Partagez | .
 

 Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 19:01

    Il devait être vingt deux heures passées quand Natasha se livra à son activité favorite. Après avoir passé une journée somme toute calme, il était sérieusement temps de penser à autre chose qu'aux milliers de dollars qu'elle avait claqué dans la journée pour des futilités qui ne lui serviraient probablement pas plus de trois jours. Maintenant, il fallait faire autre chose, de quoi lui permettre de trouver le sommeil et pour ça, la jeune femme avait un remède infaillible jusque là. Après avoir pris une légère collation en début de soirée, elle s'occupa ensuite en rangeant quelques affaires dans son immense dressing pour finalement aller se changer tranquillement dans sa salle de bain. Ok, là où elle allait aller il n'y avait pas vraiment besoin de se mettre sur son trente et un ou encore d'enfiler les peintures de guerres qui vous font ressembler à une voiture volée, mais c'était un rituel auquel la russe ne pouvait échapper, parce qu'après tout, elle aimait bien avoir la classe en toute situation.

    Dix bonnes minutes s'écoulèrent avant qu'elle ne ressorte enfin, emmitouflée dans un peignoir éponge, cheveux au vent et pieds nus. Elle se dirigea alors vers son immense salon et dans toute sa discothèque, elle chercha le CD idéal. Elle avait de tout et parfois ça se transformait en casse tête, mais cette fois-ci elle avait déjà une petite idée de ce qu'elle allait se faire un plaisir d'écouter. A, B, C, D, E....son doigt s'arrêta à la lettre F et en trouvant sa perle rare, Natasha esquissa un rapide sourire de satisfaction. Elle attrapa le boitier en plastique et alla se planter devant sa superbe chaine hifi presque aussi clinquante qu'une voiture de sport. D'une main elle l'alluma et de l'autre elle mit le disque en sélection LA chanson qui lui fallait. Ceci fait, et avant d'appuyer sur le bouton de lecture, elle monta ostensiblement le son puisque de toute manière ça ne dérangerait pas les voisins qui étaient inexistants de ce côté de la ville.

    - Tu n'as plus besoin de rien ? Demanda son chauffeur majordome papa de substitution qui lui, avait bien l'intention d'aller se coucher.

    - Ca ira, merci. Lança la russe en émettant un tendre sourire.

    - Ne veille pas trop tard.

    Elle lui répondit d'un salut militaire rapide ce qui le fit rire et se dirigea vers les portes vitrées, avec la télécommande de sa chaîne à la main. De son côté Ivan gravit les escaliers et alla s'installer dans ses quartiers à l'autre bout de la villa, là où il serait sûr de ne pas vraiment percevoir le raffut qui allait se produire dans quelques instant et comme d'habitude, pour une durée indéterminée.

    Se retrouvant donc seule, Natasha admira instant la sublime vue extérieure qui s'offrait à elle bercé par cette ambiance mélodieuse qu'était le silence. Elle inspira profondément pour se détendre, fit coulisser la porte en verre et sortit tranquillement dehors. Il faisait nuit et une légère brise se faisait sentir, mais pas de quoi frissonner ou abandonner le plan prévu.

    La russe fit quelques pas et s'arrêta alors devant la piscine qui affichait de magnifiques reflets grâce à la lumière de la lune, des étoiles et des quelques lampes qui l'entouraient consciencieusement. Elle ôta son peignoir qu'elle posa sur l'unique chaise longue à proximité, rajusta son deux pièces noir hors de prix, appuya sur le bouton de lecture de sa télécommande qu'elle lâcha près de son peignoir et lorsque les premières notes de Right Here Right Now de Fatboy Slim retentirent enfin, elle fit un superbe plongeon digne des meilleurs nageurs olympiques pour se laisser glisser sur un bon mètre avant d'entamer quelques longueurs.

    Certes la natation n'était pas son sport d'origine et n'avait rien à voir avec tout ce qui touchait au combat, son second domaine de prédilection, mais pour se détendre juste avant d'entrer dans le monde de Morphée, c'était plutôt une bonne technique et la belle, l'utilisait quasiment tous les soirs de ses journées chômées. Avec des heures de travail dans les jambes ça allait tout seul mais quand elle passait des heures et des heures à ne rien faire ou pas grand chose parce qu'on n'avait pas besoin de ses talentueux services, là il lui fallait quelque chose pour dépenser toute cette énergie cumulée et la natation en faisait partie. Une fois bien claquée, elle n'aurait qu'à retourner à l'intérieur, prendre une bonne douche bouillante pour au final, s'écrouler sous sa couette jusqu'au lendemain matin sept heures.

    Poursuivant donc ses longueurs, elle alternait savamment entre les allers en crawl et les retours en brasse coulée histoire de bien faire travailler tout ces muscles qui ne demandaient eux qu'à aligner les prouesses techniques pour au final, donner un physique plus qu'inoubliable à sa propriétaire également fan de l'effort physique sous toutes ses formes. En même temps, elle prêtait attention à la musique qu'elle aimait beaucoup mais qu'en général, elle utilisait pour ses entraînements en sport de combat et souplesse. Avec un léger effort, elle arrivait presque à suivre le rythme parfois si rapide.

    Quand l'horloge du salon qui était posée sur la cheminée afficha onze heures, la jeune femme ne s'arrêta pas car il n'était pas encore vraiment temps de dormir, elle avait encore un peu d'énergie à dépenser. Elle poursuivit son petit marathon de nage et c'est en reprenant une énième fois sa respiration entre deux mouvements que son oreille distingua, malgré le son élevé de la musique, le bruit caractéristique de la sonnette qui se trouvait à son portail, un vieux son aux tendances de portes de banques qu'elle trouvait désagréable, mais comme il n'y avait que ça...

    Elle fit alors une petite pause à l'autre bout de sa piscine, repoussa sa longue tignasse en arrière et réfléchit un instant à qui pouvait bien venir la déranger à une heure pareille. Ne voyant pas vraiment qui serait assez fêlé pour débarquer chez elle en espérant la voir encore debout, elle fit une longueur supplémentaire de quoi laisser le temps à son visiteur de faire tout le chemin entre son portail en fer forgé jusqu'à sa porte. Arrivée à destination, elle entendit Ivan descendre les escaliers à une allure normale puis se diriger vers l'entrée. Quelques secondes s'écoulèrent et ne voyant personne débarquer de suite, elle reprit son activité sans plus se soucier de savoir qui avait sonner.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:43

    Rien n'allait plus. Non, vraiment plus. Depuis le fiasco de la Cérémonie de Captain America, tout allait complètement de travers, et comme tout leader, Tony était celui qui avait payé le plus cher, et ça dans tous les domaines. Au sens propre, c'est-à-dire financièrement, ça c'était sûr et même évident. Il avait du débourser des millions pour dédommager les familles de victimes, pour reconstruire les trois quarts de Central Park et les quelques immeubles alentours qui s'étaient écroulés sous les chocs titanesques de son combat contre Hulk, sans compter les véhicules démolis et tout le reste. Politiquement, c'était aussi le désastre. La Maison Blanche, l'Etat-Major, l'ONU, le Congrès, tous lui étaient tombés dessus et continuaient à le faire en lui rappelant régulièrement que sa place de Directeur du SHIELD et par extension de l'Initiative tenait désormais à un fil, et qu'il allait devoir très vite rectifier le tir et obtenir des résultats. Que ce qui était arrivé était de sa faute. Moralement, il était clair que ça n'était pas non plus glorieux vu la situation, et même sa santé en pâtissait depuis son combat contre le Géant de Jade. Son générateur ARK lui jouait de plus en plus de mauvais tours à défaillir dès qu'il forçait sur la puissance de son armure, le faisant saigner du nez ou des oreilles et augmentant ses risques d'arrêts cardiaques, ces derniers étant toujours sa plus grande faiblesse depuis qu'il avait ce coeur artificiel, ce n'était plus un secret.

    Mais le pire, c'était certainement au niveau psychologique que ça se passait. En effet, depuis qu'il avait failli mourir, depuis qu'il avait frôlé la mort plus près que jamais auparavant malgré tous les dangers qu'il avait déjà affronté, oui, depuis ces quelques secondes où, à terre, un pieux métallique dans la poitrine et son armure détruite, il avait vu sa propre mort dans les yeux plein de rage de Hulk, prêt à l'achever, Tony sombrait jour après jour un peu plus dans un gouffre post-traumatique sur lequel il n'avait aucune emprise, et qu'il refusait d'admettre. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il frôlait la mort ! Alors pourquoi serait-il plus traumatisé cette fois que toutes les précédentes ? Voilà ce qu'il se disait pour se mentir. Quand il ne subissait pas l'assaut de flash-back répétés de ces quelques secondes face à sa mort, et ça sans qu'il ne s'y attende jamais, aussi bien dans ses cauchemars que la journée bien éveillé, il était victime ni plus ni moins que de sautes d'humeurs aussi inattendues que violentes.

    Depuis la Cérémonie en effet, tout le monde avait au moins subi ses foudres et sa colère parfois sans qu'il y ait une raison valable. Il s'était emporté contre son équipe de Vengeurs, contre Maria Hill, contre Miss Hulk, et même, chose incroyable pour qui savait ce qu'il ressentait pour elle - alors que lui-même restait aveugle à ses propres sentiments - il s'était énervé et même disputé avec Pepper. Il lui avait pour ainsi dire véritablement crié dessus à son retour de la bataille, il avait été même cruel dans ses paroles, déversant sur elle toute sa colère, son amertume vis-à-vis de ce qui lui était arrivé, alors qu'elle n'y était pour rien. Ca faisait à présent un peu plus d'une semaine que la Cérémonie était passée, un peu plus d'une semaine que les ennuis s'accumulaient et que Tony pétait littéralement un câble dès que quelque chose, même une broutille, le contrariait. Il était irascible, insupportable avec tout le monde, et d'un seul coup, son humeur passait à l'opposé, et il lui prenait soudain l'envie d'aller "profiter de la vie", du fait qu'il ait une nouvelle fois survécu en allant prendre du bon temps avec deux ou trois mannequins européens ramassés en boîte de nuit, ou en multipliant les compétitions de sports extrêmes pour "l'adrénaline", allant des courses automobiles au snowboard hors piste. Alors il pétait le feu, était d'une humeur euphorique, désinvolte, puérile même, avant de repasser tout aussi vite et sans prévenir à son état dépressif et colérique post-traumatique. Il restait à espéré que cette période perturbée ne dure pas. Le pire, c'était le soir.

    La journée, il se jetait corps et âme dans son travail, à tenter de déterrer les rebelles de leur trou, de stabiliser la situation en Iran, de maintenir la paix mondiale et le reste, occupant son esprit ce qui était à vrai dire le but, mais une fois le soir venu, lorsqu'il ne prévoyait pas de passer un nuit blanche et torride avec des jolies filles, tous ses démons revenaient à la charge et c'était là qu'il était le plus vulnérable, le plus enclin à sombrer dans une spirale de dépression destructrice. Les souvenirs de tout ce qui lui pesait sur la conscience, la Cérémonie, la mort de Steve, de Bill, de ses hommes, la trahison de ses anciens amis, ses trahisons à lui... Il devait y aller à coups de somnifères pour arriver à trouver le sommeil et encore, c'était pour être la proie de cauchemars qui ne le faisaient jamais dormir plus de quatre heures. Et en cette énième soirée bien entamée dans l'heure déjà tardive, Tony n'avait toujours pas accepté les derniers évènements et donc n'avait pas dépassé son traumatisme refoulé.

    « Non, Monsieur le Président, Stark Industries ne vend plus d'armes létales depuis plusieurs années déjà... Oui... Non mais... Non, nous ne fournissons que le SHIELD en armes... Je suis désolé, mais ce n'est pas possible, l'entreprise est passée de l'armement à la recherche médicale, énergétique et spatiale entre autres choses, nous... Oui, je comprends... Croyez bien que je le regrette, bonne soirée Monsieur, au revoir... »

    Tony balança son oreillette sur la table en soupirant d'exaspération. Il activa mentalement les micros de l'interphone et appela à voix haute d'une voix autoritaire.

    « Pepper ! »

    Il n'obtint aucune réponse alors qu'il se dirigeait, énervé, vers la table ovale où un hologramme en trois dimensions représentait la ville de New York dans son ensemble ainsi que ses alentours. Un hologramme actif qui, grâce aux satellites ultra performants de Stark Industries, aux caméras placées dans les rues et autres moyens de télécommunications, montrait quasiment en temps réel ce qui s'y passait. Le trafic routier, aérien, ferré, etc. Tout y était. C'était la dernière invention du milliardaire bien qu'elle soit encore au stade de prototype et qu'il comptait l'améliorer encore dès qu'il en aurait le temps.

    « C'est pas possible, non mais où est-elle ? Ce n'est pas à moi de m'occuper de ce foutu dossier ! J'ai d'autres choses plus importantes à faire bon sang, c'est pour ça que je la paye non ? PEPPER ! » répéta-t-il encore plus fort, et surtout encore plus agacé alors qu'il appuyait ses mains sur le rebord de la console holographique, balayant d'un regard noir la ville virtuelle. Jarvis décida d'intervenir.

    « Si je puis me permettre Monsieur, Mademoiselle Potts est rentrée chez elle depuis plusieurs heures déjà. A vrai dire, il est actuellement 22h14 et elle a terminé à 19h... »

    « Quoi ? Comment ça... Il est déjà si tard que ça ? »

    « En effet, Monsieur. »

    Le Vengeur grogna de mécontentement en frappant légèrement du poing sur la table avant de soupirer. Encore une fois, il n'avait pas vu passer l'heure, et pourtant il avait passé la soirée à parcourir son bureau de long en large en s'occupant de ses responsabilités, passant des dizaines de fois devant l'immense baie vitrée surplombant New York qui, en effet, était plongé dans l'obscurité depuis plusieurs heures déjà. Sentant soudain une lourde fatigue aussi bien physique que morale lui tomber dessus, Tony jugea préférable d'arrêter là pour aujourd'hui, d'autant plus qu'il avait une chose importante à faire ce soir. Désactivant l'hologramme, il se dirigea vers ses appartements privés jouxtant son bureau et une minute plus tard, disparaissait sous une bonne douche chaude bien méritée qui eut le bon effet de l'apaiser et le relaxer. Il ne mit même pas de musique, ne souhaitant que le silence et le calme. Il y resta pas mal de temps d'ailleurs, prenant le temps de chasser de son esprit tous les tourments qui l'assaillaient depuis ces derniers jours.

    Quand il en ressortit, il se trouva dans l'état d'esprit quasiment opposé à tout à l'heure. Comme quoi, prendre une bonne douche pouvait changer bien des choses, et c'était tant mieux ! Enfilant un jean, Tony resta quelques instants torse nu devant le miroir mural de sa salle de bain, observant d'un oeil à la fois frustré et inquiet son générateur ARK qui luisait d'une lumière bleutée. Il toucha les bords des doigts. Tout semblait parfaitement normal, aucun lésion n'apparaissait, rien. En même temps, il n'avait pas eu à utiliser son armure aujourd'hui. Mais il savait que dès qu'il la mettait, les veines entourant son coeur artificiel se mettaient à noircir et à ressortir de manière plus que terrifiantes, et que la douleur qui s'en suivait était cuisante au possible. Heureusement, après quelques heures, le Virus Extremis s'occupait de tout faire revenir à la normale, du moins en apparence. Car le problème était intérieur, Tony le savait, mais il n'avait pas envie de se faire opérer. Il ne voulait pas avoir à changer son générateur une nouvelle fois, parce que d'après ce qu'il avait compris, cette opération là serait lourde, et dangereuse. Hulk avait fait beaucoup plus de dégâts qu'il ne l'avait imaginé. Mais Tony finirait bien par trouver une solution, le plus important étant que personne ne se rende compte de ce problème physique, car si en plus de tout le reste, il ne pouvait plus être Iron Man au top de son potentiel, il ne ferait plus long feu à la tête de l'Initiative.

    Mais, ayant retrouvé une certaine bonne humeur à l'idée de qui il allait rencontrer ce soir, le milliardaire enfila un tee-shirt noir, se coiffa et alla prendre sa veste en cuir dans son bureau avant d'en sortir. Il emprunta l'ascenseur jusqu'au premier sous-sol, là où se trouvait son garage regorgeant de dizaines de voitures de sports toutes plus belles les unes que les autres ainsi que de motos tout aussi luxueuses. Certains de ces véhicules étaient même de sa propre fabrication, étant un passionné de mécanique. Parcourant les allées au milieu des sportives, Tony hésita quelques secondes sur laquelle prendre ce soir.

    Deux minutes plus tard, il fonçait à vive allure à travers New York sur sa Ducati Streetfighter modifiée par ses soins, certaines parties de la cylindrée étant transparentes et laissant passer un liquide bleu fluorescent qui luisait dans la nuit et laissait comme une traînée derrière lui lorsqu'il roulait vite, ce liquide en question n'étant rien d'autre que l'essence spéciale du moteur non-polluant qu'il y avait installé. Il en frôlant dangereusement les voitures, grillant les feux rouges et empruntant les trottoirs quand ça ne roulait pas vite et qu'il y avait des embouteillages, ce qui, à New York, était une situation à vrai dire permanente. Le milliardaire se fit donc plaisir avec quelques petites montées d'adrénaline, et lorsqu'il décidait de s'arrêter à un feu rouge, c'était non pas par respect du code de la route dont il se fichait éperdument mais plutôt pour frimer devant des groupes de jolies filles qui souhaitaient traverser, accélérant puis freinant par à-coups, faisant rugir son moteur surpuissant et récoltant des rires et des sourires de leur part pour son plus grand plaisir, et surtout sa fierté masculine toujours en demande de reconnaissance.

    A peine le feu passa-t-il au vert qu'il accéléra en trombe dans un crissement de pneus, levant la roue avant pour un dernier petit spectacle et surtout parce que ça l'amusait de savoir qu'une mauvaise manoeuvre et il pouvait valser dans le décor, voire peut-être se tuer. Comme si ça ne lui suffisait pas dans sa vie de tous les jours d'être la cible numéro un de pas mal de ses ennemis, Tony aimait avoir le contrôle sur sa vie, et sa logique n'était pas toujours très évidente. Or s'il adorait jouer les casse-cou, c'était parce que justement, sachant qu'il pouvait mourir demain, il désirait ni plus ni moins qu'en profiter à fond. Et l'adrénaline avait toujours son exutoire favoris pour évacuer la pression. A la vitesse où il roula, il ne tarda pas à arriver à destination. En effet, bientôt les buildings laissèrent place à un environnement plus espacé, plus vert et plus calme tandis qu'il entrait en périphérie de la ville, là où les beaux quartiers commençaient. Les très, très beaux quartiers à vrai dire.

    La moto et son conducteur finirent par s'arrêter devant de grandes grilles en fer forgé qui délimitaient l'entrée d'une immense propriété. Il sonna à l'interphone. Quelques secondes plus tard, on lui répondit, il se présenta et les grilles s'ouvrirent aussitôt. Il s'y engouffra dans une dernière petite accélération, parcourant à vitesse moyenne le chemin qui menait vers l'entrée de la villa et s'arrêta devant. Il descendit agilement de son bolide et enleva son casque. Le majordome que Tony connaissait vaguement pour être évidemment déjà venu ici par le passé vint l'attendait déjà sur le pavillon. Il l'invita poliment à entrer. Le "big boss" de sa patronne, attention, on ne l'envoie pas balader même si l'heure est impolie ! Tony se laissa donc guider à travers la somptueuse demeure, se disant avec amusement qu'elle n'était pas loin d'égaler la sienne en matière de luxe, ou plutôt les siennes. Le majordome prit son casque de moto pour aller le ranger le temps de sa présence ici. La musique parvint alors aux oreilles du Vengeur tandis qu'il pénétrait dans le salon et que le majordome lui indiquait la baie vitrée entrouverte d'un geste de la main.

    Un sourire au coin des lèvres, le milliardaire ne se fit pas prier plus longtemps et la traversa pour se retrouver sur la terrasse, où se trouvait la piscine. Il repéra de suite la plantureuse Natasha qui s'appliquait à faire des longueurs d'une synchronisation parfaite sans avoir encore vu qu'il était là. Souriant de plus belle, il ne se gêna pas pour l'observer, le terme "mater" aurait été plus précis si les remous de l'eau n'empêchaient pas une vision claire de son physique, alors qu'il faisait quelques pas jusqu'au bord de la piscine, les mains dans les poches d'un air décontracté. Il attendit qu'elle termine sa longueur et qu'elle sorte donc la tête hors de l'eau quasiment à ses pieds avant de parler.

    « Je dois reconnaître que la vue est vraiment superbe d'ici... » lança-t-il alors avec un sourire en coin qui s'accordait parfaitement avec le double sens de sa phrase.

    En effet, la terrasse où se trouvait cette piscine de plein air donnait une vue d'ensemble sur un New York by Night absolument splendide, mais ce dont parlait surtout Tony, c'était évidemment de la vue qu'elle lui offrait, elle. En bikini noir, sexy en diable par une si belle nuit et dans un endroit pareil, c'était en effet ce qu'on pouvait appeler un vue magnifique ! Avec les lumières autour de la piscine qui éclairaient l'endroit juste ce qu'il fallait, on pouvait dire que la belle espionne ne s'était rien refusé en matière de luxe ! Quoi qu'il en soit, rien que la perspective d'engager la partie avec Natasha en cette belle soirée avait éloigné le milliardaire de tous ses autres tracas. En effet, s'il y avait bien une chose qu'il adorait, c'était jouer avec elle, et il fallait dire que leur relation était des plus électriques. Pourtant, malgré les apparences, sa présence ici avait un but professionnel très précis, qu'il exposerait plus tard, car rien ne l'empêchait de mêler le plaisir du jeu au travail, loin de là...
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:45

    S'arrêtant finalement à deux longueurs supplémentaires, la jeune femme sortit de nouveau la tête de l'eau et lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux, elle remarqua que son invité avait finalement décidé de montrer le bout de son nez et ça n'était autre que son patron, le grand Tony Stark.

    E n guise de salut, il lâcha alors une remarque évidemment bourrée de sous-entendus, mais Natasha préféra ne pas relever histoire d'alimenter convenablement la nouvelle partie qu'il venait d'entamer dans ce jeu si particulier qui les liait tous les deux. Elle sourit, repoussa dans un geste élégant sa longue tignasse en arrière avant de faire une brasse vers l'échelle de sa piscine pour sortir et être enfin à la même hauteur que le milliardaire.

    Prenant bien entendu tout son temps pour lui en mettre au passage plein la vue, elle gravit les échelons un par un puis, une fois dehors elle se dirigea aussi sec vers son interlocuteur afin de le regarder droit dans les yeux comme toujours.

    - Mr Stark... Souffla-t-elle avec un autre des ses sourires aux lèvres.

    Elle en profita ensuite pour le reluquer ouvertement de la tête aux pieds avant de froncer légèrement le sourcil d'entière satisfaction et d'émettre ce si caractéristique "hum" qu'elle lui ressortait assez souvent pour le provoquer. Il était ostensiblement attirant et n'importe quelle fille sur Terre ne pouvait qu'être charmée à l'idée de l'avoir sous les yeux à une si petite distance de séparation.

    - Que me vaut le plaisir de cette visite ? Une de vos nombreuses conquêtes a fini par vous mettre elle même dehors avant que vous ne fassiez l'inverse et vous venez chercher une épaule pour pleurer ?

    Si certains de ses sous-fifres qui travaillaient dans les bas fonds de la Stark Tower sans pour autant avoir une importance quelconque à l'entreprise baissaient les yeux dès qu'il avaient enfin la chance de croiser le Big Boss en personne, la russe n'était certainement pas du genre à le faire même si par le passé, il lui avait mit quelques roustes. Tout sourire, ils se fixèrent donc un instant avant qu'elle n'aille finalement chercher son peignoir sur son transat, la température ayant quelque peu chutée depuis tout à l'heure.

    Tournant le dos à son patron, elle l'enfila tranquillement remettant par la suite ses cheveux dégoulinant à leur place et attrapa aussi la télécommande de sa chaîne pour arrêter la musique. Pas besoin d'ambiance de fond avec Tony Stark, il se chargeait de tout lui même. Propos intelligents, blagues, sous entendus parfois capables de faire s'empourprer même les roses les plus rouges, il n'y avait rien d'autre à ajouter en fond parce que ça serait forcément moins bien.

    Elle revint ensuite vers lui se doutant qu'il en avait profité pour lui aussi terminer son inspection de physique et tous deux retournèrent à l'intérieur où ils retrouvèrent Ivan qui les attendait en tirant un peu la tête. Pas parce qu'il était tard mais plutôt parce qu'il savait que le plus célèbre playboy de la ville et peut-être du pays était sous le même toit que celle qu'il considérait comme sa fille. Bien sûr, elle lui avait déjà dit qu'à présent elle était en âge de faire ce qu'elle voulait avec qui elle voulait, mais quoi qu'elle puisse dire, il la voyait toujours comme sa petite princesse russe.

    - Je peux faire quelque chose ? Demanda-t-il en regardant seulement la jeune femme.

    - Ca ira merci.

    Il lui fit un signe de tête et partit quelque peu déçu de devoir les laisser rien que tous les deux.

    - Je vous en prie... Lâcha la maîtresse de maison en faisant signe à Strak de s'installer à son aise sur le canapé.

    Elle en profita pour éteindre complètement sa chaîne hifi et faire un détour par le bar d'où elle extirpa deux verres et un bouteille de Whisky, car contrairement aux préjugés, les gens de son pays ne consommait pas que de la Vodka.

    Natasha retourna alors au canapé et posa son chargement sur la table basse en verre. Elle déboucha la bouteille, rempli à moitié les deux verres, poussa la bouteille un peu plus loin et s'installa dans un des fauteuils juste en face de son invité en croisant les jambes pour le narguer un peu.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:47

    Incapable de s'en empêcher, Tony haussa les sourcils et émit un court et léger sifflement admiratif lorsqu'il vit la jeune espionne remonter lentement l'échelle de la piscine, jouant visiblement volontairement des hanches et de sa plastique parfaite à son intention, du moins s'amusa-t-il à le croire. En tout cas, il ne pouvait que confirmer mentalement le fait qu'il n'y avait pas plus belle vue que l'actuelle. Cette femme était tout simplement une bombe, et le mieux dans l'histoire, c'était qu'elle en était ô combien plus que consciente. Et la subtilité qu'elle mettait à en jouer avec la gent masculine, et en l'occurrence, avec lui ce soir, avait de quoi aiguiser l'appétit du milliardaire. Pour preuve, il ne se départissait en rien de son petit sourire en coin montrant sans retenu à quel point il était satisfait du petit show de bienvenue qu'elle lui offrait généreusement. Pourquoi le cacher alors qu'il était évident que les femmes adoraient quand on les dévorait ainsi des yeux. C'était en effet plus flatteur qu'autre chose, et ça n'allait pas être la Russe qui allait démentir cela vu son attitude aguicheuse.

    « Mlle Romanoff... » souffla-t-il sur le même ton qu'elle, soutenant son regard avec un amusement espiègle tandis qu'elle se lançait à son tour dans un reluquage complet de sa personne, en réponse au sien envers elle quelques secondes plus tôt.

    Le jeu venait de commencer, sans aucun doute possible, pour le plus grand plaisir du milliardaire qui, depuis toujours, n'avait cessé de tenter d'ajouter la belle veuve à son tableau de chasse sans jamais y parvenir. Même quand ils étaient ennemis, même quand ils s'affrontaient, Tony avait toujours pensé "Wow, quelle femme, dommage qu'elle soit dans le mauvais camp !" avec un certain humour douteux, car il aurait ét presque prêt à la draguer si cette dernière n'avait pas à chaque fois essayé d'attenter à sa vie. Le danger, Tony adorait ça, et encore plus quand il venait d'une femme aussi mystérieuse que séduisante comme Natasha.

    Amusé par le petit "hum" qu'elle lui lança, mêlé à un regard intéressé par ce qu'elle venait de mater qui ne put que flatter un peu plus l'égo déjà surdimensionné du milliardaire, ce dernier continua à soutenir son regard alors que, tout près de lui, il pouvait détailler la perfection de ses traits russe, envoûtant à souhait. Il la voulait, oh ça oui, la tension sexuelle entre eux était palpable à travers ce petit jeu qu'ils jouaient dès qu'ils se trouvaient en présence l'un de l'autre. Mais malheureusement pour Tony, elle ne semblait pas prête à lui céder malgré ses multiples tentatives. Cependant, et il était connu pour ça, plus on lui résistait, plus il persévérait, aimant les défis plus que tout avec une préférence pour les plus difficiles, comme celui-là. Plus ardue était la tâche, plus belle était la victoire, et plus délicieuse encore la récompense.

    Tony rigola à ses paroles sur ses conquêtes et ne se gêna pas non plus une deuxième fois pour la détailler du regard alors qu'elle s'éloignait de lui pour aller chercher son peignoir.

    « Ca dépend, si je réponds oui, j'aurai droit à un câlin cette nuit pour me réconforter ? » rétorqua-t-il avec un sourire en coin toujours plus prononcé, avant de prendre une moue faussement triste en mettant une main sur son coeur : « Elle m'a brisé le coeur, vous comprenez... »

    Evidemment, il plaisantait. Personne ne brisait le coeur de Tony Stark. Tout simplement parce qu'il avait pour réputation de ne pas en avoir. Lui, l'homme d'acier, businessman redoutable et justicier intransigeant qui enchaînait les conquêtes autant qu'il changeait de chemises. Sachant que ses conquêtes ne duraient généralement qu'une nuit, voire deux ou trois maximum pour celles qui se distinguaient des autres par un certain talent nocturne, le milliardaire n'avait pas vraiment le temps de s'enticher sérieusement de qui que ce soit. De toute façon, ce n'était pas son genre. Les sentiments et lui, ça faisait deux. Il préférait les coups d'un soir, ça lui convenait parfaitement ! Le plaisir sans les prises de têtes, c'était parfait. Au petit matin il s'éclipsait avant que sa ou plutôt ses conquêtes de la nuit ne se réveillent, et Pepper ou Jarvis se chargeaient alors de les faire ramener chez elles en limousine. C'était très pratique. Ca évitait toute possibilité d'attachement !

    De toute façon, les filles qu'il ramenait dans son lit n'étaient pas vraiment de celles dont il pourrait, en admettant que ce soit possible, tomber amoureux. Oh que non. Des pin-ups d'un soir, pas des femmes qu'il se voyait garder à ses côtés comme un charmant petit couple marié ! Même pas en rêve.

    Cependant, si Tony s'évertuait à draguer à droite et à gauche et à se convaincre que ça lui convenait toujours autant qu'auparavant, c'était pour ne pas prêter attention à cette envie pourtant bien réelle et bien présent qui nichait dans un recoin de son esprit. Une certaine envie inavouée et refoulée de véritablement pouvoir un jour trouver LA personne qui pourrait le rendre heureux, qui pourraient apaiser ses maux et panser ses plaies par sa seule présence. Il se moquait des couples qu'il croisait, mais au fond, il enviait leur bonheur. Tout ça parce qu'au final, en tant que leader, et encore plus depuis la Guerre Civile qui l'avait éloigné de la plupart de ses amis, le Vengeur se sentait seul. Et la solitude était certainement sa plus grande angoisse bien qu'il refusait de se l'admettre.

    Quoi qu'il en soit, il avait une fois de plus lancé une réplique sans équivoque sur ce qu'il désirait de sa part et qu'elle lui refusait encore aujourd'hui. Un "câlin" pour la nuit. C'était plutôt clair. Sur fond d'humour toujours qui plus est. Maudissant le peignoir qui lui volait la vue sublime qu'il avait eu le loisir d'avoir jusqu'à maintenant, le milliardaire suivit la jeune femme à l'intérieur et prit place sur le canapé où elle l'invita à s'asseoir, après que le majordome les eut laissé sur son ordre. Un brin protecteur le type quand même, avait pu remarquer le Vengeur. Se mettant donc à son aise sans se faire prier, Tony suivit du regard la belle espionne qui partait chercher de quoi offrir à boire à l'invité de marque qu'il était. Il attendit qu'elle s'assoit en face de lui avant de reprendre la parole, notant au passage l'attitude toujours un peu plus provocatrice qu'elle lui adressait rien que par son croisement de jambes. Cela lui fit étirer un nouveau sourire en coin alors qu'il la fixait quelques instants de son regard sombre et intense, pétillant de désir et d'amusement à la fois. Elle l'allumait à mort, et il adorait ça même si c'était un vrai supplice de ne pas obtenir ce qu'il voulait d'elle. Mais après tout, c'était le fait de rester sur sa faim qui rendait ce jeu si intéressant. En tout cas, elle avait raison de ne pas venir s'asseoir sur le même canapé que lui. En pro des avances sensuelles sur canapé, Tony était un maître en la matière, et une fois sous son emprise, il se serait arrangé pour qu'elle ne puisse s'échapper, ou plutôt qu'elle ne le veuille même plus.

    « Ma visite est, sans surprise, d'ordre professionnel. Que pourrait-elle être d'autre de toute façon ? Pour quelle autre raison que le travail pourrais-je venir ici, chez vous, le soir, vous déranger ? C'est vrai, après tout, c'est pas comme si j'avais envie de coucher avec vous, n'est-ce pas... » reprit-il donc sur un ton faussement désintéressé et désinvolte en haussant les épaules, répondant à sa première question sur l'objet de sa venue.

    Il prit l'un des verres de Whisky qu'elle avait posé et servi sur la table basse devant lui et en but une première gorgée avant d'étirer un nouveau sourire à l'attention de la jeune femme vis-à-vis de la réplique qu'il venait de lui lancer. C'était du Tony Stark tout craché ça. Un coup il pouvait jouer les subtilités en n'énonçant ses désirs et ses intentions que cachés derrière des sous-entendu, un coup il faisait l'inverse et mettait les pieds dans le plat sans aucun détour. Ca l'amusait à vrai dire de faire ça, car souvent ça déstabilisait assez celles à qui il le faisait. Et dans le quart d'heure qui suivait, il se retrouvait au lit avec. Mais il était clair que ça ne marchait qu'avec les filles inexpérimentées en matière de relation Starkienne. Autrement dit de parfaites inconnues rencontrées en boîte qui étaient éblouies par le nom et sa réputation avant même de rencontrer l'homme.

    Très pratique pour emballer, c'était indéniable. Mais ça ne risquait pas de marcher avec des femmes comme Natasha Romanoff, beaucoup plus complexes et dangereuses. Evidemment, il avait fait exprès de dire ça pour signifier le contraire. Ce n'était plus un secret qu'il veuille s'envoyer en l'air avec elle. Elle lui plaisait. Énormément même. D'ailleurs, malgré les apparences, il ne la considérait pas comme toutes les autres filles qu'il ramenait dans son lit, loin de là. Pour savoir ce qu'elle était capable de faire, et l'esprit affuté qu'elle possédait, il savait que ce n'était pas l'erreur à commettre. Quoi qu'il en soit, à présent qu'il était là et que le jeu était bien lancé, Tony avait envie d'attendre encore un peu avant de dévoiler les raisons de sa venue, autre que l'envie flagrante de coucher avec elle. Il voulait faire grimper la curiosité de la jolie rousse et savourer cette soirée qui démarrait déjà fort bien. Il avait envie de se détendre, d'en profiter et de s'amuser. Il allait pas se gêner pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:51

    Toujours souriante, Natasha continuait d'observer avec attention son patron. C'était presque à savoir lequel lâcherait en premier et elle savait que sur ce terrain elle avait toutes ses chances, puisqu'elle faisait actuellement partie de ces perles si rares qui n'avaient pas encore testés les draps du milliardaire en sa compagnie. Certes, l'idée de s'alanguir avec lui était plus que plaisante et extrêmement tentante, mais elle ne voulait certainement pas jouer les filles faciles et encore moins finir comme toutes les autres, un vague numéro de téléphone noté quelque part, finissant à l'oubli jusqu'au jour où on aurait besoin d'elle pour recommencer l'expérience. Alors en attendant, ils jouaient à ce petit jeu électrique qui la satisfaisait énormément et qui mettait Stark dans tous ces états surtout s'il n'obtenait pas de suite ce qu'il voulait. C'était un défi pour lui, une vraie difficulté comparée à toutes ces filles qui auraient été prêtes à se damner pour se retrouver à l'instant même à la place de la jeune femme. A cette dernière pensée, elle ne put s'empêcher de sourire de plus belle.

    Installés là, ils s'observèrent un petit moment avant que Tony ne sorte cet affreux mensonge ou tout du moins en partie. La russe en fronça même le sourcil.

    - Oui, c'est totalement vrai Mr Stark. Il n'y a entre nous que des choses purement professionnelles, rien de plus. Pas de sous entendus, pas de doubles sens si équivoques, ni même de regards à connotations sexuelles ou d'effleurements parfois si particuliers entre deux personnes de sexes opposés...il y a juste vous, moi et le travail...." Souffla-t-elle avec une certaine sensualité provocante.

    Son ton sonnait tout aussi faux que celui de son milliardaire de patron tandis qu'elle secouait légèrement la tête en guise d'acquiescement. Même un aveugle ou le plus abruti des êtres humains sur cette Terre aurait bien comprit qu'il mentait et puis après tout, quel homme aurait pu dire à une employée comme Natasha qu'il était ici uniquement pour le travail ?

    La jeune femme but ensuite une gorgée de son verre avant de croiser jambes dans l'autre sens histoire de bien en remettre une couche. Le bas de son peignoir en profita même pour glisser légèrement, révélant ainsi un peu plus de ses sublimes jambes de sportive accomplie.

    En fait, c'était toute une technique qu'elle avait mise en place et elle comptait bien l'appliquer ce soir, chapitre par chapitre avant de lui porter le coup de grace jusqu'à leur prochaine rencontre.

    Elle le reluqua une nouvelle fois avec ce petit air qui lui était si particulier, mélange d'audace et de provoc'. Il était tellement....Stark, que passer à côté de lui sans le remarquer aurait été un pêché plus que mortel et, comme elle savait qu'elle faisait partie des beautés fatales, lui savait qu'il entrait dans la catégorie des playboys tombeurs, ce qui n'était pas pour lui déplaire, il fallait l'avouer.

    Il avait cette personnalité si particulière, cet ego si surdimensionné mais pourtant à même de lui faire encore franchir n'importe quelle porte sans difficulté, et ce physique...de quoi faire chavirer n'importe quelle demoiselle...Mais pour la belle, il y avait un peu plus et si elle y réfléchissait longuement et sérieusement, ça remontait probablement à l'époque où elle était de l'autre côté de la ligne, à l'époque où ils jouaient déjà au jeux du chat et de la souris à un niveau bien moins intéressant que celui de maintenant...

    Elle se souvenait très bien de ce temps là. Méchante parmi les méchantes mais avec une forte prédilection pour les victimes masculines...jusqu'au moment où elle avait essayé de s'en prendre au génie....les défaites avaient été quelques peu frustrantes sur le coup mais aujourd'hui, c'était presque devenu un honneur ou même un plaisir...

    Sortant de ses pensées sur le temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, elle s'enfonça un peu plus dans son fauteuil parce qu'elle savait qu'elle allait en avoir pour un petit bout de temps et à vrai dire c'était très enthousiasmant et ç'avait de quoi lui faire oublier cette fatigue qui commençait à l'habiter maintenant qu'elle ne faisait plus aucun effort physique.

    "Je vous écoute monsieur Stark. Qu'attendez vous de moi professionnellement parlant ? Que j'aille faire la leçon à cette vilaine demoiselle qui osé vous mettre dehors, sentant la fin de votre nuit torride s'achever par un retour en limousine et des vêtements fraîchement sortis du pressing le plus proche ?"

    Non seulement elle adorait jouer avec lui mais en plus elle aimait le taquiner avec toutes ses conquêtes pour lui rappeler subtilement au passage qu'elle n'en faisait pas partie.

    Elle but une autre gorgée de son whisky avant de repousser une mèche rebelle qui cachait son si joli minois de russe joueuse.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:53

    Il n'y avait pas à dire, tout dans la façon d'agir de la belle espionne respirait la provocation. Une gestuelle précise pour un parfait dosage de sensualité qui donnait du fil à retordre au milliardaire, ce dernier ayant en effet un certain mal à rester en place et à résister à la cruelle tentation qu'elle représentait. Mais, fierté masculine oblige, et n'ayant surtout pas envie de montrer qu'il était en difficulté par rapport à elle qui dominait pour le moment le jeu par le fait qu'il la désirait plus qu'elle ne le désirait à lui. Du moins en avait-il eut l'impression au commencement de leur "petit jeu", mais il avait bien vite repéré au fil du temps la même lueur de désir qui brillait dans ses yeux. Aujourd'hui, il ne faisait plus aucun doute qu'elle était également attiré un minimum par l'étalon sauvage qu'il était. Comment auraient-ils pu jouer sans cela de toute manière ? L'attraction se devait de marcher un tant soit peu dans les deux sens, c'était le minimum requis. Et puis, arrogant comme il était, Tony considérait que toutes les femmes étaient folles de lui, ce qui était le cas pour une grande partie de la gent féminine de toute façon, il suffisait de voir avec quelle hystérie les troupeaux de jolies filles se jetaient sur lui lorsqu'il posait le pied dehors et surtout en boîte la nuit tombée.

    « Je n'aurai pas mieux résumé moi-même... » répondit le milliardaire qui étira un sourire malicieux tout en portant à ses lèvres le verre pour boire une nouvelle gorgée, la fixant d'un regard brillant d'envie qui se passait de mots.

    "Je te veux, te t'aurai." Voilà comment on pouvait traduire ce fameux regard. Parce que oui, Tony était bien déterminé à gagner au final. Ca lui prendrait le temps qu'il faudra, mais il y arriverait. Il était habitué à obtenir ce qu'il désirait, et il ne comptait pas rompre cette habitude d'enfant gâté. Après tout, c'était son caractère, il était le genre d'homme qui savait parfaitement ce qu'il voulait, et qui ne renonçait pas tant que sa volonté n'était pas satisfaite.

    Le tissu léger du peignoir de la russe glissa lorsqu'elle bougea ses jambes pour les croiser dans l'autre sens, faisant tout pour garder l'attention du Vengeur rien que sur elle et elle seule. En même temps, ce n'était pas bien compliqué, et son attention, elle l'avait depuis le début, et même plus que nécessaire. En effet, Tony n'avait plus décroché son regard de la veuve depuis son arrivée ici. Et voilà qu'il s'accoudait sur l'accoudoir du canapé à sa droite, et qu'il se frottait négligemment le bouc au bout de son menton, sourire espiègle aux lèvres, la tête légèrement penchée sur le côté tandis que ses yeux prenaient grand soin de remonter lentement la paire de jambes à la divine perfection qu'elle lui offrait volontairement. Que n'aurait-il pas donné pour pour faire le même trajet non pas avec ses yeux mais avec ses mains, en une caresse qui n'aurait en rien manqué de sensualité. Cette femme le mettait au supplice, jouait avec lui. Comment ne pas aimer ça ?

    Comment ne pas être fasciné par le charme que possédait les femmes en général, et plus encore celle qui provoquait ses sens là en face de lui ? Tony était un homme à femmes. Tout le monde savait ça. Il faut dire que les femmes le fascinaient, et qu'il était le premier à reconnaître qu'elles possédaient un charme envoûtant et mystérieux qui n'appartenait qu'à elle, et qui pouvait mettre à genoux les pauvres hommes qu'ils étaient. Beaucoup pensaient à tort que Tony était un macho, simplement parce qu'il enchaînait les conquêtes. Alors qu'au fond, il éprouvait une admiration pour le sexe opposé. Il y avait tellement de choses concernant la féminité qui lui échappaient, et qu'il n'arrivait jamais à percer. C'était d'ailleurs pour ça qu'il était fasciné, parce qu'il savait que sûrement jamais il n'arriverait à percer leur mystère. Pas de femmes dictateurs, 3% de femmes tueuses en série contre 97% d'hommes... Les chambres à gaz n'étaient que des idées masculines, autant que les déclarations de guerre et tant d'autres choses. Au final, l'homme n'était pas le sexe fort, car à l'inverse du beau sexe, il restait soumis à ses instincts primitifs les plus horribles.

    Oh oui, même si ça ne crevait pas les yeux, au fond, Tony vénérait les femmes pour toute cette stupide agressivité et tendance à faire le mal qu'elles n'avaient pas de manière générale et naturelle, les mères surtout, pour se souvenir de la sienne qu'il avait perdu bien trop tôt. Donc non, à l'inverse de ce que les apparences montraient et de ce que lui semblait vouloir montrer plus précisément, le milliardaire était tout sauf un macho. Il n'était pas comme Hank Pym, qui avait la fâcheuse tendance à lever la main sur sa femme, Janet, la Guêpe des Vengeurs, et à accumuler toutes les tares clichées du macho de base, et ce malgré le fait qu'il était l'un des plus grands cerveaux de la planète après Tony et Red Richards. Comme quoi l'intelligence n'empêchait pas la connerie. En tout cas, jamais le milliardaire ne lèverait jamais la main sur une femme. Impossible, c'était quelque chose qu'il ne supportait pas. Sauf en combat s'il s'agissait d'une ennemie et qu'il s'agissait de sauver des civils ou même le monde, auquel cas il faisait exception.

    Encaissant d'un rire amusé la nouvelle réplique que lui lança la jolie rousse sur ce qu'il attendait d'elle, Tony but une nouvelle gorgée et répondit ensuite, toujours joueur :

    « Oh, vous feriez ça pour moi ? Votre gentillesse vous perdra... »

    Belle ironie quand on connaissait Natasha Romanoff. Quoi qu'il fallait faire la différence entre connaître et connaître. Qui pouvait se vanter de véritablement connaître une personne ? Qui pouvait se vanter de véritablement connaître la mystérieuse Veuve Noire, aussi habile pour déchaîner les passions que pour garder pour elle sa vraie nature. Car grâce à l'expérience des années, si Tony savait une chose, c'était que les gens gardaient toujours caché une partie d'eux-mêmes au regard des autres. Et il se comptait dans le lot, évidemment. Tout en observant la séduisante espionne de ses yeux sombres et scintillant, le milliardaire se demanda quelle part de sa personnalité elle pouvait bien masquer au monde. Ce serait à coup sûr quelque chose de très intéressant et ça l'intriguait maintenant qu'il y pensait.

    Pour la première depuis son arrivée ici, il détourna son regard de la Russe pour le porter sur le liquide brun dans son verre, qu'il faisait tourner doucement dans sa main posée sur l'accoudoir. Il se perdit quelques secondes dans ses pensées, le temps de bien repenser aux détails de la mission délicate qu'il comptait confier à son interlocutrice. Si délicate convenait pour la décrire, dangereux convenait encore mieux.

    « Je vais avoir besoin de vos talents pour, comment dire, effectuer une mission que personne, jusqu'à maintenant, n'est parvenu à mener à bien. Ce qui n'est pas peu dire car, à vrai dire, ceux qui s'y sont essayés sont soit revenus en mauvais état, soit ne sont pas revenus du tout. Je parle bien sûr d'infiltrer la Rébellion... »

    Le Vengeur marqua une pause, laissant flotter ses derniers mots dans l'air quelques secondes, avant de reprendre.

    « Il se trouve qu'avec votre passé assez... tumultueux dirons-nous, et votre expérience en matière d'espionnage, vous êtes toute qualifiée pour le job. Le plan est simple : vous allez vous débrouiller pour jouer les agents doubles en persuadant les rebelles que vous pouvez leur être très utile, et que vous désirez tout sauf continuer à travailler pour moi. Que si vous vous êtes rangée de mon côté, ce n'était pas par soucis de rédemption mais bien parce que vous préparez depuis trois ans une vengeance à la hauteur des échecs que je vous ai fait subir par le passé, et qui sont de notoriété publique... »

    Petit sourire. Lui aussi pouvait s'amuser à lui rappeler ses échecs cuisants, avec autant de talent qu'elle s'amusait à lui rappeler qu'elle ne faisait toujours pas partie de ses conquêtes.

    « Comment leur prouver que vous pouvez leur être utile et obtenir des renseignements qui leur plairont ? Très simple. Vous aurez un atout unique. Vous vous tapez le big boss en personne, leur pire ennemi, celui qu'ils veulent voir tomber, à savoir... moi. Et vous savez obtenir des confidences sur l'oreiller comme personne. Vous leur raconterai que je suis totalement à votre botte, que ce n'est plus qu'une question de temps avant que je vous mange dans la main et que vous serez en mesure de me soutirer n'importe quelle information, que vous avez enfin réussi, après trois longues années, à gagner mon entière confiance. En échange d'informations que vous pourrez leur fournir, vous demanderez à être aux premières loges de leur futur plan contre l'Initiative, et surtout au premier plan pour me voir tomber. En résumé, vous serez un agent triple. Vous leur ferez croire que vous un agent double pour eux, alors qu'en fait, vous l'êtes pour moi. Mais évidemment pour ça, il faudra réussir à vous faire accepter. En tant qu'ancienne espionne, je vous fais confiance, vous saurez être convaincante, j'en suis sûr... » déclara-t-il avec un petit sourire en coin venu appuyé ses derniers mots.

    Il but une nouvelle gorgée avant de reposer sur la table basse son verre désormais vide. Se calant contre le dossier du canapé, il ajouta une dernière précision.

    « Cette mission est tout ce qu'il y a de plus officieuse. C'est en fait moi qui vous le demande. Ni le SHIELD, ni personne d'autre ne sera au courant, et vous ne devrez donc rendre des comptes qu'à moi et à moi seul. Vous comprenez ce que cela signifie... Cela signifie que vous ne devrez laisser aucune trace de vos agissements et que la discrétion sera votre meilleur atout aussi bien pour la Rébellion que vis-à-vis du SHIELD. Vous devrez agir dans l'ombre afin que ce dernier ne vous soupçonne pas de trahir l'Initiative, et de la même manière pour que la Rébellion ne devine pas votre petit jeu. En gros, vous serez seule... Enfin presque. Votre seul soutien, ce sera moi. Et pour me faire vos comptes rendus réguliers, je m'arrangerai pour passer ici, chez vous, aussi régulièrement qu'une relation intime l'exige, car si l'on veut être crédible et faire croire que je suis en effet à votre merci, prêt à vous livrer mes secrets sur l'oreiller, il ne faudra rien laisser au hasard, car je suis sûr qu'ils vous feront surveiller pour vérifier. Ca promet de charmantes soirées en tête à tête - petit sourire espiègle - Il est évident que vous serez rémunérée en conséquence, si toutefois vous acceptez cette mission... »

    Décidant de ne pas dévoiler encore les détails, le milliardaire s'assura mentalement que le brouilleur à ondes courtes qu'il avait dans la poche intérieure de sa veste en cuir fonctionnait toujours. En effet, prévoyant, Tony l'avait enclenché juste avant de parler de cette mission, afin d'empêcher tout objet d'écoute dans les environs de 500 mètres de pouvoir enregistrer leur conversation actuelle. On était jamais trop prudent. En tout cas, Tony étirait un sourire encore plus large tout en toisant la jeune femme, car il venait de progresser dans leur petit jeu d'une main de maître. En effet, elle refusait de venir à lui, mais par le biais de cette mission, il venait de trouver le moyen de l'y forcer. Elle allait devoir, pour créer l'illusion parfaite en cas de surveillance de la ârt de la Rébellion, feindre une relation avec lui sur la longueur. Bien sûr, il leur suffirait juste, quand il passerait, d'aller s'enfermer dans sa chambre pour faire croire qu'ils y couchaient ensemble alors qu'en réalité, elle lui ferait son compte rendu. Quoi que, peut-être pas, car allez savoir si au final, à force de se cotoyer beaucoup plus souvent, ils n'allaient pas finir par apprendre à mieux se connaître. Allez savoir si l'un d'eux n'allait pas bel et bien craquer et décider de ne plus feindre du tout cette relation...

    Seul l'avenir le dirait, en tout cas, Tony ne pouvait s'empêcher d'espérer parvenir à la faire succomber à son charme. Il allait avoir plein d'occasion pour la "travailler au corps" comme on dit. Ca promettait d'être très intéressant. Cependant, le milliardaire était loin d'avoir expliqué tous les détails de la dite mission. Une mission qu'il avait pensé dans les moindres détails, et qui trouvait tout son sens si et seulement si elle était effectuée par Natasha. En effet, vu leur passé commun, vu son caractère de séductrice et sa réputation en tant qu'espionne, elle était la seule qui pouvait y arriver. Il attendait déjà de savoir si elle comptait accepter la mission ou pas.

    « Je vous laisse deux jours pour vous décider. Si vous avez des questions, c'est le moment... »

Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:54

    Après quelques minutes d’attente à se lancer des regards toujours bourrés de sous entendus, Tony finit par lui révéler la raison de sa présence à cette heure-ci chez elle. Comme il l’avait dit auparavant il avait du travail pour elle et pas n’importe lequel. Il lui expliqua alors les grandes lignes de son plan qui consistait à jouer les infiltrées dans le camp adverse afin de déjouer un éventuel mauvais coup de leur part contre l’Initiative. Elle devrait prétendre jouer double pour au final jouer triple en usant de son talent d’espionne et bien évidemment de ses charmes.

    E n entendant tout ce qu’il avait prévu y compris leur pseudo relation, Natasha ne put s’empêcher d’afficher un superbe sourire, sa proie venait subitement de prendre la main dans ce jeu auquel ils se prêtaient avec grand plaisir. Elle savait qu’avec cette histoire, ils allaient devoir se voir plus souvent et approfondir par la même occasion cette relation qui les unissait pour faire croire aux autres qu’ils étaient de véritables amants alors, une fois bien moins éloignés, Tony essaierait de tout faire pour obtenir d’elle ce qu’il voulait depuis si longtemps. D’un côté ça augmentait les risques, ce qu’elle aimait particulièrement mais de l’autre, elle ne savait pas si elle serait en mesure de continuer à le repousser.

    Dans l’actualité des choses, ça n’était pas complexe. A chaque fois, il lui faisait des avances, balançait des sous entendus avant de se faire jeter par la Reine des Glaces qui gardait toujours une certaine distance avec lui, mais avec cette affaire ça allait être une autre paire de manches. Ils seraient là tous les deux dans cette pièce qu’était sa chambre et elle lui ferait son rapport sans que le reste de l’humanité ne soit au courant. Mais si l’ennemi venait à vouloir vérifier si ce qu’elle prétendait était vrai, elle allait devoir franchir cette barrière qu’elle avait construite entre eux deux et se tenir si près de lui pendant une durée bien plus longue que ce qu’elle s’accordait en temps normal, qu’elle ne savait pas si elle pourrait lui résister de la même manière. Certes, elle tenterait de poser de nouvelles limites, mais si proche de lui à en être capable de sentir son parfum ou même sa peau, sans parler des regards qu’il poserait sur elle…

    Rien qu’à y songer, la russe frissonna légèrement. Oui, s’envoyer en l’air avec Stark était très tentant, mais en tant que femme, elle savait qu’elle éprouverait forcément certains sentiments que lui n’aurait certainement pas à son égard. C’était un coureur et il n’allait sûrement pas changer du jour ou lendemain.

    Peut-être était-ce parce qu’elle était veuve depuis maintenant trop longtemps qu’elle savait que si elle se laisser aller avec le milliardaire, elle finirait par s’égarer dans une guimauve dont elle ne pourrait pas se sortir mais il y avait aussi son côté aventurière qui parlait et qui lui disait que ça ne pouvait être que l’adrénaline en plus de ce qu’elle aimait s’offrir quotidiennement en faisait tout un tas de sports.

    Revenant à la réalité, elle porta de nouveau son attention sur son patron qui attendait une réponse dans les deux jours qui suivent et qui l’invitait bien évidemment à poser des questions, si elle en avait.

    - Il n’y aura donc que vous et moi dans cette affaire…Souffla-t-elle du bout des lèvres. C’est très intéressant…voire même très tentant…

    La rousse avala une gorgée de son whisky pour oublier en même temps ce petit dilemme qui la torturait déjà.

    - Sans parler du fait qu’il faudra qu’on soit extrêmement crédibles dans notre jeu…Rien qu’en pensant à tout ça, je me demande même pourquoi vous me demandez de réfléchir alors que vous savez très bien ce que je vais répondre. Il serait difficile pour quelqu’un comme moi de ne pas vouloir faire ce travail qui allierait mes fondamentaux, le travail et le plaisir même si mon éthique voudrait que je ne les mélange pas…Mais par simple acquis de conscience et aussi pour faire plaisir, je vais y songer fortement le temps d’aller prendre une bonne douche. Ceci fait, je vous ferais par de ma décision finale et si elle est positive, nous poursuivrons encore cette conversation. Qu'en dîtes vous ?

    Même si elle était légèrement épuisée par ses récents efforts physique, elle ne voulait certainement pas que Tony s’en aille aussi vite. Ils se voyaient que rarement alors ça aurait été un sacrilège que de mettre un terme à sa charmante compagnie, elle qui ne voyait que très peu de monde dans le reste de la journée.

    Sur le sol américain, à part pour les membres de l’Initiative et encore, elle était une véritable étrangère même si cela faisait déjà maintenant un bout de temps qu’elle vivait ici. Elle n’avait pas vraiment de meilleures amies comme dans les tribus de filles qu’elle croisait dans les rues et encore moins de petit ami un peu trop collant pour lui rendre visite de temps à autres. Oui, il y avait bien Ivan, mais ça n’était pas la même chose. Il était comme son père et elle le voyait tout les jours sans pour autant s’amuser un maximum et tout ce que font les gens normaux quand ils sont en bande organisée. Elle, elle n’avait que son patron qui venait la voir parfois et qu’elle allait voir parfois mais à chacune de leur rencontre c’était toujours l’étincelle et elle aimait ça plus que tout le reste.


__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:56


    Si ce coup de maître, si cette mission allait représenter un piège tentateur pour la belle espionne, il était faux de croire que ça n'allait jouer que dans un seul sens. Pour le moment, se croyant bien protégé par con côté coureur de jupons qui ne s'attache pas, Tony ne voyait pas le danger qui le guettait autant qu'à elle. En effet, il était à peu près certain que grâce à cette proximité forcée, grâce au fait de devoir jouer tous deux les amants, elle allait finir par lui céder. Il le fallait, il ferait tout pour ça. Cependant, il ne prenait pas conscience du fait que jouer cette relation sur la longueur, risquait tout simplement de se retourner contre lui. Avec le temps viennent les sentiments. C'était indéniable. Et depuis la cérémonie, si encore une fois il réfutait les faits, se considérant intouchable psychologiquement, il était pourtant devenu une véritable bombe émotionnelle à retardement. D'où son instabilité de ces derniers jours. Et à vrai dire, même s'il ne le savait pas encore, une relation qui durerait plus d'une nuit ne pourrait que lui faire le plus grand bien. S'il y avait bien une brèche sentimentale pendant une période de sa vie, c'était bel et bien en ce moment même, depuis cette commémoration et pour les semaines, si ce n'étaient les mois, à venir.

    Oui. Le risque de s'attacher à cette plante aussi belle que dangereuse qui le toisait d'un oeil aguicheur était plus que présent. Et Tony se jetait lui-même dans la gueule du loup, ou plutôt dans la toile de l'araignée, sans en avoir le moindre soupçon. Si elle acceptait - ce que Tony ne doutait pas qu'elle ferait, il en avait la certitude - ils allaient donc devoir jouer un couple à son début, c'est-à-dire très "amoureux" ou du moins très complice, ce qui ne pourrait que certes forcer la belle à lui tomber dans les bras, mais le forcer lui aussi à baisser sa garde. A déverrouiller l'armure de protection sentimentale qui lui avait donné cette réputation d'homme sans coeur, qui charme, profite puis délaisse les filles qui passent sous ses draps comme si elles n'étaient qu'à usage unique. En somme, cette mission serait risquée autant pour elle que pour lui. Et tout comme elle, le danger, Tony en raffolait. Il se croyait intouchable, cette jolie rousse allait certainement ébranler ses arrogantes certitudes...

    « Je confirme... » murmura le milliardaire en répondant à son petit commentaire sur leur petit duo intime que représentait la mission.

    Ca, pour être intéressant et très tentant, ça l'était ! Tony était plus qu'impatient de l'entendre accepter et de commencer à jouer "l'amant totalement à la botte de la belle espionne". Il lui tardait de se lancer à corps perdu dans cette nouvelle partie de séduction qui n'aurait à coup sûr rien à voir avec les précédentes. Rien que de penser qu'il s'approchait du but le faisait frissonner de plaisir, ce qui n'était pas bien compliqué en salivant presque à la vue de cette plastique parfaite. Avec ses cheveux encore humides qui plus est, mmmm, elle était plus sexy et attirante que jamais. Dur dur de devoir encore attendre malgré tout. Alors qu'elle reprenait la parole, Tony étira un sourire au milieu de son dialogue et sans un mot, continuant à l'écouter avec attention, il se leva pour enlever sa veste en cuir - il faut dire qu'avec la vue qu'il avait, il y avait de quoi avoir plutôt chaud... - et aller la poser à l'entrée du salon sur la petite table où visiblement le majordome avait déposé son casque de moto également. Ainsi il se retrouva en simple tee-shirt noir qui moulait parfaitement son torse athlétique, laissant transparaître de par le cercle luminescent la lueur bleuté de son générateur en-dessous. S'il se mettait en tee-shirt c'était parce que de un, il avait chaud donc, et de deux parce qu'il savait qu'il ne rentrerait pas avant un certain temps, quasiment sûr que la Russe accepterait cette mission et qu'il leur faudrait par conséquent en parler dès ce soir. Alors autant se mettre à l'aise. Il revint vers elle par derrière au moment même où elle finissait de lui parler.

    « J'en dis que je peux tout à fait venir vous aider à vous décider plus vite si vous le désirez... En vous donnant, comment dire, un petit avant-goût des avantages que comporte une collaboration avec moi... » lui murmura-t-il alors à l'oreille après s'être penché tout près d'elle par-dessus son épaule, accoudé sur le dossier du fauteuil avec son éternel petit sourire amusé aux lèvres, fidèle à lui-même en sous-entendant qu'il se voyait bien la rejoindre sous la douche dans la seconde.

    Oh oui il se voyait très bien faire ça. Il se voyait parfaitement obtenir ce qu'il désirait tant dans les secondes suivantes, à peu près autant qu'il était sûr qu'il n'aurait droit à rien ce soir hormis à un vent en bonne et due forme comme elle lui en offrait à chaque fois. Ca ne l'empêcha pas pour autant d'en profiter pour s'enivrer de ce parfum de femme qui l'enveloppa alors qu'il était à quelques centimètres à peine d'elle. Et il avait bien fait exprès de lui souffler ces quelques mots à l'oreille comme pour provoquer ses sens et brutaliser la résistance qu'elle maintenait envers ses tentatives de séduction depuis près de trois années aujourd'hui. Sans compter qu'il avait à présent une vue plus qu'agréable qui ne nécessite pas de dessin ! Il lui fut quoi qu'il en soit très difficile de résister à l'envie d'effleurer sa nuque de ses lèvres, mais sachant qu'il gagnerait ce jeu dans les prochaines semaines une fois la mission bien entamée, il parvint à ne pas craquer.

    Mais bon Dieu, cette femme était une véritable bombe aussi bien physiquement que moralement, dans le genre mangeuse d'hommes on ne faisait pas mieux. Bien que toutefois, elle avait tout de même était mariée par le passé. Tony ne savait pas vraiment ce que ce mariage avait représenté pour la jeune femme, il était à vrai dire difficile de deviner les véritables états émotionnels de cette reine de la dissimulation. Elle était comme lui dans un sens, à ne jamais vouloir montrer une quelconque faiblesse. A ne toujours vouloir montrer par fierté qu'un sentiment de contrôle total sur sa vie, d'invulnérabilité et de puissance alors qu'en vérité ça n'était pas toujours le cas. Oui, Natasha Romanoff représentait à elle seule le mystère général qui enveloppait la gent féminine, en plus exacerbé cependant dans son cas. Et Tony s'avouait de plus en plus intrigué et fasciné à mesure que cette soirée avançait. Il n'avait jamais vraiment eu à travailler directement avec elle, ou seulement de rares fois, sans pouvoir véritablement creuser son mystère, mais à présent que leur rapprochement était forcé - et il était loin de s'en plaindre bien au contraire - le milliardaire se sentait de plus en plus excité par cette collaboration qui, il en était sûr, serait riche en surprises.

Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:58

    Natasha ne répondit rien sur le coup, préférant le laisser là où il était ne serait-ce que cinq secondes et pouvoir profiter de cette présence si proche. Puis, prise d'une idée complètement cinglée qu'il venait en partie de lui inspirer, elle décroisa lascivement les jambes, termina son verre avant de se lever et de se tourner pour lui faire face.

    - Etant une excellente maîtresse de maison et ne voulant pas laisser mon invité seul à attendre que ça se passe, j’ai une proposition à vous faire qui sera pour vous un véritable défi Monsieur Stark…

    S’il croyait qu’elle allait le laisser prendre l’avantage sans rien faire, il se plantait en beauté car la belle russe n’était pas du genre à abandonner aussi facilement. Elle avait en tête une idée complètement dingue et jamais expérimentée jusqu’à maintenant, mais elle aimait le risque et ce à quoi son esprit quelque peu tordu venait de penser lui faisait déjà palpiter le cœur à grande vitesse.

    Si lui avait pensé à une mission « sous couverture » dans à peu près tous les sens du terme, sa petite cervelle quant à elle avait eu une sorte de révélation, un jeu certes dangereux pour elle connaissant les prouesses de drague de son patron, mais comme disait le proverbe « on ne vit qu’une fois » , à moins que ça soit le titre d’un film…

    Bref, toujours penchée vers lui, ses lèvres près de son oreille, elle esquissait déjà un sourire satisfait rien qu’en songeant à cette idée saugrenue qui finirait peut-être par avoir raison d’elle, pimenterait cette agréable soirée ou la ferait définitivement arrêter les petits verres d’alcool à une heure aussi tardive en présence de l’homme à qui aucune femme sur cette planète ne peut résister ou tout du moins toutes celles qu’il avait déjà croisées sur sa route de playboy milliardaire.

    - Je vous propose le meilleur marché de toute votre vie et probablement le plus fou, mais après tout nous sommes semblables, nous aimons vivre dangereusement…

    Elle s’arrêta quelques secondes et songea qu’effectivement ce qu’elle allait dire et faire allait peut-être signer son arrêt de mort mais tant pis, ce soir elle était d’humeur joueuse et s’il fallait qu’ils flirtent ensemble pour le bien de l’humanité autant s’y prendre avec un peu d’avance pour être sûrs d’être sur la même longueur d’ondes.

    - Vous et moi dans la même baignoire mais attention n’y voyez rien de gagné là dedans, il y a bien évidemment certaines conditions ou plutôt un deal à faire. Si vous vous tenez à carreaux et si vous ne tentez aucun contact charnel plus que nécessaire malgré l’eau et le bain moussant, j’accepte votre travail et il se pourrait que durant nos entretiens privés nous ne fassions pas que parler et que vous trouviez enfin une autre manière d’utiliser votre bouche avec moi. A l’inverse, si vous ne parvenez pas à vous maîtriser, j’accepterais évidemment la mission mais je peux vous garantir que nos deux corps ne s’enflammeront certainement pas comme vous l’avez temps espéré en m’offrant ce job. Bien sûr, je jouerais comme il se doit pour tromper l’ennemi mais il n’y aura dans ma chambre que vous, vos fantasmes et une espionne qui sait excellemment faire semblant avec un bloc de glace à la place du cœur…

    Il n’y avait pas à dire, il lui arrivait vraiment d’être folle mais que voulez vous, c’est pas pour rien que le jeu le plus dangereux avec une arme à feu porte le nom de son cher pays où elle était née.

    - Si vous vous sentez de taille à relever ce défi, vous saurez évidemment où me trouver, dans le cas contraire, j’essaierais de ne pas être plus longue que la politesse l’exige.

    La visage de la russe effleura celui de Tony en guise d’attaque, puis elle se releva et partit vers sa salle de bain avec une certaine satisfaction. Elle venait vraiment de faire fort pour reprendre la main ne serait-ce qu’un instant car s’il acceptait et restait correct, il aurait enfin tous les avantages dont il rêvait depuis qu’ils se connaissaient.

    Prenant soin de ne pas fermer complètement la porte, la jeune femme boucha le siphon de sa baignoire puis ouvrit les robinets pour la remplir jusqu’à une hauteur raisonnable où elle pourrait se dissimuler sous une tonne de mousse à l’odeur si apaisante et quelque peu enivrante. Laissant couler l’eau, elle jeta un rapide coup d’œil au reflet que lui offrait le miroir qui aurait presque pu lui dire « Ma pauvre, tu pousses le bouchon vraiment trop loin. Et s’il gagne, qu’est-ce que tu feras ? Tu le laisseras t’utiliser comme un vulgaire kleenex comme il l’a fait avec toutes ces autres filles…t’es vraiment désespérante et complètement folle… »
    Pour chasser ces pensées de son esprit, la jeune femme inspira profondément avant d’aller arrêter l’eau qui était à une température propice à la détente. Ceci fait, elle défit son peignoir qu’elle laissa tomber par terre, ôta son maillot de bain et entra dans son bain sans se faire prier. A cet instant, tous les frissons qui l’avaient parcourue tandis que ses cheveux trempés s’égouttaient dans son dos s’évanouirent et tous ses muscles se relâchèrent pour enfin entamer une phase de repos bien méritée. Natasha ferma alors les yeux et se laissa glisser le long de la paroi pour s’immerger jusqu’au dernier centimètre de sa personne et pénétrer un court instant dans ce fabuleux monde qu’était celui du silence.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:58



    Ne se lassant pas de laisser ses yeux détailler chaque parcelle de peau que la jeune Russe acceptait de lui offrir avec une cruelle modération, ces derniers s'illuminèrent soudain encore plus lorsque le mot "défi" franchit les lèvres pulpeuses de la séduisante espionne. Un mot qui à coup sûr attirait à chaque fois toute l'attention du Vengeur, qui adorait l'adrénaline de toute compétition qu'on pouvait lui offrir. Tout ce qui pouvait un tant soit peu lui donner du fil à retordre et changer cette routine qui faisait que tout ou presque lui tombait tout cuit dans les mains méritait pour Tony toute son attention, encore plus quand ce défi était proposé par une femme telle que Natasha Romanoff.

    « Un défi... Mmmm, j'adore les défis... A peu près autant que j'aime les gagner... » commenta-t-il d'un murmure en souriant, croisant les bras sur son torse en ajoutant rien d'autre, voulant la laisser poursuivre pour savoir de quoi il retournait.

    Avec tout autant d'attention, il l'observa se pencher tout près de lui pour venir lui confirmer que ce défi n'aurait rien de semblable, et qu'il correspondait parfaitement aux "personnes comme eux". Des personnes accro au danger et aux sensations de liberté et d'extase qu'il conférait. Une fois qu'on y goûtait, ça devenait une véritable drogue. Comme les sports extrêmes. Comme les missions impossibles. Comme les jolies filles... Celle en face de lui finit par mettre fin au suspense en dévoilant l'idée qu'elle avait derrière la tête concernant ce fameux challenge, et à mesure qu'elle expliquait l'affaire, Tony se sentait de plus en plus excité et de plus en plus soumis à cette attirance pour le moment surtout charnelle que suscitait la Veuve Noire à son égard. Lui et elle dans la même baignoire... Voilà qui avait tout pour plaire au playboy qui s'y voyait déjà. Mais, tout en sachant que c'était trop beau pour être vrai et surtout trop facile, il redescendit bien vite sur terre lorsqu'elle lui précisa qu'il allait devoir se "tenir à carreaux". Voilà où était donc le piège, voilà où résidait le challenge. Tony émit une sorte de léger sifflement aspiré signifiant la prise de conscience de la difficulté. Il n'y avait pas à dire, elle avait de la ressource pour reprendre l'avantage. La partie s'annonçait donc loin d'être gagnée finalement. Que du bonheur !

    Il la laissa lui rappeler où il pourrait la trouver s'il acceptait sans y répondre, se contentant de la dévorer de son regard pétillant de désir tandis qu'elle effleurait volontairement son visage avant de s'éloigner vers la salle de bain. Le milliardaire émit un léger rire en secouant la tête après ce geste tentateur, restant quelques secondes sur place, lâchant un "yeeeees" discret un grand sourire aux lèvres rien qu'à imaginer la suite des évènements. Cette femme était une manipulatrice née. Elle savait parfaitement que Tony accepterait ce défi. Il les acceptait toujours, surtout ceux de ce genre. Là elle lui offrait un challenge en or à vrai dire. Un challenge à double tranchant, certes, mais un challenge alléchant tout de même. Elle comptait sur le fait qu'il ne puisse pas se contenir à son égard, et lui-même n'était pas sûr d'arriver à se "tenir à carreaux", mais c'était ça qui attisait son esprit de compétition. Ne pas être sûr de la victoire. D'un autre côté, il pourrait toujours trouver le moyen de tourner la situation à son avantage. Si lui devait se tenir, rien n'indiquait que le manque de tenue ne viendrait pas d'elle. Il pourrait toujours s'arranger pour la provoquer tout en restant "gentleman". Ou pas.

    N'attendant pas une seconde de plus, le milliardaire enleva ses chaussures et ses chaussettes qu'il laissa dans le salon et marcha sur les traces de la maîtresse de maison en ôtant également son tee-shirt qu'il laissa tomber par terre devant l'entrée de la salle d'eau. Il vérifia rapidement que son générateur n'affichait aucune anormalité et une fois rassuré, il poussa doucement la porte laissée entrouverte à son attention et pénétra dans la pièce, non sans jouer de son physique athlétique. Voyant que la belle était déjà dans le bain, entièrement immergée d'ailleurs, le milliardaire défit sa ceinture, enleva son jean qu'il laissa également traîner par terre non loin du peignoir de la jeune femme, et se retrouva donc simplement en boxer noir. Preuve de sa volonté de rester "gentleman", il préféra le garder, alors qu'il savait à la vue du maillot de bain par terre qu'elle n'avait rien gardé de son côté. Okay, son boxer n'était pas un maillot mais tant pis, il jouerait ce rôle cette fois-ci. Comme toutes les fins de soirées arrosées où Tony avait souvent fini tout habillé dans sa piscine à sa villa. Bref, il avait l'habitude d'utiliser ses vêtements comme il le voulait. Et puis pour un tel défi, il était prêt à faire n'importe quoi.

    S'approchant de la baignoire, il étira un petit sourire espiègle en se disant que sous cet amas de mousse, son fantasme de ces trois dernières années se trouvait entièrement nu et ça rien que pour lui en cette charmante soirée en tête-à-tête. Prenant son temps, le milliardaire glissa un pied après l'autre dans l'eau tiède pour finalement s'asseoir en tailleur contre la paroi opposée à la jeune russe, s'arrangeant pour ne pas la déranger dans sa quête actuelle du silence aquatique. Mieux valait qu'il reste assis en tailleur face à elle s'il voulait réussir à résister à la tentation, bien qu'il se doutait parfaitement que la belle espionne devait avoir prévu de lui rendre la tâche difficile. Nul doute qu'elle allait certainement jouer avec lui pour le provoquer. Le jeu promettait d'être autant éprouvant qu'intéressant. S'adossant donc contre la paroi et s'accoudant sur les rebords de chaque côté, il attendit qu'elle consente à ressortir la tête de l'eau avant de prendre la parole.

    « Me voilà, prêt à relever ou plutôt à gagner votre si charmant défi... Je suis à votre entière disposition, Mlle Romanoff... » déclara Tony avec un grand sourire en levant les mains pour accompagner ses mots, bien conscient que ce qu'il venait de dire était aussi dangereux que le fait qu'il puisse gagner ce défi l'était pour elle.

    « J'ai hâte de découvrir le programme... »

    Son sourire devint beaucoup moins angélique. Se mettre à l'entière disposition de la Veuve Noire, c'était plus que jamais jouer avec le feu. Déjà que le défi en lui-même allait lui donner du fil à retordre, voilà qu'il ajoutait une difficulté de plus. Il sentait déjà ses jambes non loin de lui quelque part sous l'eau, car la baignoire, bien que luxueuse, forçait tout de même une certaine proximité voulue par la jolie rousse. Et par lui également, qui ne pouvait qu'apprécier. Toujours plus de danger pour toujours plus d'adrénaline et de sensations fortes. Le chasseur qu'il était se retrouvait chassé, du moins en apparence, car ça ne changerait rien au chapitre final : il la voulait, et il l'aurait...


Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 21:59

    Lorsque la rousse refit enfin surface, elle constata avec grand plaisir que Tony c'était montré à la hauteur de sa réputation en acceptant le défi qu'elle lui avait lancé. Bien sûr, elle s'en était déjà un peu aperçu alors qu'elle flirtait avec le monde de silence et que l'eau avait été prise d'un léger mouvement, mais là au moins, elle en était certaine et elle allait pouvoir en profiter par la même occasion.

    Leur jeu avait prit une nouvelle configuration. Si d'habitude, elle laissait deux bons mètres entre elle et lui tout en se permettant de lui offrir une sublime vue sur tous les atouts qu'elle possédait sans en devenir vulgaire, ce soir ils venaient officiellement de gravir l'échelon supérieur. Elle, était complètement nue mais dissimulée sous ce bon vieux moussant qu'elle adorait et lui était- elle jeta un rapide coup d'oeil par dessus sa baignoire histoire de voir ce qu'il avait gentiment laissé traîner derrière lui - avec le strict minimum qu'il s'accordait pour éviter tous débordements, ce qui la fit sourire.

    Oui, de son côté elle aurait évidemment pu faire de même, mais à l'origine, elle, elle venait prendre un bain pour se débarrasser du chlore de sa piscine et tout le reste. Certes, cette pensée était bien moins chic mais leur proximité, faisait aisément passer le reste pour du superflu.

    - Bien... Souffla-t-elle ensuite alors qu'il annonçait être à son entière disposition tout en illustrant ses propos avec ses mains qui désignait ostensiblement tout ce qu'il était prêt à lui laisser voir dans ce bain.

    Son sourire passa de la simple satisfaction à celui de la chasseuse prête à dévorer sa proie sans en laisser la moindre miette derrière elle. En même temps, Natasha fit glisser son regard sur celui qui lui faisait face afin de bien détailler tout ce que ses vêtements auraient pu lui cacher jusqu'à présent.

    Il était exactement comme elle avait imaginé une ou deux fois quand son esprit s'égarait alors qu'elle n'avait rien à faire d'autre. Un physique d'athlète, un léger bronzage qui prouvait bien qu'il voyageait souvent et pas que pour des destinations ringardes et évidemment ce cercle luminescent bleu, celui de ce générateur qui le maintenait en vie.

    La plupart des filles qu'il croisait ne s'en préoccupaient pas, trop absorbées par la quantité de fric qu'il possédait et ce qu'il allait leur faire mais ce n'était pas du tout son cas personnel. Non, ça ne la repoussait pas mais au contraire, ce truc la fascinait et elle trouvait que ça donnait à Stark un côté encore plus sexy. Ok, c'était un peu tordu comme idée mais le côté blessure de guerre sur mauvais garçon, ç'avait toujours plu à Natasha.

    Revenant donc à ses moutons, la jeune femme s'accouda également aux rebords de la baignoire et plongea son regard dans celui de son patron pour l'occuper un peu tandis qu'elle laissait ses jambes aller où bon leur semblait.

    Aux premiers abords, elle constata qu'il s'était mis en tailleur pour tenter de rester dans les normes de son défi, mais honnêtement, s'il croyait que de son côté, elle allait se tenir à carreaux, il se mettait le doigt dans l'oeil et jusqu'au coude. Elle avait de longues jambes et elle avait la ferme intentions d'en faire usage comme il se doit.

    Son pied gauche toucha enfin victoire sur le genoux de Tony, ce qui la fit légèrement sourire sans pour autant faire remarquer quoi que ce soit avec des mots. Elle se contenta de le faire glisser vers le bas jusqu'à ses chevilles avant de remonter en une délicate et sensuelle caresse qu'elle n'avait pas l'intention d'arrêter tout de suite.

    - J'espère que vous saurez être bon perdant Monsieur Stark...je ne voudrais certainement pas qu'un malheureux jeu vienne à briser cette merveilleuse relation que nous avons vous et moi... Finit-elle par dire afin de le provoquer un peu plus.

    C'était bien entendu trop s'avancer que de dire qu'il allait perdre mais tant pis, il fallait qu'elle le dise parce qu'elle en avait envie et peut-être aussi parce qu'elle voulait voir ses propres limites...

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:00



    Premier contact charnel. Premier frisson garanti. Et surtout première attaque visant à mettre à mal la carapace de résistance que le milliardaire s'était constitué en entrant dans l'eau afin de museler le désir qui lui ferait perdre ce défi à coup sûr. Chose que Tony ne voulait surtout pas. Par fierté, par égo, et surtout par envie d'obtenir au final une récompense bien meilleure. Car c'était ce que Tony se forçait à garder à l'esprit pour ne pas craquer. Le fait que s'il gagnait, elle serait obligée de tenir son engagement et qu'elle n'aurait sûrement pas d'autre choix que de lui donner ce qu'il désirait tant de sa part depuis bientôt trois ans.

    Si Tony retint un léger sursaut en sentant la jambe de la jeune femme venir effleurer son genoux, ça ne l'empêcha pas d'être parcouru d'une vibration électrique qui remonta sa colonne jusqu'à sa nuque en une sensation délicieuse. La belle avait donc ouvert les hostilités au plus grand bonheur et malheur du playboy qui se lançait certainement dans l'un des défis les plus difficiles qu'il ait jamais eu à faire dans le domaine de la séduction. Nul doute que la Veuve Noire serait sa plus belle victoire, son plus beau "trophée" même si, si pour le moment il ne pensait qu'à coucher avec elle sans rien d'autre après, cet état d'esprit risquait de ne pas durer longtemps, le charmeur pouvant se retrouver charmé beaucoup plus vite qu'il ne le croit. Une fois pris dans la toile de l'araignée, il ne lui serait peut-être plus possible d'en réchapper aussi facilement et surtout sans y laisser quelque chose. Il faut dire que la fascination qu'il éprouvait pour elle ne faisait que grandir au fil des secondes, alors qu'il sentait sa jambe remonter le long de la sienne en une caresse sous-marine des plus agréables bien que surtout des plus provocatrices.

    Ne bougeant pas d'un centimètre, toujours accoudé d'un air décontracté sur les rebords de la baignoire, Tony la laissa faire en soutenant son regard sans ciller, histoire de bien lui montrer qu'il était parti pour résister et qu'elle allait devoir y aller très fort pour parvenir à lui faire perdre ce dangereux défi. Un défi qu'en fait il ne pourrait pas perdre. Il se l'interdisait. Surtout que la jeune femme semblait avoir oublié de comptabiliser un point essentiel dans l'équation : l'égo surdimensionné de Tony. Sa fierté. Son arrogance à toute épreuve qui devait être la seule chose qui pouvait surpasser et dominer son appétit quasi insatiable pour les jolies filles. En effet, s'il était un coureur de jupons invétéré, il était encore plus un homme fier et arrogant qui ne supportait pas de perdre. Voilà pourquoi il rigola légèrement en entendant les paroles de la jeune femme.

    « Oh, rassurez-vous... Il en faudra bien plus pour me pousser à perdre... Oui, beaucoup plus. Qui plus est, je n'ai jamais perdu à ce genre de jeu jusqu'à maintenant, et je compte bien faire en sorte que cela continue, vous pouvez en être sûr... » lui répondit-il avec son éternel sourire en coin des plus malicieux.

    Tout dans ses paroles laissait comprendre qu'il ne faisait que provoquer à son tour la belle espionne pour qu'elle monte au niveau supérieur. Le danger, il lui en fallait toujours plus. Il faut dire que face à une telle créature de rêve, il y avait de quoi se trouver impatient. Même s'il se doutait bien que là n'était que le début et qu'elle avait sûrement déjà prévu, sans qu'il ait besoin de le lui dire, de monter progressivement dans la provocation et dans la tentative de déstabilisation. Cependant, si elle croyait qu'il allait rester là à attendre chacune de ses attaques, c'était elle qui se trompait et en beauté. Car pour Tony, la meilleure défense restait l'attaque, tout comme elle, voilà pourquoi il laissa son bras droit se perdre sous l'eau sans cesser de regarder la jeune femme dans les yeux. Et, espiègle à souhait, il s'amusa à effleurer très légèrement de ses doigts la cheville de la belle pour remonter très doucement le long de son mollet.

    « Vous savez, il va falloir que vous me précisiez exactement ce que vous entendez par "contact charnel pas plus que nécessaire", parce qu'il se trouve que suivant les personnes, la définition peut se montrer très variée... » murmura-t-il en continuant volontairement à faire glisser ses doigts le long de sa jambe jusqu'à son genoux alors que son bras repoussait inévitablement par ce geste la mousse à la surface.

    Là, il s'arrêta. Elle était allée jusqu'à son genoux, il allait jusqu'au sien. Surtout que s'il avançait plus, il ne lui resterait plus beaucoup de centimètres à parcourir pour que son avant-bras à demi-immergé ne balaye immanquablement la mousse qui cachait le corps de sa tentatrice. Il observa un court instant cet amas de mousse avant de relever ses yeux sombres et scintillants vers elle.

    « Pour ma part, je dois dire que la définition que je m'en fais a de grandes chances d'être très... laxiste... »

    Il attendit encore quelques secondes, la toisant de son sourire prétentieux, avant de prendre avec une lenteur calculée quelques centimètres en plus en dépassant son genoux, entamant la découverte sensuelle de la cuisse de la belle espionne, son regard déterminé toujours planté dans le sien. D'après lui, ce simple et très léger effleurement ne constituait pas une effraction à la règle. Car oui, il avait une vision très laxiste de la chose. Il n'y avait que très peu de contact pour le moment, même si le dosage était prévu pour produire un maximum d'effet évidemment de la part de l'un comme de l'autre. Pour lui, tant qu'il ne se retrouverait pas collé à elle à tenter de l'embrasser et plus, il n'enfreindrait pas la règle du défi. Mais il attendait de voir quelle définition elle donnait de la proximité autorisée avant de trop s'avancer. Voilà pourquoi malgré tout il faisait exprès d'y aller vraiment lentement, afin de ne pas risquer de perdre, mais aussi pour faire cruellement monter la pression et voir sa réaction. Car il ne faisait aucun doute que si elle ne l'arrêtait pas très vite, il s'arrangerait pour qu'elle ne puisse plus le faire par la suite...

Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:01

    Toujours focalisée sur ce petit mouvement qu'elle exécutait avec une grande application et ne détournant pas une seule seconde son regard de celui de Tony, la jeune femme esquissa un nouveau sourire lorsqu'il eut l'aimable idée de lui préciser qu'il lui en faudrait bien plus pour perdre. Elle savait pertinemment qu'il disait ça pour la provoquer mais évidemment, elle n'en fit rien de suite pour éviter de trop montrer qu'elle était prête à tout pour lui faire perdre ce défi.

    Ils continuèrent donc à s'observer en silence, jusqu'au moment où Natasha sentit les doigts du milliardaire effleurer sa jambe, cette même jambe qui s'évertuait à lui caresser le mollet. Surprise, elle ne pu réprimer un léger sursaut tandis qu'un frisson la parcouru toute entière. Bien sûr, elle aurait aimé ne rien montrer sur le coup mais elle était trop absorbée par ce qu'elle faisait pour songer une seule seconde qu'il allait tout de même tenter quelque chose de son côté.

    Une fois de plus son génie avait frappé et il venait visiblement de trouver une faille à ses règles qu'elle avait imposées. Elle se remémora d'ailleurs ce passage essayant de trouver l'endroit où elle avait fauté, mais rien ne lui vint à l'esprit qui commençait d'ailleurs à légèrement s'embrouiller à cause de ce geste qu'il avait eut.

    Il fallait être honnête, depuis qu'elle avait perdu son mari, très peu d'hommes étaient entrés dans sa vie privée et ce genre de contact lui avait cruellement manqué. Oui, ils avaient tous été tendres avec elle mais voilà, personne ne peut surpasser Tony Stark, c'était un fait établi depuis longtemps et elle en avait la démonstration en ce moment même.

    Sortant rapidement de ces pensées qui si elle continuait allaient la mener directement à sa perte, elle sentit qu'il s'arrêta à son genoux comme elle avait eut la gentillesse de le faire de son côté avec son pied.

    Là dessus, il lui fit alors part de ce qui ressemblait à son plan d'action ou comment il avait réussi à trouver le moyen de contourner les règles du jeu. Evidemment...pourquoi n'avait-elle pas songé à cette histoire de "pas plus que nécessaire" ? Parfois elle se maudissait vraiment d'être aussi peu précise dans ses propos...Malgré cela, elle ne pouvait pas vraiment changer les conditions de ce défi en cour de route. Si elle le faisait maintenant, c'était se montrer mauvaise perdante tout en admettant que ce qu'il avait commencé l'effrayait un peu trop. C'est vrai que c'était un peu la vérité mais il fallait qu'elle assume ses âneries quoi qu'il lui en coûte.

    - J'entendais par là que vous deviez garder une certaine distance de sécurité entre vous et moi, Monsieur Stark tout en évitant la plupart des techniques que vous utilisez habituellemnt pour mettre une femme dans votre lit... Souffla-t-elle quand leurs regards se croisèrent de nouveau.

    Quand elle avait pensé à ça, en fait elle avait imaginé qu'il essaierait de l'embrasser ou un truc très banal, mais elle n'avait vraiment pas songé qu'il commencerait comme ça. Il n'y avait pas à dire, elle commençait vraiment à se ramollir...

    Et lorsqu'il précisa sa manière de penser avant d'entamer la suite de son périple avec le bout de ses doigts, la russe ressentit un nouveau frisson, plus intense cette fois-ci, mais elle parvint à ne rien laisser transparaitre. Son regard se voulut froid, tandis qu'elle resta accoudée aux rebords comme si de rien n'était et que tout allait pour le mieux du monde.

    - Et comme vous êtes mon invité, je ne me montrerais évidemment pas désobligeante en modifiant rien que pour mon bon plaisir les règles que j'ai moi-même imposées...ça ne serait que de la pure tricherie...alors j'ai l'intention de gagner ce défi en bonne et due forme, dans les règles de l'art...

    Une étincelle traversa son regard. Il voulait jouer à ça ? Très bien, il allait être servit...

    Son pied reprit donc une nouvelle caresse provocatrice. Elle partit de sa cheville, grimpa jusqu'à son genoux mais ne s'interrompit pas là, entamant une nouvelle ascension jusqu'à sa cuisse. Natasha y mit toute la délicatesse et la sensualité dont elle pu faire preuve avant de poursuivre encore. Ses orteils glissèrent jusqu'à rencontrer le fameux élément intrus, mais ça ne la dérangea pas pour autant parce qu'elle était bien décidée à le faire craquer.

    La rousse effleura alors sa hanche avant de dévier jusque sous son nombril tout en insistant quelque peu sur le mouvement qui allait de droite à gauche, histoire de lui mettre un peu plus la pression. Elle ne devait pas être la seule à se sentir en difficulté et il devait payer le double de ce qu'il lui faisait subir...


__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:02



    Douce première petite victoire que le milliardaire obtint en ayant senti la jeune femme tressaillir légèrement dès le contact établi le long de sa jambe. Oh oui, c'était une victoire, petite certes, mais une victoire quand même qui, lorsqu'il y additionnerait les suivantes, le mèneraient à la victoire finale, celle tant désirée. Car dans un jeu comme celui-ci, le terrain ne pouvait se gagner que progressivement, petit à petit, pour autant de plaisir que de torture à devoir se maitriser tout en maintenant une tension sexuelle permanente. Car il s'agissait bien de cela et de rien d'autre pour le moment. L'attirance physique était le centre de ce petit jeu pour adultes qu'ils menaient tous deux, et il faudrait un certain temps avant que cela évolue. Il faudrait du temps pour que les barrières sentimentales de l'un comme de l'autre ne soient franchies.

    Fier et hardi de l'avance qu'il venait de prendre vis-à-vis de la jeune espionne, et encore plus de l'effet qu'il avait produit sur elle dans un effet de surprise calculé à la perfection, le milliardaire ne se gêna pas pour montrer sa satisfaction en étirant un peu plus son sourire en coin supérieur. Pour le moment, il venait de reprendre l'avantage donc, et dominait la partie. Le tout étant de savoir si cela allait durer. Or il savait pertinemment que non. Il savait que l'adversaire aux atouts plus que perturbants tout près de lui avait plus d'un tour dans son sac pour inverser de nouveau la tendance. Déjà, Tony vit qu'elle reprenait contenance après qu'elle lui eut précisé à sa demande les limites à ne pas franchir s'il désirait remporter ce défi.

    « Une distance dé sécurité ? A vous entendre, on pourrait presque croire que je vous intimide, ou que je représente un danger pour vous... Ce qui en fait, est quelque peu le cas, je vous l'accorde... » s'amusa-t-il à lui répondre tout en continuant à faire progresser ses doigts le long de la cuisse de la jeune femme en une caresse des plus légères, appuyant par cela ses paroles avec malice.

    Il la sentit frissonner de nouveau mais vit qu'elle fit preuve d'une parfaite maitrise cette fois, croisant son regard soudain plus froid, ce qui ne l'arrêta pas pour autant.

    « Oh mais rassurez-vous, nous jouons à un tout autre niveau vous et moi, bien supérieur à celui que j'use habituellement pour "mettre une femme dans mon lit", comme vous dites si bien. Aussi suis-je forcé de m'adapter, j'espère que ça ne vous dérange pas... » ajouta-t-il toujours aussi espiègle en faisant parcourir un dernier centimètre à sa main avant d'arrêter son geste, sachant très bien que s'il allait plus loin il perdrait le défi, chose qu'il ne voulait pas.

    Il finit par retirer sa main non sans un dernier regard perçant pour la reposer sur le rebord de la baignoire dans une attitude déjà quelque peu triomphante, persuadé qu'il allait de toute façon gagner et que ce n'était que partie remise si pour le moment il devait se retenir. Sûr qu'une fois le défi gagné, il ne se retiendrait plus du tout.

    « Tout comme moi... » répondit-il à ses paroles suivantes, assurant qu'elle comptait ne pas tricher et que c'était également son intention à lui de jouer dans les règles.

    Cependant, il disait ça sur le moment, parce que le jeu ne faisait que commencer, mais rien ne garantissait que par la suite, sous le coup d'une trop forte provocation, il ne réessaie pas de trouver une faille dans les conditions. Tony était comme ça, et après tout, c'était un duel, aussi il ne pensait qu'à la victoire comme à chaque fois, peu important les moyens mis en oeuvre pour l'obtenir. Quoi qu'il en soit, Tony ne loupa rien de l'étincelle qui illumina soudain le regard de la jolie rousse. Un regard qui soudain plus prédateur que jamais, ne lui disait rien qui vaille. Et il ne tarda justement pas à se rendre compte que la belle avait décidé de revenir à la charge, sentant son pied remonter de nouveau très sensuellement le long de sa jambe. Ce fut à son tour de frissonner bien malgré lui bien qu'il focalisa son regard sombre dans le sien pour bien lui prouver qu'il ne cèderait pas. Son pied monta encore...

    « Mmm, voilà qui est déjà mieux... Mais attention, c'est dangereux d'aller par là, Mlle Romanoff... » lui susurra-t-il alors qu'il sentait son pied atteindre son boxer et passer par-dessus dans un effleurement qui eut de quoi déstabiliser légèrement le milliardaire pendant quelques secondes.

    Il lâcha son regard pour observer alors la progression de ce pied volage qui remontait désormais doucement sa hanche pour s'attaquer à son bas-ventre. Il sentit son désir pour elle s'accroître et alors qu'elle prenait un malin plaisir à effleurer lentement mais sûrement sa peau humide, Tony sans prévenir lui attrapa soudain la cheville de sa main gauche pour stopper son geste sans pour autant lui faire mal, mais n'enleva pas son pied de son bas-ventre pour autant. C'était comme un réflexe soudain dû au fait qu'il avait cru pendant une fraction de secondes qu'il allait perdre le contrôle et céder à la tentation. Mais il n'en fut rien. Il planta son regard dans le sien. Un regard à la fois dur et provocateur, comme s'il laissait planer le doute sur les limites à ne pas franchir avec lui, car après tout, il était son patron. Et il aimait jouer sur ça, ça lui permettait souvent de reprendre l'avantage même si ce n'était pas très fair-play. Mais il se souvint surtout qu'il lui avait dit être à son "entière disposition". Alors, après quelques secondes de cette soudaine tension silencieuse, son regard changea de nouveau pour retrouver cette lueur espiègle qui ne l'avait pas quitté depuis le début du jeu. Il la détailla de nouveau d'un regard pétillant de désir, maudissant cette mousse qui lui cachait ce corps de rêve qu'il convoitait depuis si longtemps. Mais déjà, rien que son visage aux traits fins et parfaits, et ses cheveux mouillés lui tombant le long de la nuque, ça avait de quoi le tenir en appétit. Cette femme était un pêché de désir, de tentation. Et il était à son entière disposition. Oui, à son entière disposition...

    « Profitez-en bien, car vous ne gagnerez pas... » se contenta-t-il de lui murmurer alors dans une affirmation catégorique en reprenant contenance, se focalisant sur le fait que la récompense serait bien meilleure que s'il craquait maintenant.

    Il relâcha doucement son emprise sur la cheville de la jeune femme, et replaça sa main sur le rebord, comme pour lui montrer que ça ne suffisait toujours pas et pour l'inciter à continuer. Parce qu'encore une fois, il lui en faudrait bien plus pour perdre. Car il était plus que curieux de voir jusqu'où elle serait capable d'aller pour tenter de le faire craquer. Oh oui, il était vraiment très, très curieux de voir ça...


Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:03

    En entendant sa réflexion sur les termes de « distance de sécurité » qu’elle avait employés auparavant, Natasha ne pu s’empêcher de sourire. C’était certain, il était un danger pour elle et lui-même l’avait quelque peu reconnu, mais il ne l’intimidait pas. Personne ne l’intimidait. Surtout pas un homme à moitié nu dans la même baignoire qu’elle.

    C’était son patron d’accord, mais de son point de vue, il ne l’était qu’en dehors de son territoire ou tout du moins des pièces qui touchaient à sa vie plus que privée. Le salon, la salle à manger et les autres pièces dites communes, il pouvait lui dire tout ce qu’il voulait, elle le suivait de suite comme une bonne employée. Dans sa chambre et dans sa salle de bain, c’était une autre paire de manches. Il passait du big boss au type comme les autres mais n’ayant rien en commun avec ceux qu’elle considérait comme les autres. Il avait bien plus de charme et de charisme que tous ces petits cons qui se croyaient capables de rivaliser avec lui.

    Les doigts du milliardaire poursuivirent leur caresse encore un instant avant de s’arrêter sachant pertinemment que s’il continuait, le défi serait perdu et elle savait très bien qu’il ne voulait pas perdre et même qu’il n’aimait pas perdre. Elle non plus d’ailleurs aussi le jeu allait être vraiment serré car l’un des deux allait devoir céder et pour le moment c’était plutôt mal parti pour que l’autre dépose les armes et accepte sans broncher la défaite.

    Il lui précisa aussi qu’avec elle, il n’avait pas l’intention de jouer comme avec toutes ces donzelles avait qui il avait froissé un nombre incalculable de fois ses draps, ce qui, il faut l’avouer, flatta quelque peu la rousse et lui fit étirer son joli sourire.

    - Oh je vous en prie, faîtes… Souffla-t-elle quand il lui expliqua qu’il avait aussi l’intention de s’adapter à la situation qu’elle lui imposait. Du moment, que vous restez dans les règles, je n’ai rien à redire…

    Mais ce qui la satisfit énormément, ce fut lorsqu’elle réattaqua le playboy avec son pied et qu’elle sentit au contact de sa peau, un frisson le parcourir. Bien sûr, il ne montra rien de plus gardant son regard ancré dans le sien, mais cette réaction lui plu et lui montra dans un sens qu’elle n’était pas la seule à se sentir quelque peu en danger. Peut-être était-ce moins risqué pour lui de part sa réputation et tout ce qui faisait de Stark, Stark, cependant c’était déjà bien pour elle et ce le fut encore plus par la suite lorsqu’elle continua son ascension langoureuse.

    Au début, il se contenta d’observer son pied qui progressait lentement, mais quelques secondes plus tard, il l’arrêta en la saisissant par la cheville sans pour autant la repousser. Apparemment, elle venait d’ouvrir une légère brèche chez son adversaire et elle avait bien l’intention de ne pas s’arrêter là, c’était vraiment pas son genre.

    Elle sourit et observa ce regard qu’il lui lança, dans le genre « n’oubliez pas que je suis votre patron ». Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle allait se résigner et abandonner ? Il était ici de son plein gré, elle ne l’avait certainement pas forcé, et elle ne le faisait toujours pas. Sans parler du fait qu’il lui avait dit être à son entière disposition, ce qui signifiait clairement pour la jeune femme qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait et alors là, elle n’allait pas s’en priver.

    Un ange passa avant que ses yeux ne reprennent leur petite étincelle d’espièglerie. Tony la prévint alors qu’il ne la laisserait pas gagner, ce qui fit de nouveaux sourire Natasha. Franchement, il s’avançait un peu trop vite dans ses propos parce qu’elle était loin d’en avoir terminé avec lui.

    - C’est-ce que vous croyez, Monsieur Stark mais n’oubliez pas que je ne suis pas une de ces filles, je me battrais encore très longtemps et même si vous aurez l’impression que j’ai abandonné, vous pourriez vous retrouver face à une surprise…

    Romanoff laissa son pied sur le bas-ventre de Tony sans pour autant reprendre de suite ses effleurements, elle avait l’intention d’utiliser une autres de ses techniques tout aussi efficace.

    Lorsqu’elle avait intégré le KGB, elle avait tout appris ou tout du moins la plupart des choses qu’elle connaissait actuellement. Certains trucs lui avaient servis à de nombreuses reprises, tandis que d’autres ne lui avaient jamais été nécessaires, les occasions ne se présentant pas. Ce soir, elle allait appliquer chapitre par chapitre, une bonne vieille technique qu’on lui avait enseignée pour mener à bien un interrogatoire. Il y avait évidemment la méthode brutale qui consistait à frapper le type jusqu’à ce qu’il avoue ou meurt, mais il y avait aussi la technique classique. L’attaque ne serait plus vraiment physique mais plutôt psychologique…

    Son pied reprit alors son petit mouvement tranquille afin de mettre plus de chance de son côté, sans doute, puis elle remonta de nouveau lentement, tandis que sa longue jambe sortait peu à peu de sous la mousse. Elle stoppa au niveau de son torse et reprit ses petits effleurements sensuels tout en affichant un regard plus que provocateur…

    - Avouez Monsieur Stark…vous en mourrez d’envie…à une si petite distance l’un de l’autre…Vous n’auriez qu’à vous pencher de quelques centimètres et je serais là, à votre merci… Yeux dans les yeux, peau contre peau, vos lèvres effleurant sensuellement les miennes… Je suis là et je vous regarde…je n’ai rien d’autre sur moi que du bain moussant…vous n’auriez même pas un seul effort à fournir pour m’ôter le superflu susceptible de vous gêner dans vos intentions finales…Il n’y aurait simplement que nos deux corps l’un contre l’autre et ce désir qui nous porte depuis maintenant trois ans…Vous rendez-vous compte ? Trois ans, ça fait beaucoup de cumul pour un seul homme…et moi qui vous offre une occasion en or d’en profiter, là maintenant, tout de suite…

    Elle laissa en suspend sa petite tirade qu’elle s’était fait un plaisir de susurrer sensuellement, tout en le dévorant du regard et en se pinçant légèrement les lèvres, histoire de voir où elle en était et s’il elle allait devoir en rajouter une nouvelle couche tout en s’amusant toujours avec son pied

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:04



    Okay. Sur ce coup-là, la belle espionne avait gagné pas mal de points ne serait-ce que par le frisson incontrôlable qu'elle avait provoqué chez le milliardaire. Ce dernier avait toutefois repris contenance, et émit un léger rire en l'entendant lui dire que tant qu'il s'en tiendrait aux règles, tout irait bien. Les règles. Tony n'avait jamais été très respectueux de tout ce qui pouvait un tant soit peu entraver sa liberté. A vrai dire, il n'en avait toujours fait qu'à sa tête et ça depuis toujours, comme l'enfant gâté qu'il était et serait certainement toujours. Néanmoins, il se pliait aux lois. Et avec une conviction de fer qui plus est, sans laquelle il n'aurait jamais accepter de porter le lourd fardeau de la Guerre Civile. Cependant, le fait était là : Tony ne respectait que les règles et les lois qui lui plaisaient. Et il était évident que cette règle l'obligeant à se tenir à carreaux ne lui plaisait pas du tout. Cependant, il s'y pliait car sans cela leur petit jeu n'aurait plus aucun intérêt. Obtenir tout, tout cuit sans effort, ça allait un moment mais ça devenait très vite ennuyeux. Or là, avec Natasha, il ne pouvait espérer s'ennuyer une seule seconde.

    « Les règles, oui, oui, évidemment... » murmura-t-il sur un ton des plus évasifs, volontairement pour bien faire comprendre que rien ne garantissait qu'il parvienne à s'y tenir si jamais il décidait l'inverse.

    Sentant de nouveau le délicieux contact de son pied délicat sur sa peau, Tony observa toujours souriant ce dernier qui entamait la lente et tortueuse ascension de son torse. Cette lenteur langoureuse était d'une cruauté addictive pour le milliardaire qui ne savait plus s'il devait aimer ou craindre ce genre de provocation. Il se sentait comme un funambule sur une corde avec un poids dans chaque main, l'un représentant le plaisir et l'autre la crainte et l'appréhension de perdre ce défi. Il suffisait que l'un prenne le pas sur l'autre et s'en était fini de cette victoire qu'il était pourtant tellement déterminé à avoir. Mais pour l'instant, l'équilibre perdurait. Pour combien de temps encore, ça par contre, il était impossible de le prévoir étant donné le côté imprévisible de son "adversaire" dont la jambe émergeait doucement de l'eau au fur et à mesure de sa progression.

    « Une chance que j'aime les surprises alors... » répondit-il sur un ton malicieux alors qu'il croisait de nouveau son regard.

    « Oh oui, vous vous battrai, je n'en doute pas une seconde, c'est d'ailleurs ce que j'aime chez vous... Malheureusement, je le répète, au final le résultat sera le même, vous finirai par perdre... Mais de la plus agréable des façons, je peux vous le garantir... » ajouta-t-il ensuite tandis qu'il lui laissait parfaitement comprendre qu'une fois sous son emprise il ne lui ferait pas regretter le voyage, et que sa défaite aurait au final un goût de victoire.

    Oui, l'arrogance de Tony Stark n'avait quasiment aucune limite et ça dans quasiment tous les domaines. En même temps, s'il avait autant de succès, ce n'était pas pour rien. C'était qu'il assurait et se montrait à la hauteur de la réputation de coureur et d'étalon qu'on lui faisait. Un coureur qui ne supporterait pas de perdre, et qui pourtant sentait une pointe de danger se manifester à travers cette proximité provocante qui l'avait amené ici et maintenant à défier une véritable bombe nue sous un amas de mousse. Un canon qui n'y allait pas de main morte en matière d'attaque, son pied continuant à escalader son torse avec sensualité. Ce dernier finit par s'arrêter de monter, mais, en bonne tortionnaire qu'elle était, la jolie russe ne cessa en revanche pas ses caresses, ce qui augmentait bien malgré lui le rythme cardiaque du jeune milliardaire, sentant la balance pencher dangereusement en faveur du désir et non de la crainte de perdre, ce qui n'était pas bon du tout. Il fallait qu'il trouve rapidement un moyen de reprendre l'avantage, de contrôler son propre désir et de provoquer celui de la belle.

    Ce fut cette dernière qui sans s'en douter lui en donna l'opportunité. Dès ses premiers mots, un sourire soudain encore plus espiègle s'étira sur le visage tout sauf angélique du milliardaire, qui avait désormais un plan cruel et dangereux en tête. A mesure qu'elle parlait de cette voix douce et mielleuse à la fois, qui aurait pu faire tomber n'importe quel home sous son charme envoûtant, l'incitant à céder à la tentation, Tony sentait bien qu'il ne le voulait pas sa résistance s'affaiblir. Elle avait diablement raison, il avait l'objet de ses désirs à portée de main, là, n'attendant que lui. Comme hypnotisé, la dévorant d'un regard emplit d'envie, sa main gauche vint de nouveau à la rencontre e la cheville de la jeune femme. Mais aucune emprise brutale ni rien de la sorte cette fois. Sa main se mit à glisser lentement le long de sa jambe, savourant le contact avec cette peau humide mais si douce, en même temps qu'il s'avançait vers elle sans la quitter de ses yeux scintillants.

    « Un peu que je m'en rends compte... En effet, j'avoue tout... Je suis coupable... J'en meurs d'envie... Là... De suite... J'ai envie de vous... tout comme je sais que... vous avez envie de moi... n'est-ce pas... » murmura-t-il d'une voix aussi faible qu'elle trahissait le désir de plus en plus incontrôlable qui semblait envahir le milliardaire alors qu'il se rapprochait dangereusement de la jeune femme.

    Sa main venait d'atteindre le creux de son genoux. Sans retenu, il ramena sa jambe contre son flanc pour pouvoir toujours plus se rapprocher d'elle au point d'en arriver à avoir son visage tout près du sien. Oui, il le savait, elle avait autant envie de lui qu'il avait envie d'elle. Leur désir réciproque transpirait par chacun de leurs gestes, même un aveugle le verrait, ce n'était plus un secret pour personne et surtout pas pour les deux intéressés. Et il comptait bien jouait sur ça, sur le fait qu'elle n'était pas insensible à son charme. Que c'était même tout l'inverse.

    « Quelques centimètres, vous disiez... Yeux dans les yeux... Peau contre peau... » murmura-t-il alors que ses yeux parcouraient avec envie chaque trait de ce visage à présent extrêmement proche du sien, les plongeant ensuite dans les siens de concert avec ses paroles.

    Il semblait soudain avoir comme presque complètement cédé à ses envies, prêt d'un moment à l'autre à franchir le pas fatidique. Elle était en train de le rendre fou. Fou de désir et d'une passion trop longtemps restée insatisfaite. Son corps également tout près du sien désormais, tandis qu'il pouvait sentir son souffle sur son visage comme un appel plus envoûtant encore, Tony se sentait comme aimanté. Allait-elle le laisser faire ? Ou aurait-elle peur ? Tony espérait que son caractère de femme fatale et fière ne la ferait pas le repousser, pas de suite du moins. Car là, aussi proche, si elle le repoussait, ce serait presque paradoxalement comme une défaite pour elle. Il laissa son désir guider ses lèvres vers les siennes, qu'il effleura une première fois, son rythme cardiaque s'accélérant dangereusement, le sang battant ses tempes avec force comme pour tenter de briser un peu plus les derniers remparts de sa résistance.

    « J'aurais peut-être du vous prévenir... Je n'ai jamais été très doué pour suivre les règles... » lui susurra-t-il avec un petit sourire avant de jouer avec le feu en effleurer ses lèvres de nouveau, comme prêt à l'embrasser, alors qu'un vif frisson lui parcourait l'échine.

    Et donc à perdre le pari, si ce n'était pas déjà le cas, vu leur nouvelle proximité charnelle qui dansait sur les limites des conditions du défi. Mais il n'en fit rien. Soudain, un sourire en coin espiègle, presque machiavélique, se dessina sur son visage qui une seconde avant n'avait laissé paraître que le désir incontrôlable qui l'avait envahi, presque comme une transe.

    « Par contre, j'aime gagner les défis qu'on me lance... » reprit-il alors, lui faisant comprendre qu'il n'avait fait que jouer la comédie du moins en grande partie.

    En effet, le vengeur n'avait pas perdu le contrôle. Oh il n'en avait pas été très loin, mais c'était ça son plan à vrai dire. Faire croire qu'il était prêt à craquer, pour venir provoquer un contact et ébranler à son tour les défenses de la séduisante adversaire. La faire craquer à elle, c'était ça l'objectif. Ne pas céder, mais la faire céder à elle. A charge de revanche comme on dit. Toujours souriant, et comme pour bien montrer qu'il n'était venu à elle que pour ça, et qu'à aucun moment il n'aurait cédé, il tendit son bras libre au-dessus de l'épaule de la jeune femme et s'empara de la fiole de shampoing qui se trouvait derrière elle sur le rebord. Il s'écarta alors d'elle doucement, la toisant d'un regard amusé et presque triomphant à la fois tandis qu'il reprenait sa place précédente, contre la paroi opposée en libérant sa jambe de son emprise. Ce qu'il venait de faire était assez cruel. Faire grimper le désir pour ne pas le satisfaire, il venait de lui faire subir exactement ce qu'elle lui faisait subir depuis trois ans.

    Quelques secondes s'écoulèrent le temps que le milliardaire se remette de ses émotions, car même si c'était lui qui avait mené la danse cette fois-ci pour reprendre l'avantage, ça ne l'avait pas empêcher de se faire lui-même une petite frayeur au moment où il avait effleuré ses lèvres pour la seconde fois. Car il avait presque failli craquer véritablement pendant une fraction de seconde. Son but en faisant cela avait été de la forcer à elle à l'embrasser, mais il avait bien failli se laisser prendre à son propre piège, une passion retenue depuis trois ans n'étant pas aussi facile à maitriser qu'on pouvait le penser. Mais Tony reprit vite le dessus et se fit violence pour ne rien laisser paraître. Et pour ça, il avait toujours son éternel et fidèle allié pour lui sauver la mise : son sourire charmeur et prétentieux derrière lequel il donnait l'impression d'être intouchable et supérieur. Un masque mais un masque bien porté et très réaliste.

    « Je me demande... comment vous allez vous y prendre pour récupérer ceci... » reprit-il alors avec malice tout en levant le flacon de shampoing et en le balançant de gauche à droite dans sa main, accoudé de nouveau au rebord de la baignoire.

    « Il vous faudra bien finir tôt ou tard par vous laver les cheveux non ? Sous peine de finir ridée avant l'âge, ce qui serait un véritable sacrilège soit dit en passant... » s'amusa-t-il en faisant allusion au fait que lorsqu'on restait trop longtemps dans l'eau, la peau se mettait à se friper, tout en incorporant au passage un compliment sur sa beauté.

    Non pas qu'il voulait mettre fin à leur petit duel, bien au contraire. Mais il était assez malin pour savoir que plus l'affrontement durerait, plus les chances qu'il aurait de céder augmenteraient également. Et c'était valable pour elle aussi d'ailleurs. Mais il était prêt à passer la nuit ici dans cette baignoire s'il le fallait. Tant qu'il ne gagnerait pas, il n'abandonnerait pas. La récompense. Ne jamais perdre de vue la récompense. Voilà ce qu'il se disait. En même temps, il attendait, on ne peut plus joueur, de voir de quelle manière elle allait s'y prendre pour récupérer son shampoing. Shampoing qui n'était pas tant à récupérer pour lui-même mais qui symbolisait plutôt le nouveau prétexte qui pourrait pimenter encore plus leur petit jeu. Parce qu'il n'était pas prêt de le lâcher ce flacon, et pouvait en témoigner ce sourire triomphant et provocateur aussi explicite que s'il lui disait "Viens le chercher si t'en es capable". Pour le reprendre elle allait devoir ruser et se montrer très... persuasive...
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:05

    Finir par perdre ? Comment pouvait-elle finir par perdre alors qu’à l’heure actuelle, son pied gagnait lentement du terrain sur le torse du milliardaire ? Il était vraiment prétentieux de penser que quoi qu’il arrive, il allait finir par remporter ce jeu, comme il avait l’habitude de remporter le cœur ou tout du moins le corps de ses autres victimes. Elle ne le laisserait pas faire, parce qu’elle aussi avait la ferme intention de devenir la tenante du titre et tant pis s’il fallait qu’elle fasse d’énormes sacrifices pour y parvenir…

    Tous deux étaient donc là, à se regarder dans les yeux, comme pour essayer de savoir lequel craquerait le premier mais évidemment, ni l’un ni l’autre ne le montrait ostensiblement afin de garder cette tension permanente qui les avaient au moins entraîné jusque dans cette salle de bain, jusque dans cette baignoire. Oui, ça avait été une idée complètement folle mais après tout il fallait bien s’amuser un peu et actuellement, on ne pouvait pas dire qu’ils ne s’amusaient pas. Natasha prenait un malin plaisir à torturer Tony, tandis que ce dernier essayait de rester dans les règles qu’elle avait imposées auparavant bien qu’il lui avait fait comprendre par un ton quelque peu évasif qu’au final, il en ferait bien ce qu’il voulait de ces règles. Il était Stark et les règles, c’était lui qui les rédigeait pour que les autres s’y plient comme il le souhaitait. Ok, il n’était cependant pas au dessus des lois, mais il en faisait quand même bien un peu ce qu’il en voulait surtout quand elles ne lui plaisaient pas tant que ça.

    La russe, bien déterminée à employer toutes les méthodes qu’elle connaissaient de la plus simple à la plus complexe, pour faire céder son patron et ainsi s’offrir la victoire, utilisa donc son stratagème psychologique sans pour autant se douter qu’en faisant ça, elle venait de mettre elle même un pied dans sa propre tombe. Ce qui importait avant tout c’était de le provoquer, le retrancher dans son hésitation pour qu’il tombe enfin et balance se masque de prédateur aux oubliettes une bonne fois pour toute.

    Sur le coup, elle pensait vraiment avoir eut une idée de génie, mais finalement elle songea qu’elle aurait sans doute du s’abstenir, mais que voulez-vous, quand la compétition est lancée, les joueurs sont toujours prêts à faire n’importe quoi pour réussir. Tandis que son pied c’était arrêté sur le torse de Tony et qu’elle s’amusait à l’effleurer lentement pour le faire de nouveau frissonner tout en lui parlant de faits plus que réalistes les concernant, elle aperçu une étincelle dans son regard alors que son habituel sourire espiègle s’étira légèrement. Il venait de trouver un nouveau moyen de répliquer et ça c’était mauvais signe. D’accord, elle l’avait remarqué cette fois-ci et ça lui permettrait de se préparer quelque peu, mais avec Stark il fallait s’attendre au pire et elle n’était pas très sûre de pouvoir rester entièrement de marbre.

    Il attrapa de nouveau sa cheville mais sans mauvaise intention ou tout du moins sans vouloir lui faire mal et son regard changea presque du tout au tout, pour devenir comme hypnotisé. Sa main remonta lentement le long de son mollet pour s’arrêter au creux de son genou. Là, il dégagea sa jambe contre son flanc et en profita pour s’avancer encore un peu plus vers elle. A cet instant, son cœur se mit à battre bien plus vite qu’elle ne pouvait l’imaginer et son estomac se mit à faire des bonds pas possible sous le coup du stress. Mais qu’est-ce qu’elle avait fait ? L’avait-elle un peu trop cherché ?

    Leurs visages se rapprochèrent dangereusement au point que ça en devenait plus que intense et troublant. Il lui avait avoué en chemin avoir terriblement envie d’elle et il fallait le reconnaître c’était réciproque mais peut-être encore plus maintenant alors qu’ils s’observaient avec une attention parfaite. Là, il reprit avec aisance c’est termes qu’elle avait utilisé pour le provoquer et c’est ainsi qu’elle se sentit plus qu’en danger, prise à son propre piège, victime de sa propre stratégie.

    Ils étaient maintenant si proches que la jeune femme en frissonna assez violemment sans pour autant vouloir le repousser. Leurs lèvres se frôlèrent une première fois, provoquant chez elle un brouillard total et lorsqu’il lui parla doucement, elle ne fut même pas à même de lui répondre tant elle était troublée par cette soudaine proximité qu’ils avaient tant cherché depuis ces trois ans. Maintenant elle l’avait et elle ne savait pas vraiment quoi en faire à part le laisser faire…

    Leurs lèvres se frôlèrent une seconde fois, comme attirées inexorablement par celles de l’autres et tandis que la russe qui avait définitivement mit de côté cette idée de jeu stupide, se préparait à recevoir un premier baiser de Stark, ce dernier changea de nouveau d’expression pour passer du pseudo charmé au mec calculateur et limite cruel. Elle venait de se faire avoir en beauté et elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même.

    Il joua alors les vieux habitués, super comédien hors pair tout en affichant son air le plus fier en signalant qu’il allait gagner quoi qu’il arrive et qu’elle s’était bien plantée en pensant une seconde qu’elle avait réussi son pari. là-dessus, il attrapa sa bouteille de shampooing juste derrière elle et alla reprendre tranquillement sa place en face d’elle avec ce sourire si arrogant qu’il n’avait même plus besoin de cultivé tant il était devenu naturel.

    Oui, elle l’avait bien cherché, il avait retourné sa technique contre elle et l’avait quelque peu frustrée comme elle le faisait depuis ces dernières années mais quand même. Natasha resta alors muette un bon moment hésitant sur la réaction qu’elle devait avoir au final. D’un côté, il y avait cette petite voix qui lui disait que ce n’était qu’un simple jeu et puis qu’elle l’avait quand même bien cherché, mais de l’autre, il y avait cette autre voix, bien plus enfouie, qui lui disait que les frustrations de ce genre ça commençait à devenir lourd. Nombre de fois qu’il l’avait rétamée à l’époque où ils s’affrontaient, et voilà que maintenant il en remettait facile une autre couche et toujours avec cet air si…

    La russe respira un bon coup tâchant de faire définitivement taire cette soudaine envie de meurtre qui lui trottait dans la tête. Il fallait être bonne joueuse et reconnaître qu’il avait été très doué point barre. Lui l’avait fait pendant longtemps, c’était son tour ce soir et il ne fallait surtout pas oublier qu’il ne devait rien voir ou tout du moins pas grand-chose de ce qu’elle ressentait actuellement. S’il la voyait plus déstabilisée, il n’aurait plus qu’à faire d’elle une seule bouchée et il obtenait finalement ce qu’il voulait, ce qu’elle refusait pour le moment.

    Toujours aussi fier, il exhiba alors la bouteille comme un trophée de guerre tout en se demandant à haute voix comment elle allait la récupérer, si elle ne voulait pas finir brusquement ridée avant l’âge. Elle esquissa alors un vague rictus. Franchement, son shampooing, elle s’en fouttait royalement. Si elle voulait, rien que pour l’emmerder, elle attrapait celui qui se trouvait près du lavabo et c’était terminé de son chantage à la con. Mais voilà, elle n’était pas du genre à laisser tomber comme ça ou même à tricher pour que ça l’arrange elle. Il avait prit la main, elle devait la reprendre et c’est-ce qu’elle allait faire de suite.

    - Mais qu’est-ce que vous croyez Monsieur Stark ? Que je suis quelqu’un de narcissique qui se préoccupe avant tout de son apparence ? Moi, quand on me donne une mission, j’en viens toujours à bout même si je dois y laisser des plumes. Et puis si vous êtes aussi déterminé que moi à rester ici pour la victoire, alors je crois que vous serez tout aussi ridé que moi et ça, c’est pas ce qui branche énormément les filles de nos jours…Promis, si ça arrive, je tâcherais de me montrer indulgente avec vous…

    Elle était prête à tout pour réussir et même s’il fallait en venir jusque là, elle allait y aller. Tant pis pour le reste. Natasha allait lui montrer à qui il avait à faire. Elle afficha un nouveau sourire provocateur.

    - En tout cas, je dois avouer que ce petit plan était bien calculé… J’y ai presque cru…Comment avez-vous fait d’ailleurs ? Ah oui …

    La rousse s’avança à son tour vers le milliardaire, lentement mais sûrement tout en le dévorant du regard.

    - Vous avez fait votre approche…

    A une distance moindre, elle passa alors ses jambes de part et d’autre de Stark pour pouvoir s’avancer encore un peu plus.

    - Et là, une fois arrivé à quelques centimètres, vous avez cruellement usé de votre charme…

    La jeune femme se pencha vers lui jusqu’à ce que leurs visages se frôlent.

    - Là aussi, j’avoue que j’aurais bien été capable de céder à la tentation…Vous, prêt à m’embrasser alors que nos corps flirtaient déjà l’un avec l’autre…waouh…

    Elle se pinça les lèvres. Cette fois son cœur ne battait pas autant que quand il avait été près d’elle. Il avait une allure plus accélérée que la normale mais ça n’était pas la même chose car cette fois-ci, elle avait bien comprit son stratagème.

    - Le seul hic, c’est que vous ne vous êtes pas assez bien vendu… Vous avez vu la victoire arriver alors vous êtes reparti plus vite que vous n’êtes venu, me laissant là, frustrée comme je l’ai fais par le passé avec vous…seulement voilà, il faut se méfier des femmes frustrées, c’est comme les animaux blessés…ce sont les plus dangereuses…

    Elle effleura les lèvres du milliardaire, tout en faisant lentement glisser ses doigts le long de son torse pour le déstabiliser encore plus et en le gardant prisonnier de ce coin de baignoire qu’il s’était attribué. Elle n’avait vraiment pas l’intention de partir d’ici avant d’obtenir ce qu’elle voulait et franchement, elle était plus que curieuse de voir comment à son tour il allait réussir à se sortir de ce piège.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:07



    Il était évident que le shampoing que Tony exhibait fièrement comme un appât n'était qu'un prétexte pour l'inciter à contre-attaquer, pour la faire venir à lui et voir de quelle manière elle allait lui faire payer son petit affront. Parce qu'il savait qu'elle ne le laisserait pas avoir le dernier mot. Il n'avait rien loupé de l'effet qu'il avait produit sur elle alors qu'ils s'étaient trouvés quelques secondes plus tôt à une distance plus que réduite. Et, en femme fatale et fière qu'elle était, Tony était sûr qu'elle comptait lui rendre la pareille. A vrai dire, il n'attendait que ça, même s'il sentait le danger se faire plus grand en sachant qu'il ne pourrait pas lui résister indéfiniment. En avait-il seulement la volonté ? Certes il n'avait pas arrêté de dire qu'il gagnerait coûte que coûte, mais n'était-ce pas surtout pour tenter de s'en convaincre à haute voix en sachant intérieurement qu'il cèderait plus qu'autre chose ? Trois ans, cela faisait trois ans qu'il la convoitait au point que ça en devienne non pas une obsession mais pas loin. Il ne s'était pas passé une seule rencontre avec elle où il n'avait pas tout fait pour essayer de l'avoir.

    It's bugging me, grating me
    And twisting me around
    Yeah I'm endlessly caving in
    And turning inside out

    La répartie de la jeune espionne ne se fit pas attendre, et Tony en rigola. Non pas parce qu'il se moquait d'elle, mais tout simplement parce que justement elle avait entièrement raison. S'il voulait gagner, il allait devoir y rester aussi longtemps qu'elle dans cette baignoire. Cette aisance naturelle qu'elle avait pour lui renvoyer la balle ne pouvait qu'un peu plus augmenter l'attirance qu'il éprouvait pour elle.

    « Vous êtes trop aimable, vraiment... » lui répondit-il sur un ton légèrement sarcastique et amusé après qu'elle l'ait assuré de son indulgence.

    En ce qui concernait ce qu'il pensait d'elle, ne la connaissant pas plus que nécessaire pour leur travail, oui, on pouvait dire que malheureusement, Tony l'avait toujours jugé sur ce qu'elle laissait paraître. A savoir qu'elle devait être une femme certes très professionnelles, mais exigeante, centrée sur elle-même et prenant grand soin de son apparence entre autres choses. Il faut dire qu'il n'avait jamais jusque là cherché à creuser sous la surface. Mais il se doutait pertinemment qu'elle devait cacher sa véritable personnalité derrière ce masque d'espionne aussi sexy qu'impitoyable. Un côté impitoyable que le nouveau sourire provocateur qu'elle afficha sembla démontrer. La contre-attaque n'allait plus tarder à venir, mettant à mal l'impatience du milliardaire qui une fois qu'il eut croisé le regard flamboyant de la jolie russe fut tout bonnement incapable de s'en décrocher.

    I think I'm drowning
    asphyxiating
    I wanna break the spell
    that you've created

    Il la regarda s'approcher de la même manière qu'il l'avait fait avec elle, dans un désir presque palpable de lui faire subir la même frustration qu'il semblait lui avoir provoqué non sans un cruel amusement. Assis tel un roi qui ne craint rien, les bras toujours sur chaque rebord et immergé jusqu'au milieu du torse, Tony ne se retint pas de garder son petit sourire en coin arrogant à souhait destiné à montrer non seulement qu'il appréciait grandement ce petit jeu et le spectacle qu'elle lui offrait, mais aussi à faire comprendre qu'il ne craignait pas de perdre puisque d'après lui, c'était impossible. Il n'avait jamais perdu à ce genre de jeu. Mais en même temps, il n'avait jusqu'à présent jamais eu d'adversaire du calibre de Natasha Romanoff. Non, quand il y repensait, elle devait d'ailleurs être la première à lui tenir tête aussi longtemps. Trois ans, ce n'était pas rien. D'ailleurs elle ne faisait même pas que lui résister, elle retournait son propre désir contre lui, le laissant constamment sur sa faim, insatisfait au possible, au point de le rendre fou en cette soirée plus que belle.

    It's something beautiful
    A contradiction
    I wanna play the game
    I want the friction

    Lorsqu'elle passa ses jambes de chaque côté de son torse, le milliardaire sentit incontrôlablement ses barrières s'affaiblir une première fois dans un frisson électrisant de plaisir. Elle contre-attaquait fort. Très fort. Et soudain le doute se fit plus grand alors qu'il observait son visage se rapprocher indéniablement du sien. Allait-il vraiment être capable de tenir ? De lui résister comme il s'en était vanté jusqu'à présent ? Il voyait ses lèvres aguicheuses venir vers lui, il détaillait sa silhouette non immergé tel un loup affamé, son regard brillant d'envie tout comme le sien, sans parler de son corps qui se collait doucement mais sûrement au sien, ce qui brisa un peu plus ses défenses alors qu'il sentait l'envie se faire plus pressante. L'envie de tout lâcher, de ne plus lutter, et d'aller chercher ce qu'il désirait tant là de suite.

    « Mmmm, vous apprenez vite... » murmura-t-il en parcourant son visage tout près du sien de ses yeux envieux.

    Elle effleura ses lèvres, il se sentit partir en vrille, comprenant trop tard qu'il se retrouvait à son tour piégé à son propre jeu. Il l'avait provoqué, il avait désiré sa riposte, et maintenant qu'il s'y frottait, il commençait sérieusement à se demander s'il allait pouvoir tenir bon et la repousser. Il entrevoyait de plus en plus sa possible première défaite qu'une énième victoire sur la gent féminine. Et il entrevoyait surtout l'irrésistible envie de la faire sienne dans les secondes qui suivaient. Cette insolente proximité brutalisait ses sens, mettait à mal sa capacité à faire passer son égo avant son désir. Elle était là, contre lui, complètement nue, ses cheveux mouillés suivant le long de sa nuque, son regard accrochant le sien alors qu'il sentait son souffle chaud appeler ses lèvres à franchir le cap et à l'embrasser, à se laisser aller à ses pulsions. Cette femme était... wow...

    Son ultime résistance vola en éclat lorsqu'il sentit ses longs doigts fins venir parcourir son torse, le faisant frissonner à en perdre la raison. A vrai dire, il avait déjà commencé à perdre la notion de la réalité depuis un petit moment déjà, depuis qu'elle était venu se coller à lui, ses jambes de chaque côté comme pour ne lui laisser aucun échappatoire, aucune autre alternative que de succomber à son charme hypnotisant. Il était tombé dans ses griffes de séductrice et le prédateur qu'il était s'en retrouvait donc au statut de proie au destin déjà scellé. Comme pour l'achever, elle lui rappela que les femmes frustrées étaient les plus dangereuses... C'était exactement le mot à dire pour le faire plonger sans retour.

    « Du danger, je ne demande que ça... » souffla-t-il d'une voix à peine audible, succombant à son envie.

    And I want you now
    I want you now
    I'll feel my heart implode
    I'm breaking out
    Escaping now
    Feeling my faith erode
    Last chance to lose control

    Sans attendre plus longtemps, n'y tenant plus, il s'empara de ses lèvres dans un baiser langoureux. Il posa l'une de ses mains sur la cuisse de la jeune femme alors que l'autre remontait sur sa hanche en une caresse désireuse, la ramenant doucement un peu plus contre lui. Se laissant emporter progressivement par la passion, Tony se mit à la couvrir de baisers tous plus ardents les uns que les autres, lâchant ses lèvres pour descendre petit à petit le long de son cou, entamant le haut de sa poitrine alors que sa main droite glissait dans le creux de son dos, l'autre resserrant son emprise sur sa cuisse comme pour l'empêcher de partir et la garder contre lui. Au diable le jeu, au diable les règles, au diable sa fierté et donc sa victoire, tout ça n'avait plus d'importance désormais, il ne répondait déjà presque plus de ses actes, il avait beau savoir qu'il venait de perdre, qu'elle risquait fortement de le repousser, il n'accordait plus aucune importance à toutes ces pensées, car tout ce qu'il voulait et qui importait, c'était elle, ici et maintenant...

    Now that you know I'm trapped
    Sense of elation
    You'll never dream of breaking this fixation
    You will squeeze the life out of me


[Paroles : Time is running out & Hysteria de Muse]
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:08

    « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire… » était sans doute la citation favorite de Natasha. Elle l’avait lue quelque part, il y a des années de ça et quand elle songeait à toutes les expériences qu’elle avait traversées, elle trouvait que ce bout du Cid de Corneille reflétait énormément sa façon de penser et sa ligne de conduite. Si elle voulait réussir tout ce qu‘elle entreprenait, elle ne devait pas avoir peur de prendre des risques pour au final savourer pleinement sa victoire. Elle l’avait même dit à Tony. Si elle devait y perdre des plumes, ça ne lui posait pas le moindre souci. A partir du moment où elle arrivait à ses fins, le reste n’avait aucune importance. Seule le dénouement comptait et ce soir, elle avait bien l’intention de faire craquer son patron et lui faire ravaler sa fierté de mâle dominant. Il allait devenir le dominer et allait ne lui laisserait aucune chance. Fini les chacun son tour. Elle avait l’intention de tout miser en seul coup pour être certaine qu’il ne retente pas quelque chose à la suite et qu’elle finisse par abandonner parce que trop troublée par cette situation où il serait subitement trop proche.

    La jeune femme ne lésina donc pas sur les moyens et déploya tout le charme dont elle pouvait faire preuve à une heure pareille. En même temps, ça n’était pas trop compliqué puisque c’était inné chez elle et qu’elle n’avait qu’à se remettre lascivement les cheveux en place pour faire tomber un tas d’hommes sous son charme.

    Le regard amusé du milliardaire s’effaça à mesure qu’elle progressait dans son plan, ce qui lui offrit une première satisfaction en le mettant à son tour mal à l’aise comme il l’avait fait juste avant tout ça pour une bouteille de shampooing qui n’avait aucunement sa place dans l’histoire mais qui symbolisait dans un certain sens le fait qu’il avait su reprendre la main dans cette partie complexe.

    Et lorsqu’elle fut très proche de lui et qu’il lui souffla qu’elle avait très bien compris son stratagème, son sourire provocateur s’étira un peu plus.

    - J’ai eu un excellent modèle, je l’avoue… Souffla-t-elle du bout des lèvres.

    Il l’observa avec envie sans pour autant essayer de lutter une seule seconde ce qui ne surprit même pas la russe qui se sentait plus que confiante à mesure qu’elle l’allumait dans son petit coin. Elle le sentait, la victoire était proche et son cœur s’emballa de plus belle rien qu’à cette ultime pensée. Elle serait la toute première à résister à Stark au point de lui faire perdre un défi, chose qui ne devait jamais être arrivée autant qu’elle sache.

    Dans cette proximité, elle le sentit alors frissonner plus que de raison. Là, il n’y avait aucun doute, elle l’avait vraiment mis à mal et il devait se sentir plus qu’en danger. La russe afficha un regard espiègle, lentement mais sûrement elle était en train d’obtenir ce qu’elle voulait et ça l’amusait au plus haut point. Sa dernière phrase eut sans aucun doute raison de lui mais pas dans le sens où elle l’avait imaginé ou tout du moins pas aussi fort.

    Le « fauve » lâché, il l’embrassa langoureusement sans qu’elle s’y attende puis il fit lentement glisser ses mains sur elle, pour la garder au maximum près de lui. A ce contact, la russe ne pu s’empêcher de frissonner à son tour tandis que ses pulsations cardiaques passèrent du double au triple en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Ca ne devait certainement pas ce passer comme ça. Elle essaya donc de le repousser délicatement mais le baiser se prolongea plus que de raison et engourdi quelque peu son esprit.

    Toutes ses idées de victoire commencèrent à s’échapper tandis qu’une petite voix intérieure se mit brusquement à supplier Stark de ne pas s’arrêter. Ca faisait trop longtemps qu’ils se tournaient autour pour qu’elle puisse prétendre être insensible à ce qu’il lui faisait actuellement subir et qui, elle le savait n’était qu’un avant goût de tout le reste.

    Sa bouche de nouveau libre, elle tenta cependant de résister parce qu’elle le devait, ou parce qu’elle le voulait, enfin il y avait un truc qui n’allait pas et il fallait qu’elle le dise.

    - Non…pas maintenant…pas ici… Souffla-t-elle tandis que tout le désir qu’elle s’était évertué à maîtriser durant ces trois années commençait à se faire la belle malgré elle.

    Il poursuivit tous ses baisers les uns après les autres tandis qu’elle s’évertuait de garder les pieds sur Terre. C’était si bon…Ses mains glissèrent de nouveaux sur son corps qui se lança dans un frisson interminable. Elle était en train de perdre le contrôle et elle ne le voulait pas.

    - Non… Murmura-t-elle de nouveau tout en se demandant même si elle avait dit quelque chose ou bien si elle venait d’halluciner.

    Dans sa poitrine, son cœur faisait des bonds comme jamais il n’en avait fait depuis un paquet d’années et peut-être comme jamais il n’en referait par la suite. Dans sa tête, ses pensées s’embrouillaient encore et toujours et il ne semblait plus y avoir une seule cohérence possible, pourtant, alors qu’il la couvrait de baisers avec ses lèvres si douces et si chaudes, elle parvint une fois de plus à émettre un avis sur ce qui se passait.

    - Je suis fatiguée, mes oreilles, mes yeux, mon cerveau ne fonctionnent plus comme ils le devraient…

    La main de Tony atteignit le creux de son dos et ce fut aussi intense que de mettre les doigts dans une prise. Il fallait qu’elle laisse tomber. Ils avaient trop joués, ils devaient en profiter, c’est tout.

    - Je suis à court d’excuses… Susurra finalement la jeune femme qui ne tenait plus face à ces petites attaques.

    Là, elle resserra d’elle-même leur étreinte, avant de faire revenir Tony jusqu’à son visage d’un geste qui se voulait délicat et quand leurs regards désireux l’un de l’autre se croisèrent, elle l’embrassa longuement tandis que sa main gauche glissa le long du dos du playboy en suivant scrupuleusement sa colonne vertébrale. Son autre main en profita alors pour s’aventurer dans cette tignasse qu’elle aimait tant avant de redescendre lentement sur sa joue puis dans son cou pour reprendre sa course sur son torse, sur cette peau qui la réclamait et dont elle aurait bien du mal à se séparer maintenant.

    Le baiser terminé, elle le regarda de nouveau avec envie et comme lui l’avait fait, elle s’aventura doucement dans son cou, sur son épaule tandis qu’elle s’évertuait à se rapprocher le plus de lui pour ne pas laisser ne serait-ce qu’un centimètre de peau loin de la sienne.

    - Je ne suis pas sûre qu’il ait finalement un vainqueur dans notre histoire…S’amusa-t-elle à voix basse alors que ses lèvres venaient doucement titiller son oreille la plus proche.

    Sa main droite continua encore ses effleurements le long de son torse puis finit par se perdre également dans le bas de son dos, là où sa peau se terminait et où son boxer commençait…


__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:09



    Don't stop me now
    I'm having such a good time

    Le pouvoir des femmes sur Tony était bien connu. Il lui suffisait de voir passer un jupons et des talons hauts pour qu'il se jette à sa suite, radar en alerte tel le prédateur qu'il était. Généralement, aucune ne lui résistait. Natasha avait été la première. La première à lui résister aussi longtemps tout en laissant le doute planer sur son attirance envers lui, ce qui, et elle l'avait évidemment bien calculé, n'avait fait que maintenir le milliardaire dans un état de frustration durant ces dernières années. Et voilà qu'il lâchait tout, qu'il décidait de tenter le tout pour le tout et d'y aller au quitte ou double. Soit ça passait, soit ça cassait, mais il la désirait tellement que si jamais il n'obtenait pas ce qu'il voulait dans la soirée, il y avait de fortes chances pour que ça le rend fou mais dans le mauvais sens. Parce que là, il sombrait déjà dans la folie, mais la folie la plus agréable, celle de la passion. Agréable mais surtout incontrôlable.

    Tony était déjà parti dans un autre monde, à tel point qu'il entendit à peine les premiers mots de celle qui passait progressivement de nouveau de prédatrice à proie, lentement mais sûrement à mesure qu'il continuait à l'embrasser dans le cou. Elle avait gagné, mais risquait de perdre en un sens si elle ne parvenait pas à le repousser tant qu'il en était encore temps. Maintenant. Ici. Voilà ce que chacun de ses baisers descendant sur sa poitrine, chacune de ses caresses à peine retenues voulaient faire comprendre à la jeune femme, en totale opposition avec ce qu'elle lui avait dit. De toute façon, ses lèvres disaient ça, mais son corps disait le contraire, il le sentait de manière presque palpable. Il sentait l'effet qu'il provoquait progressivement sur elle, il sentait par ses tressaillements que malgré ses paroles et ses tentatives pour le repousser, elle allait céder, tout comme il l'avait fait quelques secondes plus tôt. A son nouveau "non", il l'avait rapproché encore un peu plus contre lui, sentant sa poitrine contre son torse pour une température qui n'en finissait pas de monter.

    « Alors je ne suis plus le seul dans cet état, c'est bon à savoir... » lui murmura Tony entre deux baisers avec un sourire, lui avouant à son tour que plus grand chose ne répondait normalement chez lui et ça un peu avant elle déjà.

    Une bombe à retardement, voilà ce qu'elle avait fait de lui depuis trois ans. A le laisser sur sa faim, à malmener son désir de la faire sienne, à l'aguicher puis à le repousser, elle avait fait en sorte de maintenir le fauve qu'il était dans sa cage et voilà que, devenu hors de contrôle, il en sortait sans retenu, prêt à ne faire qu'une bouchée d'elle. Elle avait beau lui dire qu'elle ne voulait pas, le milliardaire y restait sourd, aveuglé par son désir. Elle était là, nue, rien que pour lui et lui seul, elle rêvait si elle croyait qu'il allait gentiment s'arrêter et partir comme si de rien était. C'était tout bonnement impossible. Il ne serait pas allé plus loin s'il avait vraiment senti que ce n'était pas ce qu'elle voulait, mais elle lui donnait l'impression de tout le contraire. Et ça le faisait doucement sourire, comme si elle voulait se prouver qu'elle ne le voulait pas, qu'elle pouvait encore résister, alors qu'elle était déjà tombée dans ses griffes dès le moment où elle l'avait laissé l'embrasser.

    I'm burning through the sky
    Two Hundred degrees
    That's why they call me Mister Farenheit
    There's no stopping me

    Et comme prévu, elle céda à son tour, avouant ne plus avoir d'excuses alors qu'il avait senti un nouveau tressaillement en ayant atteint de sa main le creux de son dos. Un tressaillement qui le fit s'arrêter le temps d'une seconde, étirant un sourire en coin joueur et triomphal à la fois, car il en était sûr désormais, elle était à lui pour la nuit. Et sûrement les prochaines. Elle attira son visage pour l'embrasser, il se laissa faire, embrasé par le contact avec ses lèvres pulpeuses et sensuelles, sentant une nouvelle dose d'euphorie l'envahir alors qu'il la sentait s'abandonner à cette même passion qui le dévorait depuis si longtemps. Mais là encore, il se devait de se retenir un minimum pour ne pas gâcher cette nuit qu'il comptait bien faire durer sur la longueur.

    « Pas de vainqueur... Mmmm... c'est vite dit... Parce que j'ai l'impression d'avoir gagné plus qu'autre chose là... pas vous...? » répliqua-t-il dans dans un souffle en frissonnant de plus belle à ses multiples baisers.

    Chacun des regards qu'ils se lançaient ne laissait plus aucun doute sur la suite des évènements. Plus de fuite, plus de jeu cruel, seulement elle, lui et leur désir. Un vague de frissons envahirent le milliardaire en sentant la main de la belle russe balayer ses cheveux, et l'autre entamer la descente de son dos avec une infinie douceur, comme une caresse irréelle qui à mesure qu'elle progressait réveillait un peu plus son ardeur, et notamment lorsqu'il la sentit atteindre le seul vêtement qu'il portait sur lui. Il la regarda un instant dans les yeux. Un nouveau sourire espiègle illumina son visage et, une seconde plus tard, il resserrait son emprise sur elle, enserrant ses cuisses de ses bras musclés pour la soulever sans aucune difficulté, nichant son visage dans son cou pour y reprendre ses précédents baisers. En moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, Tony emporta la jeune femme avec lui hors de la baignoire, la gardant serré contre son corps, maintenant ses jambes contre ses flancs sans cesser de la dévorer doucement mais sûrement du bout des lèvres.

    Emporté par la passion montante, il la colla de dos contre la porte de la salle de bain qui s'ouvrit aussitôt. A chaque pas qu'il faisait, il perdait un peu plus la maitrise de lui-même. Il succombait, sombrait dans un tourbillon de sens et de délices à rendre fou n'importe quel homme. Son parfum, la douceur de sa peau, ses courbes généreuses qu'il se languissait de pouvoir parcourir dès que ses mains pour le moment occupées à la soutenir auraient la liberté de pouvoir le faire. Il la plaqua de nouveau contre la porte d'à côté, s'emparant de nouveau de ses lèvres avec toujours plus d'envie, son souffle s'accélérant, oubliant d'être silencieux, le sang battant ses tempes avec violence alors qu'il sentait son corps entièrement nu contre le sien. Il ne lui laissait aucun moyen de s'échapper d'aucune sorte, elle l'enflammait à un tel point qu'il avait presque envie de la mordre à chaque baiser, pris dans le torrent d'une passion dévorante, presque animale et carnassière. Depuis le temps qu'il la désirait et qu'il muselait ses pulsions envers elle, il avait de quoi lui en faire voir cette nuit, ça c'était sûr...

    « Je paries que la chambre est derrière cette porte... »

    Un faible murmure alors qu'il s'embrasait littéralement de l'intérieur. Il tâtonna frénétiquement le bas de la porte tout en continuant à la couvrir de baisers, pour en trouver la poignée qu'il abaissa sans attendre, pénétrant dans la pièce finale qui leur permettrait de laisser libre cours à leurs envies.

    « J'ai toujours eu de l'instinct pour ce genre de choses... » souffla-t-il en faisant référence au fait que pour trouver les lieux adéquats pour ce genre de choses, il était le champion.

    Il l'amena toujours brûlant de désir sur le lit non loin, l'y faisant basculer tout en posant l'une de ses mains sur le matelas afin de se maintenir un instant au-dessus d'elle, brisant pour un temps le contact de leurs deux corps et plongeant son regard flamboyant d'envie dans le sien.

    « Si perdre est aussi délicieux à chaque fois, alors je veux bien perdre pour le restant de mes nuits... » lui chuchota-t-il en esquissant un sourire en coin, alors qu'avec son autre main, il remontait les derniers centimètres de sa cuisse pour atteindre le creux de sa hanche, son pouce s'attardant vers l'intérieur de celle-ci quelques secondes le temps d'une caresse des plus sensuelles tout près de son bas-ventre, pour un frisson garanti à la Stark.

    Exprès, il gardait ses yeux plantés pétillants de malice dans les siens, se délectant d'y lire chacune de ses réactions alors qu'il faisait doucement remonter le plat de sa main le long de son ventre, ne cherchant qu'à la torturer de plaisir par sa lenteur calculée, se remettant à jouer avec elle mais d'une autre manière que précédemment, car là ils savaient tout deux qu'il n'y avait plus lieu de résister à quoi que ce soit. Juste à en profiter au maximum. Le tout étant de faire durer le plaisir le plus longtemps possible. Après trois années à attendre ça, cette nuit se devait d'être parfaite. Et Tony comptait bien y veiller. Sa main remonta toujours doucement mais sûrement son ventre humide alors qu'elle était là, allongée sur ce lit, nue, comme n'attendant que lui depuis le début. Elle était d'une beauté renversante, surnaturelle. Il voulait graver cette image dans sa mémoire. Car cette beauté fatale était la sienne ce soir. Enfin. Alors oui, il allait veiller à ce que cette nuit soit parfaite. A peu près autant qu'il allait veiller à montrer à la jeune femme que tous les hommes qu'elle avait pu connaître jusque là n'étaient plus bons que pour l'oubli. Parce qu'en matière de plaisirs nocturnes, c'était lui le roi incontesté... Aussi sûrement que sa main atteignait sa poitrine et que son visage se rapprochait de nouveau du sien pour s'emparer de ses lèvres... Le vrai départ, c'était maintenant...


    No, don't stop me now
    I feel alive
    And the world is turning inside out
    I don't want to stop at all
    Cause I'm having such a good time
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:10

    I can’t go any further then this
    I want you so badly, it’s my only wish

    Lutter contre tout ça était devenu impossible. Faire comme si de rien n'était et se dire que ça allait passer était une véritable bêtise. Ca ne pouvait pas passer. Plus Tony l'embrassait, plus son corps et son esprit en redemandaient. Ils avaient trop joués à se tourner autour, faisant taire au mieux l'évidence qui devenait chaque jour plus flagrante. Ce soir il fallait arrêter de suite cette espérance débile de pouvoir continuer à résister quelques années de plus. Trois ans, c'était déjà bien et peut-être même un record enfin surtout pour le milliardaire. Elle l'avait enchaîné, muselé, enfermé dans la frustration et maintenant qu'il avait réussi à s'en libérer, Natasha ne pouvait plus prétendre le contenir. Déjà qu'elle même commençait à perdre le contrôle alors essayer de faire entendre raison à un homme comme Stark, ça relevait ici et maintenant de l'impossible.

    Il l'embrassait, faisant glisser ses mains le long de son corps qui en réclamait toujours un peu plus, elle devait abandonner toute idée de revenir en arrière, c'était trop tard. Il l'avait perdue quelque part dans une autre réalité, dans un autre endroit et franchement, elle n'avait pas envie d'en revenir tout de suite. Elle voulait en profiter au maximum sachant pertinemment qu'avec toute cette retenue dont ils avaient fait preuve ces derniers temps, cette nuit n'en serait que meilleure.

    Evidemment en tant que femme censée connaissant plutôt bien la réputation de coureur de son patron, la russe appréhendait déjà le lendemain matin, mais comme tout ce qui réclamait un minimum de concentration, cette pensée s'envola loin derrière elle. La jeune femme n'entendait plus grand chose de ce qui se passait aux alentours et même ce qu'il pouvait lui dire semblait s'évanouir avant même d'atteindre ses tympans. Le seul bruit qu'elle arrivait à percevoir avec une netteté incroyable c'était les battements de son coeur qui semblait ne plus pouvoir s'arrêter ou tout du moins avoir une fréquence normale. Ca ressemblait à du grand n'importe quoi mais elle n'en tira que du positif, ressentant par la suite une grande vague d'euphorie l'envahir.

    Leurs regards se croisèrent à de nombreuses reprises tandis qu'ils échangèrent des centaines de baisers enflammés à divers endroits du corps de l'autre. Il lui parla de cette histoire de victoire et de défaite, mais la russe se contenta de poursuivre sa course de caresses langoureuses.

    - La ferme... Lâcha-t-elle doucement avant de l'embrasser.

    S'il avait une bouche et ne serait-ce qu'un peu d'attention pour elle, il ne devait certainement pas l'utiliser pour s'égarer en paroles à l'heure actuelle plus qu'inutiles. Il devait s'occuper d'elle plutôt qu'essayer de déblatérer sur qui avait gagné ou qui avait perdu leur petit jeu. De toute façon, il avait perdu quoi qu'il en pense. Même si elle avait fini par céder, il l'avait fait en premier et avait fini par la corrompre de ses lèvres brûlantes, point barre.

    Elle l'embrassa encore et toujours. Sa bouche, le creux de son cou, son torse tout y passait et ceci pour leur plus grand plaisir réciproque alors que ses mains qui se voulaient douces, s'égaraient sensuellement dans son dos jusqu'où il lui était possible à cet instant. Ils se regardèrent de nouveaux échangeant des expressions plus que désireuses et avant même qu'elle n'ait vraiment le temps de dire quoi que ce soit, il resserra son emprise sur elle pour la soulever aussi légèrement qu'une plume et sortir de cette baignoire dans laquelle ils étaient. Par réflexe, elle passa ses bras autour du cou de son milliardaire de patron et alors qu'il avait reprit ses baisers, elle laissa de nouveau ses doigts s'égarer dans sa tignasse brune. C'était un véritablement amusement pour la rousse qui se rappelait un grand nombre de fois où juste en le croisant, elle avait éprouvé la subite envie de le décoiffer un peu et lui donner cet air si sexy qu'il avait quand ses mèches rebelles se battaient soudainement en duel. C'est vrai qu'il était terriblement craquant en temps normal mais là...elle ne pouvait résister.

    Ils sortirent de la salle de bain en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et en y réfléchissant bien, Natasha ne se souvint même pas de ce court épisode, trop absorbée par tous les baisers qu'il lui donnait du bout des lèvres tandis que leurs corps étaient serrés l'un contre l'autre ne lui permettant même pas de sentir se petit courant d'air qui avait envahi le salon parce qu'elle avait laissé la baie vitrée qui menait à sa piscine, légèrement entre ouverte. Elle ne faisait que frissonner sans être capable de ce contrôler un tant soit peu tandis que la tête lui tournait quelque peu comme enivrée par toutes ces sensations qu'elle ressentait coup sur coup et en très peu de temps.

    Et en une seconde qui lui parut presque être une éternité de plaisir, ils atteignirent la porte de sa chambre. Bien sûr, Tony ne put s'empêcher de jouer en pariant qu'effectivement derrière cette porte il y avait un lit ce qui fit sourire Natasha entre deux baisers. Evidemment qu'elle était ici et encore heureux d'ailleurs car la russe ne se voyait pas attendre plus de dix minutes pour lui exprimer complètement ce qu'elle ressentait à cet instant. Elle avait bien fait d'écouter ce crétin d'architecte.

    Just tell me where to go, just tell me where you wanna to meet
    I navigate myself to take me where you be
    Cause I want you right now

    La porte s'ouvrit finalement et ils arrivèrent à destination, moins d'un mètre plus loin sur ce lit qui les attendaient eux et tout ce qu'ils avaient à s'y dire de plus important.

    Ils basculèrent doucement sur le matelas et Stark l'observa avec attention et envie. Il n'avait plus d'effort particulier à faire. Elle ne portait plus le moindre vêtement et son corps tout entier le réclamait avec ardeur. Là dessus, il avoua qu'avec ce genre de récompense il était prêt à perdre à tous les coups, ce qui fit de nouveau sourire la rousse qui n'eut cependant pas le temps de dire ce qu'elle en pensait car elle sentit sa main glisser le long de sa cuisse et faire tout le trajet qu'elle n'avait pas pu faire dans la baignoire alors qu'ils se défiaient encore. Elle ne put alors s'empêcher de frissonner violemment tellement c'était plaisant et tellement ça allait le devenir encore plus.

    Sa jambe droite remonta encore contre son flanc alors qu'il faisait de nouveau glisser ses mains sur elle avec une telle lenteur que ça en devenait presque rageant. Certes, ils ne devaient pas aller trop vite afin de ne pas gâcher cette nuit qu'ils allaient passer ensemble mais quand même. Doucement, il revint alors vers elle laissant ses doigts s'égarer sur son ventre puis vers sa poitrine ce qui la fit une fois de plus tressaillir. Comment avait-elle pu se permettre d'attendre aussi longtemps avant d'en arriver là ? Avait-elle perdu la raison en cour de route ? Il était là, beau comme un diable à la provoquer et elle s'était permise de s'amuser pendant trois longues années avec lui au lieu de le laisser simplement faire...Quelle gourde !

    Leurs lèvres se rencontrèrent de nouveau et à cet instant l'espionne eut une révélation. Elle n'avait pas fait d'âneries ! Avec trois ans de frustration et toute l'expérience qu'il avait des escales à l'horizontale, elle n'allait certainement pas avoir le temps de s'ennuyer. Amusée par cette réflexion quelque peu tordue et hors contexte actuel, elle prolongea considérablement le baiser qu'il lui donna avant de l'enserrer complètement avec ses jambes pour ne plus briser ce contact qu'ils avaient eut durant leur petite balade.

    Ses mains reprirent alors leur course dans son dos avec une grande sensualité tandis que l'un de ses pieds vint doucement caresser l'un de ses mollets de bas en haut et lorsque la rousse se sentit suffisamment accrochée, elle en profita pour retourner la situation d'un mouvement expert. Ok, elle n'avait pas vraiment de préférence quand à savoir qui aurait la chance de se retrouver en position dominante, mais c'était Natasha Romanoff et lui Tony Stark, alors il n'était toujours pas question de céder un pouce de terrain là dessus. Elle l'avait mené par le bout du nez pendant un bout de temps alors maintenant qu'elle y avait prit goût, elle n'avait pas l'intention de lâcher prise.

    - Bien... Souffla-t-elle en le regardant avec provocation et amusement.

    Elle l'embrassa de nouveau, ayant il faut l'avouer, une certaine difficulté à se séparer plus de cinq secondes de ces lèvres si douces qui ne faisaient que l'appeler puis entama les petits baisers enflammés qu'elle avait la ferme intention de déposer où bon lui semblait. Sur le coin des lèvres, la joue, la naissance de l'oreille, le haut du cou, le milieu, le creux, l'épaule, le torse et le ventre. Là, elle observa de nouveau Tony avec un sourire assez carnassier. Ce qu'elle avait goûté lui plaisait énormément et maintenant elle ne savait pas si elle allait arriver à s'arrêter si elle recommençait une nouvelle fois ce petit trajet que ses doigts avaient également réalisé avec une grande douceur. Et n'écoutant que cette petite voix intérieure qui lui en réclamait encore, elle déposa de nouveaux baisers sur le ventre du milliardaire tout en continuant sa lente descente de quelques millimètres à la fois jusqu'à ce que sa main ne croise encore la route de ce boxer qui commençait un peu à lui taper sur le nerfs. Elle le voulait tout entier et pas qu'à moitié.

    - Décidément... Lança-t-elle en fronçant légèrement le sourcil d'un certain amusement. Je crois, Monsieur Stark que toute résistance est maintenant inutile...

    Elle afficha un de ces mêmes sourire espiègle qu'il avait pu lui servir dans la soirée et avec des gestes experts tout en gardant une énorme part de sensualité, la russe se débarrassa de l'encombrant qu'elle laissa ensuite tomber sur la moquette près du lit.

    - Voilà qui est bien mieux... Murmura-t-elle assez satisfaite de son geste.

    S'il croyait franchement avoir à faire à une débutante, il se mettait le doigt dans l'oeil. Certes, elle pratiquait largement moins que lui, mais se sachant en sa compagnie et ne réfrénant plus tout ce désir accumulé ces dernières années, elle allait lui montrer qu'elle valait infiniment mieux que toutes ces pétasses réunies. Elle sourit et revint vers lui pour capturer encore une fois ses lèvres si brûlantes qui n'attendaient qu'elle.

    Let’s walk the bridge, to the other side
    Just you and I
    I will fly, i’ll fly the skies, for you and I
    I will try, until I die, for you and I...

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:11



    Sweet dreams are made of this
    Who am I to disagree ?

    Les choses sérieuses venaient de commencer, c'était le cas de le dire. Il suffisait de voir avec quelle ardeur la belle espionne s'était empressée d'inverser le rapport de domination pour ensuite s'atteler à la délicate tâche de l'inonder de dizaines de baisers, tous plus euphorisant les uns que les autres, et qui mettaient le milliardaire dans tous ses états. Il avait été surpris sans l'être de la voir prendre le dessus. Surpris sur le moment, mais au final pas tant que ça parce que vu le caractère de la jeune femme et leur relation de confrontation permanente. Ils avaient toujours joué au chat et à la souris et ça n'allait certainement pas être maintenant, alors qu'ils arrivaient enfin au summum de leur jeu, que ça allait s'arrêter. Bien au contraire. Agréablement malmené par ses baisers descendant le long de son corps, Tony étira un sourire amusé en la laissant rageusement lui ôter le seul bout de tissu qu'il avait gardé depuis le début. C'était surtout ses paroles qui lui prêtaient à rire silencieusement, répondant à son sourire carnassier, parce qu'elle se leurrait magnifiquement sur le fait que toute résistance serait désormais inutile.

    Travel the world and the seven seas
    Everybody's looking for something

    Désormais à égalité au niveau vestimentaire - qui était inexistant pour la plus grande joie du vengeur, ce dernier observa souriant la russe revenir vers lui à l'assaut de ses lèvres. Plus que tout il aimait goûter aux siennes et s'enivrer de cette sensation si exquise que leur contact lui procurait. Pour le moment, il ne s'en rendait pas compte, parce que c'était leur première fois ensemble et qu'il était à des lieues de penser au lendemain pour le moment, mais il allait y devenir plus accro qu'il ne le pensait et ça bien malgré lui. Tous ses problèmes étaient à des années lumières de lui à présent. Il n'y avait plus qu'elle qui importait. S'enflammant sur ce énième baiser passionné, Tony la laissa faire, s'autorisant cette petite faiblesse à la laisser dominer même s'il ne comptait pas lui laisser le loisir d'en profiter très longtemps. Douce illusion de croire que parce qu'elle lui avait résisté si longtemps il allait s'incliner dans ce domaine-ci aussi. C'était plus que jamais improbable vu son caractère à lui frôlant le machisme bien que ce soit une image erronée de lui. Une image extérieure éloignée de la vérité comme d'habitude. Mais il fallait reconnaître que Tony, ayant toujours été animé par sa personnalité dominante de leader, gardait toujours son esprit de compétition intact pour rester le "loup alpha de la meute". Il lui fallait toujours commander, diriger, il était comme ça.

    Some of them want to use you
    Some of them want to get used by you
    Some of them want to abuse you
    Some of them want to be abused

    Alors qu'il répondait à son baiser, son souffle s'accélérant encore et toujours et sentant ses veines se remplir de feu progressivement, le playboy ne se laissa pas le temps de rester inactif, ses mains repartant déjà à l'assaut de cette plastique parfaite qu'il possédait enfin pour cette nuit de rêve. Tout ce qu'elle avait pu lui offrir pour le moment le rendait fou car il adorait ça et en même temps, ça ne lui suffisait toujours pas. Mais c'était sa volonté en même temps, de ne pas gâcher cette occasion en se précipitant trop vite de peur de rater le meilleur qu'il pourrait en tirer. Cependant c'était de plus en plus dur de garder le pied sur le frein, elle ne l'aidait pas à le faire et encore moins son rythme cardiaque toujours plus affolé au fil des secondes. Alors que l'une de ses mains remontait le haut de sa poitrine pour s'emparer de la nuque de la jeune femme, soulevant légèrement du pouce son menton pour l'embrasser avec toujours plus de fougue alors que ses doigts flirtaient avec ses cheveux à la fois doux et humides, son autre main plus baladeuse faisait le chemin inverse, caressant sa hanche vers le bas jusqu'à y resserrer soudain son emprise et sans prévenir la faire basculer sur le côté pour reprendre sa position dominante qu'il ne comptait plus lâcher.

    « Non... VOILA qui est bien mieux... » lui murmura-t-il en quittant un instant ses lèvres avant de s'en emparant de nouveau dans un état semblable à celui d'une transe fiévreuse.

    I wanna use you and abuse you
    I wanna know what's inside you

    Il prolongea ce baiser langoureux et presque sauvage, sa main continuant sa descente jusqu'à son bassin puis sa cuisse qu'il releva un peu plus contre lui, rapprochant son corps du sien de plus en plus dangereusement. Sa peau commençait déjà à luire d'une sueur frissonnante, son corps ne réclamant que le sien avec une vigueur croissante et trop forte pour espérer être arrêtée de quelque manière que ce soit. Sa main délaissa son cou et glissa le long de l'un de ses bras pour rejoindre la main de la jeune femme qu'il amena sur la couverture au-dessus de leurs têtes. Il croisa ses doigts dans les siens, agrippant le drap avec alors qu'il se glissait entre ses jambes, tous les muscles de son torse et de son corps se contractant et venant se serrer contre le sien. La température tripla en une seconde, son sang frappa encore plus violemment ses tempes et le reste, son souffle se fit plus fort et plus saccadé alors qu'il lâchait le frein de son désir si longtemps retenu, prêt plus que jamais à user de tous ses talents en la matière pour tuer de plaisir cette espionne si mordante et attirante qui lui faisait perdre la raison comme un loup affamé. Et pour les très nombreuses et très longues prochaines minutes, il allait lui en faire voir de toutes les couleurs, aussi sûr qu'il s'appelait Anthony Stark.

    Hold your head up, movin' on
    Keep your head up, movin' on

    Par chance, la belle vivait dans une villa assez isolée, car nul doute que s'il y avait eu des voisins de l'autre côté des murs, ceux-ci n'auraient certainement pas pu être en mesure de fermer les yeux ne serait-ce qu'une seconde durant toute la nuit. Impossible de déterminer combien de temps Tony s'appliqua à maintenir la tension sexuelle entre leurs deux corps, ce qui était clair en revanche, c'était qu'il n'avait jusqu'à présent jamais rien vécu d'aussi intense et d'indescriptible. Qui plus est, le lit étant spacieux, il put s'en donner à coeur joie sans jamais trouver un obstacle à son imagination, leurs deux corps se fondant l'un avec l'autre à l'unisson avec autant de sauvagerie que de sensualité, le tout dans une transe de plaisir indéfinissable. Il savoura chacun des mouvements de la jeune russe qui allait de concert avec les siens, électrisé par le contact charnel et brûlant de son corps, de ses caresses, lui murmurant à l'oreille des choses plus qu'intimes pour provoquer toujours plus une excitation déjà extrêmement forte, la laissant parfois reprendre le dessus sur lui pour un partage total d'expérience des plus délicieux.

    I'm gonna use you and abuse you
    I'm gonna know what's inside

    Puis alors que son corps entier brillait de sueur, que ses lèvres se perdaient de nouveau dans sa poitrine, le signal de leur deux corps fut donné quasiment au même moment, du moins c'est ce que le milliardaire ressentit de son côté. L'une de ses mains alla se perdre dans le creux du bas du dos de la jeune femme alors que son visage remontait vers le sien par un enchaînements de baisers plus fiévreux que jamais. Son autre main remonta son corps également alors qu'il était de nouveau entre ses jambes. Son corps se crispa de plaisir alors qu'il accélérait subitement ses mouvements de bassin, effleurant du bout de doigts les lèvres de la jeune femme tout en les observant de ses yeux brillants d'extase, son visage sur le côté tout près du sien, ressentant comme jamais chacun de ses tressaillements, de ses souffles toujours plus forts. Il sentit surtout son corps se cambrer dans une parfaite harmonie avec le sien, et y mit toute sa puissance, toute son envie et son énergie, s'agrippant aux draps et resserrant ses doigts dans le bas du dos de la jeune femme de manière incontrôlable, lui mordant presque la peau mise à nue de son épaule avant d'exprimer pleinement son ressenti sans retenue, dépassé par l'intense tourbillon d'extase qui l'envahit dans ces très précieuses dernières secondes.

    Lorsque Tony s'endormit à peine quelques minutes plus tard, complètement épuisé mais si bien comme rarement il l'avait été auparavant, il était 4h17 du matin. Il n'avait plus qu'une envie, se reposer, dormir et récupérer après une telle nuit où il s'était donné plus que jamais et où il avait reçu en retour tout autant pour son plus grand plaisir. Il aurait pu se demander alors ce qu'il ferait au matin, vis-à-vis de la jeune espionne. Il aurait pu s'il avait été en mesure de le faire. Mais là même son cerveau ne répondait plus tellement il avait été bombardé de sensations trop puissantes en un temps réduit. Et l'extase retombée, la fatigue l'avait aussitôt engourdi au point que ses paupières se ferment d'elles-mêmes. Pas très romantique, mais qui avait parlé de romantisme ? Le romantisme, c'était pour les relations sérieuses. Or celle-ci ne l'était pas. Du moins pas pour le moment. Mais il tirerait ça au clair demain, d'abord, il voulait se reposer, quitte à risquer de se prendre un reproche du genre "les mecs, tous les mêmes !" vis-à-vis de cette attitude qui était pourtant naturelle et légitime. Après l'effort, le réconfort d'un bon sommeil. Et puis elle aussi devait sûrement être épuisée. Malheureusement pour le playboy, il allait devoir se lever dans à peine un peu plus deux heures.

    Sweet dreams are made of this
    Who am I to disagree ?



Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:12

    Natasha y avait songé un bon millier de fois peut-être. Elle avait imaginé un tas de choses quant à ce qui pouvait arriver si tous deux finissaient par baisser leur garde mais ce soir, là dans ce lit, elle se rendait finalement compte qu’elle avait été bien à côté de la réalité. Oui, il y avait quand même certaines choses de justes, cependant pour le reste, son esprit semblait avoir voulu sous estimé cet homme qu’elle côtoyait depuis maintenant trois ans. Pourtant, avec sa réputation de coureur de jupons, on ne pouvait pas dire qu’elle n’était pas au courant. Ok, il alignait les conquêtes comme sont alignés les barreaux d’une prison ce qui lui offrait une expérience des choses plus que développée mais jamais elle n’aurait pensé qu’il pouvait mettre tant de cœur à l’ouvrage ou alors peut-être que ce soir il faisait une exception à la règle parce qu’il était avec elle. Oh la ferme ! Hurla-t-elle intérieurement à son cerveau alors que Tony reprit ses douces caresses qui la faisaient particulièrement frissonner tandis qu’ils échangeaient leur énième baiser de la soirée.

    Leurs rythmes cardiaques étaient insoutenables de la même manière que leur envie de prolonger les choses, d’attendre encore pour être sûrs de ne pas tout gâcher de ces trois ans d’attente. Ils se cherchaient, se découvraient petit bout par petit bout jusqu’au moment où le milliardaire décida d’inverser de nouveaux les rôles afin de reprendre le dessus, ce qui ne surprit guère la russe qui savait pertinemment depuis le moment où elle s’était amusée à faire pareil, qu’elle ne garderait cette place qu’une poignée de minutes tout au plus. C’était Tony Stark et personne n’essayait de le dominer puisqu’il dominait déjà tout le monde et ça les doigts dans le nez. La rousse esquissa même un sourire lorsqu’il lui fit remarquer que dans ce sens c’était beaucoup mieux. Il faisait bien ce qu’il voulait à cette heure là. Leurs corps étaient si proches et son esprit était tellement ailleurs que dans leur petit jeu du chat et de la souris, que ça n’avait franchement aucune importance.

    Ils s’embrassèrent de nouveau, prolongeant toujours leur baiser pour qu’il dure plus longtemps que le précédent et qu’ils profitent chacun de leur côté des lèvres de l’autre, se jetant quelques petits regards désireux entre temps puis n’étant plus à même de résister et de se tourner autour encore et encore, ils passèrent aux choses beaucoup plus sérieuses et intenses. Dès les premiers instants, la jeune femme ne pu s’empêcher de tressaillir de plaisir alors que la température ambiante monta en flèche par la même occasion. Ils étaient à présent au plus près l’un de l’autre et ils allaient enfin pouvoir exprimer pleinement ce qu’ils ressentaient là maintenant, tout de suite. Son souffle se fit de plus en plus court tandis qu’elle laissa aller ses mains le long du dos de Tony avant de l’enlacer lascivement de ses jambes et l’attirer encore un peu plus vers elle.

    Chacun de leurs mouvements allaient de concert avec l’autre, comme s’ils avaient toujours été sur la même longueur d’onde et qu’ils savaient ce dont leur partenaire avait besoin et à quel moment. Heureusement qu’il n’y avait pas de voisins et que Ivan, dormait à l’autre bout de la maison d’un sommeil de plomb parce que sinon, certains auraient vus leur nuit quelque peu écourtée. Peu à peu son cerveau s’endormait pour ne laisser que son corps parler, elle ne devait plus réfléchir, elle n’en avait plus le temps et surtout pas le droit face à tout ce que son patron lui démontrait à ce moment là. Il n’était pas qu’un coureur, il était un parfait amant même si ça ne devait durer qu’une seule et unique nuit et il fallait qu’elle aussi lui montre tout ses talents, il n’y avait pas de raison. Alors comme une sorte de nouveau jeu, ils s’exprimèrent chacun leur tour ne manquant jamais d’imagination et ne semblant jamais montrer un seul moment de fatigue jusqu’au moment où ils ressentirent ce même signal indiquant l’instant crucial qui évidemment ne les motiva qu’un peu plus dans leur acte.

    Les mains du milliardaire glissèrent de nouveau sur le corps de la russe ce qui l’enflamma définitivement alors que leurs regards se croisèrent encore et toujours tandis qu’ils percevaient le souffle de l’autre devenir de plus en plus rapide. A l’instant T ou peut-être un peu avant, elle ne pu s’empêcher de se cambrer de plaisir tout en resserrant cette étreinte avec ses jambes tandis que la main de Tony arriva au bas de son dos. Natasha se pinça alors les lèvres et fermi les yeux tandis que tout son corps frissonna, du bout de ses orteils jusqu’à la racine de ses cheveux, tellement c’était bon, avant de finalement enfoncer ses doigts dans la peau brûlante du dos de Stark qui s’était une fois de plus et avec une nouvelle conquête à sa liste, montré à la hauteur de sa réputation.

    La rousse l’embrassa une ultime fois tout en affichant un air pleinement satisfait laissant ses mains l’effleurer encore avant de se séparer chacun de son côté, complètement épuisé. La jeune femme était claquée et avait franchement joué les prolongations et honnêtement à une heure pareille, elle ne soucia même pas de savoir si son patron était encore de ce monde ou bien déjà en train de flirter avec les bras de ce cher Morphée qui l’attendait également. Elle se couvrit quelque peu avec les draps avant de s’endormir presque aussitôt après dans un sommeil sans rêve mais remplit de pensées qui étaient malheureusement plus que négatives. Maintenant qu’ils avaient couchés ensemble, il allait pouvoir se faire la belle et là laisser là comme une de ces autres filles, abandonnée puis mise à la porte comme la poussière qu’on jette à la poubelle en espérant ne plus la revoir.

    Une heure s’écoula. Natasha rouvrit les yeux et observa longuement le plafond tout en écoutant la lente respiration de Tony. Il était encore là mais pour combien de temps ? Si elle se rendormait maintenant, serait-il encore là à son réveil, où serait-il partit comme un voleur pour se repointer chez elle, le soir même ou le lendemain comme si de rien n’était avec cette arrogance de l’avoir fait finalement craquée ? Elle laissa ses paupières se refermer un instant car même si son corps semblait être un peu reposé son esprit était loin de l’être.

    Cinq heures quarante sept. La russe regarda furtivement son réveil avant de laisser une nouvelle fois son oreille trainer et tenter de percevoir une quelconque autre présence, ce qu’elle trouva encore une fois. Ca n’était vraiment pas juste. Lui dormait comme un bien heureux sachant pertinemment quand se réveiller et partir sans un bruit tandis qu’elle, se tourmentait à n’en plus trouver le sommeil sur cette idée de fuite. Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Elle ne voulait définitivement pas être comme toutes ces autres sans la moindre importance. Son esprit tilta à une idée légèrement tordue. Elle devait retourner la situation. Non pas dans l’espoir de lui donner une quelconque leçon, on n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace, mais plutôt parce qu’au moins, elle le verrait partir et que ça serait peut-être plus facile à encaisser de cette manière. La russe sourit intérieurement un peu satisfaite de cette idée sui semblait apaiser ce stress qu’elle ressentait.

    Sans bruit, elle se leva et attrapa une paire de sous vêtements dans l’une de ses commodes. Elle les enfila toujours aussi discrètement avant de passer ce vieux pull qu’elle traînait depuis des lustres. Noir, à moitié usé, déformé, lui laissant une épaule dénudée. Ceci fait, elle sortit tranquillement de la chambre, veillant à ne pas réveiller le milliardaire, puis dans le salon ramassa les vêtements qu’il avait laissé traîné la veille. Elle les posa ensuite sur le dossier de son canapé, y rajoutant sa veste et son casque puis alla se servir un bon café histoire d’être quelque peu éveillée quand il allait se faire la malle. L’espionne se servit une tasse puis fit un tour sur elle-même en se demandant où elle allait pouvoir se poser sans que ça fasse trop prémédité. Son regard s’arrêta alors sur la baie vitrée qui menait à sa piscine, là où tout avait commencé et là où tout finirait. Elle s’y dirigea lentement, ouvrit l’immense porte et s’assit sur le bord pour du même coup observer le soleil qui se levait au dessus de New York qui devait également être en train d’émerger.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:14



    6h28. Ce fut l'heure à laquelle Tony ressentit soudain un bourdonnement dans son esprit qui le réveilla aussitôt après seulement deux courtes heures de sommeil. Jarvis, en bonne intelligence artificielle programmée pour le faire, avait envoyé à son créateur un signal cyberpathique pour le prévenir que l'opération de montage de la structure de la sonde spatiale destinée à décrypter les communications Skrulls, que Tony avait fait lancé la veille pour la nuit, était terminée, et qu'il attendait les instructions pour la suite. Une suite que l'intelligence artificielle ne pouvait faire car cette partie allait nécessiter une main humaine pour être mise en place, et surtout le cerveau de génie de son créateur. Un peu brutalisé par cette alarme mentale, le milliardaire grogna en se tournant paresseusement dans les draps, sommant Jarvis par la pensée de le laisser tranquille. Il voulait vraiment continuer à dormir même s'il savait qu'il ne le pourrait pas, comme d'habitude.

    Mais il oublia bien vite sa mauvaise humeur de mal réveillé en se souvenant aussitôt de l'excellente nuit qu'il venait de passer, ce qui lui fit étirer un petit sourire satisfait dans l'obscurité de la chambre. Un sourire qui ne fit que s'agrandir à mesure que de courts flash lui revenaient en tête sur ces heures de plaisir à l'état pur. Wow, quelle nuit... Et quelle femme surtout ! Il en avait encore des frissons rien qu'à y repenser. Et en particulier en se rendant compte que enfin, il avait eu certainement sa plus belle des conquêtes : la Veuve Noire. Unique en son genre et qui valait plus que toutes les autres réunies, à présent il pouvait le certifier ! Ces trois années de frustration avaient valu la peine au final, car il était loin d'être déçu ! Et on pouvait même dire qu'il s'était surpassé pour l'occasion. Mais rien que le souvenir de ses ongles torturant la peau de son dos dans les derniers moments... Ca se passait de commentaire, ça avait juste été une nuit parfaite.

    Mais voilà, à présent qu'elle était passée, le playboy ne pouvait plus espérer repousser à plus tard l'éternel problème de savoir ce qu'il ferait au matin. Car au matin, il y était. Et franchement, à présent qu'il avait eu ce qu'il voulait, il ne se voyait pas se lancer dans des explications pour faire comprendre que ça n'avait été qu'un "coup d'un soir" comme on le disait couramment. Mais de toute façon, elle devait bien s'y attendre, elle comme beaucoup le connaissaient de réputation et savaient que c'était pas son genre de rester le matin. Et encore moins de s'attacher. Non certainement pas. Les sentiments ne faisaient que compliquer la vie et apporter des problèmes. Tony lui, préférait profiter seulement du principal bon côté de ce genre de nuits, à savoir le plaisir et puis c'est tout. Rien de plus rien de moins, juste une bonne partie de jambes en l'air sans le reste. Quand il voyait à quel point certains se compliquaient la vie en couple, pfiou, très peu pour lui ! Mais bon, là, avec Natasha, ça allait sûrement être un peu plus compliqué, car même s'il s'esquivait comme à son habitude, il allait de toute façon devoir revenir la voir ne serait-ce que pour la mission. En même temps, il connaissait Natasha depuis un certain temps déjà, elle n'était pas une fille ramassée en boîte dont il pouvait oublier le prénom le lendemain. Avait-il envie de la blesser ? Non, bien sûr que non, mais c'était une grande fille et pas dupe, elle savait à quoi s'attendre. Et puis elle était un peu comme lui, ça ne lui ferait rien, Tony en était convaincu en se focalisant malheureusement uniquement sur l'aspect extérieur que la jeune femme voulait bien donner d'elle.

    Tournant doucement la tête vers l'intérieur du lit, Tony se rendit alors compte que la belle espionne en question ne s'y trouvait pas comme il l'avait calculé. Pendant un instant le milliardaire, dont l'esprit était encore quelque peu embrumé par le sommeil, ne tilta pas. Il ne réalisa pas vraiment la situation très différente dans laquelle il se trouvait par rapport à d'habitude. Elle s'était levé avant lui. Elle avait anticipé. Merde. Réalisant finalement, il resta un moment allongé sur le dos à observer le plafond en tournant dans tous les sens cette situation inédite qui ne jouait absolument pas en sa faveur. Adieu la fuite silencieuse pendant qu'elle dormait. Là, c'était mort. Il allait devoir la voir et lui parler, car sûrement qu'elle l'attendait au tournant dans le salon ou quelque part entre cette chambre et la porte d'entrée, ou plutôt de sortie en l'occurrence. Le milliardaire poussa un profond soupire en passant ses mains sur son visage, avant de s'étirer de tout son long pour réveiller ses muscles, puis de se lever du lit, d'enfiler son boxer qui était le seul vêtement à lui qui traînait par terre dans la chambre et de sortir de celle-ci.

    Il se retrouva bientôt dans le salon baigné d'une lumière matinale particulièrement belle, mais qui l'éblouit quelque peu les premières secondes. Se demandant comment ça allait se passer dans les prochaines minutes, bien que son arrogance faisait en sorte qu'il ne s'inquiète pas outre mesure, car il trouvait toujours un moyen de se sortir de n'importe quelle situation, Tony repéra bien vite la pile de vêtements lui appartenant posée en ordre sur le dossier du canapé. Avec le casque et sa veste qui plus est, comme si elle voulait par là lui signifier que ce n'était pas lui qui la quitterait au matin mais que c'était elle qui l'autorisait à partir. Comme si elle voulait déjà avant même qu'ils ne se croisent lui faire comprendre qu'il ne l'avait pas eu plus qu'elle ne l'avait eu, et qu'il ne la ferait donc pas passer pour l'une de ces autres filles faciles qu'il avait l'habitude de ramener dans son lit et de délaisser à l'aurore. Esquissant une légère grimace amusée en se disant qu'il s'était un peu fait avoir sur ce coup-là, le milliardaire remit son jeans, ses chaussettes, ses chaussures et son tee-shirt noir avant d'enfiler sa veste en cuir.

    Il savait parfaitement où elle était. Il l'avait vu dès qu'il avait reposé le pied dans le salon de loin. Près de cette piscine où tout avait commencé et où il était clair que tout finirait. Ou pas... Une fois habillé donc, il prit son casque qu'il suspendit à son coude par la lanière et se dirigea vers la baie vitrée entrouverte qu'il franchit comme la veille au soir, sauf que cette fois il s'arrêta à mi-chemin entre la baie vitrée et la jeune femme qui était assise au bord de la piscine, buvant ce qui semblait être un délicieux café bien chaud. Avec ses cheveux certainement en bataille et son air de mal réveillé, le milliardaire devait vraiment avoir la dégaine de celui qui n'a pas beaucoup dormi, mais il s'en fichait. Dès qu'il serait rentré à la Tour, il allait prendre une bonne douche et tout ce qu'il lui faudrait pour se réveiller en bonne et due forme et pouvoir tenir la journée. Ou essayer du moins.

    « Et moi qui pensais pouvoir filer à l'anglaise, je crois que c'est raté... Bien joué... » lança-t-il finalement avec un sourire en coin, loin de perdre son assurance pour autant.

    Le bien joué était évidemment là pour signaler que c'était la première fois quasiment qu'on le devançait et qu'on tentait donc d'inverser le rapport de force. Ou du moins de ne pas le laisser s'éclipser avec les honneurs en laissant l'autre au contraire dans un certain sentiment de honte ou de frustration. Décidément, cette femme se démarquait des autres sur tous les points, et malgré la position délicate dans laquelle ça plaçait Tony, ce dernier ne pouvait s'empêcher d'en sourire, parce que par-dessus tout, il adorait qu'on le surprenne de cette manière. Ca lui prouvait une nouvelle fois qu'il n'avait pas à faire à n'importe qui, et qu'il allait donc devoir la traiter en conséquence et non pas comme à son habitude. En tout cas, il n'avait même pas cherché à cacher son intention manquée de partir dans son dos. Ca aurait vraiment été la prendre pour une idiote, ce qu'elle était loin d'être, et puis il préférait en rire plus qu'autre chose, en espérant qu'elle ne le prendrait pas aussi mal que certaines hystériques qu'il avait déjà côtoyées et dont il avait eu du mal à se débarrasser. Se tenant d'une main l'arrière de la nuque en penchant légèrement sa tête en arrière comme pour s'étirer et surtout masquer le petit malaise qu'il ressentait vis-à-vis de la jeune femme, Tony observa un instant le jour se lever au loin sur New York avant de reporter son attention sur elle. Elle qui simplement vêtu d'un pull noir déformé et de ses sous-vêtements, était d'une beauté à couper le souffle en cette matinée plutôt spéciale.

    « Tu as toujours 48h pour réfléchir... au sujet de la mission... Je repasserai donc dans deux jours... » ajouta-t-il, ne sachant pas vraiment quoi lui dire d'autre et surtout voulant éviter d'aborder malgré lui un sujet qui pourrait peut-être lui attirer des ennuis vis-à-vis de sa volonté ratée de se faire la belle sans la prévenir.

    Sans même se rendre compte de suite, c'est tout naturellement qu'il la tutoyait désormais. Il faut dire qu'après une nuit aussi intime, ça changeait certaines choses et il ne se voyait pas la vouvoyer de nouveau. En tout cas pas ce matin avec la tête encore à moitié endormie. Et puis ce n'était pas comme s'il ne la connaissait pas depuis des années. Sans compter qu'il faisait bien ce qu'il voulait de toute façon ! 48h, il les lui laissait toujours malgré leur défi dont la victoire restait floue en majeure partie. Normalement il avait perdu, et elle n'avait pas à accepter la mission, mais ça ne changeait rien au fait que le délai de décision était toujours valable. Même s'il se doutait que, adepte du danger comme elle était, elle devait déjà certainement être intérieurement partante. Pour le moment, le milliardaire ne ressentait pas encore les effets de l'addiction que la belle espionne allait finir par provoquer chez lui. Il n'avait aucune idée du danger, de l'exquise menace qu'elle représentait pour lui qui n'était pas censé s'attacher à qui que ce soit.

    Mais pour l'instant, le tout était de savoir comment elle allait réagir et accueillir ses paroles. Tony ne se leurrait pas, il risquait fortement d'avoir un aperçu précis de ce qui peut vexer dangereusement une femme aussi sulfureuse que Natasha. Pourtant ça ne l'empêchait pas d'arborer son éternel sourire, une main dans sa poche et l'autre bras replié pour soutenir son casque de moto, dans une attitude parfaitement décontractée. Bah oui, après tout, il était Tony Stark, il n'avait absolument rien à craindre des femmes. Il ne se privait d'ailleurs toujours pas de la détailler du regard, gardant à l'esprit de très brèves images aussi furtives que délicieuses de cette nuit extraordinaire qu'ils avaient passés ensemble. Mais tout de même, y avait pas à dire, elle l'avait bien eu à se lever avant lui...
Revenir en haut Aller en bas
Natasha Romanoff
~ Admin Armée et Dangereuse ~
~ Admin  Armée et Dangereuse  ~
avatar

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   Lun 16 Aoû - 22:15

    Natasha resta à son poste durant une bonne demi heure, peut-être plus peut-être moins. Son regard se perdait tranquillement dans cette sublime vue qui s’offrait à elle tandis que ses pensées se battaient en duel dans sa tête pour savoir laquelle aurait la priorité sur les autres. Ce qu’elle allait faire de sa journée ? Se reposer ? Probablement. Sortir dépenser de l’argent à tord et à travers ? Sûrement. Il lui fallait un nouveau truc à ajouter à sa collection et ça ne serait absolument pas des fringues ou des paires de chaussures au prix indécent. Non, ce qu’elle voulait elle, c’était dépenser une somme terriblement indécente histoire de se faire quelques palpitations et elle savait justement où elle allait pouvoir réaliser sa petite folie du jour. Il y avait, dans cette ville qu’elle admirait depuis sa terrasse, une boutique ou plutôt un paradis sur Terre où l’attendaient bien sagement des bijoux dignes de ce nom. Pas de ceux qu’on porte pour frimer mais plutôt de ceux qu’on exhibe avec joie quand on à la chance de s’y connaître un tant soit peu et elle s’y connaissait. Ok, pas comme certains qui avaient la capacité de démonter et remonter ce genre de bijoux les doigts dans le nez et les yeux bandés, mais elle avait quelques notions et son garage en était l’exemple. Elle devait tenir ça d’Alexi, lui-même déjà un grand passionné et il avait raison, surtout quand parfois elle jetait un œil à tous ces petits bolides clinquants capables de monter à des vitesses phénoménales pour lui procurer de vraies sensations fortes comme elle les aimait. D’ailleurs en parlant de sensations fortes…

    Son oreille, pas encore brusquée par un tas de bruits tous plus assourdissants les uns que les autres perçu un mouvement dans la maison. Une chance sur deux mais masculine à coup sûr. Soit il s’agissait d’Ivan qui venait de se lever et allait préparer le petit déjeuner pour eux deux, soit c’était la Belle au Bois Dormant qui avait enfin émergé et qui s’apprêtait à fuir les lieux comme on fuit une bande de pestiférés. Son choix alla directement à la seconde solution car même si celui qui l’avait élevé comme sa propre fille avait le sommeil lourd, elle se doutait qu’il avait dû guetter le bruit de la moto de Stark quittant l’endroit à pleine vitesse et comme évidemment il n’avait rien entendu, il avait dû rapidement comprendre que sa princesse avait fini par tomber dans les filets de ce minet de luxe et que par conséquent il était encore là ce matin, lui coupant ainsi toute envie de se lever de suite pour croiser sa tronche satisfaite de playboy.

    En songeant à ça, la russe émit un rapide rictus tout en l’entendant déjà lui dire qu’il l’avait pourtant prévenue mais qu’elle avait comme toujours préféré n’en faire qu’à sa tête. Pourtant il ne l’avait pas élevée comme une fille pourrie gâtée. Là-dessus, il passerait sa matinée à jurer dans leur langue natale jusqu’à ce qu’il finisse par se résigner ou qu’il croise de nouveau la route de cet homme qui servait de patron à sa belle Natasha et même s’il ne le savait pas encore, il allait le croiser très régulièrement dans les prochains jours…

    Une chose était certaine, la jeune femme ne regrettait rien. Ils s’étaient tournés autour depuis si longtemps que finir par ne rien faire aurait été impossible ou même utopique. Ils avaient joué encore hier soir et finalement ils s’étaient pris à leur propre piège pour enfin coucher ensemble. Tout avait été remarquable. L’ambiance un peu folle, les caresses et tout le reste. Ils avaient été à la hauteur des espérances de l’autre et peut-être même plus encore. L’espionne frissonna. Elle n’avait pas froid mais repensait plutôt aux mains de Tony sur son corps, à tous ces baisers enflammés qu’ils avaient échangés avant de sombrer dans un plaisir extrêmement enivrant.

    Le bruit qu’elle avait perçu de loin se transforma en une suite de pas qui sortaient tout droit de sa chambre pour terminer dans le salon, là où une pile de linge attendait de pied ferme son propriétaire qui devait avoir du mal à croire qu’on ait pu le devancer de si bon matin. Ok, il allait la jouer mec blasé habitué et arrogant comme d’habitude mais la rousse savait pertinemment que ça devait quand même le chagriner un peu et le forcer à trouver un truc pour se remettre rapidement dans la course. Du coin de l’œil elle le vit se rhabiller, profitant ainsi de ces dernières minutes à pouvoir le voir à moitié nu, mais évidemment, elle resta dans son coin sans rien dire sans rien faire. Elle était trop curieuse de savoir qu’elle connerie il allait lui balancer pour s’esquiver de cette baraque d’une pirouette magistrale à la Stark. Bien sûr qu’elle savait qu’elle ne devait pas attendre plus que ça, bien sûr qu’elle savait pertinemment avant même d’avoir partagé les même draps qu’au petit matin il se ferait la belle mais pourtant elle avait espéré ne serait-ce que cinq malheureuses minutes. Tant pis. Il ne lui accordait rien, elle en ferait autant. Quitte ou double. Il allait voir comment elle s’y prenait avec un milliardaire. Il allait voir ce qu’elle avait dans les tripes. Il allait voir qu’elle n’était pas ces autres.

    Une fois qu’il fut prêt à se faire la malle, il vint tout de même la voir ou tout du moins, il fit trois pas dehors, casque en main et air Starkien au visage. Là-dessus, il la félicita de son anticipation mais cette dernière ne réagit pas le moins du monde. Pas la peine d’en faire des tonnes sur un fait banal démontrant largement que ses capacités intellectuelles dépassaient de loin celles de toutes ces pouffiasses qui écumaient les night club et dont il adorait faire son dîner. Elle perçu un sourire, un vague rire qui voulait probablement détendre cette atmosphère de prit en flagrant délit. Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle allait en faire tout un plat, le supplier de rester ou péter de la vaisselle pour montrer qu’elle le prenait mal ? Oui, elle le prenait mal sauf qu’elle, elle allait faire honneur à sa réputation et ne pas s’aplatir devant lui ou jouer les folles furieuses. Elle avait sur ce point un coup d’avance et c’était avec un certain malin plaisir qu’elle allait enfoncer le clou histoire qu’il comprenne bien qui était Natasha Romanoff.

    La russe sentit le regard de son patron s’attarder sur elle. Ce n’était pas une grande nouveauté, mais c’était toujours flatteur. Quelques secondes s’écoulèrent comme si de rien n’était, puis le playboy renchaina le plus simplement du monde en lui rappelant qu’elle avait quarante huit heures pour prendre une décision finale concernant son offre de mission. Deux jours. Qu’est-ce qu’il voulait qu’elle fasse avec ça alors qu’elle avait déjà prit sa décision la veille au soir à peine avait-il fini d’énoncer les grandes lignes ? Bref. Elle se repassa la phrase en boucle dans la tête histoire de voir ce qu’elle allait pouvoir en tirer quand son esprit percuta enfin. Il l’avait tutoyée. Non pas que s’en fusse un drame, à vrai dire ça n’avait pas vraiment d’importance dans le contenu mais dans la forme c’était tout autre chose. Ce « tu » les rapprochait brusquement, balayant presque cette limite employée / patron qu’elle avait toujours connue et qui l’avait pas mal rassurée quand elle jouait avec le feu en le provoquant.

    Pour garder une certaine contenance, elle but une gorgée de café et sentant finalement qu’il attendait une quelconque réaction de sa part, elle finit par se décider à apporter son coup de grâce de la journée, celui qui mettait toujours un terme à leur partie du moment.

    - Vous êtes encore là Monsieur Stark ? Vous devriez vous presser, je ne voudrais pas être celle chez qui vous jouez subitement les prolongations pour rien. Bien évidemment, je ne vous raccompagne pas, vous trouverez tout seule et comme un grand la sortie, question d’habitude…

    Froide et distante, ce qu’elle avait de meilleur en stock à l’heure actuelle.

__________________________

Black Widow weavin' evil notion

«Black shadow hangin' over your shoulder, black mark up against your name, your green eyes couldn't get any colder, there's bad poison runnin' thru your veins. Evil walks behind you, evil sleeps beside you, evil talks arouse you, evil walks behind you...»


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Visite Nocturne [Tony Stark - Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: New York :: Les Résidences :: Villas et Manoirs :: Villa Romanoff-