Partagez | .
 

 De la connerie (sur)humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanique
Invité
avatar

MessageSujet: De la connerie (sur)humaine   Dim 20 Nov - 17:29

Ah, que le temps passait vite quand on s’amusait ! jetant un œil sur le calendrier de la cuisine ce matin-là, Shanique réalisa que cela faisait exactement un mois qu’elle vivait à l’Institut. Un mois de piscine, de rencontre, de folies et de déconnades entre mutants aussi immatures qu’elle ! bon, aussi un mois de pleurs et de grincements de dent à force de tempêter contre un pouvoir qui n’en faisait qu’à sa tête, mais zut quoi : elle y était arrivée. Elle y était arrivée, elle avait pris les rennes de ce vilain canasson et lui avait montré de quel bois elle se chauffait. Ce fut dur mais elle l’avait fait, et elle en retirait une immense fierté (quand bien même Rachel lui avait rappelé que ça n’empêcherait pas pour autant les déclenchements accidentels, en tout cas pour l’instant).

Quoi qu’il en soit, elle avait envie de fêter ça. Ouais, carrément ! et pas juste en faisant la bombe dans la piscine, il s’agissait de marquer le coup. Elle avait donc fait les yeux doux à plusieurs pensionnaires plus âgés jusqu’à ce qu’elle en trouve un qui accepte de la déposer en ville, pour une séance de lèche-vitrine en bonne et due forme. Elle avait donc rassemblé un joli petit échantillon d’économie pour s’accorder quelques petits cadeaux de « maturité mutante », en attendant son anniversaire prévu pour octobre.

Elle était donc à arpenter les grandes artères new-yorkaises, fière comme un paon, un joli petit sac à main rose négligemment juché sur son épaule en guise de trophée, quand un drame décida de noircir le tableau du dernier samedi après-midi de l’été. Peut-être était-ce son apparente prospérité, sa naïveté évidente ou le simple fait qu’elle se promenait seule ? toujours était-il que sa démarche attira l’attention d’un malfrat ordinaire venu arrondir ses fins de mois. Il la suivait des yeux depuis un petit moment, attendant le bon pour punir son air de touriste. L’occasion rêvée arriva justement quand, s’attardant pour baver une très jolie jupe, la gamine relâcha son étreinte sur le sac pour ne le retenir que de deux doigts. L’instant d’après il changea littéralement de main.

La jeune mutante ne réagit pas tout de suite. D’abord parce qu’elle ne réalisa pas sur le moment que le poids pendu à son bras n’était pas censé s’alléger naturellement. Ensuite parce qu’elle commença d’abord à regarder par terre avant de balayer la foule à la recherche d’un éventuel voleur. Tout ce processus ne dura qu’une poignée de seconde, mais cela suffit à donner quelques mètres d’avance au salopard quand elle s’écria enfin :

« Hey ! mais-c’est-mon-sac. »

Cri du cœur bien inutile en soi, mais cri du cœur tout de même. Comme le voleur ne fondit pas devant un tel appel de détresse, cependant, elle se mit à sprinter à sa poursuite, l’invectivant de tous les noms comme dans l’espoir de le figer sur place. Figer ? une idée douteuse lui vint à l’esprit, alors qu’elle tentait vaille que vaille de fendre la foule, une idée tellement douteuse qu’elle se rendit compte de son caractère hasardeux à l’instant même où elle y pensa – mais c’était son sac ! son sac, avec ses porte-clés fantaisies et surtout ses économies. Alors c’était pas qu’elle en avait rien à foutre de la déontologie, mais elle avait d’autres priorités.

Ses yeux se plissèrent, verrouillèrent leur cible et… étourdirent une pauvre petite madame que le vil fuyard venait de bousculer. Jurant entre ses dents, la gamine la dépassa à son tour pour tenter un deuxième essai, qui percuta de plein fouet une innocente petite fille venue accompagner sa maman au magasin. Elle ne renonça pas pour autant à cette stratégie perdue d’avance, s’acharnant encore et encore dans des tentatives d’autant plus infructueuses que l’énervement et la fatigue nerveuse brouillaient sa vision.

Sur son sillage s’étendait un chemin d’étourdis qui se demandaient encore ce qu’ils foutaient là.

[Ava, arrête-la par pitié  elle fait que des bêtises.]


Dernière édition par Shanique Wright le Sam 10 Déc - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Avalanche Anderson
~ Mutant lv3 ~
~ Mutant lv3   ~
avatar

MessageSujet: Re: De la connerie (sur)humaine   Mer 7 Déc - 12:00

    Un casque noir, une veste et un pantalon de cuir noir également sur des boots type army, seul de long cheveux brun ondulé sortait de ce camouflage. Le ronronnement de l’engin se fit entendre dans le garage devenant bientôt un rugissement sous les coup d’accélérateur de sa cavalière, Uns sourire se dessinant sur son visage masquée en sentant la puissance du bolide sous elle. Ce fut lae tour des pneu sur le sol dérapant lorsque l'ex rangers démarra en trombe pour sortir du bâtiment faisant un petit signe à l'agent à l'entrée du bâtiment.
    Ava était de bonne humeur, un jour de repos bien que ce ne soit pas forcement ce qu'elle recherche mais ne pas avoir une équipe sur le dos c'était appréciable, ne pas être responsable d'autre que d'elle même, pour le reste le boulot était une seconde peau pour elle, entrainement, vérification de ses arme, pour-parler avec Tony ou le labo pour avoir de nouveau joujou, c'était la belle vie. Mais et rien de mieux pour finir une belle matinée que de partir faire un tour en poussin son dernier joujou à fond dans New York.
    Juste une balade ou du shopping? ou un tour dans une salle en ville ou aller voir un ami? Hum bonne question, le bruit incessant du trafic new-yorkais et des klaxons était presque entièrement couvert par la musique que la jeune femme écoutait comme à son habitude à fond dans son casque

    La ville, les buildings défilaient à toute allure mais seul le rythme de la musique et les vibrations de son engins détendait Ava, Brodway, hum la 5ème avenue, un virage avant de reprendre sa course folle tout du moins c'est ce qui aurait du arriver. Mais soudain devant la jeune femme malgré le casque et la musique impossible de raté ce bruit de métal plié et froissé contre du métal, une camionnette et un camion entrait en collision juste devant elle, malgré les frein puissant de l'engin qui s'arrêta la mutante fut propulser dans les airs au dessus de l'accident. Tout sembla se passer au ralenti, le conducteur de la décapotable incapable de bouger l'avant de la voiture se repliant vers lui. Raven se téléporta aussitôt attrapant fermement le bras de l'homme avant de se téléporter à nouveau sur le bord de la route plus à l'abris les deux véhicule derrière elle finissant de s'emboiter.
    *qu'est ce que.... ils sont malade*

    - Ça va?
    - je heu, je crois je sais aps ce qu'il s'est passé, comment... comment je suis sorti de la voiture
    - c'est rien, tout va bien, asseyer vous, ne bougez pas.

    la jeune femme enclencha aussitot son sytème de communication

    - Central ici Raven, envoyé moi de suite deux ambulance sur la 4ème après l'angle de bordway, une collision deux véhicule, la circulation va être bloquée

    La mutantes crut voir durant sa téléportation quelque chose ou quelqu'un attirant son attention mais sous le coup de l’urgence l'oublia bien vite. Elle courut jusqu'au second véhicule ou deux officier sortait tant bien que mal le second conducteur qui semblait totalement déphaser et ne pas comprendre ce qu'il faisait dans son véhicule, répétant qu'il sortait juste du véhicule avant d'être la et voir l'impact arriver. La jeune femme retira alors finalement son casque libérant ses cheveux en bataille et posant le casque non loin de là. Les policier toujorus présent sur l'avenue s'approchèrent l'un d'eux n'ayant pas raté la démonstration s'approcha de Raven.

    - Joli boulot la dedans, on peut voir vos papier?
    - Des fois que j’aurai causé l'accident? hm.. voilà... Capitaine Anderson, je bosse pour le shield, satisfait?

    Grogna la jeune femme n'appréciant pas vraiment le ton de l'homme face à elle, mais il y avait toujours des type un peu abrutit pas vrai et puis les policier des new York n’était pas toujours les plus compétent. Peut importe, le conducteur répétait encore et toujours qu'il ne comprenait pas d'un coup il était au magasin et puis la seconde d'après ici. la jeune feme s'éloigna légèrement pour observer les deux véhicule et les lieu, sa béquane était tombé mais n'avait rien heureusement. Quelque chose attira cependant son attention dans la foule, d'autre personne semblait perdue et ne pas savoir ce qu'elles faisaient là.
    *Ok c'est pas net*
    La Mutante en arrêta quelque une qui eurent le même discour que le conducteur, plus de doute quelque chose ou quelqu'un provoquait ça. Elle rappela le central pour qu'on lui envoi une patrouille.

    - Ce n'est rien tout le monde garde son calme, les secours vont arriver

    Elle suivi le mouvement des personne semblant perdue par ci par là. S'approchant d'une jeune femme semblant stressé, ava fut soudain incapable de donner l'ordre à ses jambe de faire un pas de plus celle ci refusait de l'écouter, froncant les sourcil la jeune femme regarda tout autour elle cherchant à comprendre avant que ses jambes ne répondent à nouveau.

__________________________

"I try to be nice, i try to be reasonnable, but it's oh so hard when i dont wanna be "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: De la connerie (sur)humaine   Sam 10 Déc - 23:49

Un pouvoir qui se développait, c’était des réflexes qui se créaient, des rouages qui cherchaient leur place dans la complexité d’un univers encore instable – c’était le balbutiement d’un potentiel qui s’ignorait, dont chaque pas déterminait un peu plus l’usage futur. Shanique voulait récupérer son sac, elle le voulait ! et ça son cerveau l’avait bien compris. Il avait bien compris, aussi, que cette obsession était incompatible avec le problème plus que concret d’une résistance limitée à la fatigue physique et mentale. Une bataille aussi brève que féroce s’engagea alors entre rage de vaincre et résignation de raison, quand un troisième larron appelé « gène X » intervint pour arbitrer le conflit. Bon, pour être plus exact il poussa juste son coup de gueule, dans le style : « La ferme, y’en a qui bossent ici ! » avant de tout éteindre. Pour toute consigne, il laissa tourner en boucle le programme par défaut que la gamine suivait depuis un moment déjà : suivre la cible, s’approcher de la cible, canarder la cible, éviter les obstacles. Ouais, ça restait dans les cordes d’une moitié de cerveau ça.

Dans les cordes, peut-être, mais alors une corde raide : d’abord pleine d’assurance, la démarche ne tarda pas à dérailler dès que les règles de base se trouvèrent confrontées à une réalité de terrain plus subtile. Un feu rouge, par exemple, pouvait-il être considéré comme un obstacle ? Il aurait fallu déjà qu’elle le voie, hein, alors dans le doute elle fusilla juste du regard les conducteurs qui freinèrent sec en la voyant débouler à toute vitesse. Plus subtile encore : si l’individu désigné comme « cible » lâchait l’objet qu’elle aurait pu étiqueter « objectif » si elle l’avait introduit dans son équation de départ, fallait-il poursuivre le voleur ou ramasser le sac ? En l’absence de toute capacité d’initiative, elle suivait aveuglément une série mécanique de gestes absurdes, sans prendre conscience ni des conséquences, ni des évolutions de la situation. Elle enjamba donc l’objet de ses désirs comme un vulgaire obstacle.

Elle aurait donc continué à poursuivre le vilain à l’infini (ou du moins jusqu’à ce qu’elle s’écroule d’épuisement) si un ultime dysfonctionnement n’avait pas enrayé la machine : une main se posa sur ses épaules et agrippa son col. Ce ne pouvait pas être un obstacle, puisqu’elle ne pouvait pas l’éviter, et pourtant cela l’empêchait d’avancer. Le problème semblait insoluble, et engendra dès lors une erreur fatale qui brisa définitivement la synergie du système. N’ayant plus d’autre choix, le « pouvoir qui rendait con » consentit à redémarrer les fonctions habituelles du cas Shanique. Celui-ci, resté sur son souvenir d’obsession pour le bien chéri qu’on lui avait ravi, se révolta à sa manière contre l’injustice :

« Il m’a pris mon sac ! » hurla-t-elle pointant le coupable du doigt.

Suspendue dans son geste, elle regarda plus attentivement le fuyard et cligna des yeux trois fois. Trois fois sa rétine lui renvoya l’image de mains vides et de jambes pressées. Lentement elle se retourna, déconcertée, pour faire face au visage sévère qui l’avait attrapée par la peau du cou.

« Heu, enfin il l’avait, je… déglutit-elle difficilement, avant de tenter d’un sourire gêné : il s’est passé quoi déjà ? »
Revenir en haut Aller en bas
Avalanche Anderson
~ Mutant lv3 ~
~ Mutant lv3   ~
avatar

MessageSujet: Re: De la connerie (sur)humaine   Dim 15 Jan - 23:32

Il y avait une belle pagaille a présent sur l'avenue, entre les véhicules accidentés et la circulation par la même complément bloqué et les personnes semblant perdu puis commençant à paniquant devant le nombre grandissant d'effets étranges. Pourquoi les civils étaient ils tous si enclin à paniquait au premier souci? Avait elle était si froussarde étant jeune? Non pas vraiment elle était plutôt le genre à être attiré les ennuis, aujourd’hui ce sont les ennuis qui semblaient être attiré par elle. Elle eut un instant d'hésitation lorsque ses jambes refusèrent de fonctionner, un mutant, oui aucune autre possibilité n'expliquait tout ce joyeux bordel, espérant juste qu'il ne s'agissait pas du début d'une attaque ou d'un autre coup tordu des rebelles, mais suivant le chemin de personne perdu ou ayant des comportements étranges l'ex ranger se rapprocher de la cause.

Au milieu de l'agitation elle avait cru apercevoir quelque chose ou plutôt quelqu'un, entrainer à repérer le moindre détail pouvant trahir toute menace puis tout mutant lorsqu'elle rejoint le shield. Raven remarqua une jeune fille la coiffure et cet allure juvénile laisser peut de place au doute que ce soit celle qu'elle avait cru apercevoir plutôt, concentré et marchant droit devant elle bousculant certaine personne, c'est en se rapprochant qu'elle fut paralisée avant de reprendre sa route, pensant un instant que la jeune femme l'avait repéré mais celle ci ne semblait consciente de rien de ce qui l'entourer fixant sur un point semblant au loin devant elle.
Raven appela la jeune femme mais aucune réponse celle ci l'ignora complétement, deux autre interpellation toujours rien... Okay si elle voulait jouer les idiotes qu'à cela ne tienne, Ava après s'être faite envolé et peut sur de l'état de son engin chéri n'était pas d'humeur aussi douce et compréhensible qu'elle aurait pu au début de la journée.

- J'ai dit stop

Grogna t'-elle à la jeune femme en l'attrapant fermement par le col de sa veste la tirant un peu brusquement en arrière pour l'arrêter et la forcer à se retourner pour lui faire face. La jeune femme se mit alors à crier que quelqu'un lui avait voler son sac se retournant à nouveau, mais Raven n'y prêta pas du tout attention pensant que c'était un autre tour de la gamine pour s'échapper si elle la pensait assez conne pour tomber là-dedans. Son regard et sa poigne se durcisse un peu plus.

- tu veux jouer la maligne? Ça me va. Mais tu ne vas pas jouer longtemps gamine

Raven attira la jeune fille vers les lieux de l'accident initial ou son unité n'allait pas tarder.

- C'était quoi le plan hu? Mettre assez de bordel pour que tes complices cambriolent un endroit spécifique ou juste le plaisir de mettre l'avenu à sac? Crois moi si ma bécane à la moindre égratignure tu vas avoir de gros problème.

Le capitaine Anderson regarda la jeune mutante un moment la jaugeant, elle n'avait pas vraiment l'allure d'une rebelle et encore moins d'une combattante, mais il ne fallait jamais se fier aux apparences.

- Si on commencait par ton nom?

__________________________

"I try to be nice, i try to be reasonnable, but it's oh so hard when i dont wanna be "
Revenir en haut Aller en bas
Terra Justice
~ Maître du Jeu ~
avatar

MessageSujet: Re: De la connerie (sur)humaine   Jeu 3 Avr - 9:09

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: De la connerie (sur)humaine   

Revenir en haut Aller en bas
 

De la connerie (sur)humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: New York :: Les Institutions :: Rues-