en soit, il avait purgé sa peine, il a payé pour ces erreurs ce n'est donc pas à lui de le juger pour ça aujourd'hui.


-Ne vous en faite pas, je ne vous jugerai pas. Vous avez l'air d'avoir payer pour vos erreurs et de le regretter. Je peux peu être vous aider aujourd’hui. Si vous cherchez du boulot, travaillé pour moi ! proposa Jabb sans trop réfléchir.

Qu'est-ce qu'il pourrait lui proposer comme job ? A y réfléchir celui qui conviendrait le mieux serait celui de Major d'homme, qu'il s'occupe de l'appartement, le ménage si l'envie lui en dit et la cuisine s'il sait faire. Et il pourra être nourri, logé et blanchi gratuitement chez Jabb. Quand on peut s'entraider autant le faire.




[dsl pour le retard ! J'ai profiter de la fin de mes vacances et j'avais aussi aucune envie de RP pendant ce temps ! Dsl !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Lun 10 Oct - 21:03

Décidément Chris étonnait Owen de plus en plus. Il était normal qu'il se pose quelques questions sur le passé du vieil homme, mais qu'il se contente de ses vagues explications sans rien demander de plus était remarquable. IL avait beau être jeune, il ne manquait pas d'esprit et de jugeote. Sa façon de parler des mutants était loin des pensées habituelles qui reflétaient plus la peur et la haine qu'autre chose. Il semblait plus humain qu'Owen ne l'aurait cru au premier abord. La violence de leur rencontre avait visiblement faussé le jugement du vieil homme.

"Chris, ce que vous dites est plein de bon sens. Je regrette que plus de gens ne puissent penser comme vous. Cette haine entre humains et Mutants me semble trop malsaine pour ne pas finir en catastrophe. Après tout le pire semble être déjà arrivé avec cette guerre civile entre supers héros et la mort d'une icône. Mais ce qui m'effraye le plus, c'est le sentiment que le pire reste à venir, que les choses peuvent encore dégénérer et nous plonger dans le chaos le plus total. Vous avez sans doute raison de dire que les humains sont dangereux. Plus que les mutants, je ne crois pas. Autant, certainement. Les mutants ne sont que des humains avec certains dons extraordinaires après tout. Les uns comme les autres peuvent commettre l'irréparable, car tous deux ne sont que des humains."

Il était difficile de savoir où ce vieil SDF ancien taulard pouvait trouver ce genre de discourt. Mais il semblait aussi convaincu que convainquant dans tout ce qu'il disait. A croire que la prison pouvait rendre philosophe. Owen semblait prendre confiance ici, Discuter avec Chris lui plaisait de plus en plus. Il semblait arriver à cerner le personnage, mais finalement la dernière proposition du jeune homme le prit complètement au dépourvu.

"Je peux peu être vous aider aujourd’hui. Si vous cherchez du boulot, travaillé pour moi !"

Owen mit un moment à digérer ce qu'il venait d'entendre. Pas besoin d'être télépathe pour voir à son expression qu'il avait été surprit. Il mit un moment à remettre ses idées en place avant de répondre.

"Décidément vous ne cessez de m'étonner jeune homme. La plupart des gens que j'ai croisé et qui m'ont proposé de l'aide, n'ont fait que me donner de l'argent. Vous, vous semblez voir au delà. Comme disait Confucius: Ne donne pas de poisson à celui qui a faim, mais apprends lui à pêcher. Votre proposition m’honore. Je rechigne un peu à mendier, mais un travail c'est autre chose. Par contre je vois mal quel genre de travail je pourrais faire pour vous. Même si vous me dites que vous possédez un laboratoire et que vous avez besoin d'un technicien en physique nucléaire, je crains de ne plus être à la page dans ce domaine..."

Owen avait été surprit par la proposition de Chris. Du coup il ne savait pas vraiment quoi penser en attendant la proposition du jeune homme.

[Pas de problème, j'avais moi même mis un peu de temps la dernière fois, et de toutes façon, je n'ai récupéré une connexion internet décente qu'il y a peu...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Dim 16 Oct - 21:59

Plein de bon sens ? Non c'est pas vraiment le genre de Chris d'être plein de bon sens, il est juste normal. C'est ça manière de penser. Le jeune homme à apprit ces cours d'histoire quand il était à l'école, il se souvient que des guerres ou plutôt des génocides ont étaient commit seulement à cause de la différence. Les juifs qui on périt pendant la seconde guerre mondial seulement car ils étaient juifs ! Ces gens n'avaient rien de bien différent des autres, ils pratiquaient seulement une religion différente avec des coutumes également différente. Ceci leurs à valut la mort. Au moyenne age, on brulait des femmes étrange sous seul prétexte qu'elles étaient des sorcières. Bref, notre monde n'a cessé de tuer pour différence, des différences qui font peurs, qui rendent jaloux et nous pouvons très certainement trouver des millier d'autres raisons. Maintenant que l'être humain lambda est face à une vrai raison d'avoir peur, une raison d'haïr quelqu'un qui est différent de lui, il le fait. Mais pourquoi ? Les mutants n'en restent pas moins des humains. Des humains avec un petit plus, un pouvoir par forcément utile, un pouvoir qui parfois leur gâche la vie. Les gens normaux, si seulement la normalité existe, ne comprennent pas que les pouvoirs peuvent gâcher la vie de certains mutants. Alors est-ce du bon sens de penser différemment ? Non c'est la simple logique des choses, voir les événements d'une manière assez neutre. Voir le mal partout ne fait que nous rendre d'avantage paranoïaque. C'est comme penser qu'on ne va pas y arriver, si on le pense vraiment, on échoue.

-C'est la manière de penser des gens qui fait que cette haine existe. L'être humain à tendance à être un vrai mouton. Il suffit qu'une personne dise quelque chose pour que tous le monde se mettent à penser pareille. Une fois que la psychose est en place, c'est presque impossible de changer la donne. Peut importe que parmi les mutants il y ait des gentils, la seule et unique chose que les gens voient, c'est qu'ils sont dangereux. Après tout, qui irait mettre sont enfant dans un enclos avec loup ? Personne.


La comparaison est certes tiré par les cheveux, mais elle colle plutôt bien. Le loup est un animal craintif, ceux qui sont en cage sont peut être même plus docile que ceux qui sont dans leurs habitat sauvage. Les bêtes n'attaqueraient peut être pas l'enfant. Mais ce n'est pas pour autant qu'on y laisserait un enfant. Pour les mutants c'est pareille, ce sont des humains, mais ils sont dangereux. Le débat dur déjà depuis longtemps et il va certainement continuer un long moment encore. Jabberwock proposa au vieil homme de travailler pour lui. Ça lui semblait plus honnête que de donner de l'argent qu'il risque de ce faire voler dans la rue ou qu'il pourrait dépenser inutilement dans de l'alcool. Non, il ne le prend pas pour un alcoolique, mais ce n'est pas rare de voir des SDF alcoolique, après tout l'alcool ça tient chaud l'hiver. Et puis une fois qui lui aura donné de l'argent, il se passera quoi une fois tout dépensé ?
Owen était surprit ce qui est compréhensible, qui irait donner du boulot à un parfait inconnu qui sort de taule ? Ben Chris !


-Vous n'avez pas besoin d'être qualifié pour faire le boulot que je vous offre. La seule chose que je vous demande c'est de vous occuper de cette endroit. C'est pas le top comme boulot, c'est loin d'être exicitant et passionnant, mais je suis en train de reprendre contact avec des sponsors et je vais être très pris.Du coup, j'ai pas vraiment le temps de faire le ménage et tout ce qui va avec. En gros, vous auriez juste à garder cet endroit propre, et vous occupez des futurs plante que je compte acheter pour égayer un peu le loft. Si vous aimez cuisiner, vous pouvez également vous amuser ! Pour commencer, vous aurez 500 dollars par semaine, et vous pouvez utiliser la chambre d'ami.

Oui, Chris est généreux mais il ne manque pas d'argent.

-C'est à prendre ou à laisser !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   Mer 23 Nov - 21:39

Owen n'en revenait pas de ce qu'il venait d'entendre. Chris lui offrait non seulement un travail, mais il voulait le payer royalement pour ça. 500$ par semaine, c'était même plus que ne lui avait donné Stark il y a un an lorsqu'il l'avait jeté à la rue après plusieurs mois de bons et loyaux services. Mais Owen avait du mal à comprendre pourquoi ce type qu'il ne connaissait pas il y a une heure voulait faire ça pour lui. après toutes ces années passées en prison et ensuite ces quelques mois au service de Stark, il était devenu un peu méfiant. Tout cela semblait trop beau pour être vrai.

"Chris. Votre offre est plus que généreuse, même trop j'en ai peur. Vous me connaissez à peine et vous voulez que je vive chez vous et que je m'occupe de votre appartement. soit je suis un peu trop paranoïaque, soit c'est vous qui n'êtes pas assez méfiant avec les étrangers. Même après vous avoir dit que j'avais été en prison pendant plus de quarante ans, vous me proposez ça. J'avoue rester un peu dubitatif."

Owen attendit un instant pour voir la réaction de Chris. Il sembla un peu déçu, mais le vieil homme ne perçu rien d'autre.

"En plus, je crains de ne pas vous être d'un grand secours dans l'entretien de cet endroit. Comme vous avez pu le remarquer, je ne suis plus tout jeune, et le me fatigue vite. Je suis sur que vous allez me répondre que le peu que j'arriverai à faire vous suffit, mais j'aurais l'impression de vous voler mon salaire. Surtout que 500$ par semaine c'est plus que je ne gagnais même à l'époque où je travaillais au labo de la centrale."

Owen hésita un instant. Une question commençait à germer dans son esprit, mais il n'osait pas la poser. Cette rencontre, cette proposition était-elle vraiment le fruit du hasard ? Et si Chris travaillait en fait pour Stark, l'Initiative, ou le SHIELD ? Et si toute cette histoire n'avais pour but que de le garder sous surveillance étroite ?

"Chris, tout ceci me parait trop brusque trop étrange. Ne m'en veuillez pas de me méfier, mais je n'ai pas l'habitude de ce genre d'attitude à mon égard."

Owen marqua encore une pause... Il n'y tenait plus, il falait qu'il en ait le cœur net.

"Qui êtes vous en fait ? Ce n'est pas Tony Stark ou son organisation qui vous envoie au moins ? Je ne veux plus rien avoir à faire avec eux..."

Voila c'était dit. Owen prenait un gros risque de parler de ça. Mais en même temps, Stark avait beau être très connu, cela ne révélait pas grand chose sur Owen. Des milliers de personnes travaillaient pour Stark Industries et ses filiales et très peu étaient des mutants. Owen aurait très bien pu être un ingénieur en physique nucléaire qui avait démissionné et que Stark voulait reprendre. C'était presque ça en fait.....


[Désolé pour le très long retard de ma réponse. Mais entre le voyage, mon ordi cramé et le boulot, j'avais complètement zappé ta réponse. Heureusement que j'ai passé un peu le forum en revue pour me mettre à jour, sinon tu aurais encore attendu un moment....]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu d'humanité dans ce monde d'indiférence. [PV Jabberwock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-