Partagez | .
 

 [12 juin] Insomnies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: [12 juin] Insomnies   Mer 31 Oct - 18:54

    Une nuit, encore une comme toutes les autres, enfin presque, ce n'était plus le même lit ni même le même lieu. Ils avaient changé de repère à présent. Abandonnant cette espèce de maison délabré qui leur servait depuis leur arrivée sur cette terre d'abris, pour un campement de fortune sous terre dans un état qui n'était pas plus glorieux. Terré sous la ville dans ce labyrinthe de tunnels indéfini qui constitué le camp rebelle; c'était leu nouveau repère depuis la commémoration, depuis la grande pagaille, mais peut importait vraiment finalement, elle avait suivi andrill comme toujours malgré la tension toujours présente entre eux depuis leur arrivée. Il faisait sombre peut importe leur lumière artificielle tout n'était qu'artificiel, ces lampes, cette impression de sécurité qu'ils tentaient tous de s'offrir. Le manque d'air et d'espace lui pesait beaucoup, bien qu'ayant une faculté d'adaptation remarquable la féline détestait ça, aussi les nuits n'étaient pas plus calmes qu'à son arrivée. Les cauchemars étaient toujours aussi présents, même si elle donnait le change la journée face à tous, ses nuits étaient toujours hantées de visions d'horreurs, de rage, et de douleurs, cette nuit n'échappait pas à la règle. Remuant dans son lit de fortune se débattant contre un agresseur et des liens invisibles lui lacérant la peau, la chaleur de la flamme sur ses bras et le cuir lacérant son dos toujours plus profondément...


    3 heures du matin camp alpha

    Tiger se réveilla encore une fois en sueur, les oreillers éventrés et les draps déchirés en lambeau. La féline soupira en regardant le champ de bataille autour d'elle. Si elle avait fini par accepter ce qu'il s'était passé et avait tenté de passer à autre chose, il y avait toujours depuis cette colère qu'elle avait du mal à gérer. Tentant de se concentrer sur ce qu'il se passait sur cette terre, reprendre tout à zéro... Mais lorsque chaque nuit venait lui rappeler ses mois d'enfermement et ce dernier combat dans son monde comment tourner la page. Andrill avait peut-être raison, peut être que ses émotions et sentiments la rendaient plus faible ou vulnérable.... Non andrill pouvait être le pire des enfoirés et des imbéciles quand il s'y mettait.

    D'un geste brusque la mutante se défie des restes de draps l'entravant avant de bondir au sol, de l'air, bouger voilà ce dont elle avait besoin, retrouver un peu de calme.
    La féline ne prit pas la peine d'enfiler quoi que ce soit de plus que ce qu'elle ne portait sur le dos à savoir un shorty et un léger débardeur avant de s'engouffrer pieds nus dans les tunnels. Toutes les lumières artificielles avaient été éteintes seules de petites veilleuses donnaient au lieu un air fantomatique. Tout le monde dormait ou presque, un film semblait passé dans la salle de repos dont une lumière un peu plus forte venait, la féline passa rapidement.
    Elle entreprit de faire le tour du camp afin de mieux connaitre son nouveau territoire, pas qu'elle ne l'ai pas déjà fait au moins une dizaine de fois, chaque culk de sac, chaque raccourcit trouvé, les parois étaient fraiches malgré la température en surface montant de jour en jour, la sensation était agréable sous ses pieds mais rien n'y faisait vraiment.
    Elle avait l'impression de devenir dingue, tournant comme une lionne en cage, tentant de se défouler un peu en salle d'entrainement, mais son esprit encore un peu endormi ne faisait que lui renvoyer chaque image, chaque souvenir. Elle finit par abandonner et retourner vers sa tente passant devant celle de ses camarades: Alexiel dormait paisiblement emmitouflé sous son drap à la façon d'une momie, Charlie s'était endormi avec une pile de documents à côté d'elle. Elle ne prit pas la peine d'entrer dans la tente d'andrill. Un peu plus loin une autre tente, une odeur qui lui était à présent devenue familière tant par leur présence au même endroit que par le fait que cette même odeur semblait être présente à presque chacune de ses escapades en solitaire. Ça l'exaspérait la plupart du temps, n'ayant pas besoin d'une baby-sitter, mais elle avait fini par s'habituer à la présence du fauve dans les parages.

    Elle n'arrivait toujours pas à savoir si elle préférait se tenir le plus loin possible de lui ou au contraire si sa présence était plus agréable. Il avait indéniablement ce magnétisme animal, ce quelque chose qui lui semblait familier et l'attirer, l'apaiser légèrement aussi incroyable que cela puisse paraitre lorsque l'on a déjà rencontré dent de sabre.
    A l'instant en tout cas cette odeur et présence animale lui semblait être ce qu'il y avait de plus reposant, aussi la mutante se faufila sans un bruit dans la tente du fauve ne pensant pas le réveiller, son odeur lui étant surement aussi familière que la sienne, son instinct ne lui signalerait surement pas le danger, elle ne pensa pas aussi loin. Il était étendu.. La féline pencha la tête sur le côté l'observant une seconde. Son esprit refusait de s'apaiser ou qu'elle aille, sa captivité, la destruction de leur terre, la commémoration, son "entrevue" avec Archangel et comment celui-ci l'avait mise à la porte. Une présence animale et familière semblait être la meilleure compagnie et le meilleur endroit ou se reposer un peu. Aussi la jeune femme se glissa dans le lit du mutant à moitié roulé en boule un bras lui servant d'oreiller e second replier devant elle plus proche de la forme à sa gauche, les yeux fermés la jeune femme ferma les yeux humant l'odeur de son "gardien" en tentant de se détendre enfin.

__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Jeu 1 Nov - 10:41

Une semaine, jour pour jour. L'opération coup-de-poing menée par la nouvelle Confrérie adjointe aux rebelles s'était déroulée sept jours plus tôt, très précisément. Et en une semaine, Victor n'avait toujours pas digéré son humiliation. Walters, la guerrière de jade chargée de veiller au bon déroulement de l'éloge annuelle, s'était trouvée face à Dents-de-sabre. Les deux adversaires s'étaient toisés du regard, chacun adressant moqueries et provocations à l'autre, respectant l'antique tradition des prémisses vocales d'un combat. Autrefois rugissements et feulements, les grondements de défis annonçant le début d'une lutte à mort entre deux ennemis s'étaient mués avec l'évolution en phrases agressives et piques assassines. Le canadien se souvenait parfaitement de l'excitation qui avait envahie ses muscles, à l'aune de l'empoignade avec une gladiatrice du renom de Miss-Hulk. Griffes sorties et crocs luisants de bave, la bête avait guetté le moindre signe annonçant l'ouverture des réjouissances.

Sauf que les réjouissances ne vinrent pas. Le chaos des affrontements, les morts et les blessés fleurissant dans Central Park, ainsi que la situation périlleuse de Stark face au géant vert rappelèrent l'adversaire de Victor sur le banc de touche. Le confrère laissé pour compte avait ensuite tâché de combler au mieux sa soif de sang, éventrant ça et là des agents du SHIELD, avant que la retraite ne sonne, Mayers l'incitant à "faciliter" le repli des rebelles sans toutefois se plier elle-même aux ordres du boss. Toute à sa fureur, Tiger avait essayé de prolonger l'opération, une obstination malvenue qui lui valut d'être mise hors-combat par son homologue félin d'une frappe lourde à la base de la nuque. Creed s'entendait encore s'excuser auprès de la blonde, presque malheureux de devoir arracher une camarade mutante au festin de violence qu'on leur avait promis.

Le mercenaire brun avait dans la semaine qui suivit usé tous les appareils de musculation du camp souterrain, multiplié les séances d'entraînement dans une quête vaine pour apaiser sa déception, se montrant encore plus insupportable que d'habitude avec les autres résidents des tunnels, ne fermant la bouche que lorsqu'Andrill bis le lui ordonnait sèchement, exorcisant lentement l'amertume empoisonnant son humeur pour finalement arriver au soir du douze Juin dans le même état que la veille de la commémoration, à savoir incapable de sombrer dans le sommeil.


* Penses à de jolis petits moutons que tu égorges. Tu en éviscères un, puis deux, puis trois... *

Comparé au A, le secteur C devait être un véritable havre de paix, silencieux et immobile. Non pas que les extrémistes soient de gentils individus se couchant tôt pour faire de beaux rêves ; ils étaient juste nettement moins nombreux que les rebelles, qui, entre les justiciers opposés au Recensement, les jeunes mutants sans domicile et les recrues toujours plus envahissantes, peinaient à trouver assez de tentes pour héberger tout le monde. Pourtant, malgré le silence, le calme et les heures de dépense énergétiques, Dents-de-sabre se tournait et retournait sur son lit de camp, grognant et ronchonnant tandis que le sommeil continuait de rester hors de sa portée. En plus, les techniques ancestrales censées l'aider à s'endormir ne fonctionnaient pas avec lui !

* Y'en a marre ! En plus, j'peux même pas m'enfiler des cachetons pour pioncer : c'fichu facteur guérisseur neutralise les médoc' ! *

Dents-de-sabre se serait volontiers lancé dans une petite balade nocturne entre les tentes du camp, histoire de se changer les idées tout en jouant les prédateurs invisibles et inaudibles auprès des sentinelles, mais depuis un petit "malentendu" avec une rouquine du secteur A, Gemini avait fait promettre au Marcheur qu'il interdirait à son lieutenant les escapades de ce genre. Comme si se glisser dans la tente d'une jeune femme endormie et lui lécher doucement la gorge pouvait faire de Victor un pervers... Le mutant s'était simplement assuré que la peau de la belle endormie avait bien un goût sucré, signe de bonne santé chez une femme... Étrangement, même Andrill n'avait pas eu l'air de le croire, sur ce coup-là. C'en devenait lassant, de devoir sans cesse combattre les préjugés de ses pairs.
Souriant béatement au toit de sa tente, l'homme centenaire repensa à la saveur délicieuse de cette mutante rousse, à la chaleur tiède de sa peau sur sa langue, au rythme lent et calme de sa respiration complètement inconsciente du danger, le battement mélodie et doux de son pouls marquant le tempo de ses inspirations...


Seconde source de chaleur dans le lit. Présence inconnue. Danger.

Être réveillé en sursaut constituait peut-être une sensation désagréable pour le commun des mortels, mais chez les mutants aux capacités animales, il s'agissait d'une expérience pulvérisant la partie humaine de leur personnalité. Se réveiller à la dernière seconde, au moment où l'inconnu vous touche, c'était partir du principe que vous ne l'aviez ni entendu arriver, ni senti venir. Tromper la vigilance de sens exacerbés représentait une prouesse que seuls les pires prédateurs réussissaient à réaliser. Fort de ce constat simple, tous les mutants félins avaient développé le même réflexe de survie lorsqu'on les surprenait endormis : sortir les griffes et se préparer au combat, parce qu'un ennemi très dangereux se trouvait dans les parages. Pas le temps de réfléchir ou de chercher à comprendre : la différence entre la vie et la mort pouvait n'être qu'une question de secondes.

Dents-de-sabre ouvrit les yeux en grand tout en rugissant, ses pupilles se dilatant au maximum pour s’accommoder à l'obscurité de la tente. Simultanément, il replia jambes et bras avant de prendre appui sur le corps étranger de son lit pour le repousser violemment, les griffes de ses doigts et de ses orteils cherchant à labourer les chairs inconnues. Atterrissant sur le sol froid et inconfortable du camp, Creed montra les crocs et ramena ses griffes en arrière, torse nu et prêt au combat, son lit complètement défait entre lui et... Une femme blonde, peu habillée et au visage familier.


« KYANA ? S'exclama-t-il, tombant des nues en s'apercevant que son agresseur noctambule n'était autre que Tiger. J'peux savoir c'que tu viens foutre, allongée dans MON LIT, dans MA tente, et en PLEINE NUIT ? Essaies pas d'me faire avaler qu'tu t'es trompée de tente dans l'noir, j'prendrais ça pour du foutage de gueule. » Prévint le confrère en pointant un index menaçant sur le torse de sa visiteuse imprévue en baissant d'un ton.

Si Creed n'était pas d'excellente humeur lorsqu'on le réveillait en sursaut, il ne voulait pas imaginer dans quel état d'esprit pourraient être les autres résidents du secteur C s'il les tirait du sommeil à force de crier sur Mayers. Dans le lot, il y avait quand même des gens à ne pas trop énerver... Des mutants comme Andrill, bien sûr, mais aussi Will, et plein d'autres. Tout un tas d'extrémistes aux pouvoirs sacrément douloureux, même quand on possédait un squelette en adamantium.
Revenir en haut Aller en bas
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Jeu 1 Nov - 12:58

    Chaque nuit était le même recommencement depuis des semaines et des semaines, non peut être pas toutes, certaines nuits lui laisser le luxe d'un sommeil sans rêve. Depuis quand avait elle réellement passer une nuit paisible? Elle ne s'en souvenait plus et ça ne la rendait que plus agitée chaque soir. Depuis leur arrivée ici Andrill lui avait formellement interdit toute escapade en solitaire pour éviter tout risque d'après lui; bien entendue la féline ne suivit à aucun moment cet ordre, elle n'avait pas rejoint la confrérie dans leur monde pour être à nouveau cloitré en isolement que ce soit pour des question de sécurité ou autre. Victor l'avait pisté à chaque fois depuis qu'il les avait rejoint mais elle soupçonnait bien qu'il n'ait pas toujours fait part à Andrill de celles ci.
    Les choses s'étaient apaisés depuis la commémoration et leur contact avec les rebelles, andrill était occupé à préparer de nouveau plan et à n'en pas douter à trouver comment manipulé Gemini et prendre les choses en main voyant un nouveau défi attrayant dans ce conflit. Au moins il lui laissait le champs libre, pensant sans doute qu'elle était à présent plus stable qu'à leur arrivée. Il avait raison, les choses s'étaient calmées entre eux, la blonde ne lui reprochant à présent plus de l'avoir emmener avec lui,son instinct de survie bien trop fort pour avoir réellement espérer mourir avec leur monde; la nouvelle souplesse d'andrill était aussi certainement une façon pour lui de s'excuser pour l'avoir poignardé, les excuses n'étant pas le fort du marcheur il s'était cependant fait beaucoup plus doux et laxiste depuis.

    Toujours était il qu'une nuit paisible semblait être la plus désirable des idées, un but inatteignable qu'elle poursuivait nuit après nuit. Si bien que les idées les plus saugrenue pour arrivait à ses fins lui paraissait sur l'instant les meilleures idées possible.
    C'est ainsi qu'elle se retrouva ici en pleine nuit dans la tente de l'un des hommes les plus dangereux du camps,et pourtant en passant devant la tente de victor l'endroit semblait vraiment être le plus attrayant qui soit.
    Apaisée par la présence animale du mutant la jeune femme avait aussitôt commencé à se détendre bougeant légèrement dans le lit. Visiblement l'idée n'était pas si parfaite qu'elle semblait. Avant même de ne comprendre ce qu'il se passait une vive brulure se fit sentir, celle de griffe lacéré la peau de sa cuise et de son bras gauche avant qu'elle ne se retrouve propulsée hors du lit sur le sol froid et poussiéreux du camp.
    Tout les sens en alerte la féline sortit aussitôt les griffes prête à l'attaque un genoux au sol relevant les yeux vers son agresseur pour ne voir que victor, visiblement tout aussi surpris de l'autre coté du lit et a priori de plutôt mauvais poil. Oops. Le regard morphé scruta le reste de la tente malgré tout avant de se reposer sur le mutant face à elle.

    Hum ouai, Victor n'avait pas l'air d'apprécier la compagnie inattendue ou était ce le fait de ne pas s'être réveillé plus tôt? le fauve semblait vraiment de mauvais poil, autant essayer de ne pas le rendre plus furieux.
    Se relevant doucement la féline recula d'un pas, regardant à nouveau autour d'elle en réfléchissant à ce qu'elle pourrait lui répondre. Ta tente semblait confortable? ou encore ton odeur me calme ne semblait pas vraiment les meilleures réponses possible. La blonde n'avait pas de réponse cohérente et acceptable à fournir.

    - Je.... heu.. en fait jeee hum

    la mutante soupira en levant les yeux au ciel

    - Je n'arrivais pas à dormir et....


    Kyana baissa un instant les yeux avant de reprendre son aplomb et de ne grogner à son tour, détestant se faire prendre en faute t'elle une enfant la main dans le sac de bonbons.

    - et ce n'est pas la peine d'être si grognon!! Je.. je n'ai pas de compte à te rendre. A te voir, on pourrait croire que j'ai volé ton steack...

    Le regard à nouveau normal elle scruta le félin de la tête au pied un instant avant de le fixer à nouveau, n'ayant pas envie de répondre à ses questions, elle entreprit de faire ce pour quoi elle était habituellement douée: s'éclipser.

    - C'est bon, je laisse l'ours mal léché à ses beaux rêves... salut!!

    Elle lui lança un regard défileur avant de tourner les talons, dans la ferme intention de sortir en évitant les questions et la mauvaises humeur de victor. Coté accueillant on repasserait, certes elle n'avait jamais pensé au mutant comme quelqu'un de vraiment accueillant et se faufiler dans sa tente en plein milieu de la nuit était surement une de ses idées les plus stupide mais ce n'était pas une raison, ce n'est pas comme s'il avait à craindre qu'elle l'agresse d'une façon ou d'une autre. Qu'est ce que ça lui couter de rester endormi et de la laisser se reposer un peu!?

__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Jeu 1 Nov - 18:50

Le crâne probablement encore un peu embrumé par le sommeil, Tiger ne fut pour commencer pas un modèle d'éloquence, bafouillant plus qu'articulant des bribes de mots.

- Je.... heu.. en fait jeee hum

- Accouche, Mayers. J'ai vraiment pas toute la nuit.

Odeur de sang et de gêne.


Tandis que sa vis-à-vis bataillait pour trouver les mots justes, Creed porta par automatisme son regard sur les blessures que ses griffes avaient imprimées à la cuisse et sur son bras gauche. Heureusement que la féline cicatrisait vite. Il aurait eu un énorme problème avec Andrill, sinon. Comment expliquer au grand chef qu'il s'était fait les griffes sur la mutante blonde sans subir le courroux du Marcheur immédiatement après ? En même temps... C'était de la faute de Kyana, aussi ! Se pointer seule, en pleine nuit, dans sa tente... A moins qu'elle ne soit bêtement venue le tirer du lit parce qu'un événement grave avait eu lieu, et qu'on battait le rappel des troupes ?

Brusquement, Victor se sentit infiniment stupide. Aurait-il par hasard agressé une messagère ? S'agissait-il d'une urgence de premier ordre, comme une attaque massive de l'Initiative sur le quartier général rebelle ? Si oui, Tiger ne se priverait pas de lui passer un sacré savon pour avoir réagi ainsi, sans le moindre discernement. Enfin, après la crise, bien sûr...


- Je n'arrivais pas à dormir et.... Osa-t-elle lui servir en guise d'explication, un roulement d'yeux trahissant la gêne planant dans l'atmosphère intime et douillet de la tente. Non, il n'y avait pas urgence, sauf pour les précieuses heures de sommeil de madame. Chassant les derniers restes de sommeil de ses paupières en se frottant les yeux d'une main lasse, Victor maugréa dans sa barbe, d'un ton lugubre et plaintif.

- … Et tu t'es dite qu'ça s'rait vachement marrant de me bousiller MES heures de sommeil aussi, pour qu'on soit sur un beau pied d'égalité, hein ? T'as une idée du temps qu'il me faut, pour réussir à m'endormir ? Là, t'as définitivement fichu en l'air ma nuit, tout ça parce que "t'arrivais pas à dormir" ? Mais c'est quoi ton problème, Mayers ? Désespéra de comprendre Dents-de-sabre en hochant la tête d'incompréhension, les épaules nouées et les sourcils arqués, s'avançant d'un pas pour compenser le recul de son interlocutrice apparemment un peu mal-à-l'aise. Chose à ne jamais faire si on voulait mettre en confiance une féline.

Tiger se ferma immédiatement, braquant un regard de nouveau déterminé et farouche dans les sombres prunelles de son aîné, qui nota au passage que l'animal n'était plus aux commandes.


- … Et ce n'est pas la peine d'être si grognon!! Je.. je n'ai pas de compte à te rendre. A te voir, on pourrait croire que j'ai volé ton steack...

Tout bourru et grincheux qu'il fut, Creed sourit à la remarque de la blonde, retrouvant la Kyana Mayers version 719 qu'il avait apprise à connaître. Indomptable, pleine de répartie, féroce et indépendante. Quand elle se comportait ainsi, Victor oubliait le reste, oubliait sa mission officieuse, et se focalisant sur la tigresse, dont il admirait la philosophie de vie et l'autonomie. Sa fraction animale approuvait ce refus permanent d'être protégé, ce besoin de liberté de mouvement et d'espace. Le tueur à gage y voyait plus la facette extrémiste de Mayers, que la jeune femme osait si rarement montrer (alors que c'était sa meilleure moitié !). Dents-de-sabre adorait encourager Tiger à se laisser plus souvent aller à sa part sauvage, fermant volontairement les yeux sur les petites escapades de la blonde en solitaire. Mais la situation ne pouvait plus durer. Il allait falloir recadrer un peu la jeune femme, une perspective qui n'amusait pas tellement le rival de Wolverine.

- C'est bon, je laisse l'ours mal léché à ses beaux rêves... salut !! Soupira-t-elle, opérant sans prévenir un volte-face qui fit voleter ses mèches blondes, charriant une vague de parfum féminin aux narines du résident officiel. D'une démarche maussade, la mutante rebelle sembla être sur le point de vouloir sortir de la tente, décidément trop petite pour les deux félins en manque de sommeil.

Une œillade discrète sur les blessures faites par ses griffes rappela à Creed les enjeux pesants sur ses épaules.


* Et merde ! Les estafilades n'ont pas encore complètement cicatrisé. Si elle sort maintenant, Andrill pourrait la voir blessée, et en tirer les conclusions qui s'imposent. Faut que j'la r'tienne ! * Songea le psychopathe à toute vitesse.

« Regardez-la qui fait sa fière ! Se moqua le confrère en souriant méchamment, parlant comme s'il s'adressait à une petite fille. T'as oublié qu'dans l'histoire, t'es pas la seule à avoir des sens d'homme-bête, Mayers. Avec moi, le numéro d'la nana vexée, ça n'prend pas. »

S'approchant furtivement dans le dos de Tiger, comme lorsqu'il se glissait derrière une proie pour la tuer, Victor lui murmura à hauteur d'oreille :

« Je sens ce que tu voudrais désespérément me cacher... Tel un loup affamé promenant sa truffe le long d'une brebis, l'homme à l'épreuve du Temps inhala longuement, les yeux fermés, soupirant d'extase tandis que les arômes chimiques défilaient dans son cerveau. Évidemment, tu sens la Colère... Tu EMPESTE la colère, même... Susurra-t-il à l'oreille de la blonde, ses bras pendant sagement le long de son torse, ses mains d'ordinaire si baladeuses n'essayant même pas de toucher la peau de la séduisante tigresse. Mais sous ce parfum épicé et poivré de colère, il y a... Hunhun. De la Gêne. Une odeur nettement moins reluisante, mais tellement plus... Révélatrice. Ça te dérange tant que ça d'être venue m'voir, Mayers ? »

Sans attendre la réponse, Dents-de-sabre pivota, se glissant face à Kyana pour pouvoir s'adresser directement à elle et non plus à sa nuque (peu d'individus appréciaient de sentir le pervers dans leur dos). La manœuvre, bien entendu, avait pour objectif de couper la route de la féline.
Mimant (mal) la tristesse, l'acteur de seconde zone demanda :


« Ne sommes-nous pas dans le même camp ? Ne nous battons-nous pas côte à côte, et pour les même raisons ? N'avons-nous pas les même ennemis ? »

Le mauvais acteur abandonna rapidement sa ridicule comédie, incapable qu'il était d'avoir l'air triste plus de cinq secondes sans s'étouffer de rire. Considérant le regard éloquent de son unique spectatrice à fleur de peau après sa courte nuit, il haussa les épaules d'un air impuissant, adoptant l'attitude d'un trentenaire blasé.

« Hé Bin ouais, Mayers, je sais : j't'agace, à raconter mes conneries à longueur de temps ! Mais que veux-tu ? Y'a que quand j'te mets en rogne, ou que tu m'envoies paître, qu'j'ai l'impression de voir la vraie Tiger. Le reste du temps, quand j'te parle, j'ai à faire à Kyana et... Elle est chiante. » Déballa l'anti-gentleman sans s'embarrasser de délicatesse ou de politesse, en grimaçant pour souligner le caractère "ennuyant" du masque derrière lequel Tiger se réfugiait en communauté.

Subrepticement, Creed passa ses doigts sans griffes sur les bras de la beauté sauvage, testant ainsi l'état d'avancement de la cicatrisation tout en poursuivant sa critique improvisée pour gagner du temps.


« La preuve : quand Kyana est entrée dans ma tente, elle a fait quoi ? Y'avait un beau mâle, torse nu, allongé à côté d'elle, et elle, elle s'est sagement endormie ! Alors que Tiger... N'aurait pas laissé passer une si belle occasion. Sous-entendu le "beau mâle" sus-mentionné avant de murmurer à nouveau. C'était Tiger qui était aux commandes, durant la commémoration. Une guerrière, magnifique, resplendissante en pleine action, ne reculant pas, même face à un nombre toujours plus important d'adversaires... C'est cette femme-là que j'aimerais voir tout le temps. Cette femme-là n'aurait aucun problème pour trouver le sommeil... » Suggéra sournoisement Dents-de-sabre en promettant monts et merveilles à celle qu'il espérait attirer vers la Confrérie, ses lèvres stationnées à quelques centimètres du lobe de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Ven 2 Nov - 0:53

    Un félin bourru et impatient avec ça, il avait décidément tout pour plaire. Elle s'était faite mettre dehors de la chambre d’hôtel d'archangel il y a trois jour, aujourd’hui victor la mettait hors de son lit, la féline commençait à en avoir marre de se faire virer comme une intruse. ce n'est pas comme si elle lui avait bondit dessus en le secouant non plus. Il n'avait pas besoin de lui faire la morale comme à une enfant ayant réveillé ses parents en pleine nuit pour un caprice. c'était quoi son problème!?? Et le sien alors? Pauvre petit victor qui avait du mal à s'endormir, il attendait quoi? des excuses? c'était mal connaître la blonde, elle avait ruiné sa nuit? cela devrait la déranger peut être, avait il dormi la nuit précédente et celle d'avant et celle les précédent encore. elle n'avait pas fermé l’œil depuis des jours hormis pour se réveiller en sueur après de sublime séance de torture et lui lui demandait c'était quoi son problème?
    Le mutant se rapprocha à nouveau entrant dans son espace de sécurité mettant la féline un peu plus mal à l'aise sachant très bien que plus il était proche plus il était difficile de lui cacher ce qu'elle voulait ou de lui mentir.

    *idiote... Tiens je n'arrive pas à dormir si j'allais rejoindre dent de sabre, ouai kya super idée pour finir une nuit si parfaite*

    Réveillé, la présence du fauve était soudainement bien moins agréable et la blonde entreprit de trouver un meilleur endroit pour finir de grogner pour le reste de la nuit. Elle était déjà assez tendu sans avoir à supporter la mauvaise humeur de victor mais celui ci semblait avoir une autre idée en tête.

    « Regardez-la qui fait sa fière ! » La féline face à la sortir se stoppa net, dos au mutant derrière elle. Quoi!? S'il voulait attirer son attention il avait réussi, elle pouvait sentir sans avoir à lui faire face ce petit sourire sur son visage, celui qu'il abordait toujours quand il savait frappait juste la ou ça fait mal, et ce ton la traitant comme si elle était une gosse gâtée faisant un caprice. Tiger avait tendance à démarrer au quart de tour et ce genre de provocation ne manquait jamais de la faire réagir. Fixant droit devant elle refusant de réagir à la provocation du fauve, sachant pertinemment qu'il cherchait délibérément à la provoquer de cette façon, le jeune femme resta immobile

    « T'as oublié qu'dans l'histoire, t'es pas la seule à avoir des sens d'homme-bête, Mayers. Avec moi, le numéro d'la nana vexée, ça n'prend pas. »

    Cette façon de l'appeler par son nom, il l'appeler toujours comme ça lorsqu'elle l'énerver ou qu'il cherchait à la faire sortir de ses gonds, lorsqu'il était en mission il l'appeler par son pseudonyme, rare était les fois qu'il l'appelait par son prénom. mais cette habitude avait le don d'agacer la mutante au plus haut point, lui donnant l'impression d'être face à un prof à l'époque ou elle devait encore suivre les ordres de quelqu'un.
    Elle sentit l'instant même ou il avança pourtant silencieux dans son dos, se rapprochant d'elle en silence tel le prédateur qu'il était. Se forçant à rester immobile malgré tout, ne pas lui donner satisfaction... Cependant chaque muscle de son corps se contracta en réaction à la présence du mutant dont elle pouvait sentir le souffle sur sa nuque, la mâchoire serrée elle refusa de lui répondre.

    « Je sens ce que tu voudrais désespérément me cacher... »

    Elle pouvait sentir son poul s'accélérer sachant très bien que si elle pouvait le sentir, victor pouvait l'entendre, elle frissonna légèrement lorsque celui ci huma son odeur fermant les yeux un instant. Sachant pertinemment qu'il ne la laisserait pas partir, pas maintenant tout du moins, il pouvait aisément sentir la sueur sur son corps comme elle pouvait sentir chaque détail de son odeur à lui. l'animal ne se gêna d'ailleurs pas de le lui faire remarquer sentir sa colère. Ce n'était surement pas dur à deviner, elle était furieuse, furieuse de ces cauchemars, furieuse contre ce qu'il s'était passé, furieuse de s'être sentit si impuissante, furieuse d'avoir été assez stupide pour venir ici et furieuse que le fauve réussisse à la faire se sentir si nerveuse comme si elle était sa proie, comme si elle était en faute.

    « De la Gêne. Une odeur nettement moins reluisante, mais tellement plus... Révélatrice. Ça te dérange tant que ça d'être venue m'voir, Mayers ? »

    La mutante eut envie de lui sauter à la gorge aussitôt, de lui trancher les cordes vocales pour qu'il la boucle enfin, elle sortie les griffes avant de serrer les poings se les enfonçant elle même légèrement dans la main tentant de se contenir avec de plus en plus de difficulté, après tout s'il cherchait à ce point à la mettre hors d'elle, à jouer, elle pourrait tout aussi bien se défouler et se faire les griffes. Mais ce serait entrer dans son jeu et lui donnait ce qu'il voulait. Comment expliquer la raison pour laquelle elle l'avait rejoint sans qu'il ne s'en serve contre elle? c'était tout bonnement impossible, il était déjà bien assez sur de lui comme ça sans penser qu'il pouvait avoir une quelconque influence sur elle.
    Avant qu'elle ne se décide pour l'un ou l'autre des options Dent de sabre était devant elle, jouant à nouveau son petit layus qu'il ne su pas tenir plus de quelque seconde. la mâchoire on ne peu plus serrer la mutante releva un regard assassin vers son équipier ne cachant en rien ce qu'elle avait en tête. Mais cela ne sembla pas troubler le moins du monde qui savait très exactement ce qu'il faisait. Il voulait la pousser à bout, voir la vrai tiger? Non il voulait juste voir sa rage, l'animal dan son plus pure état.

    - Fais attention à ce que tu souhaites

    gromela t'elle d'une voix rauque entrecoupant son petit discourt. Un petit mouvement d'épaule sec pour n'avoir aucun contact avec lui lui grognant dessus par la même occasion, la traces des griffes du fauves toujours bien présente mais le saignement ralentissant rapidement, elle garderait des marques plusieurs heures mais ce n'était pas asse profond pour qu'elle n'en garde trace jusqu'au lendemain. Son regard se morphant l'espace d'une seconde sans jamais baisser les yeux. et pour ajouter à tout les charmes que l'on pouvait trouver à ce fauve violent, et rustre, il était d'une arrogance sans pareille. Elle s'était sagement endormie au lieu de profiter d'un beau mâle? Et puis quoi encore? Sérieusement? Si on aimait le genre sauvage, brutal, arrogant, violent et antipathique certes victor était le partie idéal. Avec cette carrure de rugbyman surentrainé, cette odeur unique sauvage sans être désagréable et ce magnétisme animal capable de terroriser ses victimes. Il ne l'effrayait pas, il la rendait parfois dingue, semblant être partout ou elle allait mais jamais elle ne baisser les yeux ou ne la fermait devant le mutant en colère. Une des raisons pour laquelle les provocation de l'animal fonctionnait si bien.
    Semblant se détendre un instant la mutante détourna le regard pour scruter le fauve de la même manière qu'elle aurait pu observer son futur repas avant que son regard de se repose sur celui de dent de sabre le regard joueur un petit sourire au coin au lèvre.

    - Tu crois? Son sourire charmeur disparue rapidement pour laisser place a cette expression de défi qui la qualifiait si bien. Je ne dormais pas... Et Il n'y avait que toi lorsque je suis entrée.
    tu vois... aucun beau mâle... seulement dans tes rêves victor.


    Non... il ne savait vraiment pas quand arrêter, la féline à bout de nerf, ne parvint pas plus longtemps à se contrôler face à son équipier, il voulait Tiger, il voulait celle qu'il avait été obligé d’assommer à la commémoration, s'il savait à quel point c'était plus facile pour elle de laisser l'animal prendre le contrôle.

    «Cette femme-là n'aurait aucun problème pour trouver le sommeil... » A peine victor eut il finit sa phrase que la féline l'attrapa à la gorge en grognant griffe sortit pour le plaquer avec violence contre le mur.

    -Tu ne me connais pas!!! tu ne sais rien!!? Rien du tout!!
    Tu devrais juste la fermer, avant qu'on teste combien de temps tu sera muet si je te tranche la gorge. C'est ce que veux? Qu'est ce que tu cherches? L'animal? Que je soit comme à la commémoration? Si c'est ce que tu veux...


    Elle enfonça ses griffes légèrement dans la peau du mutant un léger sourire aux lèvres,les griffes de son autre main entièrement sorties menaçante. Il avait gagné, il voulait la poussait, la faire réagir, il avait juste poussait un peu fort. Elle voulait arracher ce sourire satisfait des lèvres du mutant.

    - Est ce que peut sentir les flammes sur ta peau? le cuir qui s'enfonce toujours plus profond dans ta chair jusqu'à ce que ton facteur guérisseur refuse de ne refermer les plaies pendant que le métal de chaines te lacèrent les poignets? Chaque nuit... Dit moi Victor qu'est ce qui t'empêche de dormir? Ça ne devrait pas être un problème pour toi!? Ou alors quoi? tu n'es toi même que victor, juste le gentil toutou d'andrill? Dent de sabre aurait la même difficulté? Tu pense être impressionnant? Tu ne me fait pas peur

    Le regard de la blonde avait changé de couleur et fixait le mutant de sa pupille animale et doré, son visage à quelque centimètre du sien un petit sourire en coin aux lèvres. Elle n'avait qu'une envie évacuer cette colère qu'il avait si bien senti, cette rage qui la prenait aux tripes. Comme on le dit si bien, on récolte ce que l'on sème.

__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Sam 3 Nov - 15:45

Creed avait sans le savoir franchi le point de non-retour depuis longtemps. Creusant lui-même sa propre tombe tandis qu'il s'échinait à titiller encore plus l'alter-ego de Kyana de ses suaves murmures dégoulinant d'une insupportable arrogance et d'une complète ignorance du sujet abordé, Victor repoussa les limites de l'intolérable jusqu'à un niveau jamais atteint dans le camp des rebelles.

Le bras de Tiger jaillit alors qu'elle craquait, griffes sorties et muscles saillants de fureur, enserrant le cou nu du provocateur canadien dans un étau tout en le maintenant proprement collé au mur. Kyana vitupéra, les mots sortant de sa bouche plus vite que ses lèvres n'auraient pu les formuler, tels une avalanche de rancœur déversée à la face du centenaire réveillé en sursaut. En premier lieu, seule la colère pure, la rage animale recherchée par Dents-de-sabre, perça du discours cavalant de la mutante blonde. Se gardant bien de bouger le petit doigt, le prisonnier sentit la cruelle morsure des griffes acérées de la tigresse dans sa chair, l'autre main tenue prête à lacérer pour déchiqueter les entrailles du sociopathe. Et en dépit de sa mauvaise posture, Creed souriait, un abominable rictus satisfait dévoilant ses crocs et l'éclat malsain de son regard noir. Mentalement, il l'encouragea.


* Oui, Kyana, c'est tout à fait ça. Hais-moi ! Souhaites ma mort ! Laisse tes envies les plus sombres gonfler tes muscles de forces, et chasser tous tes scrupules. Deviens la tueuse que tu as toujours rêvée d'être, au fond de toi. *

Il grogna, un gémissement de plaisir autant que de souffrance, lorsque la jeune femme augmenta la pression autour de son cou incapable de régénérer totalement tant que les griffes y resteraient plantées, labourant méchamment les tissus et tendus à portée de main pour la plus grande joie de Tiger, dont les lèvres s'éclairèrent une seconde d'un sourire éphémère, avant de reprendre cet air rageur et haineux que Dents-de-sabre trouvait si attrayant. S'ensuivit une déflagration de paroles au sens légèrement obscur pour le confrère cloué au mur, qui perdit de sa superbe. Le début de la tirade, où Kyana fit référence à des flammes, du cuir et des chaînes, prit notamment au dépourvu Victor, qui ne sut pas d'où venaient ces détails.

* Quoi ? Elle a été torturée par le passé ? Ou bien quelqu'un l'a attachée dans une pièce avant d'y foutre le feu, et elle a réussi à s'échapper ? Mais putain ! Pourquoi Andrill a pas jugé utile d'me faire un topo sur elle ? S'il voulait que j'l'ait surveille, ç'aurait été pas mal de me filer deux-trois indications, juste au cas où... Là, j'ai l'air du parfait crétin qui pige rien. Ça m'énerve... * Pensa l'homme-bête en son for intérieur, trop habitué à la douleur pour que la prise de Tiger le gêne dans sa réflexion.

Heureusement, la suite des déclarations de le rebelle mise hors d'elle retournèrent dans le domaine du compréhensible pour le tueur à gage professionnel, qui s'entendit être traité de servile larbin du Marcheur (ce à quoi il gronda de dénégation). Si Victor avait suivi son idée initiale (briser la prise de Kyana et lui sauter dessus pour la remettre à sa place), les deux mutants félins auraient entamé un extrêmement bruyant pugilat qui, à n'en pas douter, se serait soldé par le réveil en sursaut de tout le secteur C, et d'une partie du secteur A. Donc, en plus de faire en sorte qu'Andrill prenne le "garde du corps" de Tiger en train de cogner sur celle qu'il était supposé protéger, cette idée initiale aurait lourdement contribué à rendre Creed
persona non grata chez les rebelles. D'où un effort de volonté pour ne pas répliquer. Considérant l'absence de réaction notable, Mayers décida de clarifier un point important en soulignant fièrement que l'adversaire ancestral de Wolverine ne l'effrayait pas, une affirmation qui n'aurait pas due vexer Dents-de-sabre, et qui pourtant entailla un peu l'ego du prédateur agressé dans sa propre tente.

Tiger était forte, cependant son vis-à-vis n'aurait pas eu de difficultés à la forcer à lâcher prise. Toutefois, dans le but de ne pas amorcer un combat à mort, l'homme opta pour un immobilisme de circonstance, afin que la féline ne ressente pas le besoin de le paralyser entièrement. Tortillant un peu le cou pour dégager son larynx, il chuchota, la gorge serrée :


« Qu'est-ce que j'disais ? »

Reprenant de l'oxygène en sifflant à travers ses dents et en grimaçant d'inconfort, Creed planta un regard éloquent de constatation dans les iris dorées de la demoiselle en mal de sommeil, riant jaune. La compression autour de sa trachée l'empêchait de formuler des phrases longues ou de rire franchement, aussi hoqueta-t-il lentement et avec sérieux, articulant parfois certains sons avec difficulté :

« Y'a... Qu'avec Tiger... Que j'peux comm... Uniquer. T'es là d'puis... Quoi ? Un mois ? Et... J'en ai plus... Appris sur toi... En cinq minutes... En poussant Tiger... A bout... Qu'en un mois... De cohabitation pacifique... Avec... Kyana Mayers. Ha ha... Si c'est pas... Une preuve... Ça. »

Estimant qu'il avait suffisamment joué les prisonniers impuissants, Victor saisit à deux main le poignet de la blonde, éloignant fermement, mais sans brutalité, celui-ci de sa gorge, dosant juste assez de force pour s'opposer aux efforts de la protégée d'Andrill. De nouveau capable de respirer normalement, Dents-de-sabre toussa à plusieurs reprises, patientant tandis que son facteur guérisseur réparait rapidement les lésions infligées par les griffes de Tiger. Testant son élocution, le tueur à gage marmonna quelques mots d'un ton rauque, avant de récupérer son timbre de voix coutumier.

« Au passage, mes problèmes d'insomnies sont liés à mon facteur guérisseur. » Ajouta-t-il dédaigneusement avec un soupçon de vantardise, insinuant par là (sans délicatesse) que ses pouvoirs de guérison étaient tellement efficaces qu'ils en devenaient presque handicapants.

Tâtant la zone où il avait été agrippé, le confrère tiré du lit glissa un regard nonchalant sur les blessures occasionnées par ses griffes. S'étirant pour chasser la tension nerveuse qui avait investie ses membres durant le petit corps-à-corps entre les deux mutants, Creed étudia la possibilité de gifler Kyana sèchement pour l'avoir traité de "toutou". Il rejeta rapidement l'idée en considérant qu'il venait tout juste de calmer le jeu entre elle et lui. Pourquoi dépenser tant d'énergie à éviter le conflit, si c'était pour raviver les tensions juste après d'une claque magistrale ? Marchant dans le noir (un avantage à être doué de vision nocturne, et de se disputer avec une personne elle aussi nyctalope : pas besoin d'allumer la lumière en pleine nuit, ce qui aurait pu attirer l'attention des voisins).
S'asseyant sur le bord de son lit de camp partiellement défait, Victor se gratta distraitement la joue, revenant au sujet principal de la nuit sans la moindre motivation apparente.


« Pour c'qui est de tes problèmes d'sommeil... Tu pourrais pas développer un peu plus ? Pas qu'j'adore t'écouter raconter ta vie, loin d'là Se défendit-il en levant les mains devant lui en signe de contestation, mais bon... Apparemment, tu dors mal depuis ton arrivée. Soit personne au camp n'en a rien à foutre, soit c'est toi qui veux pas d'aide... Dans les deux cas, le résultat final, c'est qu'tu m'as déjà flingué un rêve sympa, et que tant qu'tu continueras à galérer pour dormir, t'es susceptible de revenir t'incruster dans ma tente. Alor j'ai tout intérêt à t'aider à gérer cette histoire de chaînes et des flammes. » Se justifia le mercenaire sans cœur ni compassion pour ne pas passer pour un faux méchant intérieurement très gentil et plein d'attentions.

En pensée, Dents-de-sabre pria pour que la séance de psychanalyse improvisée dure juste assez longtemps pour que Mayers puisse partir guérie, mais pas plus. Pourvu qu'en proposant à la jeune femme de l'écouter s’épancher sur ses traumatismes passés, le tueur à gage ne se soit pas lui-même condamné à des heures de monologues larmoyants sur la dureté de la vie, la condition épouvantables des mutants dans la société moderne, ou encore le récit complet de toutes les déceptions amoureuses de Tiger.


* Le pire, c'est qu'il faudra aussi que j'fasse gaffe à pas m'endormir au milieu de son blabla... Bordel, mais dans quel merdier j'me suis encore mis, moi ? * Regretta mentalement à l'avance le misogyne centenaire, en faisant de son mieux pour ne pas avoir l'air ennuyé trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Dim 4 Nov - 2:43

    La gorge de sa proie entre ses doigts griffus tel les serres d'un aigle enserrant son futur repas. Elle avait tant tenter de se contenir de garder son calme face au mutant qu'elle ne voulait plus à présent que le faire taire, le faire taire avant de perdre tout contrôle, le faire taire pour ne plus entendre ce qu'il avait à dire, ne plus entendre ses mensonges, le faire taire pour ne plus entendre ce qui n'était peut être pas si faux.
    Le faire taire et lui faire mal, sentir ses griffes s'enfoncer dans sa chair, oui elle voulait le faire et le voir souffrir pour l'avoir poussé à bout, pour l'emmener là ou elle ne voulait pas pour faire ressortir ce qu'elle tentait désespérément d'enfouir le plus possible. Lui arracher ce sourire à coup de griffes. Il savait, oh oui il le savait et c'est ce qui le faisait d'autant plus sourire; encore plus rageant qu'une part d'elle ne trouve ça captivant ce sourire ce grognement.

    Elle resserra sa prise de plus belle enfonçant un peu plus ses griffes acérées dans la chair si tendre du coup du félin, tant qu'elle ne les enlèverait pas il ne pourrait pas régénérait, il pouvait guérir, mais il pouvait également sentir la douleur et c'est exactement ce qu'elle voulait.
    Tiger était furieuse, une rage bouillonnant depuis des jours, et ce soir il en était le principal responsable, il lui renvoyait en pleine figure tout ce qu'elle haïssait. Elle aurait voulu le haïr lui aussi, ça aurait été tellement plus facile. Mais ce n'était pas le cas, si elle le haïssait, elle ne serait jamais venue se glisser ici ce soir, ses mots n'auraient aucun impact sur elle, non, elle ne le détestait pas et c'était bien le problème.
    Les pensées ne la blonde n'était plus qu'un amas de flash-back, de colère, de pensées entremêlées devenant presque incohérentes et bien trop rapide à défiler dans son esprit pour qu'elle ne puisse en garder une constante, ne suivant que son instinct et sa colère. Une pensée parvint cependant à sa partie encore consciente, il ne bougeait pas, le félin était immobile depuis qu'elle l'avait collé au mur et lui hurlait dessus, immobiles tel une statue de marbre, n'ayant tenter ni de l’arrêter dans son geste, ni de se défendre, et il ne tentait pas plus de la faire lâcher prise. Elle ne fit que le provoquer de plus belle, Victor était peu être douée pour frapper là ou sa fait mal et la pousser à bout, mais kyana était elle aussi très douée pour pousser les gens à bout et les provoquer. Cela lui avait souvent jouer de mauvais tours, mais même lorsque sa vie était en jeu c'était juste impossible pour la féline se se taire et baisser la tête trop fière.
    Dent de sabre l'avait attaqué et avait touché juste, elle voulait lui rendre la pareille. Et vraisemblablement elle n'avait pas perdu la main à en juger par le grondement du mutant qui ne fit que sourire la blonde.


    - Quoi... j'ai visé juste? Tu n'es pas reconnu à ta juste valeur?


    Rajouta t'elle avant de ne lui faire comprendre clairement qu'elle ne le craignait pas. La jeune femme attendait une réponse musclée du mutant face à ses attaques et moqueries, mais il resta toujours immobile lui faisant légèrement baisser sa garde avec sa seconde main sans pour autant desserrer les griffes.
    c'est ce qu'elle voulait qu'il régisse comme elle avait réagi, qu'il se débatte, qu'il l'attaque, qu'il la frappe. Elle pouvait gérer ça, elle n'attendait que ça à vrai dire, se défouler déverser toute sa rage, peut importe les coups qu'elle risquait de se prendre en retour, oui elle avait espéré de cette façon provoquer le fauve au combat, mais le félin ne semblait pas d'humeur à jouer, pas de cette façon tout du moins, il semblait juste vouloir la torturer d'une façon ou d'une autre, en la laissant se noyer elle même.
    Tiger grogna en réponse à la remarque du mutant, il avait raison, il avait réussi et il semblait jubiler là malgré la situation et sa position, malgré ses griffes enfoncées dans sa gorges. La féline ne savait pas si cela lui inspirait plus de respect pour le mutant ou de rage. Ils étaient pareils en ce sens. *NON!! on n'a rien à voir! je ne suis pas comme lui!!*. Son regard animal et doré toujours fixé sur celui de victor, la mâchoire si contractée qu'elle n'en devenait douloureuse, elle ne le quittait pas une seconde. Communiquer? Sérieusement, si c'était sa façon de communiquer elle préférait communiquer à coups de poings et de griffes. Elle reprit en grognant sifflant légèrement entre ses dents

    - Tu ne sais rien, tu....

    Elle fut stoppée dans sa phrase par la prise puissante du fauve la forçant à lâcher sa prise malgré sa résistance, son calme et sa pseudo douceur pour ce faire à la fois déstabilisante et énervante, pourtant était il si calme? Elle fixa son cou voyant ses jolies marques disparaitre, l'odeur du sang du mutant lui étant arrivée au narines lorsque ses griffes avaient quitté leur refuge, elle pencha légèrement la tête sur le coté en observant sa peau nue s'approchant à nouveau légèrement inconsciemment, avant de ne se concentrer à nouveau sur le mutant lui-même.

    Elle fit un nouveau pas rapide vers lui lorsqu'il répondit que ses soucis de sommeil étaient dus à son pouvoir et non à une faiblesse contrairement à elle. La main droite de la féline s’élança aussitôt vers le visage de Victor presque instantanément, elle n’atteignit cependant jamais sa cible. La jeune femme le regarda surprise, avant de ne finalement rentrer les griffes lorsqu'il s'assit sur le bord du lit.
    Il voulait parler? Des explications? La féline soupira, abasourdit, ce type était sans doute le plus énervant, le plus arrogant et tordue qu'elle connaisse. elle n'avait jamais été du genre très éloquent, à part bien sûr lorsqu'il s'agissait de tenir tête à un prof ou toute autre personne d'ailleurs. Et quoi il espérait qu'elle s’assied à côté de lui et lui fasse un résumer de sa vie, de ses cauchemars, lui donner encore plus de choses à utiliser et en prime en précisant que ça le souler déjà..


    - Quoi maintenant tu joue les spy? c'est compris dans le package du garde du corps pot de colle ou j'ai droit au super bonus? Tu veux que je m'assoie sur tes genoux aussi et te raconte tout? On doit commencer où? Papa n’était pas gentil? Ou directement au passage croustillant?

    la jeune femme haussa les sourcils se rapprochant du mutant juste face à lui, mais debout le fixant de sa hauteur. Sans qu'elle ne s'en rende compte, la pression était redescendue même si la colère était toujours aussi présente, et qu'elle pouvait bondir à tout moment, elle contrôlait pour l'instant à peu près ses réactions. Et il n'y avait aucune chance qu'elle ne s'étale sur ses faiblesses devant le mutant.

    -les félins n'aiment pas le feu en général...

    Ce fut tout ce qu'elle dit, bien sûr lui ne risquait rien, aussi son instinct ne lui posait peut-être pas le même problème. Peu importe.Personne ne l'avait aidé ou n'avait compris sur sa terre d'origine. Et même si un animal était le plus a même d 'avoir une idée de ce que cela représentait elle refusait catégoriquement de laisser ce genre de pouvoir au mutant, pas volontairement.

    - Je n'ai pas besoin de toi, et si je devais parler à quelqu'un ce ne serait surement pas toi.

    Elle avait peut être épuisée rechercher instinctivement la présence du mutant animal, mais jamais elle n'avait pensé se faire piéger de cette façon. Elle ne ferai pas la même erreur plusieurs fois. Son corps se raidit à nouveau lorsqu'il ramena le sujet des flammes ou des chaines

    - Je ne sais pas ce qu'il m'a pris, ça n'arrivera plus: problème réglé

__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Ven 9 Nov - 22:33

En incitant sa belle invitée à lui parler d'elle, le psychologue le moins engageant du camp s'était immédiatement douté qu'il n'obtiendrait pas la pleine et entière coopération de sa patiente féline (il ne fallait pas rêver : en dépit des circonstances, Kyana restait égale à elle-même, secrète et méfiante). Apparemment, l'exercice de l'introspection amusait autant Tiger que Dents-de-sabre. Pas la peine de continuer, vu comment les choses avaient démarrées. La jeune femme s'était dépêché de masquer sa gêne à parler d'elle-même derrière une façade de provocations et d'ironie. Probablement dans l'unique but de titiller la curiosité malsaine de son interlocuteur, Kyana mentionna un "passage croustillant", formule que Creed se prit à espérer être une délicieuse scène de viol, ou de torture poussée à l'extrême. Entendre des victimes relater avec un sanglot dans la voix leurs souvenirs de traumatisme, physique ou psychologique, faisait toujours jubiler le pervers de la Confrérie, qui savourait la douleur d'autrui comme la plus crémeuse des glaces : avec lenteur et délectation, les paupières mi-closes, un sourire rêveur sur le visage.

La promesse d'une anecdote goûtue et retranscrite avec fidélité mourut dès lors que Kyana réduisit la distance entre elle et son hôte torse nu. Celui-ci cessa tristement de la fixer avec la convoitise d'un bambin devant un énorme paquet cadeau, repliant un genou contre son abdomen tandis que l'autre jambe demeurait tendue pour toucher le sol. Ses orteils n'exhibaient aucune griffe, et bien que la rebelle se soit rapprochée, Victor conserva sa propre position. La bête agacée par autant de palabres en lui ne voyait absolument pas l'intérêt de poursuivre la discussion ; mais il fallait reconnaître que ce n'était presque jamais le cas. La fraction primale de Dents-de-sabre sautait volontiers les dialogues et s'affranchissaient des mots dès qu'elle le pouvait, traduisant le plus possible les sons articulés en coups et en grondements gutturaux.


« Nan, sérieusement Kyana ? "Les félins n'aiment pas le feu en général" ? J'te d'mande de m'parler de toi, et tout ce que t'arrives à me sortir, c'est ça ? Une banalité ? Clairement, t'avais besoin d'mon aide pour apprendre à t'exprimer. » Critiqua méchamment l'extrémiste en mimant l'exaspération avec un naturel qui en disait long sur son état d'esprit.

- Je n'ai pas besoin de toi, et si je devais parler à quelqu'un ce ne serait surement pas toi. Contra Tiger avec véhémence, appuyant sur les mots qui claironnaient son refus d'être aidé par un individu aussi vil et malsain que le tueur à gage. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris, ça n'arrivera plus: problème réglé.

Retour à la case départ : Kyana sur le point de quitter la tente, après qu'une remarque particulièrement désagréable de Creed n'ait sèchement mouché son besoin de présence physique. La cicatrisation des griffures laissées par la première réaction un peu trop spontanée du mercenaire brun avait bien avancée, et les risques de laisser libre la blonde de s'en retourner seule dans sa tente, boudeuse, devaient être négligeables. Peu de résidents des tunnels remarqueraient les cicatrices, et avec un peu de chance, Mayers choisirait de ne pas détailler la manière dont elle s'était faite les écorchures. Cependant, l'ennemi de Wolverine n'était pas dupe : malgré son affirmation, il apparaissait comme une évidence que le problème de Tiger n'avait pas été résolu.

* Pis elle m'a chauffée, avec son histoire de venir sur mes genoux, c't'allumeuse. * S'autorisa à penser furtivement Dents-de-sabre, qui, en entendant Kyana évoquer la possibilité de s'asseoir telle une petite fille sur la jambe de son père, avait rappelé à son vis-à-vis qu'elle ne portait qu'un shorty et un débardeur.

L'image mentale de la scène électrisait encore le turbulent sociopathe, jamais opposé à profiter d'un peu de compagnie féminine. Manque de chance, ladite compagnie de sexe opposé pliait bagage, et ce, alors même que son tourmenteur ne faisait que commencer à s'amuser. Le confrère toisa froidement la fuyarde, ses traits se durcissant comme du métal en fusion refroidissant brusquement. Elle s'imaginait pouvoir lui fausser compagnie comme s'il n'était qu'un des idiots bénévoles de la Rébellion ? Grossière erreur. Dents-de sabre lui ne laissait partir sa proie qu'une fois satisfait, repu. Et pour la maintenir prisonnière entre ses griffes, le prédateur aux crocs étincelants ne se privait pas pour distribuer des coups bas.


« C'est vraiment trop mignon... On dirait une gosse qui croit pouvoir s'en tirer avec un gros mensonge... » Lâcha-t-il en préambule, certain de stopper net la féline qui n'appréciait jamais d'être prise de haut.

Quittant son lit de camp, Victor se redressa souplement, avant de laisser pendre ses bras le long de son torse.


« A qui t'espère faire croire que t'as pas d'problème, Kyana ? Pas à moi, en tout cas. Toute cette agressivité qui irradie de ton être... Cette façon que tu as de regarder mes blessures, de renifler avidement l'odeur du sang... Tu es en mal de violence, Tiger. Diagnostiqua le docteur Creed, comme si c'était l'évidence même. Comme n'importe qui de normalement constitué, t'as besoin de te dépenser de temps à autres, et si tu restes trop longtemps enfermée, t'exploses ! Ça rend fou de pas pouvoir se dépenser... Souffla le prêcheur de la Confrérie sur le ton de la connivence, tapotant un index éloquent sur son front pour mimer la folie. Tellement fou... Qu'on pourrait en venir à s'introduire la nuit dans la tente d'un type qu'on peut pas supporter et qu'est assez... Impulsif. Histoire de l'réveiller "sans le vouloir", pour que, par réflexe, il attaque, et qu'enfin, en-fin la monotonie soit rompue par un bon p'tit combat brutal et sanglant. »

Le mutant au squelette recouvert d'adamantium haussa un sourcil tout en sous-entendant lourdement que la jeune femme ne se soit introduite dans sa tente que pour provoquer volontairement un affrontement entre les deux résidents des souterrains. Voilà qui achèverait de faire en sorte que Kyana oublie son idée de partir. Elle ne laisserait pas l'odieux personnage souiller ainsi son intégrité en la traitant de rien moins qu'une triviale fouteuse de merde. Avec des gènes de mutante. Et en shorty.
Restait à juguler le torrent d'insultes qui menaçait de pleuvoir sur Creed, et l'empêcherait de jouer plus longtemps avec la rebelle. Pour réussir un tel tour de force, Victor mit sa casquette de chef autoritaire, abandonnant ses airs provocateurs pour bien laisser entendre qu'il donnait les ordres.


« T'as pas envie de partager tes expériences personnelles avec moi, Kyana ? Ca, j'peux l'comprendre. Mais reconnais au moins que t'es pas v'nue dans ma tente cette nuit par hasard. Admet au moins qu't'arrives pas à tout gérer toute seule et sans aide. Qu'on soit bien clairs : tu sortiras pas d'ici avant qu'on ait réglé ton problème. J't'ai proposé de faire ça à la manière gentille, et t'as r'fusé. Comme une grande. Fit semblant de la féliciter le mercenaire sans état d'âme. Maintenant, finis les caprices : tu t'assoies, et on discute ; ou alors, j'irais parler à Andrill de tes p'tites escapades en solitaire hors du camps. »

En grand connaisseur des situations conflictuelles, Victor garda les bras libres pour intercepter tout uppercut ou direct du pied que sa dernière phrase aurait déclenché. Là était le but : piquer en plein dans la zone où la mutante sauvage et fière sentirait passer la menace. Mayers n'appartenait pas au groupe des gentils rebelles qui comprenaient lorsqu'il fallait mettre de côté son égo et obéir même à la pire des ordures ; pour lui forcer la main, l'amener à exécuter une tâche qu'elle n'affectionnait pas, il fallait employer les grands moyens, et cogner dur. Montrer à la féline qu'elle ne pouvait pas remporter la bataille en passant en force.

« Ben quoi, tu t'imaginais pas qu'je gardais ça secret par pure bonté d'âme, quand même ? S'esclaffa Dents-de-sabre, avant de feindre la réflexion, se frottant le menton tel une parodie de penseur. Hum... Que j'réfléchisse... Que ferait le Marcheur en apprenant que tu gambades régulièrement seule loin du camp ? J'suppose qu'il arrêterait de me faire confiance pour te surveiller, et qu'il te collerait un garde du corps encore plus pot-de-colle et encore plus strict. Genre... Gemini. Avec elle, tu peux être sûre que les sorties à l'extérieures seraient finies. Et à la moindre occasion, Blanche-Neige se ferait une joie de refroidir tes ardeurs. »

Souriant à sa mauvaise plaisanterie, le maître-chanteur laissa ses menaces faire effet, sans réaliser que son argument pouvait très bien se retourner contre lui par la suite...


Dernière édition par Dents-de-sabre le Dim 25 Nov - 10:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Dim 11 Nov - 17:37

    Non malgré ce que les apparences pouvaient parfois laissaient penser, la féline était loin d'être la personne la plu sociable et ouverte qui soit. L'expression être méfiant comme un chat pouvait on ne peu mieux s'appliquer à la jeune femme, toujours sur la défensive malgré son air détendu. Et cela ne s'était pas amélioré depuis son arrivée ici, un autre monde, nouveau territoire à connaître, et un territoire en guerre qui plus ai. Qui savait ce qu'il s'était passé avant son arrivée? Et bien surement Gemini sachant d'où ils venait et victor, warren plus ou moins, sachant qu'elle ne venait pas de ce monde après leur rencontre un peu chaotique. Mais aucun d'entre eux à part Andrill et peut être Charlie n'en savait plus sur elle, certains l'avait prise pour son double dans ce monde avant de ne se souvenir que celle-ci avait perdu la l'hiver précédent.

    Le seul en sachant beaucoup sur elle était le marcheur, ayant forcé l'accès à un certain nombre de ses souvenirs lors de son entrée à la confrérie alors qu'il voulait la tester, réussissant à rendre furieuse la féline, mais malgré ça un lien s'était créé au fil du temps entre les deux mutants pourtant si différent. Les choses s'étaient arrangé depuis la commémoration même si andrill sentait le besoin de la faire surveiller en permanence depuis leur arrivée; cela la rendait folle, ne sachant trop si c'était plus pour La protéger, ou n'éviter qu'Elle ne crée des problèmes, il était entièrement focalisé sur leur intégration, se faire accepter de Gemini et voir ce qu'il en était des rebelles les plus extrémistes. Un défi de plus pour le marcheur, un point sur lequel se concentrer pour la jeune femme.

    Tiger n'aimait pas les questions, ni qu'on lui en pose ni même bien souvent se les poser elle-même, oh bien sur la féline était d'une curiosité sans pareille, mais les longs discours philosophiques d'andrill ou les réflexions sur le pourquoi du comment de nos actes, très peu pour elle. Les choses qui s'étaient passées étaient passées, soit on agit, soit on laisse derrière et on oubli. Pourquoi perdre du temps à larmoyer sur une décision qui n'aurait pas été la bonne, une mission ratée? Elle avait pendant un temps, regretté, ici que le marcheur l'ai emmené, perdue, ayant perdu tous ses points de repère et presque tous ceux à qui elle tenait. Mais ça n'avait pas duré, l'instinct reprenait toujours le dessus, le seul problème étant ces fichus cauchemars qui la hantaient de nouveau, cela passerait dans quelques semaines, ils étaient déjà plus espacés.

    La frustration et l'enfermement depuis son arrivée n'avait surement pas aidé à les faire disparaitre. Et voilà Victor, Victor Creed, qui quoi? se plaignait de son manque de sociabilité et de discussion? si ce n'était pas le monde à l'envers, un des types les plus asociale qu'elle connaisse se proposant à jouer les psy pour ne plus risquer qu'elle ne le dérange en pleine nuit. Le mutant torse nu face à elle sur le lit, qui plus est visiblement agacé et frustré, se contenant lui aussi de ne se laisser aller à la violence, lui reprochait de s'être glissé dans son lit et l'avoir réveillé. Sérieusement quelque chose ne tournait pas rond dans ce monde, elle s'était attendue à diverses réactions en se rendant compte de sa bêtise, mais se faire jetée hors du lit de Creed de cette façon n'en faisait pas partie.
    Légèrement vexée, en plus d'avoir été prise en faute, le fauve ne cesser de la pousser, mais avait calmer le jeu lorsqu'elle était devenue violente. Aussi décida t'elle de jouer à son jeu à son tour en le provoquant de la même façon qu'il la provoquait.
    D'un certain coté aussi irritant, et insupportable soit il, ça passait le temps et elle n'était pas seule, ce besoin de présence physique et de contact, devenait aussi énervant que son besoin de violence.
    La mutante observa bien dent de sabre, un petit sourire aux lèvres en le provoquant, moqueuse et provocante avec une petite moue innocente sur le visage. Elle vit le visage de son interlocuteur s'éclaircir quelque instant, pensant avoir gagné peut être ou espérant justement ces détails dont elle parlait, mais la féline se contenta du minimum pour en finir avec le sujet.

    « Nan, sérieusement Kyana ? "Les félins n'aiment pas le feu en général" ? J'te d'mande de m'parler de toi, et tout ce que t'arrives à me sortir, c'est ça ? Une banalité ? Clairement, t'avais besoin d'mon aide pour apprendre à t'exprimer. » Il ne pouvait pas être sérieux là? LUI lui apprendre à s'exprimer? Et comment? En grognant et en montrant les crocs à tous ceux qu'elle croisait? Il voulait en savoir plus, mais ça, ce n'était pas au programme. Besoin de lui? La féline s'emporta à nouveau, elle n'avait pas besoin de lui, elle avait juste besoin qu'on lui foute la paix, et ce n'était surement pas à lui à lui faire la leçon. Elle se referma à nouveau, grommelant entre ses dents.
    Elle senti le regard du félin sur elle, sur les traces laissées par ses griffes, déçue qu'elle ne saignent plus et ai commencé à se refermer ou... Ou au contraire, peut être ne voulait il pas risquer de n'avoir à expliquer à andrill ces marques de griffures surtout sur sa cuisse. Cette idée l'amusa assez tout du moins jusqu'à ce que le regard de creed ne s'attarde légèrement plus longuement, lui rappelant elle-même ce qu'elle portait ou plutôt ne portait pas sur le dos et qui lui fit prendre un pas de recul.
    Quelque chose sembla venir à l'esprit du mutant au vu de sa réaction suivante, son visage se durcit à nouveau. Tiger resta sur ses gardes réfléchissant à nouveau à l'idée de quitter les lieux.

    « C'est vraiment trop mignon... On dirait une gosse qui croie pouvoir s'en tirer avec un gros mensonge... » Hein? Qu'est-ce qu’il, quoi?

    - Quoi?! Malade oui, la seule réponse logique était qu'il était malade, oui okay, elle était surement la dernière à ne pas avoir eu cette pensée plus tôt mais.. la féline fronça les sourcils essayant de suivre le raisonnement tordu du mutant, ne voyant pas le rapport, ou alors.. ne la croyait-il pas lorsqu'elle affirmait qu'elle ne le gênerait plus de cette façon....

    - C'est quoi ton problème Creed, tu sais tu d.... Le prédateur se releva la coupant tant avec ses mots qu'avec sa posture, la forçant à reculer pour maintenir un minimum de distance entre eux. les bras elle aussi le long du corps, légèrement tendu toujours sur ses gardes.

    Garder son calme? Avec dent de sabre? Réellement, félicitation à celui en étant capable, car elle, ne l'était pas, bien le coté terrifiant du mutant aider la plupart à garder à la fois leur calme et le silence en sa présence, mais la mutante avait oublié ce paragraphe dans son apprentissage.
    Faire croire qu'elle n'avait pas de problème? Personne ne pourrait de toute façon se douter de rien, andrill bien sur mais celui-ci évitait la plupart du temps de ne s'aventurer dans son esprit, tant à cause de l'état de fureur dans lequel cela la mettait que par les migraines que cela ne semblait lui provoquer. Si elle ne s'était pas faufilée dans sa tente, lui non plus n'en aurait surement pas eu la moindre idée. Bien sur à la suivre de près ou de loin et à la voir de défouler, mais...
    La jeune femme le fixa à nouveau, agressive? C'est lui qui la rendait ainsi,cependant lorsqu'il parla de ses blessures, le regard de la féline se porta aussitôt sur son cou humidifiant ses lèvres inconsciemment, sa façon de renifler?

    - Je ne renifle pas!!! Je... tu confonds avec TA façon de renifler les gens, vraiment pas discrète et très grossière d'ailleurs si tu veux vraiment en parler... grogna t'elle, et puis quoi encore, elle n'était pas un chien de chasse reniflant à pleines narines, elle humait peut être l'air, okay reniflait, mais pas du tout avidement ou quoi que ce soit qu'il puisse insinuer.
    Cependant il fallait bien avouer qu'il avait raison, elle était en manque, frustrée de ne pas pouvoir se défoulait et libérer toute cette colère et cette force, devoir retenir ses coups aux camps en s'entrainant pour ne blesser personne, et même retenir ses coups lors de ses chasses pour ne tuer personne. Ouai ça rendait dingue, de pas pouvoir se dépenser comme on le souhaitait. La jeune femme se rapprocha très légèrement captivée par le mutant face à elle.

    - Oui... souffla t'elle, elle avait besoin de se dépenser.chacun de ses cauchemars lui en donnant un besoin des plus intense. Si intense qu'elle s'était retrouver ici ce soir dans la tente d'un homme qu'elle avait du mal à supportait la moitié du temps et... - Quoi? la mutante se redressa, c'est ce qu'il pensait qu'elle s'était faufilée et glisser dans son lit pour provoquer l'animal sur son territoire et déclencher un combat violent? A bien y réfléchir l'idée n'était pas si stupide que ça, un combat avec Victor même si risqué aurait surement apaisé sa frustration. Tu crois vraiment que je suis venu pour me battre avec toi!? Elle s’apprêtait à nier sa théorie, mais elle se tue aussitôt en pensant à la véritable raison qui l'avait poussé à le rejoindre, à y réfléchir elle préférait qu'il pense ça plutôt que de n'avouer qu'elle voulait simplement passer la nuit avec lui pour profiter de sa présence, bon sang rien que dans son esprit, ça paraissait on ne peu plus ridicule. Cependant, elle ne pouvait ne pas répondre, c'était plus fort qu'elle.

    - Tu te donnes trop d'importance!! Tu crois vraiment que je me serais donné tout ce mal pour un combat avec toi!? Quoiqu'a l'instant l'idée de te cogner soit vraiment séduisante. Si je voulais me défouler, je trouverais surement mieux dehors qu'un chien de garde ne se réveillant même pas lorsqu'on entre sur son territoire... lança la blonde avec un petit sourire moqueur sachant très bien que le mutant était surement encore furieux de s'être laissé surprendre de cette façon. S'il décidait de lui en coller une pour cette remarque, la jeune femme était presque sure de ne pas pouvoir l'esquiver, mais peu importait, ce qui comptait était d'être sur un pied d'égalité avec le mutant face à elle. Rendre coup pour coup... D'une manière ou d'une autre.

    Mais le mutant changeant de ton tant que d'expression ensuite, Tiger le fixa un moment assez incertaine, ne sachant s'il était vraiment sérieux cette fois ou s'il cherchait encore à prouver quelque chose ou la provoquer, mais il semblait sérieux enfin autant qu'il pouvait l'être, et oui en fait ce n'était pas dur pour le mutant de semblait sérieux finalement avec sa tête de plus et sa stature imposante.
    Si elle n'était pas venue par hasard? Bien sûr que si, ses pas l'avait guidé la, il était juste celui des leurs de qui elle se sentait le plus proche pour l'instant et... Et ok ce n'était peut être pas le hasard, mais ça n'avait rien à voir non plus avec une décision réfléchit. la jeune femme afficha une légèrement moue, plongée dans ses pensées

    - Tu es toujours furieux que je t'ai réveillé? Ce n'était pas prévu ok, c'était juste... instinctif c'est tout... Ce n'était peut être pas une bonne idée d'avouer ce détail, mais au vu du cinéma qu'il en faisait, ça ne pouvait pas être pire. Mais le félin trouva judicieux de ne la menacer pour qu'elle parle. La jeune femme releva la tête vers lui tant étonnée qu’énervé. le fusillant du regard devant son air autoritaire, s'assoir et discuter? Si tu crois que... Elle se tue aussitôt, andrill? Il ne ferait pas ça n'est ce pas?

    La mutante grogna légèrement sans bouger, mais sans le quitter du regard non plus. Ca ne lui amènerait que des ennuis à lui aussi. tu crois vraiment que c'est une bonne idée.? Il le savait, oui andrill ne lui ferait plus confiance, mais... Lui coller quelqu'un d'autre? l'idée n'était aucunement attirante, elle avait déjà eu du mal à supporter Victor, mais elle s'y était habituée et puis il était animal ce qui rendait sa présence plus tolérable. Gemini? Jamais la chef des rebelles ne s'abaisserait à jouer les nounous, l'idée même de Gemini lui courant après la surveillante, le camp risquait de se retrouver bien vite sans chef. la mutante le fixa avec un léger sourire.

    - Tu crois vraiment qu'elle pourrait me retenir? Me suivre? Toutes les nuits? Tu crois vraiment qu'elle ou un autre de ces idiots serait capable de me filer une fois dehors? Je les sèmerais en deux minutes et tu le sais, si tu n'as pas réussi à me suivre certaines nuits qui y arrivera? Ce n'est pas bon toi non plus, tu crois qu'andrill ne te fera plus confiance uniquement sur ce point? Je pourrais toujours m'éclipser, mais il serait capable de me mettre un de ses boulets aux Basques à l'intérieur du camp. On n'a rien à y gagner ni l'un ni l'autre... la féline soupira avant de se détourner du mutant. Faisant quelque pas tournant à nouveau.

    - Qu'est ce que tu cherches vraiment Victor? Me pousser à bout? Juste passer ta frustration ou c'est toi qui est en manque de violence et à envie d'un peu d'action? On sait tout les deux que tu n'en a rien à foutre de ce qui peut m’empêcher de dormir. Et je n'ai pas envie de passer la nuit ici alors dis moi ce qe tu veux qu'on en finisse

    grommela la blonde épuisée et finalement décidée à lui laisser le dernier mot s'il ne poussait pas trop. Son problème, ils ne le règleraient pas ce soir, surement jamais d'ailleurs, mais se battre contre victor de cette façon était presque plus épuisant que de le combattre physiquement



__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Lun 12 Nov - 16:13

La féline marqua plusieurs points auprès de Creed, d'abord en rappelant que peu des membres de la Rébellion se trouvaient en mesure de la filer efficacement, puis en prolongeant le propre raisonnement de Dents-de-sabre plus loin que lui-même ne s'y était employé. Certes, le Confrère pouvait sournoisement rapporter à Andrill les escapades de Tiger. Effectivement, cela sonnerait le glas de la liberté de mouvements de la mutante ; mais n'en serait-il pas de même pour le délateur au squelette d'adamantium ? Le Marcheur, qu'il soit de Terra 616 ou de la réalité alternative, n'aimait guère qu'on lui dissimule des choses, surtout lorsqu'elles avaient trait à sa protégée... Sa réaction pouvait s'avérer violente, voire extrêmement pénible. Et si Andrill décidait, pour le punir, d'assigner Victor à résidence jusqu'à nouvel ordre ?

* Condamné à errer entre les murs du camps pour une période indéterminée... Ouais, j'préférerais éviter d'avoir à subir ça... * Se dit le mercenaire. Toutes choses bien considérées, vendre la mèche n'était peut-être pas l'idée du siècle.

Nettement moins volubile, le tueur à gage observa le silence tandis que Kyana s'éloignait, dos à lui. Un pli soucieux de réflexion barrait son large front, plissant ses sourcils froncés par la contrition. L'odeur de Tiger aurait due saturer l'atmosphère et lui sauter aux narines, depuis le temps que la rebelle déambulait sous la tente de Dents-de-sabre. Or l'homme-bête ne détectait rien (ou [i]pas grand-chose[i]) dans les particules en suspension, là où son sens olfactif aurait dû déceler un parfum étranger. L'extrémiste n'aimait guère l'idée que la blonde puisse tromper sa vigilance aussi aisément. Son instinct de prédateur le poussait à ne jamais relâcher son attention, à ne considérer personne comme "absolument digne de confiance".


* J'te f'rai ravaler ton sourire, Mayers ! * Jura in petto l'imposant canadien en revoyant le petit rictus provocateur que la féline avait arboré tout en contrant l'hypothèse selon laquelle Kyana n'était venue trouver Creed que pour déclencher un combat.

Le regard légèrement vide, le membre de la nouvelle Confrérie enragea intérieurement. D'une part, parce que sa moitié humaine rêvait de frapper l'exaspérante rebelle sans le pouvoir ; et également parce, en dépit de tout, sa moitié animale considérait la féline comme une alliée. L'explication hantait Creed depuis plusieurs minutes : si l'odeur de Mayers n'avait pas provoque son réveil, c'était juste parce que, pour ses sens, les effluves de la jeune femme renvoyaient à un sentiment de sécurité, et non de danger immédiat. Un comble, lorsque l'on savait l'antipathie du mercenaire pour la belle. Kyana divisait Dents-de-sabre, à la lettre.


* Si seulement Andrill surveillait pas ton p'tit cul, Mayers ! Y'a longtemps que j't'aurais réduite en charpie, membre de la meute ou non. *

Alors même qu'il aurait dû la laisser partir, cicatrisée et presque calmée, le rival de Wolverine prêta une oreille attentive à la requête de sa visiteuse, lassée de subir les sempiternelles piques du violent sociopathe. Comme poussée par une curiosité résignée, Tiger offrit à son agaçant interlocuteur une chance unique de lui dire la vérité en face. Mais quoi rétorquer ? Qui écouter ? L'homme, qui souhaitait la Mort de la blonde, ou la bête, qui voyait en Kyana une femelle de la meute, compagne potentielle du fauve sommeillant au sein du mutant ?

* Pourquoi t'es venue "instinctivement" te coller à moi ? * Songea sombrement le tueur à gage en se souvenant des termes employés par sa vis-à-vis.

« T'as pas tout à fait tort, Kyana. J'ai effectivement besoin d'me dépenser... Tout comme toi. »

Dents-de-sabre réduisit progressivement la distance entre lui et la rebelle, les octaves graves de sa voix prenant un ton moins sec, plus langoureux. N'ayant aucune réputation de gentleman à entretenir, le libidineux Confrère ne fit pas semblant de ne pas remarquer à quel point Tiger était agréable à regarder, aussi courtement vêtue. Délicatement éclairée par la faible lueur des luminaires du camps, la beauté féline était on ne peut mieux mise en valeur . La pénombre tamisée régnant dans la tente caressait sa peau satinée, soulignant les reliefs de sa silhouette à la fois musclée et gracieuse, tout en n'atténuant pas d'un pouce l'éclat dorée de sa chevelure tumultueuse et la profondeur envoûtante de son regard acajou. Un subtil cocktail d'attraction et de répulsion engourdit les pensées du mutant centenaire quelques secondes, le temps de souffler une réplique à la fois stupide et tentatrice.

« T'es sûre de pas avoir envie de passer la nuit ici ? » Articula le mercenaire un peu désorienté, d'un timbre chaud et dépourvu de moquerie, tout en reportant un regard envieux dans les prunelles de la séduisante opposante au Recensement.

* Elle t'allume, imbécile. Encore. Et t'es en train de r'tomber dans l'panneau, comme un adolescent ! Réagis, crétin ! T'es pas un putain d'caniche en rût face à un joli derrière, alors laisse pas c'que t'as entre les jambes réfléchir à la place de ton cerveau ! * Vitupéra la parcelle de Creed qui haïssait le plus la tentatrice en débardeur, chassant brutalement l'élan de douceur qui avait commencé à embrumer l'esprit du prédateur.

Il y eu comme un battement au moment où Dents-de-sabre réalisa que sa main droite, qu'il pensait avoir laissée pendre le long de son corps, se trouvait comme par enchantement amoureusement nichée le long de la pommette de Kyana, en un geste qui rappelait terriblement celui d'un amant prêt à embrasser passionnément son âme-sœur.


* Vite ! Trouver une excuse ! * Paniqua l'extrémiste brun en sentant le désir de concrétiser son geste se faire de plus en plus pressant.

Prêt à tout plutôt que de reconnaître son instant de faiblesse, il murmura finalement, aussi froidement que possible :


« Y'a pas à dire... T'es son portrait craché... »

Retirant sa main comme si l'épiderme tiède et accueillant de la blonde l'avait brûlé, le tourmenteur obnubilé par Wolverine s'écarta prestement, jetant une oeillade méfiante et furieuse à l'enchanteresse qui s'était un instant emparée de son cœur.

« … A notre Mayers. Termina le résident de la tente, pour clarifier son propos. J'sais pas c'qui a fait la différence, c'qui vous différencie, toutes les deux. T'as pas envie d'me parler d'ton passé, et l'ancienne Tiger m'adressait encore moins la parole que toi, alors... T'imagine jusqu'où va mon ignorance ? Reprit-il, articulant les mots suivants comme s'il avalait du goudron brûlant en même temps. Ouaip, c'tait une vraie gentille, la première Tiger qu'j'ai rencontrée. Une féline sauvage, combattante rebelle qu'on avait transformé en chaton bien dressé et obéissant... Une mutante qui contrôlait sa part animale, la muselait, ne l'écoutait plus... Cette Kyana Mayers-là est morte. »

Il n'y avait pas de tristesse ou de chagrin dans la voix du narrateur griffu, mais plutôt une forme sadique de joie. Comme si le sort de la première Tiger constituait une preuve décisive que Dents-de-sabre avait adorée obtenir en apprenant la mort de la compagne de l'ange. D'un index pointu, Victor désigna son interlocutrice.

« Toi, t'es toujours en vie... Et j'pense qu'ça a à voir avec c'que t'as vécu dans ton monde. Des trucs qui t'ont rendue plus... Méchante. Sauvage. Amère. Plus forte, surtout... Assez forte pour survivre là où ta jumelle toute gentille s'est faite buter par l'Initiative. Mimant la force de Tiger version 719, l'orateur serra le poing à hauteur de visage, contractant le biceps. Et toi, tout en sachant ça... Creed n'imaginait pas un seconde que l'on ait omis de raconter à Kyana les détails de la vie de son ancienne "elle". Tu continues à vouloir fuir ta partie animale ? Alors que c'est elle qui t'a maintenue en vie tout ce temps ? Alors qu'on sait ce qui arrivera, si tu t'obstines à repousser tes instincts ? »

Le Confrère courba la nuque, secouant la tête de droite à gauche en signe d'impuissance. La jeune femme qui attirait tant la bête en lui le laissait songeur.

« Tu pourras te voiler la face autant qu'tu veux, Tiger : y'aura toujours un animal en toi. Un fauve, qui peut parfois t'effrayer, submerger ton humanité, et t'pousser à commettre des crimes. Des massacres. Tu préférerais n'avoir qu'les avantages, et aucun inconvénient ? L'agilité super cool, la force et les réflexes d'une guerrière, mais pas la soif de sang ni les envies de tuer ? Pas d'bol : c'est pas possible. » L'accabla durement l'homme qui n'avait jamais essayé de s'opposer à la bête qui coexistait en lui, parlant avec conviction, dureté et inéluctabilité.

Victor connaissait son sujet, et par ses lèvres, la vérité ressortait, crue, nue, impossible à nier ou à refuser, cruelle comme une morsure autour du bras, tangible et solide comme un roc. Les faits étaient ainsi : les mutants porteurs d'une mutation féline devaient supporter une malédiction, une affliction permanente, qui leur valait le rejet de leurs proches, la crainte de leurs ennemis, et l'admiration des individus de peu de foi. Les mutants félins héritaient de l'instinct de prédation des grands chasseurs. L'habilitation à exceller dans l'art de la traque et de exécution sommaire. Impossible d'y opposer une volonté même d'acier ; la bête reprenait invariablement l'ascendant à un moment ou à un autre.

Conscient d'avoir porté un coup au moral de la rebelle blonde, Creed cessa d'énumérer les défauts de leur condition commune, passant dans un second temps aux avantages, afin que de conclure sur une note positive et valorisante.


« MAIS... Ce même fauve qui est en toi te maintiendra en vie, si tu l'acceptes. Avec lui, tu ne seras jamais seule. Toujours accompagnée, secondée... Guidée. Ensembles, vous formez un tout ni totalement blanc, ni entièrement noir. »

S'il y avait pensé, Creed se serait volontiers servi de l'image du Yin et du Yang pour illustrer son explication. Seulement, sa culture générale n'allait pas jusque-là. En revanche, le rusé extrémiste avait bien compris ce qui agaçait la rebelle blonde, et ne se priva pas de jouer sur ce tableau pour enfoncer le clou.

« Ensembles, Kyana, vous serez plus fortes que tes cauchemars... » Glissa Victor, supposant que Tiger ne pouvait pas trouver le sommeil à cause de souvenirs pénibles (incluant notamment des flammes et des chaînes).
Revenir en haut Aller en bas
Kyana Mayers
~ Admin Barbare Chipoteuse ~
~ Admin  Barbare Chipoteuse ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Mar 13 Nov - 4:29

    Lorsqu'elle fut sure de ne recevoir aucun coup de la part du mutant, la féline fut alors certaine qu'Andrill avait donné des consignes bien précise ou tout du moins que la bête sauvage s'auto muselait pour ne pas la blesser, pour éviter toute représailles du leader des anciens confrérie, ça jouait tout à son avantage, mais la partie réfléchie de la blonde sachant qu'il était on ne peut plus stupide d'attaquer de cette façon un homme capable de vous massacrer, oui oui cette partie existait bien que bien souvent ignorée; toujours est il que si jamais Andrill venait à préciser ses propos ou relever Victor de sa protection cela pourrait être très mauvais pour elle. C’était juste plus fort qu'elle.
    Elle fini malgré tout par concéder à son confrère ce qu'il voulait tout du moins en partie, si elle pouvait arrêter ce combat verbal.
    A aucun moment elle ne songea que ce qu'elle avait pu laisser échapper puisse être vraiment relevé par le mutant animal, espérant juste en finir avec cette discussion. Fatiguée tant par le mutant lui même que par ses questions toujours présentes en sa présence, ayant toujours ce presque égal besoin de chercher sa présence et cette envie de le provoquer de le cogner.

    Elle attendit calmement que le félin ne se décide à lui demander ce qu'il voulait réellement savoir ou cherche à faire. Ce qu'il ne fit finalement pas lui faisant fasse, il admettra au contraire qu'elle avait peut être raison, il avait besoin de se dépenser lui aussi. La mutante déglutit légèrement, certaine que le fauve parlait d'un combat finalement mais ce ne fut la la première chose qu'il lui vint en tête pour être honnête en sentant le mutant proche d'elle, le scrutant tandis qu'il se rapprocher doucement; elle ne fit aucun mouvement de recul cette fois ci hypnotisé comme un papillon tournant autour des flammes.

    - Ah oui?

    Relevant le regard vers dent de sabre, La belle insomniaque ne put que comprendre aussitôt, se sentant soudainement vraiment peu vêtu, ou plutôt prenant pleinement conscience de l'état réel de ce qu'elle portait sur le dos, pas que cela ne la dérange en temps normal. Victor n'était pas vraiment la discrétion faite homme et la façon dont il la scruter en s'approchant lui donner la net impression d'être une petit sourie prête à se faire dévorer par Un gros chat. Elle aurait du reculé à la seconde, remettre de l'espace entre eux, être furieuse ou effrayée ou vexée; quelque chose! Pas resté planté là à écouter son propre cœur s’accélérer sans bouger, fixant la silhouette puissante du félin s'approcher d'elle dans la pénombre. * Dis quelque chose, bordel kya réagit * Sa pupille féline fixé sur le rebelle face à elle, la gorge sèche, elle s'humidifia légèrement les lèvres, cherchant quelque chose à dire une excuse.

    La surprenant c'est alors que Creed lui demanda si elle ne voulait pas rester, la prenant totalement au dépourvu à nouveau par l'extrémiste, il n'y avait plus rien de moqueur ou de provocateur dans sa façon de parler ou de bouger. Tiger inspira à plein poumon, ne pouvant s'empêcher de dévorer la silhouette massive du fauve du regard. Pourquoi ne pas rester? c'était son attention à son arrivée, avant de le réveiller... *Avant de le réveiller et avant que tu ne pète un plomb: c'est victor bon sang à quoi tu pense* A l'instant exact à vrai dire à savoir si elle pouvait toucher.

    - Je... Peut être que...

    La mutante bégayante se tue en sentant la main de l'ancien lieutenant de la confrérie sur sa joue,fermant les yeux en humant un peu plus son odeur automatiquement, elle se forca à ne pas frotter sa joue conte celui ci tel un chat aurait pu frotter sa tête au creux de la main de son mettre. *réagit*

    - ce n'est peut être pas une bonne idée


    Réussi finalement à souffler la voix de la raison paraissant pourtant bien peut sure d'elle, Injuriant la mutante, lui rappelant d’où elle venait, de ce qu'elle avait perdue et du fait qu'elle était presque prête à passer la nuit avec un psychopathe, la voix avait peut être marqué des points, mais elle n'arrivait à voir aucune menace chez victor, ni a le voir comme un psychopathe. Elle ne voyait dans ses accès qu'un animal sauvage et violent, négligeant le reste.
    Rapidement Creed retira sa main et recula d'un pas ce qui sortit la mutante de sa torpeur, bon sang mais qu'est ce qui lui avait prit? Être perturbé par son entrevu avec archangel okay, c'était compréhensible, et le manque de sommeil mais il y avait des limites. Peut importe, trouvez quelque chose, la situation devenant bien trop tendu pour la jeune femme.

    Être son portrait craché? Ok l'autre? Pensa t'elle en grognant intérieurement vexée que le mutant n'évoque son double à l'instant, se demandant également s'il y avait quelque chose entre eux... non impossible. Elle savait que son double évitait victor au maximum et ne l'appréciait guère. Le regardant s'éloigner, Tiger se redressa légèrement reprenant le souffle qu'elle ignorait même avoir retenue. Se sentant à nouveau elle même, ou tout du moins se sentant plus à l'aise maintenant que le félin avait repris ses distances.
    Il se mit alors à lui parler de son double et d'elle même.
    Pas très causante, oui, il fallait bien l'avouer, mais avouez que les méthodes de discussion de l’extrémiste était justement légèrement extrême et ne poussait pas vraiment à la confidence, la jeune femme fit une petite moue se mordant l'intérieur de la joue en baissant la tête cette fois ci ayant réellement un air de petite fille ayant fait une bêtise et s'en voulant. Elle pensa presque à s'excuser lorsqu'il continua, confirmant ce qu'elle pensait déjà de son double comme étant au moins en parti une chatte d'appartement plus qu'une tigresse, le mépris dans la voix de son équipier la mis malgré tout mal à l'aise en parlant de cette autre kyana, dont la mort ne semblait aucunement affecter le mutant. Elle se sentait proche de cette femme, d'une certaine façon elle était et bien, ELLE. Et qu'on l'ai tué lâchement la rendait furieuse.

    Victor continua en la comparant à elle, plus sauvage méchante? c'est ce qu'il pensait d'elle? elle allait répondre mais le laissa continuer, survivre, c'était bien le mot. C'est ce qu'elle avait fait survivre, ce à quoi elle était douée mais ça laissait des marques. Comme ces cicatrices qui sculptaient à présent son dos ou ses cauchemars qui lui tenait compagnie la nuit. Elle se redressa fasse à lui.

    - Je n'ai jamais dis ça. Je n'ai pas honte de ce que je suis! Je suis ce que je suis, et ça ne changera pas, je suis mon instinct. Mais ça ne veut pas dire se laisser entrainer ou submerger par certaine chose...

    La jeune femme n'avait en effet jamais eu honte de ce qu'elle était. Elle aimait sa différence, ne se sentant absolument pas anormal. L'animal était là faisait partie d'elle, elle ne pourrait jamais le nier. Mais certaines choses, ou par moment, le coté sauvage de ce dit animal lui faisait peur oui, ce besoin de violence qui vous prend au tripe, de chasser. Ce besoin d'espace et d'assouvir la rage qui vous dévore de l'intérieur. C'était cette rage qui l'avait sauvé, l'animal, elle le savait pertinemment. Et Victor lui balançait tout ça en pleine figure la forçant à détourner le regard. Avait il raison? Ce n'était pas possible de contrôler ça? Non elle ne voulait pas le croire, il suffisait d'apprendre, apprendre à gérer. Elle refuser d'être la victime que ce soit d'elle même et de ses pulsions ou de qui que ce soit d'autres. Elle s’essaya finalement sur le bord du lit du mutant, une jambe replié sur elle même l'autre replié à même le matelas regardant devant elle songeuse.

    Écoutant les paroles de l'animal présent avec elle, elle se souvint de cette sensation lorsqu'elle avait finalement décider de laisser les commandes à l'animal, entièrement. revenir à un état aussi primal et sauvage, cette impression de liberté et de puissance, toute cette rage qui la nourrissait depuis des semaines transformée en force brute, l'adrénaline. Non elle s'était rarement sentit aussi libre et puissante que ce jour là, le jour où elle s'était enfuit de sa prison humide et glaciale en massacrant la moitié des gardes. La jeune femme releva les yeux vers Creed, Un tout? Ni bon ni mauvais, ni tout blanc, ni tout noir? C'était bien le soucis, la nuance ou plutôt le degrés de nuance. elle se demanda une seconde ou il rangerait dans son raisonnement cet espère d'attirance ou de magnétisme animal qui leur faisait baisser leur garde sans s'en rendre compte.

    - Tu crois? Et quoi? Je dois me passer les nerfs sur n'importe qui? Massacrez de pauvres innocents juste parce que j'ai besoin d’évacuer? Non... Je ne suis pas comme toi, je ne suis pas une tueuse. J'aime ce que je suis mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas ou doit pas contrôler mes pulsions. Être contrôlé par qui que ce soit, ni andrill, ni l'animal. Ou que je ne me battrais pas pour avoir le dernier mot et faire ce que je veux. Est ce que tu as seulement déjà essayé?


    Il n'y avait ni provocation ni moquerie cette fois dans la voix de la blonde. Elle pouvait comprendre la violence du mutant, si elle avait vécut aussi longtemps, participer à autant de guerre, serait elle différente? la violence engendre la violence dit on? le plus doux des animal deviendra une machine à tuer si vous le maltraité si vous le soumettez à la violence jour après jour. C'était surement naïf de la part de la jeune femme mais c'est en parti de cette façon qu'elle voyait les choses. Elle se redressa un peu plus vivement.

    - Comment tu sais que...

    Est ce qu'il la surveillait la nuit également? Était il déjà passé dans sa tente sans qu'elle ne s'en rende compte elle même? Ou est ce qu'Andrill lui en aurait parlé?

    - Je... ça va passer.


    Elle esquissa un léger sourire légèrement découragée

    - Mais ce n'est pas l'animal ou quoi ce que ce soit d'autre qui m'aidera à bien dormir. J'ai juste besoin de m'habituer à.... elle réfléchit un instant, " ce camps?" ce monde? cette guerre?" Tout ça... c'est tout. Juste de mauvais souvenirs qui reviennent parfois..

__________________________

« Men! The only animal in the world to fear. »
« If you wake up the animal, be prepared for the beast that will come »
Revenir en haut Aller en bas
Terra Justice
~ Maître du Jeu ~
avatar

MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   Jeu 3 Avr - 12:01

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [12 juin] Insomnies   

Revenir en haut Aller en bas
 

[12 juin] Insomnies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra616 :: Le monde est vaste :: Autres lieux, Autres temps :: Flash Back-