Partagez | .
 

 Hey, are you dead...? [pv. Owen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Sam 8 Oct - 13:38

~ I found a man on the floor, he was sleeping or something else, I mean he didn't move... I think that he was dead!

Le bruit des talons percutant le goudrons de la ville résonnait entre les ruelles... La lune de cette fraîche nuit d'été éclairait de sa douce lumière le chemin de la frêle silhouette qui errait en ces lieux à une heure si tardive... Ses formes nous prouvait qu'il s'agissait d'une femme, mais mise à part sa chevelure d'ébène on ne pouvait apercevoir ses traits... Qu'importe vous saurez bien rapidement de qui il s'agit, ne vous inquiétez pas... Si ce n'est le but de son errance, je n'en sais rien moi même. Peut-être qu'elle était frappé par une insomnie, peut-être qu'elle attendait quelqu'un à l'autre bout de la ville... Mystère que voila. Ce que je sais par contre, c'est la même chose que vous: elle était seule dans les rues de New York, sans défense contre les attaques de vieilles crapules ou des gangs... Sans défense? Réellement...? Si ça se trouve, il s'agissait d'une mutante... Qu'est-ce? Un être supérieur, possédant des dons surnaturels... Les humains normaux en avait peur, mais comment pouvaient-ils faire la différence entre eux et les autres...? Ils se ressemblaient tellement à quelques détails près. En tout cas, ce "problème mutants" avait paniqué la plupart de la ville sans la moindre raison. Dorénavant ces humains extraordinaire étaient traqués pour être recensés et découvert par toute la population... Ce qu'on ignore c'est qu'eux même se voilent la face au début, cachant alors leur différence aux yeux de leur proche, ne sachant pas comment faire pour redevenir "humain" et non devenir "monstre"... Mais y'a-t-il réelement une différence entre les deux?

Une faible lueur éclaira dans la nuit, celle d'une petite flamme sortie d'un briquet... Une petite flammèche qui s'éteint presque aussi vite après s'être allumée. Mais elle eut le temps d'éclairer le visage de notre demoiselle. Il ne s'agissait autre que de Takumi. Oui, la jeune ex-rebelle tourmentée, Kiyo. On ne se souvient pas d'elle, ni de ses amis, étant donné qu'ils n'étaient pas bien connu, mais la police se souvient très bien de son visage, et de la faible lueur dans ses yeux... La jeune femme referma le briquet et insuffla de la néfaste fumée de sa cigarette récemment allumée, puis souffla tout d'un coup en fermant les yeux. Cette douce et fraîche nuit était bien mélancolique... Elle traversa un trottoir sans dire mot et se dirigea vers Central Park. Plusieurs personnes virent lui demander de lui prêter une de ses cigarettes ce qu'elle refusa catégoriquement. A vrai dire, elle ne comptait pas arrêter, juste se priver un peu pour éviter de devenir trop dépendante... Mais ça, vous vous en fichez royalement vous n'en n'avez que faire... La seule chose qui vous intéresse c'est son but, pourquoi erre-t-elle? La finalité de sa marche silencieuse accompagnée de sa fidèle amie Miss Clope. Kiyo semblait songeuse, elle devait surement penser à son passé et à la spécialité de ce jour, enfin ... D'hier car minuit venait de passer... Mais je vais me taire, ce serait trop vous dire. Un peu de mystère pimente toujours les choses, non? Bref, elle referma son manteau de cuir camel, malgré qu'on était en été, et pénétra dans le gigantesque park de New York. Ici était le territoire des dealers, des SDF, des criminels en tout genre, seulement cette jeune femme n'était pas une enfant de cœur non plus, malgré qu'elle a pris une tout autre voie... Elle garda sa cigarette au bec et vint s'assoir sur un banc, proche d'un arbre... L'ex-rebelle profita de ce moment de mélancolie pour repartir à ses pensées et laisser le sommeil la gagner... Elle ne dormait pas bien, et ne pouvait se laisser à plusieurs heures de profonde inconscience sous peine de passer un sale quart d'heure ensuite. Rien de bien grave, ne vous inquiétez pas ... Juste quelques soucis technique... Enfin, on va appeler ça comme ça... Tiens, en y repensant, une profonde lassitude sembla s'emparer d'elle... Elle soupira et détourna le regard vers une autre direction. Et c'est là qu'elle aperçut cette homme. Enfin "homme" "homme" ... "Corps" on va dire. Dans la pénombre il ressemblait à un cadavre, et seule la faible lueur de sa cigarette presque finie éclairait les alentours... Et encore. Elle se retint de déglutir, gardant son calme légendaire tandis que son esprit rentrait dans une phase d'ébullition. C'est qu'elle ne se sentait pas à l'aise avec des cadavres autour d'elle... Et s'il s'agissait d'un SDF au bord de l'agonie? Elle soupira. Pourquoi était-elle si gentille?

Elle s'approcha lentement du corps (ou de la personne au choix) avec une certaine méfiance à vrai dire. Si ça se trouve, il faisait ça juste pour l'attirer et lui faire les poches ensuite... Sincèrement pourquoi avait-elle une telle imagination? A vint-un an, normalement, on est censé avoir les pieds sur terre et faire preuve de rationnel. Mais ce n'était pas le cas de notre jeune femme... Bref, elle s'approcha donc, cigarette à la bouche pour éclairer ses pas de cette forme inquiétante. Et alors qu'elle posa sa main sur l'épaule de la "chose" invisible à ses yeux, elle finit entièrement sa cigarette qui s'éteint. Elle leva les yeux au ciel, en signe d'auto-exaspération, tentant d’apercevoir le ciel, sans succès: les platanes cachant avec leur branches couvertes de feuilles les douces lueurs de la lune, seul moyen d'éclairer dans ses circonstances et à cette heure. Elle fouilla dans sa poche tandis qu'elle retira sa cigarette finie de ses lèvres et demanda doucement:


-... Hey... Vous êtes mort?

Non, non, elle n'est pas bizarre... Juste un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Sam 8 Oct - 20:34

Owen avait erré pendant longtemps dans central parc avant de trouver un endroit convenable pour dormir. Les rares palces où il avait ses habitudes étaient déja occupées ou squattées par des junkies ou d'autres personnes encore moins recomandables. Pourtant il ne s'était pas laissé abattre et il avait marché un long moment avant de fnir par se coucher à même l'herbe sous un grand arbre. L'endroit était plutôt bien compte tenu des circonstances. L'herbe était fraiche et offrait une couche plus confortable que le dur bois des bancs publics. L'épaisse frondaison de l'arbre au seddus de lui occultait le peu de lumière que diffusait la ville environante, et le seul réverbère qui aurait pu le géner dans le coin était gruillé. Finalement il était sans doute mieux ici qu'ailleurs
C'était étonant après tout ce temps passé ici de pouvoir encore trouver des endroits inconnus. Certes, Central parc était un immence ilot de verdure perdu au beau millieu de Manhatan, mais on aurait pu penser qu'après plus d'un an passé à y vivre le vieil SDF en connaisse les moindes recoins. Pourtant ce n'était pas vraiment le cas. Il est vrai qu'Owen ne cherchait pas vraiment à explorer sa nouvelle demeure, mais il l'avait pourtant arpenté dans tous les sens.
Pour l'heure le vieil homme avait un mal fou à trouver le sommeil. La faute sans doute à la trop longue marche qu'il avait du faire avant d'arriver finalement ici, à moins que ce ne soit l'obscurité anormale du lieu ou encore l'étrange silence qui y régnait. Malgré la proximité de la ville, ici au coeur du parc, aucun son parasite ne semblait filtrer à travers la végétation. Pour un citadin pur souche comme Owen, cela pouvait être stressant. Au bout d'un temps qui lui parut infini, Owen trouva enfin une position confortable et parvint à oublier la douleur de ses jambes. Peu à peu il perdit conscience de son environement tantdis que le sommeil s'emparait de lui. Il n'entendit pas les pas de l'inconnue qui s'approchait.
Une jeune femme, cigarette à la main, s'assit sur le banc tout proche. Owen avait voulu s'y instaler pour la nuit comme à son habitude, mais il était équipé d'accoudoirs métaliques qui empêchait quiconque de s'y allonger sans se contorsionner. Encore une idée du maire contre les SDF. Heureusement que tous les bancs de Central Parc n'étaient pas encore comme ça.
La jeune femme resta un instant avant de se tourner vers l'endroit où était allongé Owen. Malgré l'obscurité elle dut apercevoir le vieiil SDF car elle se leva et se dirigea vers lui à la seule lueur de mégot qu'elle tenait dans sa main. Owen était maintenant complêtement endormi et il n'entendit pas s'aprocher la jeune inconnue. Il devait respirer à peine et ne faire aucun bruit, car elle crut qu'il était mort et lui secoua l'épaule.

"-... Hey... Vous êtes mort? "

Le vieil homme fut réveillé en sursaut, et il se releva d'un seul coup, repoussant instinctivement le bras de la jeune femme en gémissant des paroles incompréhensibles, sans doute voilée par le sommeil. Il se retrouva assis en face de Kiyo sans vraiment la voir, à cause de lo'bscurité et la vue encore embuée de sommeil.

"...Hein ??? Quoi... Quece que c'est ??? Qui est là ???"

[Désolé pour la longueur , mais je n'ai pas encore récupéré une connexion digne de ce nom, promis je ferais mieux très bientôt...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Sam 15 Oct - 14:04

[Non, non, t'inquiètes pas c'est parfait Wink ]

~But he wasn't... He was really affraid cause he didn't see my face... What he doesn't know, this is that I was too!

-...Hein ??? Quoi... Qu'est-ce que c'est ??? Qui est là ???

Kiyo retira instinctivement sa main tandis que l'affolement se traduisait dans la voix fatiguée de l'homme... Il s'agissait donc bien d'une personne, mais non agonisante, ou morte comme voulait lui faire croire son imagination: elle devait simplement dormir... La jeune femme sortit son briquet de sa poche et alluma une flamme pour qu'elle puisse savoir à qui elle avait à faire. La lueur jaunie chassa alors l'ombre de la nuit et fit un peu de lumière qui permit aux deux personnes de se voir. Kiyo esquissa un sourire, teinté d'une méfiance certaine malgré tout, mais un sourire quand-même pour rassurer le vieil SDF. Hmh? Pourquoi elle savait que c'était un sans-abris? Il suffisait simplement d'observer un peu son visage et ses vêtements... Barbe naissante, vêtements peu soignés et sales... Chaud surtout. Et puis qui dormirait ici, à la belle étoile, une nuit comme celle-ci...? Dans tout les cas, il devait avoisiner les soixante ans, vu les rides qui parcourait son visage, mais quelque chose d'autre attira son attention. En effet, des cicatrices en forme d'éclair étaient dessinées sur son front. D'ailleurs, lorsqu'elle le remarqua, elle ne put s'empêcher d'avoir une mine perplexe et légèrement curieuse... Enfin, pas génial comme première impression mais qu'importe. Malgré son sourire rassurant, elle ne savait pas trop quoi penser de lui... Enfin que faisait-il ici parmi les dealers et les drogués en tout genre?! Non, Central Park n'est pas très sûr, surtout à la nuit venue... Pour le moment, il fallait déjà qu'elle le calme, car un vieux comme lui (pardon pour l'expression...), ça faisait vite des arrêts cardiaques! Non, non je ne rigole pas! Elle ne pouvait poser son briquet sans que la lumière qui les rassurait ne disparaisse... Alors elle le garda en main et se présenta:

-Hé... Calmez vous. Je ne vais pas vous bouffez. Je m'appelle Kiyo.

Bon, d'accord, elle aurait pu faire plus... Diplomatique, ou poli, on va dire, mais non. Elle n'en avait pas l'envie. Et puis ce n'était pas son style... Dans tout les cas, elle espérait que son identité calmerait un peu cet homme qui semblait effrayé... Elle retenta un sourire doux et rassurant, mais toujours teinté de sa méfiance inlassable... Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise? Elle est très distante et n'a confiance en personne, même pas en elle, alors imaginez pas... Enfin, il y a seulement une personne, mais bref, je vais pas vous raconter sa vie... Après que le vieil homme se soit légèrement calmer, elle se leva doucement et reprit une cigarette dans sa poche avant de l'allumer avec sa flamme. Elle était obligée d'en allumer une pour la lumière, et d'éteindre son briquet pour l'essence. Non, il ne contient pas de gaz comme certains, vu qu'il est assez vieux... Une vrai antiquité. Bref. Elle referma le clapet de la source principale de lumière et seule la rougeoyante cendre de son mégot calé entre ses lèvres faisait office de lampe. Elle s'accroupit de nouveau et en sortit une de son paquet, essayant d'être aimable malgré ce mur de froideur qui semblait faire fuir toutes ses connaissances... Elle lui proposa alors une cigarette sans sourire, sans rien, juste comme ça au cas où il en avait envie. Elle ne voulait pas se faire harceler pour qu'elle lui en file une en plus.
Après cela, un silence s'était installé... Kiyo observant comme elle le pouvait de ses yeux adaptés à la pénombre depuis, le vieil homme et surtout ses cicatrices. Elle huma un peu de la fumée puis soupira comme à son habitude une question lui trottant dans l'esprit... Et si il en était un? Un second soupire. Qu'importe non? Tant qu'il ne savait pas qui elle était, elle. Mais ces marques la gênait... Troisième soupire. Elle finit enfin par demander:[/justify]

-... Vous faîtes quoi ici...?

Elle se doutait bien de sa réponse "je suis sans-abris" "je n'ai nul part où aller, où dormir...". Mais comme ça elle brisait ce silence, qui l'exaspérait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Dim 16 Oct - 16:32

Le moins que l'on puisse dire c'est que le réveil fut brutal pour Owen. A peine endormi qu'une inconnue s'était approchée de lui dans son sommeil. Instinctivement le vieil homme avait repoussé le bras de la jeune femme et il s'était vivement reculé en position assise. Il aurait sans doute reculé bien plus loin si son dos n'avait heurté le tronc de l'arbre sous lequel il s'était abrité. Owen se retrouva donc assis contre l'arbre à seulement un ou deux mètres de l'inconnue.
La jeune femme vit la détresse du vieil SDF qu'elle venait accidentellement de réveiller. Sans doute pour le rassurer elle alluma un briquet à essence qui diffusa une lumière jaune et vacillante entre eux. La lumière était faible, mais suffisante pour éclairer le visage de la jeune femme et la zone alentour. Owen put enfin distinguer qui se tenait en face de lui.
Grâce à la lumière du briquet, Owen put se rendre compte que non seulement l'inconue était une jeune femme, mais qu'en plus elle était assez belle, du moins avec le peu de lumière dont il disposait. Elle portait des vêtements assez chics et un manteau de cuir. A son allure générale Owen doutait fortement que ce soit une Junkie ou même une prostituée, sans doute une simple passante venue se promener. Pourtant l'endroit n'était pas des mieux fréquenté pour une aussi jolie femme aussi tard dans la nuit, Owen en savait quelque chose. Autre détail qui finit de rassurer le vieil homme, son sourire. Dès que la lumière lui avait permit de percer les ténèbres elle avait esquissé un petit sourire en coin, mi désolé, mi charmeur qui semblait sincère.

"-Hé... Calmez vous. Je ne vais pas vous bouffez. Je m'appelle Kiyo. "

La voix douce et les paroles apaisantes finirent de convaincre Owen qu'il ne courait pas de danger. Pourtant une petite lueur de méfiance restait ancrée au fond du vieil SDF. Quelle jeune femme pouvait bien se promener au beau milieur de la nuit en plein Centrla Park ?? A la lumière du briquet Owen ne vit aucune arme, mais cela ne signifiait pas qu'elle n'en avait pas. Après tout presque tout le monde aujourd'hui se promenait avec un flingue.
La jeune femme du nom de Kiyo avait sans doute profité de la lumière pour observer elle aussi Owen tout comme lui. Le vieil homme ignorait quelles conclusions elle avait pu en tirer ni ce qu'elle avait réellement perçu chez lui. Néanmoins il ne s'inquiéta pas vraiment de ça, après tout, aux yeux de la majorité des gens il n'était qu'un clochard parmis tant d'autres. Pourtant il avais réussi à capter dans le regard de la jeune femme une sorte de méfiance sous-jacente teintée de curiosité.
Au bout d'un certain temps, elle déplaça le briquet jusqu’à son visage et alluma une cigarette avant d'éteindre leur seule source de lumière. Owen parvenait encore à distinguer les traits de Kiyo à la lueur de la cigarette à chaque fois qu'elle prenait une bouffée, mais sinon tout le reste était retombé dans un carcan de ténèbres.

"-... Vous faîtes quoi ici...?"

Le ton n'était pas vraiment otoritaire, mais la question semblait appeler une réponse même si elle semblait évidente. Owen ne saivait pas vraiment qu'elle attitude ni quel ton employer, aussi répondit-il normalement.

"Jusqu'à ce que vous arriviez, je dormais."

Owen marqua une pause comme s'il allait en rester là, mais il se doutait bien que d'autres questions allaient suivre s'il ne développait pas un peu. Et puis sa propension à aimer parler reprit le dessus.

"Vous ne l'avez sans doute pas remarqué avec aussi peu de lumière, mais je vis dans la rue. Les endroits habituels où je dors d'habitude sont un peu trop mal fréquentés ces temps ci, alors j'étais venu ici dans l'espoir d'être tranquille. Visiblement c'est raté."

Owen dut percevoir la réaction de Kiyo à sa remarque cinglante et il reprit.

"Mais vous ne ressemblez pas au genre de fréquentations que j'essayais d'éviter, je vous rassure. Même si je crains d'avoir passé l'âge pour apprécier pleinement d'être réveillé par une aussi charmante personne."

Owen espérait que ses compliments masqueraient le ton un peu abrupt de ses premiers mots. Après tout personne n'aimait être réveillé en sursaut. Il remarqua alors la cigarette tendue par la jeune femme, mais il la refusa d'un geste.

"Heuu, non désolé, je ne fume pas. Ce n'est pas très bon pour la santé, et j'ai déjà fort à faire avec la pluie et le froid pour me rendre malade. Excusez moi de vous renvoyer la question, mais que faites vous ici à une heure pareille ?? A part fumer comme un pompier et réveiller les braves gens bien sûr ??"

Owen sentait qu'ail avait été un peu malpoli sans vraiment savoir comment réparer ça quant il se souvint que la jeune femme lui avait donné son nom.

"Au fait je m'appelle Owen, enchanté de vous connaitre Kiyo !!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Sam 26 Nov - 15:33



♋ Clic Clic ♋




~~



Je fumais bien tranquillement ma cigarette en rangeant celle que je lui avais proposé sans attendre. Le tabac de nos jours ça coûte une fortune et je tiens à mes clopes même si j'en propose aux gens que je rencontre. Mes boulots pour payer mon loyer, c'est déjà assez juste, alors si en plus je dois me plier en quatre pour acheter de quoi fumer alors là... J'observai ce vieil homme à la lumière de mon mégot. Il était plutôt craintif comme ça. Il semblait même méfiant, comme je l'étais envers lui. Les apparences sont trompeuses, et je tiens à mes fesses. Si ça se trouve, il n'était pas celui qu'il voulait que l'on croit. Mais là je deviens légèrement parano'. Je soupirai longuement la fumée néfaste par la bouche tout en réfléchissant. Quoi ? Si ça remarque m'avait vexé ? Oh non, bien au contraire c'est compréhensible. J'ai cru qu'il était mort alors bon, j'l'ai réveillé. Peut-être un peu brusquement mais bon... J'eus un léger sourire lorsqu'il me complimenta. Tiens ça faisait longtemps que ça ne m'étais pas arrivée ça. Que quelqu'un me dise que je suis plutôt jolie... Je voulus rire légèrement, mais je m'en retins, jugeant que l'obscurité devait partiellement cacher mes défauts. Et surtout pour éviter d'avoir à trop expliquer la raison de mon rire. Non mais sincèrement. Je suis une déserteuse, une fugitive et une meurtrière, j'ai des cicatrices dans le dos, un visage de fille pas net et je fume. Bref, le parfait truc pour dire que je ne le croyais pas du tout. A croire qu'il avait mauvais goût. "Excusez moi de vous renvoyer la question, mais que faites vous ici à une heure pareille ?? A part fumer comme un pompier et réveiller les braves gens bien sûr ?". Hein ? Il venait de dire quoi là ? Je relevai la tête dans sa direction pour le fixer. Désolée hein mec, j'ai pas fait exprès. J'voulais juste m'assurer que t'étais pas mort. Je soupirai. Fallait pas que je m'énerve, il n'y avait aucune raison. Réveiller les gens en sursaut de toute façon ce n'est jamais une bonne idée. Après ils sont de mauvaise humeur. Que voulez vous. J'arquai un sourcil quant à ses remarques tout en finissant par laisser tomber. Pour quelle raison j’étais ici? C'est une bonne question... Mise à part que j'ai envie de fumer et de me décontracter seule dans un lieu "sain" loin de la civilisation. Ici aucun passant n'osait venir à cette heure ci. Les junies et les dealeurs étaient trop "dangeureux". Moi j'en avais pas peur. Après tout je savais me défendre.




      - Et bien... Fumer et réveiller les honnêtes gens., je souris niaisement. Non j'viens juste me décontracter.



Véridique. Je n'ai pas dit de mensonges. Je viens pour me décontracter point. Rien de plus, rien de moins. Fumer c'était me décontracter. C'était ma drogue qui me permettait de planer. Et réveiller les honnêtes gens... C'est juste un trip. Je soupirai et tirai une dernière latte. Le mégot de ma cigarette peinait à illuminer nos visages. Cela me rassurait, un peu de lumière dans l'obscurité ne faisait pas de mal. Et au moins je me tennais prête à toute éventualités de danger telle qu'elle soit. Le silence commença à s'installer sans plus de mal. Je n'avais rien d'autres à dire. Et puis, il était légèrement vexant ce vieil homme. Autant qu'il se rendorme. Mais finalement, il s'avérait plutôt bavard et continua sur sa lancée: "Au fait je m'appelle Owen, enchanté de vous connaitre Kiyo !!". Je levai mes yeux sur lui. Mon regard d'asiatique bleu-grisé se figeant dans celui du S.D.F. Une froideur profonde au fond de mes pupilles, mais tout aussi de la mélancolie. Je souris naïvement avant de laisser échapper un soupire. Ravie de te connaître aussi Owen. C'était la chose que j'avais envie de dire mais bon, pour le moment je finissais ma cigarette en le laissant en plan. Après ce qu'il venait de dire j'avais le droit de prendre un peu mon temps pour terminer mon mégot. J'allais pas m'en enfiler une autre ensuite, ça n'aurait pas été raisonnable. Oh non. Pas du tout même. Et puis mon paquet est pas extensible. Je tiens autant à mon fric qu'à mes clopes... Le silence se réinstalla tandis que l'obscurité revînt à l'assaut. Peut-être dût-il me prendre pour une mal-élevée, mais qu'importe. Je l'étais un peu au fond, non ? En tout cas je comptais reparler. Oui, j'allais pas le laisser en plus comme ça. Et puis, je le fixai d'un oeil interrogatif. Quelque chose me disait que cet homme était différent ... Ouais qu'il était comme moi. Je ne sais pas, mais j'avais un pressentiment. Un instinct presque animal qui me le rappelait sans cesse. Je soupirai en terminant ma clope avant de la prendre entre mes doigts et de sortir mon portable pour que la lumière revienne un peu: on ne distinguait plus le moindre détail dans ces ténèbres.





      - Ravie de faire ta connaissance Owen., je marquai une pause avant de poursuivre, ... Et désolée pour tout à l'heure je voulais pas t'énerver.



Si si c'était sincère. Je m'excusais pour lui avoir fait peur. Non ça n'avait pas été désiré évidemment. Mais j'voulais pas qu'il continue avec ses remarques cinglantes. C'est vrai quoi, c'est chiant à la longue. Et puis je suis assez impulsive et violente quand je veux alors évitons les effusions de colère inutiles... Je soupirai une nouvelle fois et la lumière de mon mégot s'éteint. Merde, ma cigarette était entièrement consommée. Je la posa par terre et l'écrasai avec mon pied. Encore heureux que je ne foute pas le feu à Central Park. Imaginez un peu le carnage. J'ouvris mon briquet une nouvelle fois car la lumière de mon portable ne suffisait plus. Bon je tenais à l'essence mais les briquets encore ça va... On n'a qu'à demander aux gens c'est pas comme les clopes où tout le monde est avare sur le coup. "A moi, à moi!" ! Ouais je suis mal placée pour critiquer sur ça mais bon, d'un côté ça me plaît... Je lui souris timidement, comme pour le rassurer. Mais ces cicatrices éclairaient toujours autant ma curiosité. Peut-être que mon étrange pressentiment venait de ce détail. Pourtant j'allais pas lui demander. Oh non, quand même pas. Déjà qu'on s’envoie des pics maintenant imaginez si j'avais vu juste. Il serait tellement sur la défensive que plus rien ne sortirai de sa bouche. Et même si j'étais moi-même ce que tout le monde redoute je ne lui dirais pas et la conversation finirai sur une impasse. Je soupirai une nouvelle fois. Si je voulais en savoir plus, je devais évidemment gagner sa confiance. Quoi ? Je me fais des plans sur la commette? Tout ça pour ma curiosité ? Non. Enfin qu'un peu. Bref. Je réfléchis à un sujet de conversation... Un truc à faire... Pourquoi pas l'emmener dans un endroit convenable ? Car ici c'était tout sauf ça. Je fouillai mes poches en levant les yeux au ciel. Je n'avais pas un rond sur moi. Je me levai alors en réfléchissant et en disant "boon...". Laissant ma phrase en suspens je n'avais qu'à trouver quelque chose maintenant... Avait-il manger ? Merde j'ai pas d'argent c'est vrai... Enfin j'ai ma carte bleue. Ouais bah allons y pour cette option. Je lui adressai un sourire avant de demander en mettant un de mes mains dans ma poche, l'autre tenant le briquet qui nous éclairait fébrilement:




      - .... ça te dis un resto' ? Tu as la peau sur les os. Allez j'invite.



Ou comment rattraper nos pics devant une bonne assiette, même si bon, c'était assez tard. M'enfin, les fast-food sont ouverts 24h24 ? Alors pourquoi ne pas en profiter...?


~~


P.S.: Alors voila voila. Je suis sincèrement désolée pour le temps de réponse !




Dernière édition par Kiyo Takumi le Ven 16 Déc - 16:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Sam 26 Nov - 20:15

Owen n'avait pas vraiment remarqué au début que ses répliques étaient un peu cinglantes. C'était certainement du au réveil brutal dont il avait été victime à l'instant. Mais passé ce moment de flottement, le ton chaleureux et les bonnes manières du vieil homme refirent surface. Il ne manqua pas de sourire lorsque Kiyo répondit à sa question de façon assez spirituelle.
L'obscurité semblait à la fois mettre une certaine distance entre eux, tout en les rapprochant. Sans doute pas un jeu d'ombres qui gommait leurs différences. A la pleine lumière, leur apparence respective aurait sans aucun doute jeté un fossé entre eux. Lui pauvre SDF, vieux, sale et habillé de haillons, et elle belle jeune femme, sombre et pétillante.
Owen en venait à se demander si leur rencontre était vraiment le fruit du hasard. Il se savait surveillé par Stark et ses sbires, mais il n'avait aucun moyen de savoir si Kiyo faisait partie du complot. Encore des réflexions de paranoïaque, bien qu'il faille l'être un peu quant on mène ce genre d'existence. Ne pas vouloir s'impliquer dans l'un ou l'autre des camps peut sembler sage, mais on se retrouve seul, pris entre deux feux, chacun pensant à tord qu'il pourrait rejoindre tel ou tel bord.
Owen revint d'un coup à la réalité. La jeune femme venait de jeter sa cigarette sur le sol et elle l'écrasait du talon avant de reporter son attention sur le vieil homme. Elle sortit son portable et l'utilisa comme lampe afin d'éclairer les environs. La lumière blanche et vive fit cligner des yeux Owen, mais ils purent y voir un peu mieux une fois l’éblouissement passé.
Owen observa un peu mieux Kiyo tandis qu'elle devait surement faire de même. Owen était plus chanceux qu'elle, vu le pauvre spectacle qu'il devait offrir par rapport à elle. S'il s'était demandé d'où lui venait cet étrange nom, il eut la réponse en voyant son visage. Elle avait les yeux bridés et quelques traits visiblement d'origine asiatique. La belle métis, avait hérité du meilleur des deux partis semblait il, et Owen ne put s'empêcher de lui sourire afin de paraitre moins tendu. Il ne le vit pas, mais la lumière du portable faisait ressortir ses étranges cicatrices et son demi sourire n'arrangeait rien. Étonnement, elle sembla lui rendre son sourire tandis qu'elle continuait à l'observer. Le silence qui s’installa sembla un peu lourd pour Owen qui se demandait ce que la jeune femme pouvait bien regarder de si intéressant sur lui.
Avant qu'Owen n'ouvirt la bouche pour parler, Kiyo lui dit:

".... ça te dis un resto' ? Tu as la peau sur les os. Allez j'invite. "

Owen ne sut pas vraiment quoi répondre dans l'instant. Il s'était redressé en prenant appui sur le tronc de l'arbre derrière lui. Il n'eut pas vraiment besoin de réfléchir longtemps. A la simple mention d'un bon repas chaud, le ventre du vieil homme se mit à gargouiller.

"Vous me croiriez si je vous disait ne pas avoir faim ? Non, je crains que mon dernier repas décent ne remonte trop loin pour que je m'en souvienne, et que plus de 24 heures ne se soient écoulées depuis la dernière fois où j'ai avalé quelque chose de comestible."

Owen marqua une pause avant de reprendre.

"Je connais un petit troquet qui est ouvert toute la nuit. Il est à deux pas de ce coté du parc. Il fait la meilleure tarte aux pommes de tout Manhattan et il n'est pas très cher. Et surtout il n'est pas du genre à foutre un client dehors, même si c'est un vieil SDF, du moment qu'il a de quoi payer ce qu'il mange. Si bien sûr la proposition tient toujours, je ne voudrais pas vous mettre mal à l'aise en me montrant en public avec vous."

Owen raffermit sa prise sur sa cane et se dirigea vers le sentier tout proche. Il avait besoin de se dégourdir un peu les jambes avant d'entreprendre le trajet qui les séparaient du restaurant. Non pas qu'il ait réellement besoin de cette cane ou que ses jambes soient très fatiguées, mais après être resté allongé sur le sol aussi longtemps, les courbatures pouvaient être douloureuses.

"Bien, si vous voulez toujours diner avec moi, allons y..."

Owen se mit en route tout en jetant quelques coups d’œil à Kiyo. La jeune femme continuait à le regarder étrangement, et le vieil homme se demandait ce qu'elle pouvait penser....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   Jeu 16 Fév - 15:31



ஜ Les repas calment les mœurs et réchauffent les cœurs ! ஜ




~~



Oui, ce vieux proverbe comme quoi un simple repas suffit au bonheur avait raison. Ah ça oui, j'en suis persuadée. A la simple évocation d'un repas chaud, l'estomac du vieux homme se manifesta d'une façon assez singulière. Un grognement qui ne ment pas. Et oui, l'estomac est la faille de l'Homme, souvenez vous en. Un sourire amusé dessina mon visage tandis que je cherchais un bon coin où bien manger... Ce n'est pas ce qui manque à Manhattan, mais encore faut-il savoir les bons coins. Je soupirais tandis que mes connaissances sur ma ville chérie, ma favorite, ma ville où j'habite semblent... peu approfondies. Je roulai des yeux et soupirai. Il fallait à tout prix que je trouve quelque chose, sinon ça fait vraiment pas bien. Genre, je demande "veux-tu manger ? Ah non désolée, je sais pas où." Vous êtes d'accord, ça fait limite vexant, hein ? Mais heureusement pour moi, ce vieil SDF avait des connaissances, et surtout des envies ! "Vous me croiriez si je vous disait ne pas avoir faim ? Non, je crains que mon dernier repas décent ne remonte trop loin pour que je m'en souvienne, et que plus de 24 heures ne se soient écoulées depuis la dernière fois où j'ai avalé quelque chose de comestible.". Je souris. C'est vrai que si son estomac se manifestait tant ce n'était pas pour rien... Et puis, il était sassez maigre comme personne ce qui prouvait bien son état de santé. Un SDF manque toujours de quoi manger qui plus est, mais après ce n'est peut-être qu'un préjugé des gens... Il poursuivit tandis que je paniquai légèrement intérieurement, mon visage restant totalement impassible malgré tout. Pourvu qu'il me demande pas où on mange... Pourvu qu'il ne me le demande pas ... ! "Je connais un petit troquet qui est ouvert toute la nuit. Il est à deux pas de ce coté du parc. Il fait la meilleure tarte aux pommes de tout Manhattan et il n'est pas très cher. Et surtout il n'est pas du genre à foutre un client dehors, même si c'est un vieil SDF, du moment qu'il a de quoi payer ce qu'il mange. Si bien sûr la proposition tient toujours, je ne voudrais pas vous mettre mal à l'aise en me montrant en public avec vous.". Je restai bouche bée. Disons que j'ai pas l'habitude que des gens proposent alors que c'est vous qui demande. Mais après tout, j'invite pas grand monde, je connais pas beaucoup de personnes. Je souris et hochai de la tête pour acquiescer. Tant que c'est un bon endroit où manger tout baigne. Et puis j'allais pas me casser les fesses pour payer alors que c'est un inconnu n'est-ce-pas ? Oui, parfois je fais preuve d'égoïsme et alors ? Il le faut bien non ? Un soupire s'échappa de mes lippes. Si ça me dérangeait qu'il vienne avec moi ? Quoi ? C'est quoi cette question encore. Je penchai la tête sur le côté pour poursuivre à mon tour :




      - Si je demande, c'est que ça ne me dérange pas.



Et j'osai un sourire. Après tout, c'est vrai quoi. Faut être con pour dire "Ah non finalement je vais pas manger avec vous, c'est indécent." Je suis indécente quand je le veux, alors c'est pas grave. Et à bas l'image, on en a rien à faire non ? Ce n'est pas si important que ça... Et vu ma tendance philanthrope je pense que malheureusement pour mon égo à tendance "grossissante" se prendra plusieurs claques pour remarquer que je ne dine qu'avec des vieux. On va finir par me croire soit gérontophile, soit trop gentille. Mais Bref. Apparemment, ma réponse suffit au vieil homme, qui gentiment continua "Bien, si vous voulez toujours diner avec moi, allons y..." Je le suivis donc, lentement, mes mains dans mes poches, mes doigts tâtant mon paquet bien au fond de ma poche. Et oui, n'oublier pas je fume ! Et ce que j’apprécie le plus, c'est de le faire après un repas. J'adore ça. Mais bref. Ces quelques échanges mélangeant comme sujet de conversations image personnelle et bouffe me firent complétement oublier ma principale question : qui est réelement cet homme. Et oui, ces cicatrices sur son front ne me revenaient toujours pas. Pour moi c'est légèrement louche, j'ai jamais vu quelqu’un avec de tel tatouage surtout ici quoi, même moi qui suis pourtant pas mal marquée dans le dos, aucune de mes traces de guerre n'ont une forme aussi définie et en ce qui s'agit de brûlure, faut que les flammes soient lancées super bizarrement pour réussir une telle forme ! Bref, ça m'intrigue quoi. Je continuai de le fixer, peut-être un peu trop même car il dût remarquer mon regard insistant. Mais, je le suis, non ? Enfin je crois. On sortit de Central Park, lui toujours sur sa canne, moi une de mes mains dans ma poche, l'autre jouant avec mon briquet. Il me montra le chemin pour aller à son petit resto' 24h24, et j'eus un agréable choc. Je ne m'attendais pas à ceci qui acceptait les vieux SDF, enfin vous avez compris... On parla à serveur, il nous désigna une table et on s'y installa sans tarder. Il était assez tard aussi il n'y avait pas grand monde à part quelques clochards traînant une bouteille d'alcool à la main. Cela me désola un peu, et mon petit ange au fond de mon cœur, celui qui m'eut guidé dans mes actions de bonté fut tout prix de pitié. Un soupire s'échappa de mes lippes une fois encore et je jetai un regard à Owen. Apparemment, il avait toujours aussi faim, il semblait assez heureux d'être ici. Je lui adressai un faible sourire au profil d'une question assez banale genre "Vous allez manger quoi ?". Je n'avais pas l'habitude de cet endroit, aussi je préférais demander les avis d'un "professionnel" ou d'un "abonné" au choix. J'attendis sa réponse, et je choisis aussi à mon tour. Le serveur vint nous demander nos commandes et je pris une choppe de bière avec mon plat principale. Pas très féminin je l'accorde. Lorsque je reçus mon verre, mon geste toujours automatique, qui tue tout le monde qui me voit pour la première fois, est de boire la moitié cul sec ! Et oui, mon enfance manipule encore quelques uns de mes réflexes la preuve, celui-ci en est un ! Je lui souris et à la lumière des spots, ses cicatrices ressortirent encore plus. Il pouvait avoir je-sais-pas-combien d'SDF dans cet endroit, qui pouvait avoir des cicatrices encore plus chelous et c'est SON front qui me perturbe. Saloperie de curiosité va ! Je finis par soupirer, lâcher un rire anxieux et passer une main dans mes cheveux. Il dût se demander ce qui me prenait, mais bon... Il allait comprendre dans pas longtemps. Je pris mon courage à deux mains :





      - Bon, écoutes je suis vraiment désolée mais ... C'est quoi tes cicatrices ? Je devrais pas te poser la question, mais t'as sûrement dut remarquer que je t'observe avec de gros yeux là, je fis de gros yeux de poissons panés, et ... Ce n'est pas très agréables sûrement. Après, si tu veux pas me le dire y'a pas de soucis je comprendrais !



Je sais je sais, la franchise c'est mon truc et la discretion NADA. Je suis trop maladroite pour ça de toutes façons alors bon... Je soupirai, j'étais décidément bien chiante. Je comprendrais son refus de me répondre, cela reviendrait à la conclusion suivante : c'était un des nôtres. Vous connaissez sûrement ces gens là ? Ceux avec des supers pouvoirs, capables de prouesses que même le plus grand scientifique du monde ne pourrait obtenir ! Pour moi, s'il le dit, se serait génial ! Comme ça on échangerait beaucoup plus et j'serais moins méfiante. D'ailleurs, tant qu'il ne m'a rien dit, je reste sur mes gardes... Il peut démarrer au quart de tour en se sentant en danger, non ? Bah pour moi c'est possible. Alors je garde ma main sur mon briquet et fait preuve d'une concentration assez "excessive" pour une simple question. L'odeur des fourneaux m'emportait aussi les narines au loin, mais bon... Entre ma survie et manger, je crois que je choisis la première chose, hein ? Bref, Owen... Raconte moi tout.


~~


P.S.: Bon, bah je suis désolée, j'ai eu une grosse période d'inactivité, je sais même pas où tu trouves ta patience pour mes réponses ! O: Enfin, prend ton temps pour répondre, j'espère juste pouvoir être plus ponctuelle !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hey, are you dead...? [pv. Owen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey, are you dead...? [pv. Owen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Archive rp-